Archives du mot-clé musée de la vie romantique à Paris

Le pouvoir des fleurs : exposer ensemble beaux-arts, science et arts décoratifs

Exposer science, beaux-arts et arts décoratifs ensemble,  c’est  retracer toute une époque grâce au  parcours  que propose   « Redouté le pouvoir des fleurs » au musée de la vie romantique. Quatre étapes majeures caractérisent  l’exposition :

L’univers des beaux- arts avec notamment Flore caressée par Zéphyr du baron Gérard ou ce roi de Rome  par Prudhon,  l’un des premiers portraits de l’enfant impérial :

– L’oeuvre de Pierre-Joseph  Redouté, le  «  Raphaël  des  fleurs  ».   Ce sont toutes les facettes du talent de cet élève de Van Spaendonck qui sont mises en avant :

Les   fleurs  et les  arts  appliqués, de l’industrie  au  Salon : les  arts décoratifs, des papiers peints aux accessoires de mode :

– un parcours  contemporain  des  métiers  d’art , co-organisé  avec  Ateliers  d’Art  de  France, voisin du musée : Argent,  bronze,  coton,  émaux  sur  cuivre,  grès,  laine,  mosaïque,  papier,  plâtre,  plume,  porcelaine, silicone,  soie,  terre  crue,  verre…  26  créateurs  façonnent  la  matière  pour  réaliser  une  quarantaine d’œuvres  originales  qui  sont présentés  dans  le  jardin  et  les  salles  du  musée  de  Vie  romantique.  Une autre façon de mettre en valeur les collections permanentes du musée :

 A signaler un  feuilletoire  (un livre  du  MNHN  au  format  numérique) qui permet  de  vivre  l’exposition   de  manière tactile. Le MNHN, cette année, a contribué à plusieurs expositions temporaires : cette coopération de plus en plus fréquente des collections de ce musée à des expositions de beaux- arts peut être soulignée , tant au musée de la vie romantique quˋau Grand Palais pour l’exposition  » Jardins ».

 Pascal  Simon  Gérard fait  poser  son  ami, alors «  Peintre  de  fleurs  de l’impératrice  »   :

Grâce au pouvoir des fleurs,  Redoute, né en 1759 dans les Ardennes belges, a débuté sa carrière auprès de Marie Antoinette et  a traversé la Révolution , l’Empire et la Restauration. Depuis  1805, comme le précise le dossier de presse de l’exposition : « Redouté  vit  la  période  la  plus  féconde et  la  plus  heureuse  de  sa  carrière  durant  laquelle  il  bénéficie  de  la protection  de  Joséphine  et  qui  se  termine  avec  la  mort  de  la  souveraine en  1814.  Les  deux  artistes  se  sont  probablement  rapprochés  quand  ils ont  tous  deux  eu  la  jouissance  d’un  atelier  réservé  aux  artistes  au  Louvre.   Si le roi  Charles  X  en  1825 lui accorde la Légion d’honneur,  sa  candidature  à  l’Académie  des  Beaux-Arts  lui sera refusée ».

Pour tout savoir ou presque..

Exposition à la BnF : de Picasso à Jasper Johns. L’atelier d’Aldo Crommelynck

du 8 avril 2014 au 13 juillet 2014 sur le site François-Mitterrand / Galerie François Ier

« L’imprimeur en taille-douce, ( 1931-2008), Aldo Crommelynck a contribué au renom de Paris dans le domaine de l’estampe. Après s’être initié à la gravure auprès du maître-imprimeur Roger Lacourière, il ouvrit un atelier à Montparnasse en 1956, dans lequel vinrent travailler Tal Coat, Juan Miro,Le Corbusier, Alberto Giacometti, André Masson, Georges Braque… Son frère cadet, Piero, vint alors le rejoindre. En 1963, les frères Crommelynck installèrent à Mougins un atelier proche de la maison de Picasso et travaillèrent dès lors presque exclusivement avec lui. Leur entière disponibilité poussa Picasso dans une véritable frénésie de création graphique. En 1969, l’atelier parisien fut déplacé rue de Grenelle : vinrent y travailler notamment Avigdor Arikha, Sam Szafran, Yuri Kuper, George Condo. À la suite de Richard Hamilton, l’atelier commença à être également fréquenté par des artistes étrangers, majoritairement anglais et américains, attirés par le renom de l’imprimeur de Picasso : parmi ces derniers, David Hockney, Peter Blake, Jim Dine, Ed Ruscha, Jasper Johns, Donald Sultan…Vinrent également les artistes italiens de la Transavant-garde Cucchi et Clemente, l’Allemand Penck, le Suisse Martin Disler. À partir des années 1980, Aldo Crommelynck partagea son temps entre Paris et New York jusqu’à la fin de sa carrière, travaillant notamment pour les éditions Pace. À tous les artistes de renommée internationale avec lesquels il a travaillé, Aldo Crommelynck a demandé de signer des épreuves pour la Bibliothèque nationale de France, contribuant ainsi, de façon exceptionnelle, à l’enrichissement des collections ».

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.picasso_crommelynck.html

Souvenir de cette frénésie « tout court » de Picasso exposée en 2006 au musée de la vie romantique à Paris, rue Chaptal :

Pablo Picasso né en 1881 est alors très âgé. De mars à octobre 1968,
puis en 1970 et 1971, il exécutera plus de 750 gravures parmi  lesquelles les célèbres suites 347 et 156 : http://www.deedeeparis.com/blog/picasso-au-musee-de-la-vie-romantique

 Le catalogue :

« Lorsque le jeune graveur Piero Crommelynck installe, avec son frère Aldo, son atelier de gravures à Mougins au début de l’été 1963, Pablo Picasso a 82 ans. De 1966 à 1972, Picasso y exécutera plus de 750 gravures parmi lesquelles « Le Cocu magnifique » (1966), la célèbre Suite 347 (1968) avec la série emblématique des vingt cuivres érotiques, Raphaël et la Fornarina et la non moins fameuse Suite 156 (1968-1972). Cette production considérable repose sur la confiance absolue que Picasso eut avec les frères Crommelynck au soir de sa vie. La disponibilité de Piero, le prince des graveurs, lui permit de travailler dans des conditions propices à toutes les innovations, pour transcrire sur cuivre les motifs récurrents de l’amour charnel à travers son imaginaire. Ces dialogues d’atelier regroupent plusieurs huiles monumentales, les nombreux portraits dessinés du graveur et sa famille – la plupart inédits – et environ 80 planches gravées, qui permettent de bien percevoir la noblesse du travail souverain de Piero Crommelynck, disparu en 2001. » http://www.bmvr.marseille.fr/in/faces/details.xhtml?id=p::usmarcdef_0000948916

9782879009490

Une ballade au musée : https://www.youtube.com/watch?v=KKaHRhK-TYE

Avant que de redécouvrir le musée Picasso tel qu’en lui -même en juin prochain et ses archives : http://www.sortiraparis.com/arts-culture/balades/articles/68174-le-musee-picasso-de-paris-a-redecouvrir-des-juin-2014