Archives du mot-clé musée d’art moderne de la Ville de Paris

« L’exposition est un médium contextuel »

exposition medium contextuel gonzalez (foerster

Une citation de Dominique Gonzalez-Foerster, in Lynne Cooke (ed), Chronotopes & dioramas.  Voir Exposition DIA , septembre 2009 – Juin 2010.

dioramas

 Une Exposition de Dominique Gonzalez-Foerster, est actuellement présentée Galerie sud – au Centre Pompidou, 23 septembre 2015 – 1er février 2016.

 warhol_shadows_2paris

Actuellement en « tournée » : Andy Warhol, Shadows, depuis septembre 2014. La DIA de New York a prêté  cette série de 102 toiles au musée d’art moderne de la Ville de Paris, qui a su les mettre en valeur ici.

L’exposition Andy Warhol Unlimited (du 2 octobre 2015 au 7 févier 2016) met en relation la série « Shadows » avec d’autres oeuvres -entre 1960 et 1980 -, provenant notamment d’autres séries, comme les « Fleurs », « Mao » ou les « Chaises électriques ». (Commissariat: Sébastien Gokalp).

Ici les vues de Shadows au MOCA à Chicago :

warhol_chicago_web1warhol_shadows_2_2

Henry Darger, l’art brut et la guerre au Musée d’art moderne de la Ville de Paris

bat_darger_invit_print3

Voici une introduction possible à l’exposition actuellement visible au musée d’art moderne de la Ville de Paris : la visite guidée proposée par le compositeur Philippe Cohen-Solal (Gotan Project) qui vient de terminer un projet musical en hommage à ce créateur de l’art brut, une victime psychologique de l’enfermement dans sa prime jeunesse, dont il a pu s’échapper.

darger lausanneL’œuvre gigantesque de Darger retrace une guerre colorée et parfois sanguinolente, entre enfants et adultes, particulièrement saisissante. Obsédé par les concepts de vulnérabilité, de protection, de contrôle, de pouvoir et de liberté, mais aussi d’esclavage, l’œuvre d’Henry Darger peut être tout à la fois sucrée et d’une violence extrême : elle a traduit magistralement sa vision (unique en son genre) d’une guerre épique.

Cette exposition propose, au delà des 45 dessins donnés au musée, par Kiyoko Lernerla veuve de son ancien logeur Nathan Lerner ,  une vison assez complète de l’ œuvre de Darger grâce notamment à des prêts émanant du MoMA de New-York, et de la Collection d’Art Brut de Lausanne.

Voir l’ouvrage (en anglais) de Klaus Biesenbach paru en 2014 :

 ouvrage darger

 

Mieux comprendre Lucio Fontana

Capture

Deux  commentaires récents des commissaires de l’exposition Fontana, actuellement en cours au musée d’art moderne de la Ville de Paris (http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/lucio-fontana) déjà évoquée ici (http://musearti.hypotheses.org/?p=2850 ) et ici ( http://musearti.hypotheses.org/?p=2180), et là aussi (http://musearti.hypotheses.org/1500).

CaptureCes deux interventions  sont accessibles à partir des liens suivants :

Lucio Fontana, artiste spatial par Sébastien Gokalp  l’un des commissaires de cette exposition : http://www.franceinter.fr/depeche-lucio-fontana-artiste-spatial

Lucio Fontana : rencontre à l’Institut culturel italien – Paris (22.04. 2014) : Capturetable ronde animée par Enrico Crispolti, Choghakate Kazarian et Sébastien Gokalp les deux commissaires de l’exposition : http://www.youtube.com/watch?v=A1KvmH7yirw#t=103

 

Lucio Fontana, une conférence le mardi 22 avril 2014, à l’Institut culturel italien.

Lucio Fontana : le révolutionnaire de l’art du XXe siècle

-

Lucio Fontana : le révolutionnaire de l'art du XXe siècle
À la veille de la rétrospective de Lucio Fontana (1899-1968), présentée du 25 avril au 24 août au Musée d’art moderne de la ville de Paris (voir http://musearti.hypotheses.org/?p=2180)  avec la collaboration de la Fondazione Lucio Fontana, nous vous offrons un parcours chronologique complet de la production du grand révolutionnaire du XXe siècle qui a marqué plusieurs générations d’artistes. Nous réunissons autour d’une table ronde dirigée par l’historien et critique d’art Enrico Crispolti les commissaires de l’exposition Choghakate Kazarian et Sébastien Gokalp. À l’issue du débat, nous assisterons à la projection de vidéos inédites en France, tirées des archives historiques de la Rai.

Choghakate Kazarian: Diplômée de l’École du Louvre, de la Sorbonne (philosophie) et de l’Institut National du Patrimoine, Choghakate Kazarian est actuellement conservateur au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Son mémoire de fin d’étude portant sur l’œuvre de Marcel Duchamp 50cc air de Paris a été publié dans la revue Retour d’y voir (Musée d’art moderne et contemporain de Genève).
Sébastien Gokalp est artiste, agrégé d’histoire est devenu depuis peu conservateur de patrimoine au Musée d’art moderne de la ville de Paris :
http://you.leparisien.fr/spectacles-people/2010/11/08/sebastien-gokalp-commissaire-de-l-exposition-consacree-a-larry-clark-4710.html

-

mardi 22 avril 2014, 18h, à l’Institut culturel italien.Réservez vos places en cliquant ici.

Lucio Fontana sur le site de la Rai : http://www.italica.rai.it/eng/principal/topics/bio/fontana.htm

Que verra-t-on à l’exposition Lucio Fontana ?

Concetto spaziale, 1957, aniline et collage sur toile, inv. A23933, appartenant au Stedelijk Museum d’Amsterdam (Pays-Bas),

http://www.stedelijk.nl/en/artwork/4984-concetto-spaziale

un  tableau culte prêté pour l’exposition « Lucio Fontana (1899-1968), rétrospective », présentée au Musée d’art moderne de la ville de Paris du 24 avril 2014 au 24 août 2014 :

« Né en 1899 à Rosario en Argentine de père italien, sculpteur de formation, il passera la majeure partie de sa vie à Milan. Exploitant toutes les possibilités de la sculpture polychrome (terre cuite, céramique, mosaïque) et collaborant avec des architectes, il est un des premiers artistes abstraits italiens dans les années 1930. Il passe la Seconde Guerre Mondiale en Argentine. De retour à Milan en 1947, il devient la figure de proue du mouvement spatialiste qu’il définit dans divers manifestes. Ce mouvement part de l’espace et de la lumière pour concevoir des œuvres en relation avec le monde environnant et la conquête spatiale. Il s’incarne dans ses sculptures en céramique, ses toiles trouées et ses environnements. En 1949, il réalise ses premiers Concetti spaziali (Concepts spatiaux), toiles perforées sur lesquelles il intervient avec divers matériaux et couleurs vives. Après une rétrospective à la Biennale de Venise en 1958, il commence sa série de toiles fendues, les Tagli et devient une figure de référence pour les artistes des années 1960″ : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/lucio-fontana

Fontana a exposé  le monochrome intitulé Concetto spaziale, Attesa à la Biennale de Venise en 1958. L’artiste est exposé pour la première fois dans un musée français en 1960 au musée des Arts décoratifs à Paris, au sein de l’exposition collective sur la peinture intitulée « Antagonismes »  ( commissariat de François Mathey et Julien Alvard) : figuraient alors à ses côtés Bacon, alors peu connu, Dubuffet qui refusait en général de figurer en France dans les expositions collectives, mais aussi Soulages, Hartung, Yves Klein.. On ne dira jamais assez le rôle précurseur mené dans le domaine de l’exposition de l’art vivant, par ce musée et son conservateur durant ces années cinquante, soixante et soixante-dix.

Sa fondation : http://www.fondazioneluciofontana.it

Lucio Fontana ne manquait pas d’humour et a participé  en pleine période des  » Tagli (1958-1968) » à l’exposition collective « Antagonismes II l’Objet » au musée des Arts décoratifs en 1962 : il y présentait des robes bien entendu coupées portées par des mannequins.

L’album Maciet de la bibliothèque des Arts décoratifs en garde quelques clichés.