Archives du mot-clé Musée Arménien de France

Le sort du Musée Arménien de France toujours en suspens

arménieSarkis Pitzak, Roi Léon V, 1331, Musée Arménien de France – © Photo Eupator – 2005

Le musée arménien de France a fermé ses portes en 1994 pour des problèmes de mise aux normes de sécurité liés à l’accueil du public. Pour L’année de l’Arménie en 2007, il avait réouvert ses portes exceptionnellement pour deux mois :  « Deux salles d’un hôtel particulier du 16e arrondissement parisien abritaient ainsi une dizaine de vitrines et 500 pièces datant du premier millénaire avant J.-C. jusqu’aux arts plastiques du XXe siècle. »  Il a dû quitter en 2011 l’hôtel d’Ennery. Sa situation avait déjà été évoquée ici (http://musearti.hypotheses.org/?p=1450) car le musée disparu était devenu virtuel : http://www.le-maf.com/

femme arménienne

Issu de la Fondation Nourhan Fringhian (du nom de son initiateur), le Musée Arménien de France a ouvert ses portes à Paris en 1949, il a été inauguré  en 1953 et abrite des œuvres réunies par les descendants des victimes du génocide de 1915. Elles ont été léguées à l’Etat français en 1978 et reconnues d’utilité publique.

Le Musée (national) Guimet occupe actuellement des salles de l’Hôtel d’Ennery (http://www.guimet.fr/fr/musee-dennery/histoire-du-musee-dennery) initialement réservées au Musée Arménien. 04-Ennery-salle5-450x261 Le responsable du musée arménien cherche aujourd’hui à mobiliser des soutiens pour obtenir la réouverture. Il a lancé une pétition : http://www.change.org/p/françois-hollande-sauvez-le-musée-arménien-de-france-2?recruiter=151781425&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition adressée au Président de la République française et à la ministre de la Culture et de la Communication.zbbnnjcCqlcbpsd-556x313-noPad

La question est devenue judiciaire. D’après le Journal des arts (Nathalie Eggs), « Une première décision en référé était attendue pour le 14 mai 2014. Le juge des référés n’a pas statué sur le fond et l’affaire a été renvoyée une première fois devant le tribunal de grande instance de Paris, le 4 juin. Puis l’avocat du Musée Guimet a réclamé l’incompétence du tribunal de grande instance et a demandé que l’affaire soit portée devant le tribunal administratif. Le procureur de la République est intervenu en ce sens et le TGI a décidé de se déclarer incompétent. Le Musée Guimet ayant par ailleurs refusé une médiation, l’affaire est désormais renvoyée au tribunal administratif en référé ».

 

D’autres fermetures de lieux d’exposition ont été évoquées récemment comme celle de l’Institut néerlandais qui est effective depuis janvier 2014. La Fondation Custodia qui l’abritait a su utiliser ces espaces : Elle  » s’est interrogée sur le devenir de ce bâtiment et a conclu qu’il fallait conserver sa vocation culturelle.  Ainsi, la bibliothèque de la Fondation va pouvoir s’étendre au 4ème étage de cet hôtel, ce qui lui permettra de bénéficier d’une grande salle pour accueillir tous les lecteurs intéressés (…)  L’Institut Néerlandais a offert son fonds littéraire et littérature de jeunesse à la bibliothèque de l’Université Lille 3. En revanche, tout ce qui concerne l’histoire de l’art, mais aussi la littérature et les études sur la littérature néerlandaise jusqu’en 1800 reste à la Fondation, comme les fonds d’histoire, d’architecture, de topographie et de design néerlandais. (…)  Les salles d’exposition du premier étage et celles du sous-sol (qui servaient surtout à l’Institut Néerlandais pour l’art contemporain) seront désormais affectées entièrement aux expositions de la Fondation Custodia » : http://www.latribunedelart.com/la-fondation-custodia-s-etend-apres-la-fermeture-de-l-institut-neerlandais