Archives du mot-clé musée

Le dernier numéro de la revue Critique est consacré aux musées

CRITI_805_L204la revue Critique, de juin juillet 2014 (n° 805 – 806) est parue. Elle a pour thème Le musée sous réserve d’inventaire : http://www.leseditionsdeminuit.fr/f/zoom.php?editor=3&livre_id=3039

Voir notamment l’article d’Anne Lafont  : L’Art Project de Google : L’Institut culturel de Google a ouvert ses bureaux parisiens – son « Lab » – au mois de décembre dernier en l’absence de notre ministre de la Culture, absence qui a donné à cette inauguration un certain retentissement.L’entrée de Google sur la scène culturelle française inquiète. L’État a peur de s’empêtrer dans les intérêts de l’industrie numérique américaine et de cautionner la prolifération en France… : https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=CRITI_805_0552

Colloque sur le musée demain

LE CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY
accueille 7 jours de colloque sur
LE MUSÉE, DEMAIN :
http://www.ccic-cerisy.asso.fr/musee14.html
du 12 JUIN (19 H) AU JEUDI 19 JUIN 2014.
chateau2 » En ce début de XXIe siècle, le musée connaît une profonde mutation touchant tous les aspects de son activité sous l’influence de l’accroissement des collections, des politiques de développement, d’extension et d’internationalisation, de la mondialisation, de nouvelles modalités de gestion et de l’emploi des technologies les plus récentes. Le musée est devenu une institution culturelle très active jouissant d’une importante visibilité.
Si le musée est en mouvement, se développe et se renouvelle, il ne cesse de s’interroger sur lui-même. Quels sont les nouveaux territoires de son essor? Quelles voies inédites les établissements pionniers commencent-ils d’emprunter? Quels nouveaux modèles de musées sont en passe d’émerger? Quelles typologies de collection de se développer? Avec quels outils de gestion, de valorisation et de médiation? Et pour quels publics et quels nouveaux usages ? À ce colloque, sont invités des professionnels venant de musées français et étrangers, et plus largement des experts en nouvelles technologies, chercheurs, journalistes, universitaires, usagers, tous animés par leur intérêt pour l’institution. La présence d’auteurs et d’artistes contribue aussi à ce projet »l’exploration de l’imaginaire du musée, très riche dans la variation de ses expressions artistiques et littéraires. Les enjeux que l’institution muséale va relever seront présentés et interrogés dans un débat qui mêle approches territoriales, nationales et internationales autant qu’interdisciplinaires. »

Le musée archéologique « Henri-Prades » à Lattes, ne changera finalement pas de nom

visuel-027867-1-parures_1359541097139Le nom d’un équipement culturel ne peut être changé que par son propriétaire. Un EPCI qui s’est vu transférer la gestion d’un musée n’est pas compétent pour en changer le nom. Seule la commune propriétaire peut légalement prendre cette décision.

Le conseil municipal de Lattes avait, en 1989, donné au musée archéologique de la commune le nom d’Henri Prades, inventeur du site portuaire antique de Lattara et dont les fouilles avaient été à l’origine de la création de ce musée. En 2006, ce musée avait été mis à disposition de la communauté d’agglomération de Montpellier, qui  avait décidé,  de le rebaptiser « Musée archéologique Lattara ». Mécontente de cette décision, la fille de l’archéologue Prades, avait saisi le juge administratif d’un recours contre la délibération de la communauté d’agglomération. Le Conseil d’État lui a donné gain de cause par un arrêt du 1er août 2013.

http://museearcheo.montpellier-agglo.com

Voir N° 29/2013 de ‘lAJDA, 9 septembre 2013, p. 1655

Une exposition à signaler du 27 avril 2013 au  12 janvier 2014 :  « Une Odyssée gauloise. Parures de femmes à l’origine des premiers échanges entre la Grèce et la Gaule » :

 » un parcours fabuleux des objets à l’origine des premiers échanges entre la Grèce et la Gaule. Plus de 400 objets permettront de retracer ces parcours complexes d’un bout à l’autre du monde connu des Grecs, du cœur de l’Europe celtique jusqu’au Caucase »

http://museearcheo.montpellier-agglo.com/expositions/exposition-temporaire/27-avril-2013-12-janvier-2014-exposition-une-odyssee-gauloise-parures-de-femmes-a-l-origine-des-premiers-echanges-entre-la-grece-et-la-gaule-au-musee-archeologique-218572.khtml?RH=1182429673260

L’exposition est coproduite avec  » Bibracte » qui la présentera en 2014 :
http://www.bibracte.fr/fr/decouvrez/expositions_02_03.html

Le musée et l’artiste du mois : Jorinde Voigt au MACRO

Le Museo d’arte contemporanea Roma, le MACRO, est situé dans un quartier de Rome un peu excentré, dans la partie nord-est, près de porta Pia. Le projet émerge à la fin des années 1990, dans une capitale déjà saturée d’art. Profitant d’une reconversion industrielle, le musée public peut s’installer sur le site d’une ancienne usine. Six salles ouvrent en septembre 1999, le musée principal est inauguré le 11 octobre 2002 : http://www.museomacro.org

http://fr.museiincomuneroma.it/ne_fanno_parte/macro

Le musée bénéficie ensuite de deux extensions  : le « MACRo Future », composée de deux pavillons situés dans la zone de Testaccio, puis en 2010, un nouvel espace est créé via Nizza et via Cagliani près de la porta Pia.
La collection permanente du MACRO comprend une sélection de quelques-unes des expressions les plus importantes de la scène artistique italienne depuis les années 1960 :  le groupe Forma 1 : Carla Accardi, Antonio Sanfilippo, Achille Perilli, Piero Dorazio, Leoncillo et Ettore Colla ; l’Arte Povera : Mario et Pino Pascali Ceroli ; la Scuola di Piazza del Popolo : Tano Festa, Mario Schifano, Titina Maselli et Mimmo Rotella.

Parmi les expositions temporaires du MACRO, à noter : Jorinde Voigt. « Superpassion », commissariat : Maria Alicata
du 29 novembre 2013 au 9 mars 2014 : http://museomacro.org/it/prossimamente-jorinde-voigt-superpassion

Cette artiste, de nationalité allemande, née le 1er janvier 1977 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne),  vit et travaille à Berlin. Pour sa première exposition personnelle dans une institution publique italienne, l’artiste présente une installation composée d’une nouvelle série d’œuvres sur papier de dimensions diverses. Chaque dessin, comme le suggère le titre de l’exposition, fait référence à un chapitre ou à un extrait du livre de Niklas Luhmann, L’amour comme Passion paru en1985  aux éditions Laterza (titre de l’édition originale : Liebe als Passion Codierung von  Zur Intimität  paru en1982, Suhrkamp Verlag).

Voir le compte rendu de Philippe Dancause paru dans Aspects sociologiques, (novembre 1993, pp. 31-32.) : http://www.fss.ulaval.ca/cms_recherche/upload/aspectssociologiques/fichiers/dancause1993.pdf

Fidèle à la théorie des systèmes, Jorinde Voigt donne un aperçu de l’évolution de la sémantique de l’amour qui est avant tout un code, un moyen de  communication qui appartient à la sphère la plus intime de l’être.

Le site de l’artiste : www.jorindevoigt.com

Une de ses œuvres est présentée dans la salle 22 du 4ème étage du Centre Pompidou et sur le site du Centre Pompidou virtuel : http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-0eaa594bbb64d2b2eb280a04c85251a&param.idSource=FR_P-0eaa594bbb64d2b2eb280a04c85251a

Quelques reproductions des œuvres de Jorinde Voigt figurent sur le site de la revue britannique File magasine : http://file-magazine.com/whats-on/jorinde-voigt-konnex

Un autre lieu d’exposition de l’art contemporain à Rome : le MAXXI est un autre lieu d’exposition créé en 2010 :  ce Musée national des arts du XXIe siècle, est une fondation italienne, consacrée à toutes les formes de création de l’art contemporain. La collection permanente est constituée de 300 œuvres qui témoignent de la production artistique internationale, un accent particulier est mis sur les artistes italiens ou étrangers, dont les recherches sont liées au contexte italien : http://www.fondazionemaxxi.it

14-18 : la grande collecte

 A l’initiative de la bibliothèque numérique Europeana, “la Grande Collecte” est un appel à tous les citoyens pour faire numériser leurs documents personnels (correspondances, carnets, photographies…) datant du premier conflit mondial afin de préparer la commémoration du centenaire à partir de 2014 et mettre en avant un patrimoine historique et culturel commun en Europe. Du 9 au 16 novembre  chacun pourra se rendre dans plus de 70 points de collecte en France : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/A-la-une/La-grande-collecte-de-la-Grande-Guerre

Le site de la mission du centenaire liste les musées engagés dans la commémoration : http://centenaire.org/fr/musees

Le musée national de l’éducation présente ses collections en lien avec ce conflit :

http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/le-musee-national-de-leducation

A découvrir également des archives du musée Clemenceau :

http://centenaire.org/fr/fonds-privees/archives/les-archives-du-musee-clemenceau

 et les caricatures du musée d’histoire culturelle d’Osnabrück en Basse Saxe :

http://centenaire.org/fr/dans-le-mondeeurope/allemagne/le-regard-de-lautre-mit-den-augen-des-anderen

Cette ville cumule les symboles : elle accueille la fondation allemande de la recherche pour la paix (Deutsche Stiftung Friedensforschung), elle est l’une des deux villes où a été signée en 1648 la paix de Wesphalie : http://www.canalacademie.com/ida1003-1648-Westphalie-ou-la-creation-de-l-Europe-moderne.html 

Elle est aussi la ville natale :

– de l’écrivain Erich Maria Remarque (1898-1970) : http://www.osnabrueck.de/13043.asp

http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-maria-remarque/

et celle du peintre de la nouvelle objectivité, Felix Nussbaum (1904-1944), décédé dans le camp d’Auschwitz-Birkenau, le 2 août 1944 : le MAHJ lui a consacré une rétrospective en 2010/ 2011 : http://www.mahj.org/documents/Felix-Nussbaum-Dix-fiches-oeuvres.pdf

 http://www.mahj.org/documents/Felix-Nussbaum-dossier-pedago.pdf