Archives du mot-clé Michel Ragon

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Le Corbusier entre au patrimoine mondial de l’Unesco

Source : © LeMoniteur.fr : L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a annoncé, dimanche 17 juillet, l’inscription au patrimoine mondial de l’Humanité de 17 réalisations de l’architecte franco-suisse Le Corbusier. La troisième tentative aura été la bonne : après deux échecs, les promoteurs de l’oeuvre architecturale de Le Corbusier ont réussi, en 2016, à la faire inscrire au patrimoine de l’Humanité de l’Unesco. La 40e session du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, qui se tient à Istanbul, aura pourtant été bousculée. Après avoir été suspendus samedi 16 juillet, en raison de la tentative de putsch en Turquie, les travaux ont pu reprendre dès lendemain matin. Et, sans attendre, elle a entrepris d’annoncer l’allongement de la liste des sites classés au patrimoine mondial de l’Humanité. Comme le Parc national du Khangchendzonga en Inde ou le chantier naval d’Antigia dans les Caraïbes, l’oeuvre de Le Corbusier a donc enfin bénéficié de cette distinction. L’annonce a été faite sur Twitter par l’Unesco. Au total, ce sont 17 réalisations du célèbre architecte franco-suisse qui prennent place sur la prestigieuse liste. Dix d’entre elles sont situées en France, parmi lesquelles la Cité radieuse de Marseille, la chapelle de Ronchamp, le cabanon de Roquebrune-Cap-Martin et la Villa Savoye et la loge du jardinier à Poissy. Les autres œuvres élevées au rang de patrimoine de l’Humanité se trouvent en Suisse, en Belgique, en Allemagne, en Argentine et au Japon, témoignant ainsi de la dimension internationale du travail de Le Corbusier.

Focus sur quelques créations des années 1950, parmi les 17 réalisations de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial :

260px-Marseille_la_terrasse_de_la_citée_radieuse

3217-QP39
Affiche festival, 1956.

En France :

  • l’Unité d’habitation de Marseille, connue sous le nom de Cité radieuse, ou plus familièrement « La Maison du fada » est une résidence édifiée entre 1947 et 1952 : Michel Ragon, critique d’art et spécialiste de l’histoire de l’architecture, y réalisera en 1956 sur son toit, une exposition temporaire d’arts plastiques, dans le cadre du festival d’avant garde. danse 1956

Danseuses de la troupe de  Maurice Béjart et sculpture Cysp 1 de Nicolas Shöffer (festival 1956.). Sur le toit de la Cité Radieuse à Marseille.

  • La chapelle Notre-Dame du Haut à Ronchamp. Inaugurée en 1955.

Située  en Haute-Saône, elle a été démolie par les bombardements à la Libération. Elle a été reconstruite par Le Corbusier.Voir la genèse de la reconstruction de Ronchamp, ici  et notamment le rôle tenu par Maurice Jardot (associé du galeriste Daniel Kanweilher) et celui d’Eugène Claudius Petit, maire de Firminy, ministre en charge de la Reconstruction après guerre, qui confia à Le Corbusier la construction de Firminy-Vert.

inauguration ronchamp

1955 : Inauguration de la nouvelle chapelle de Ronchamp.

L'ART SACRE 1

japon museeph_building_02

 Musée National d’Art Occidental, Tokyo
Photo : Olivier Martin-Gambier 2006
© FLC/ADAGP

Untitled, 12/11/03, 2:53 PM, 16C, 3450x4776 (600+0), 100%, AIA repro tone, 1/50 s, R58.9, G46.8, B59.3

Claudius-Petit et Le Corbusier, in Architects in a Parisian cafe, ca. 1950 / UNESCO, photographer. Marcel Breuer papers, Archives of American Art, Smithsonian Institution.

Michel Ragon en ligne

Le site internet du Centre Pompidou a mis en ligne un entretien filmé avec Michel Ragon :

bibliographie-michel-ragon

« Écrivain, poète, historien, essayiste, romancier, critique d’art et d’architecture, Michel Ragon s’engage très tôt aux côtés des artistes de CoBrA, de l’art abstrait, de l’art informel, de l’art cinétique ainsi que de l’art brut. En 1965, il fonde le GIAP (Groupe international d’architecture prospective), qui défend la prospective architecturale. Dans le cadre de la nouvelle présentation des collections modernes 1905-1965 du Centre Pompidou, une salle est consacrée à ce passeur immense, « visionnaire » engagé dans son temps ».

Dans cet entretien filmé inédit de 45 minutes avec Bernard Blistène, il évoque notamment Martin Barré et James Guittet, ses amis de jeunesse,à Nantes,   Poulaille qui l’accueille  à Paris, la critique d’ art et d’architecture, Le Corbusier,  l’art abstrait, les américains, mais aussi Dubuffet Chaissac et l’art brut,  les modes d’expression populaire.

2015-10-06-09-45-46--708806071

Voir sur le site de Michel Ragon : le Colloque « Michel Ragon, critique d’art et d’architecture », 3, 4 et 5 juin 2010, INHA et d’autres vidéos.

La salle 25 au musée national d’art moderne

Dans le cadre du nouvel accrochage des collections modernes 1905-1965 au Centre Georges Pompidou, ne pas manquer l’ hommage rendu à Michel Ragon, salle 25  :

« Spread over 40 rooms, the new presentation takes visitors chronologically through the major modern art movements. Room 25, above, devoted to Michel Ragon, displays a collection of publications and archival documents with the works of artists Ragon was close to…. »

http://www.wsj.com/articles/pompidou-opens-new-presentation-of-its-modern-art-collection-1432725125

BN-IP680_1pompi_M_20150527064346Photo: Philippe Migeat/Centre Pompidou

voir également : http://www.archicool.com/index.php/actualites2/item/4194-nouvel-accrochage-des-collections-modernes-1905-1965-au-centre-georges-pompidou

« L’Action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art » : Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot

citiqueart_couv_42-small250En ligne, depuis mai 2015 sur le site de La revue critique d’art, Actualité internationale de la littérature critique sur l’art contemporain le n° 42 | 2014 : CRITIQUE D’ART ,  l’article intitulé :  « L’Action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art » :
 » François Mathey (1917-1993), conservateur puis conservateur en chef au musée des Arts décoratifs (1953-1985) a réalisé plus de 350 expositions. Les collections des Archives de la critique d’art retracent son activité foisonnante. Il partage avec Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot les mêmes goûts et la même envie de promouvoir l’art vivant. Les trois critiques le soutiennent dans cette aventure. De son côté, François Mathey les appuie lorsqu’ils défendent le Nouveau réalisme, la Figuration narrative ou l’architecture utopique. L’exposition 60/72 : douze ans d’art contemporain en France met un coup d’arrêt à ce soutien mutuel, car François Mathey ose présenter sa propre histoire de l’art. L’exposition est jugée en outre politique, donc condamnée.

Les débuts de François Mathey sont pourtant jugés prometteurs. En 1960, Pierre Restany salue son audace et celle de Julien Alvard, son co-commissaire pour l’exposition Antagonismes : «Les portes du musée national d’Art moderne seront les dernières à s’ouvrir […] Devant cette trop habituelle carence, c’est le Pavillon de Marsan qui marque les points, François Mathey aspirant à pleines goulées les effluves pures et impures de la nouvelle vague. L’exposition “Antagonismes”, au musée des Arts décoratifs, constitue un événement capital de la vie artistique parisienne »: http://critiquedart.revues.org/13591

La version anglaise : François Mathey’s Programme, through the Eyes of Three Art Critics

Traduction de Simon Pleasance :

 « François Mathey (1917-1993), curator then head curator at the Musée des Arts Décoratifs (1953-1985), organized more than 350 exhibitions. The collections of the Archives de la critique d’art trace his hectic activity. With Michel Ragon, Pierre Restany and Gérald Gassiot-Talabot he shared the same tastes and the same desire to promote living art. The three critics all backed him in this adventure. François Mathey, in turn, supported them when they championed Nouveau Réalisme, Figuration Narrative, and utopian architecture. The exhibition 60/72 : douze ans d’art contemporain en France brought this mutual back-slapping to an end, because François Mathey had the audacity to present his own history of art. The show was deemed to be political, to boot, and duly condemned.

 Yet François Mathey’s early days were nevertheless seen as promising. In 1960, Pierre Restany hailed his daring, along with that of his co-curator for the exhibition Antagonismes, Julien Alvard: “The doors of the National Museum of Modern Art will be the last to open […]. Faced with this all too customary shortfall, it is the Pavillon de Marsan which is scoring points, with François Mathey gulping in the emanations, pure and impure alike, of the new wave. The exhibition Antagonismes, at the musée des Arts décoratifs, is an event of paramount importance for the artistic life of Paris”  http://critiquedart.revues.org/13593