Archives du mot-clé métiers d’art ;

Le pouvoir des fleurs : exposer ensemble beaux-arts, science et arts décoratifs

Exposer science, beaux-arts et arts décoratifs ensemble,  c’est  retracer toute une époque grâce au  parcours  que propose   « Redouté le pouvoir des fleurs » au musée de la vie romantique. Quatre étapes majeures caractérisent  l’exposition :

L’univers des beaux- arts avec notamment Flore caressée par Zéphyr du baron Gérard ou ce roi de Rome  par Prudhon,  l’un des premiers portraits de l’enfant impérial :

– L’oeuvre de Pierre-Joseph  Redouté, le  «  Raphaël  des  fleurs  ».   Ce sont toutes les facettes du talent de cet élève de Van Spaendonck qui sont mises en avant :

Les   fleurs  et les  arts  appliqués, de l’industrie  au  Salon : les  arts décoratifs, des papiers peints aux accessoires de mode :

– un parcours  contemporain  des  métiers  d’art , co-organisé  avec  Ateliers  d’Art  de  France, voisin du musée : Argent,  bronze,  coton,  émaux  sur  cuivre,  grès,  laine,  mosaïque,  papier,  plâtre,  plume,  porcelaine, silicone,  soie,  terre  crue,  verre…  26  créateurs  façonnent  la  matière  pour  réaliser  une  quarantaine d’œuvres  originales  qui  sont présentés  dans  le  jardin  et  les  salles  du  musée  de  Vie  romantique.  Une autre façon de mettre en valeur les collections permanentes du musée :

 A signaler un  feuilletoire  (un livre  du  MNHN  au  format  numérique) qui permet  de  vivre  l’exposition   de  manière tactile. Le MNHN, cette année, a contribué à plusieurs expositions temporaires : cette coopération de plus en plus fréquente des collections de ce musée à des expositions de beaux- arts peut être soulignée , tant au musée de la vie romantique quˋau Grand Palais pour l’exposition  » Jardins ».

 Pascal  Simon  Gérard fait  poser  son  ami, alors «  Peintre  de  fleurs  de l’impératrice  »   :

Grâce au pouvoir des fleurs,  Redoute, né en 1759 dans les Ardennes belges, a débuté sa carrière auprès de Marie Antoinette et  a traversé la Révolution , l’Empire et la Restauration. Depuis  1805, comme le précise le dossier de presse de l’exposition : « Redouté  vit  la  période  la  plus  féconde et  la  plus  heureuse  de  sa  carrière  durant  laquelle  il  bénéficie  de  la protection  de  Joséphine  et  qui  se  termine  avec  la  mort  de  la  souveraine en  1814.  Les  deux  artistes  se  sont  probablement  rapprochés  quand  ils ont  tous  deux  eu  la  jouissance  d’un  atelier  réservé  aux  artistes  au  Louvre.   Si le roi  Charles  X  en  1825 lui accorde la Légion d’honneur,  sa  candidature  à  l’Académie  des  Beaux-Arts  lui sera refusée ».

Pour tout savoir ou presque..

Abbaye de Conques : FLEURY / SOULAGES

  • D’un côté la disparition de l’Atelier d’artiste comme lieu d’expérimentation sur la matière et de l’autre, un foisonnement accru des possibilités techniques de l’industrie n’ont cessé de rendre plus nécessaire la présence d’un intermédiaire éclairé entre l’idée parfois un peu évanescente de l’artiste et les multiples ressources du matériau. L’implication de l’Atelier Fleury relève bien plus que d’un simple exécutant.  Son rôle est aussi d’amener l’artiste à considérer les richesses souvent méconnues du verre. Lui proposer tel grain, tel reflet, tel effet d’ombre ou de lumière fait de cette expertise une véritable prolongation de son projet. Comme en réponse à l’invitation d’une forme, la pensée de l’artiste se trouve augmentée de cette formidable nouveauté qu’est l’idée même de la matière : http://www.atelier-fleury.com/site/index.php?category/vitraux-artistes

A l’heure où les métiers d’art sont à l’honneur et où de multiples musées et salons les célèbrent ou vont les célébrer, voici quelques créations, quelques vitraux d’artistes créés par l’atelier Fleury qui méritent d’être à nouveau découverts :

Miquel Barcelo Cathédrale de Palma de Majorque

Pascal Convert Sérigraphies sur verre : autoportraits au miroir – enfants de fusillés

Jean-Dominique Fleury creations récentes, dont Saint Etienne de Beaugency :

saint-etienne_de_beaugency-2

Jean Michel Othoniel Chapelle St Martin du Méjan, Arles

Philippe Parreno Galerie Pilar Corrias, Londres

Martial RaysseNotre-Dame de l’Arche d’Alliance, Paris

Voir : Atelier Jean-Dominique FLEURYCréation de vitraux d’artistes contemporains

Jean-Dominique Fleury et d’autres verriers, comme Gilles Rousvoal http://www.centre-vitrail.org/fr/gilles-rousvoal,228.html ,Claude Baillon http://www.infovitrail.com/pdf/grange-verrieres-2014-dossier-de-presse.pdf ou Jean Mauret,http://www.jean-mauret.com/Utilitaires/presentation.html  et Gérard Hermet ont autrefois fait partie du groupe HYALOS, fondé en 1977, qui a exposé ses créations, en 1980 à Chartres. Pour Gérard Hermet : « Le groupe Hyalos a rassemblé deux générations de créateurs allant vers le même but qui était de défendre l’aspect créateur du peintre verrier » : http://www.centre-vitrail.org/fr/hermet-gerard,article-53.html)

verriers françaisFrançois Mathey évoquera leurs créations, dans la préface du catalogue de l’exposition de 1982, au musée des Arts décoratifs, à Paris :Verriers français contemporains : art et industrie.  (Préfaces et notes de F. Mathey, p. 8-11).

Exposition temporaire :  » Création-innovation », l’école Boulle s’expose au Musée des arts et métiers

Après la très belle exposition achevée en mars :  Mecanhumanimal d’Enki Bilal : https://www.dailymotion.com/video/x1044fe_mecanhumanimal-enki-bilal-au-musee-des-arts-et-metiers_creation 

hp-mecanhumanimal

le Musée des arts et métiers (www.arts-et-metiers.net/) présente du 10 juillet au 21 septembre 2014 l’exposition Création-innovation, l’école Boulle s’expose au Musée des arts et métiers. À travers une sélection de portraits d’étudiants et d’enseignants, et de pièces de diplôme représentatives des treize métiers d’art enseignés à l’école Boulle, l’exposition met à l’honneur les créateurs, en devenir ou confirmés, et leurs réalisations.
 
CNAM_0000531_013Treize métiers d’art dans l’église :  Dans l’église du Musée des arts et métiers, les visiteurs pourront découvrir huit îlots thématiques. Chacun de ces îlots présente un panorama des treize métiers d’art enseigné à l’école Boulle illustré par une sélection de pièces de diplôme et de portraits d’étudiants ou d’enseignants. En complément de cette présentation, les visiteurs pourront parcourir quelques extraits de mémoires de synthèse d’étudiants qui rendent compte du processus de création, de l’idée à la réalisation. En complément le documentaire À l’école Boulle qui suit le parcours de quatre élèves préparant leur diplôme (réalisé par Laëtitia Agostini , 52 mn) sera diffusé dans l’église.

http://www.arts-et-metiers.net/musee/creation-innovation-boulle

A signaler également  :

Le musée vu par des professeurs de l’école Boulle,  « Aventures », « magie », « excellence »…quatorze professeurs de l’école

ECOLE BOULLE RENOVATION APRES

ECOLE BOULLE RENOVATION APREShttp://www.arts-et-metiers.net/musee/le-musee-vu-par-des-professeurs-de-lecole-boulle

et le reportage du Parisien sur l’École Boulle rénovée : http://www.leparisien.fr/paris-75/en-images-la-renaissance-de-l-ecole-boulle-14-01-2013-2480653.php?pic=3#infoBulles1

 

 

Retour vers le futur : Métiers d’art et création contemporaine au Grand Palais, Révélations du 11 au 15 septembre 2013

Il s’agit là de la première édition de cette biennale des métiers d’art et de la création : le salon est dédié à la création contemporaine  dans les  métiers  d’art. Il réunit plus de 260 exposants  venus  du monde entier. L’invité d’honneur est la Norvège. Cette présentation d’œuvres s’accompagne d’un cycle de conférences données par des spécialistes, mais également d’expositions, de films sur les métiers d’art… sont programmés un colloque et des rencontres et échanges avec les grands acteurs des métiers d’art. Le dossier de presse nous apprend qu’il s’agit de « rompre les digues ». Antoine Leperlier écrit :

« […] De plus en plus d’artistes plasticiens et de designers assument l’importance du faire en art et se soucient du traitement des matériaux. En ouvrant un espace commun à toutes ces pratiques, en mettant sur la table un ensemble d’œuvres liées au  faire et  aux matériaux sans considération d’un mode de production spécifique ou labellisé, ce « banquet » vise à abolir les hiérarchies entre les arts comme entre les genres, et à contester la légitimité de ces discriminations dogmatiques qui opposent vainement le « faire » et le « non faire », le concept  et le matériau, ce qui serait de ce fait  contemporain ou non […]. Cette exposition permettra de mesurer l’émancipation de certains secteurs des métiers d’art, d’un artisanat dans lequel on les a trop longtemps relégués et l’extension concomitante de tout un champ de l’art actuel que cette émancipation a favorisée. Elle fera la démonstration de ce que les discriminations académiques qui correspondent à des moments historiques  ne tiennent plus lorsque rompent les digues qui cloisonnent les domaines de l’art, et les pratiques des artistes. En outre, cette disposition en tables autorisera une seule lecture horizontale sans muséographie bavarde des œuvres; regard aura la possibilité autant que faire se peut de s’affranchir des préjugés relatifs aux catégories préétablies et de juger sur pièce […]. »

Cela fait diablement écho à ce que le conservateur en chef du musée des Arts décoratifs François Mathey exprimait dans les préfaces des catalogues et la scénographie des deux expositions organisées par ses soins sur ce thème : Artiste, Artisan ? en 1977 et Les métiers de l’Art en 1980. Manifestement le combat contre les digues continue.

 Voir le dossier de presse :

http://www.revelations-grandpalais.com/fr/presse-actualites/communiques-dossiers-presse/2013-08-20,dossier-presse.htm