Archives du mot-clé Mallarmé

Jamais un coup de dés..trésor national

Mallarme1

« Marcel Broodthaers considère  Mallarmé comme « le fondateur de l’art contemporain ». Il voit dans le poème-partition Un coup de dés jamais n’abolira le hasard, le traité de l’art déhiérarchisé propre à notre temps ». Plusieurs expositions ont fait référence  à ce poème et à son auteur :

– Hommage à Mallarmé en 2005 au musée des Beaux arts de Nantes ( « Mallarmé l’action restreinte »).

–  en 2013 lorsque les 50 centres d’art  ont salué la décentralisation culturelle.

L’unique  manuscrit qui subsiste de ce texte vient d’être consacré trésor national

« Un manuscrit autographe de Stéphane Mallarmé, Jamais [sic] un coup de dés n’abolira le hasard, encre noire avec indications typographiques au crayon bleu et pagination au crayon rouge sur papier quadrillé, 24 pages en 12 f. in-4°, 1897,

La commission régulièrement convoquée et constituée, réunie le 21 octobre 2015,

Après en avoir délibéré ;

Considérant que le bien pour lequel le certificat d’exportation est demandé est un rare manuscrit d’un poème emblématique écrit par le chef de file de la poésie symboliste, Stéphane Mallarmé (1842-1898) ; que la première publication de ce poème, qui représente une forme d’aboutissement des recherches de Mallarmé pour concevoir un texte total, intervenue en 1897 dans la revue internationale Cosmopolis, a été considérée comme insatisfaisante par le poète en raison de difficultés techniques ayant empêché l’unité de lecture voulue ; que ce manuscrit, fixant le texte et sa disposition avec un luxe de détails, constitue la forme définitive élaborée ensuite la même année par Mallarmé dans la perspective d’une édition commandée par Ambroise Vollard et devant être illustrée de gravures d’Odilon Redon ; que cette maquette de la mise en page précise devant être imprimée par Firmin-Didot a été calligraphiée à l’encre et semée d’indications typographiques au crayon à l’intention de l’imprimeur par le poète lui-même ; que cette œuvre exigeante est restée en suspens, compte tenu de l’impossibilité de sa validation par l’auteur puisque le travail de préparation de l’impression a été interrompu par la mort brutale de Mallarmé ; qu’il s’agit de l’unique manuscrit subsistant, celui livré pour Cosmopolis ayant disparu, de ce texte qui ne sera finalement publié qu’en 1914 par le docteur Bonniot aux éditions de la Nouvelle Revue française ; que ce poème, incontournable dans l’histoire littéraire française, représente un essai précurseur d’approche de l’écriture au-delà de ses limites traditionnelles, par une liberté dans la syntaxe et dans l’ordonnancement des mots sur la page ; que ce manuscrit d’un texte fondamental par l’ouverture qu’il a créée vers la modernité et ayant connu une immense postérité, constitue un témoin capital du processus créatif propre à Mallarmé et l’expression la plus fidèle de la vision qu’il avait pour son poème ;

Qu’en conséquence, cette œuvre présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considérée comme un trésor national,

Emet un avis favorable au refus du certificat d’exportation demandé ».

Avis n° 2015-16 de la commission consultative des trésors nationaux  paru au Journal officiel de ce jour.

 

Artistes chinois en France des années 1920 et 1930 : à travers les frontières culturelles

594_vignette_PEINTRE-CHINOIS
Shana, portrait de la fille de l’artiste, Chang Shuhong (1935)
© RMN (musée Guimet, Paris) / Benjamin Soligny/Raphaël Chipault

Un entretien avec M. Éric Lefebvre, conservateur au musée Guimet, septembre 2014.
Ancien conservateur du musée Cernuschi http://www.cernuschi.paris.fr/, Éric Lefebvre est à l’origine d’une exposition qui a permis en 2011 de redécouvrir les artistes chinois vivant en France à partir des années 1920 et 1930 : ils ont été les acteurs majeurs d’ une profonde rupture avec les traditions artistiques chinoises. À leur retour en Chine, ces artistes véritables ont joué notamment un rôle décisif dans la réforme de l’enseignement des arts.
Vous avez organisé une exposition en 2011 au musée Cernuschi, intitulée « Artistes chinois à Paris, 1920-1958 : de Lin Fengmian à Zao Wou-ki. 2011 : Six créations contemporaines dans le parc Monceau ». http://cernuschi.paris.fr/sites/cernuschi/files/dossier_de_presse_artistes_chinois_a_paris.pdf
Pouvez-vous me raconter comment l’exposition est née ?

L’exposition de 2011 est le fruit de recherches personnelles sur les artistes chinois vivant à Paris que j’ai menées durant les premières années où j’étais conservateur. Ces recherches qui portaient en premier lieu sur les collections du musée Cernuschi, qui dépend de la Ville de Paris, ont été enrichies ensuite des contacts pris auprès de la plupart des collections des institutions publiques françaises puis de collectionneurs privés.
Vous explicitez les origines de l’arrivée en France de plusieurs peintres chinois en France. Les œuvres de ces peintres et artistes chinois ont été exposées au public parisien. Trois d’entre eux, Lin Fengmian, Liu Haisu ou Xu Beihong, s’imposaient à la fois comme créateurs, directeurs d’institutions nouvelles dispensant un enseignement des beaux-arts de type occidental, et commissaires d’expositions qui présentaient l’art chinois en Occident.

Vous présentiez lors de cette exposition en premier les œuvres de Liu Haisu 劉海粟 (1896-1994), pourquoi ?

Le parcours de l’exposition débutait en effet par les œuvres de Liu Haisu qui, à la différence de Lin Fengmian et Xu Beihong, était un déjà peintre confirmé lors de sa venue en France. L’Etat va acquérir l’une de ses œuvres dès 1931 : il s’agit très probablement de la première œuvre d’un peintre chinois vivant à entrer dans les collections nationales. Arrivé en France en 1929, Liu Haisu était déjà peintre depuis vingt ans. Il voulait bien sûr se confronter aux œuvres des peintres du passé mais aussi montrer son travail au public occidental. En janvier 1931, Liu Haisu réalise une série de vues de Paris sous la neige. En juin, il présente à Paris une sélection d’œuvres principalement réalisées en Europe.

Qui a décidé de l’acquérir et pourquoi ?

C’est le conservateur du musée du Jeu de Paume, André Dezarrois qui fait rentrer dans les collections publiques « Paysage de neige », une peinture qui représente le Jardin du Luxembourg. A l’époque, il semble que les collections permanentes rassemblaient beaucoup de vues de Paris réalisées par des artistes américains, japonais, etc.
Ce conservateur du Jeu de Paume dont les collections sont consacrées alors aux « écoles étrangères contemporaines » pour reprendre l’expression exacte de cette époque, va d’ailleurs acquérir une seconde œuvre à l’huile représentant cette fois un paysage chinois, le lac de l’Ouest, un pendant en quelque sorte de l’œuvre précédemment acquise. André Dezarrois, semble changer son fusil d’épaule à partir de 1933 : il s’intéressera ensuite majoritairement à des peintures plus « typiquement » chinoises (aux thèmes de paysages, de fleurs et oiseaux. La technique à l’encre, l’œuvre sur papier, sont dès lors nettement privilégiées.

Liu Haisu aimait les peintres fauves. Qui fréquentait-il à Paris ?

Sa personnalité est un peu ambivalente, il est à la fois artiste (il peint à l’huile et à l’encre) mais aussi un personnage important dans le domaine de l’éducation artistique puisqu’il est le fondateur de la première école des Beaux-arts à Shanghai, une institution largement inspirée du modèle occidental. Ses relations à Paris sont prioritairement institutionnelles. Une photographie célèbre le représente en compagnie du directeur de l’école des Beaux-arts de Paris. Il ne semble pas qu’il ait rencontré ces artistes fauves qu’il aimait tant, comme Derain. En revanche, ceux-ci étaient connus en Chine en partie grâce à ses écrits parus dans la presse shanghaienne. Ces comptes-rendus écrits avec passion et précision permettaient à un critique d’art, comme Ni Yide, qui n’est pas venu en France, de commenter le mouvement fauve.

Quel était le peintre chinois vivant à Paris qui a le mieux été reconnu et connu par ses pairs et collectionné par des amateurs d’art durant cette période ?

C’est peut-être Lin Fengmian 林風眠 (1900-1991) arrivé très tôt en France en 1920, il fait toutes ses études ici. Originaire d’un milieu modeste, il a été placé à la tête de la nouvelle école des Beaux-arts fondée à Hangzhou en 1928. S’il a connu des revers dans sa carrière académique, il a su développer en parallèle une œuvre très personnelle en empruntant aussi bien à l’art populaire chinois qu’aux maîtres de la modernité occidentale. A la fin des années 1940, il travaille à Shanghai, en marge du monde académique. A cette époque de nombreux Français avaient collectionné ses œuvres et forment autour de l’artiste un réseau d’amis fidèles qui sera réactivé en 1979, lorsque Lin Fengmian reviendra à Paris.

Lin Fengmian faisait partie du groupe Phébus lorsqu’il a organisé la première exposition de tableaux chinois à Strasbourg en 1924. Cette exposition était –telle importante ?

L’exposition de 1924 au Palais du Rhin à Strasbourg était effectivement ambitieuse. Elle comptait plusieurs centaines d’objets : elle montrait des regroupements de jeunes artistes dans le cadre de solidarités régionales (notamment ceux qui comme Lin Fengmian venaient de Canton), mais aussi des peintures et des objets d’arts collectionnées par les membres de la communauté chinoise de France : des antiquaires tels Loo Ching Tsai (dont la galerie est connue sous le nom de C.T.Loo), des collectionneurs privés mais aussi des diplomates.
À la fin des années 1980, le célèbre historien britannique Craig Clunas, s’est intéressé à la réception par le public français de cette exposition, ainsi qu’aux associations d’artistes chinois : le groupe Phébus et la Société chinoise des Arts décoratifs à Paris à l’origine de l’exposition. Le groupe semble avoir eu une durée de vie assez courte. Les rapports entre le groupe Phébus et l’association des artistes chinois en France, active dans les années 1930 et 1940, restent à éclaircir. La question des associations des artistes chinois en France est actuellement le sujet d’une thèse en Chine.

Lin Fengmian a choisi à plusieurs reprises de peindre des sujets religieux d’inspiration chrétienne, comme une pietà par exemple, comment cette démarche s’explique-t-elle ?

Il n’est pas effectivement catholique mais il était intéressé par les grandes figures de l’humanité, par l’expression universelle des sentiments. C’est pourquoi il a choisi, pour dépeindre la douleur de se tourner vers les sujets offerts par l’iconographie chrétienne. Ces sujets l’ont particulièrement intéressé, notamment pendant la période des seigneurs de la guerre. Il s’inspirait de Rouault et de ces cernes noirs, qu’il citait auprès de ses élèves mais aussi des peintres de l’impressionnisme. Ces œuvres ont parfois disparues mais il est revenu à ces thèmes après la révolution culturelle, notamment lorsqu’il résidait à Hong Kong. Il a détruit lui-même beaucoup de ces œuvres, forcé par les circonstances, au moment de la révolution culturelle. Nous avons encore en France une « Pietà » des années 1940 grâce à une collectionneuse française, ces œuvres sont une recherche de synthèse entre l’art de l’Occident et de l’Orient, l’un des buts de son art.

Il peint sur un format carré : est-ce anecdotique ?

Il a utilisé le format carré de façon radicale dans son œuvre dès les années 1940, en rupture avec la tradition artistique chinoise. Il opte pour l’exclusion des colophons, des poèmes et commentaires, il veut créer des tableaux et non des rouleaux horizontaux ou verticaux. Il peint ses œuvres sur le mur, ce qui est original dans le monde chinois. Après son départ de Chine, il a voyagé en Europe, au Brésil, puis a fini sa vie à Hong Kong. L’académie des Beaux-arts de Hangzhou lui a rendu longuement hommage, en sa qualité de peintre et de fondateur de l’école des beaux-arts, à travers également ses élèves célèbres comme Zaou Wou-Ki, Chu Teh Chun, Wu Guanzhong, Xi Dejin et Su Tianci.

Revenons à l’entre-deux-guerres, l’exposition importante d’art chinois suivante est organisée à Paris en 1933 par Xu Beihong ? Qui était Xu Beihong ?

Xu Beihong, est né dans la province du Jiangsu en 1895. C’était un personnage très actif, à la fois enseignant, peintre, critique et commissaire d’exposition. Il séjourne sept ans en France. A son retour, il enseigne notamment à l’université de Nankin, avant d’être nommé directeur de l’École spéciale nationale des arts de Pékin. Comme Lin Fengmian, il parlait très le bien le français, et il conserva des liens privilégiés avec la France toute sa vie. Il portait une grande admiration à Dagnan-Bouveret qui était son maître à Paris, et dont l’art précis d’esprit naturaliste est l’une des sources des chevaux de Xu Beihong qui symboliseront l’esprit de résistance chinois et seront célèbres dans les années 1940. Xu Beihong a conservé des liens tant personnels que privés avec Dagnan-Bouveret. Il garde en Chine dans son atelier la reproduction de l’autoportrait de Dagnan-Bouveret. À la BnF, j’ai retrouvé le premier recueil de dessins très réalistes, classiques, publié par Xu Beihong en 1929 : il s’agissait d’une copie dédicacée à Dagnan-Bouveret qui atteste du lien par-delà les mers entre Xu Beihong et son maître. Dans ses articles souvent passionnés, voire polémiques, Xu Beihong aime à rechercher des filiations dans l’histoire de l’art occidental, il remonte à la Renaissance, il établit des liens à travers les siècles entre les grands maîtres, il intègre Dagnan-Bouveret dans cette généalogie comme l’héritier des grands peintres et un représentant des maîtres du réalisme. Xu Beihong est décédé dès 1953 en Chine. Son œuvre a toujours été considérée comme un modèle et conservée dans un musée qui lui est dédié, à Pékin.

Dans quelles circonstances Xu Beihong a-t-il organisé l’exposition de 1933 ? Comment avez –vous reconstitué une des salles de cette exposition ?

Une importante exposition d‘art japonais contemporain avait eu lieu à la fin des années 1920 au musée du Jeu de Paume. Elle a probablement aiguillonné la volonté des peintres chinois de Paris qui souhaitaient eux-aussi se faire connaître et estimaient que la peinture chinoise méritait une reconnaissance internationale. Les artistes vont trouver des relais diplomatiques pour l’organiser. En Chine des comités choisissent Xu Beihong comme commissaire, il a en quelque sorte été mandaté par les autres artistes chinois.
Les expositions des années 1920 n’ont pas fait véritablement leur chemin jusqu’au public français. Celle de 1933 connaît en revanche un véritable succès public à Paris où elle est prolongée. L’exposition est itinérante, et voyagera en Europe et en Union soviétique. Le catalogue de l’exposition de 1933 a été apprécié, il a été réédité. L’exposition connaît une fréquentation importante, comparable à l’exposition Chassériau, l’autre grande manifestation de ce printemps 1933.

Le catalogue a permis de reconstituer partiellement l’exposition. Sa préface est de Paul Valéry : je ne sais pas comment le grand écrivain et poète a été sollicité à cette fin. Dans la lignée de Mallarmé, il s’intéressait, aux artistes et aux œuvres chinoises, il avait des contacts avec d’autres artistes chinois venus en France comme Yun Gee, qui a réalisé son portrait. L’exposition a eu du succès : l’Etat français va acquérir à cette occasion un ensemble significatif de 12 tableaux. Ces œuvres ont fait ensuite un long périple. Elles sont parties pendant la Seconde Guerre mondiale à Chambord, puis ont été rapatriées pour être plus tard déposées dans les années 1970 au Centre Pompidou : elles ont finalement été remises au musée national Guimet dans les années 1990. Peut-être considérées comme trop traditionnelles dans les années 1970 par le Centre Pompidou, elles sont apparues trop modernes à leur arrivée au musée Guimet au cours des années 1990, le musée étant alors consacré à des périodes de l’art chinois plus anciennes. L’exposition de 2011 a permis de reconstituer le parcours de ces œuvres et de les restaurer.

L’exposition de 2011 a-t-elle eu le succès escompté ?

C’était une exposition qui au sein des musées de la Ville de Paris, avait fait débat, on s’était demandé si le sujet était véritablement porteur. Finalement l’exposition a réuni plus de 20 0000 visiteurs, attirant un public assez jeune et international. Les sculptures contemporaines situées dans le parc Monceau étaient aussi une première et ont également suscité l’intérêt du public.

Qu’en est-il du volet sculpture au Parc Monceau ?

C’était aussi une grande première que d’exposer des sculptures contemporaines dans ce parc très fréquenté : Wang Keping a réalisé pratiquement une performance en réalisant deux œuvres in situ à partir de deux immenses billes de bois à la tronçonneuse dans ces jardins. Les artistes ont bénéficié d’un public également nombreux. Un regret toutefois, exprimé par les artistes, est de ne pas avoir été plus nombreux à exposer leurs œuvres.

Ces artistes appartiennent –ils à des communautés d’artistes comme leurs aînés ?

En 2011 les sculpteurs accueillis au Parc Monceau ne forment pas un groupe : certains viennent du groupe Xiamen Dada comme Huang Yongping 黃永砯 (né en 1954) et sa femme Shen Yuan 沈遠 (née en 1959). Wang Keping 王克平 (né en 1949) est, avec, Ma Desheng 馬德升 (né en 1952) cofondateur en 1979 du groupe ‘Les Étoiles’ (Xingxing), l’un des premiers une liberté d’expression formelle dès la fin des années 1970. Chen Kaiyuan 陳開元 (né en 1948) lui a plutôt ses attaches du côté de Taiwan, Ru Xiaofan vient de Nankin.

Qu’ont pensé ces jeunes sculpteurs de la peinture chinoise de leurs aînés ?

Ils ont parfois découvert certains aspects méconnus de la création de leurs aînés. Par exemple, cela a été une satisfaction de pouvoir faire admirer à Wang Keping les sculptures de Pan Yuliang : il connaissait ses œuvres peintes mais ignorait l’ampleur et la maîtrise de l’espace qui caractérisent cet aspect de l’œuvre de Pan Yuliang.

Dans quel contexte s’organise jusqu’en septembre 2014, l’exposition à Hong Kong ?

A l’occasion du cinquantenaire des relations diplomatiques franco-chinoises, les responsables du musée ont fait appel à moi pour mieux connaître les œuvres chinoises modernes qui figuraient dans les collections publiques françaises. Nous avons pu faire une part plus belle aux peintres de l’abstraction, des années 1950 à 1970, et à de nouvelles personnalités. Les responsables du musée de Hong Kong voulaient savoir par quels moyens ces artistes chinois, dont les œuvres ont été acquises en France, étaient parvenus à faire connaître leur peinture en France et à la faire apprécier du public. D’où cette recomposition assez forte de l’exposition initiale de 2011.
A cette occasion j’ai inclus dans le parcours la reconstitution d’une exposition de peintres chinois qui s’était tenue en 1946 au musée Cernuschi, et qui fait pendant à la reconstitution de l’exposition du jeu de Paume (1933).
J’ai pu rencontrer les journalistes chinois qui sont venus en France, deux mois avant l’exposition et aujourd’hui encore, je suis régulièrement contacté par des personnes intéressées par l’exposition, ce qui me laisse penser qu’elle est bien reçue.
Le public chinois est intéressé par la présence de Lin Fengmian et Wu Guanzhong, qui sont liés à l’histoire de Hong Kong. Ils demeurent encore aujourd’hui les passeurs qu’ils ont toujours été et permettent au public de découvrir d’autres artistes. Il n’a pas été pas possible de présenter des œuvres contemporaines de 2011 mais des sculptures des années 1940 sont incluses dans le parcours car il était aussi important de montrer comment ces artistes maîtrisaient aussi bien la sculpture que la peinture ou d’autres techniques comme la gravure. Chronologiquement, l’exposition va jusqu’aux années 1980 et 1990 et inclut le retour de ces peintres en France après la révolution culturelle.

L’exposition sera-t-elle itinérante ? Quelles suites en attendez-vous ?

Les œuvres peintes sont fragiles, pour la plupart réalisées sur papier ou sur soie. Il n’a donc pas été possible de faire une exposition itinérante dans la Chine entière, ce qui mériterait d’être mis en œuvre car chaque exposition permet de contacter de nouveaux collectionneurs et institutions, d’approfondir les recherches sur ces peintres mais aussi d’élargir le spectre des œuvres présentées, en s’intéressant aussi à l’art décoratif, et également à l’urbanisme. J’ai bon espoir de pouvoir développer ces thèmes dans le cadre d’expositions futures.

Site du musée Guimet : http://www.guimet.fr/fr/
couv_splendeurs_des_hanA voir en ce moment la très belle exposition  » Splendeurs des Han, essor de l’empire Céleste », jusqu’au 1er mars 2015.http://www.guimet.fr/fr/expositions/expositions-a-venir/splendeur-des-han-lessor-de-lempire-celeste