Archives du mot-clé l’INHA

L’INHA édite  » Dits » et « Inédits »

iL’Institut national d’histoire de l’art (INHA) lance cette année ses propres collections : « Dits » et « Inédits ».

« Inédits  » publie des travaux de recherche non traduits, méconnus, qui intéresseront essentiellement les spécialistes :

La collection « Dits »  va en revanche célébrer «  la petite forme. Elle rassemble des textes d’historiens de l’art conçus en réponse à une invitation de l’INHA. Le plus souvent dits et adressés à un public, ils conservent la force de leur énonciation première. Formes brèves, leur argumentation exprime l’idée au plus proche du mouvement de la pensée qui l’a fait naître.

Les deux premiers titres viennent de paraître : Le premier titre, À livres ouverts, est la transcription de la conférence prononcée par le philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman le samedi 14 janvier 2017, pour la réouverture de la bibliothèque de l’INHA, dans la salle Labrouste à Paris. L’auteur y salue l’ouverture de la bibliothèque comme celle d’un « ouvroir d’histoires de l’art potentielles ».

Photographies © Agathe Lautréamont, 2017

Le second titre, Piranèse ou l’Épaisseur de l’histoire, est un texte concis de l’archéologue et historien de la culture et ancien directeur général de l’INHA, Alain Schnapp, sur la Via Appia de Piranèse. Il y célèbre la puissance d’analyse par le trait du graveur, dont les dessins seraient des chefs-d’œuvre de l’art antiquaire voire, bien plus, des études archéologiques avant la lettre.

Le site de l’INHA en propose des extraits sur son site. Voici celui tiré du texte d’Alain Schnapp :

« Les gravures de Piranèse agrandissent ou réduisent à plaisir les monuments, elles jouent de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, elles tordent les perspectives et modulent les premiers plans comme si le graveur, conscient de ses effets, ployait les monuments à son propre plaisir pour les faire parler à sa place. […] John Wilton Ely a attiré l’attention sur cette remarque de Piranèse : “Les ruines parlantes ont rempli mon esprit d’images que des dessins précis ne m’auraient jamais permis d’exprimer.” Les ruines savent parler à qui sait les entendre et c’est cette force même qui s’incarne dans les gravures du maître et dans les commentaires qui les accompagnent. » (p. 12-13). 

Une exposition sur les archives de la critique d’art à l’INHA

Intitulée «  Mémoires croisées / dérives archivistiques Archives de la critique d’art« , cette exposition sur les archives de la critique d’art, a lieu du 13 mai au 18 juillet 2015, à l’INHA, salle Roberto Longhi : http://www.inha.fr/fr/ressources/expositions/en-2015/memoires-croisees-derives-archivistiques.html

« Les Archives de la critique d’art ont été créées en 1989 par l’AICA France (Association internationale des critiques d’art) avec quelques critiques et universitaires convaincus de la nécessité d’un tel projet pour la recherche, les professionnels et le public. La constitution de ces archives a permis de réunir à Rennes un ensemble exceptionnel de documents concernant l’art, la critique, les débats et les institutions depuis 1945, aussi bien en France que dans le monde. En avril 2014, l’association qui en avait la charge a décidé de confier leur destin à un Groupement d’Intérêt scientifique (GIS), associant l’AICA international, l’INHA et l’université Rennes 2. Les Archives de la critique d’art de Rennes sont ainsi entrées officiellement dans les collections de l’INHA. En écho à cet évènement, l’exposition organisée par l’INHA, sous le commissariat de Jean-Marc Poinsot, a pour objectif de donner à voir la richesse et la diversité des documents conservés aux archives. Constituées par les critiques d’art et leurs interlocuteurs professionnels (artistes, galeries, revues, centres d’art et autres organismes dédiés à l’art contemporain) » ces archives sont sont, en effet, un témoignage essentiel sur le monde de la création, mais aussi sur les politiques artistiques et culturelles d’une époque ».

« Les thématiques retenues sont autant d’îlots possibles dans l’histoire ou des voies de traverse. Elles visent de la sorte à suggérer des curiosités, des appétits plutôt qu’à marquer des territoires qui auraient déjà été appropriés ou conquis » précise Jean-Marc Poinsot, le commissaire, assisté de Laurence Le Poupon et de Charlotte Brice.

carton-invitation_web2Effectivement, on est happé,  » hameçonné », tout d’abord par les « îlots » préférés, car en rapport avec les recherches  entreprises : l’îlot « 1972 » ou celui consacré à la »première biennale de Paris en 1959 » ont par exemple retenu mon attention.
Grâce aux archives alors installées à Chateaugiron, j’avais pu aller au delà des souvenirs des témoins de l’événement parisien et analyser plus en détail cette première exposition d’art contemporain au Grand Palais organisée par François Mathey en 1972 ( L’exposition « Douze ans d’art contemporain », 1972, in Réinventer le musée – François Mathey, un précurseur méconnu (1953-1985) :http://www.lespressesdureel.com/sommaire.php?id=2947&menu=).

L’îlot « première biennale de Paris 1959 » me rappelle la redécouverte inattendue d’une biennale précédente qui a eu lieu au musée des Arts décoratifs, en 1957, mais qui n’était pas passée à la postérité :http://musearti.hypotheses.org/?p=88

Mais dans l’espace hélas restreint de la salle Longhi, d’autres archives ne demandent qu’à être (re)découvertes :  Le néoconcrétisme brésilien,  les débats de « L’Année 1964 « ;  ceux de Supports ⁄ SurfacesLa critique et l’architecture , mais aussi les engagements des femmes :  Aline Dallier-Popper, Dany Bloch, Anne Tronche et Catherine Francblin, et l’aventure de la Galerie Jennifer Flay.

La diversité des rencontres et des échanges internationaux (L’AICA et ses congrès de 1948 à 2014 ) est bien sûr également illustrée.

« L’exposition présente un choix de documents issus des fonds de l’AICA, de la Biennale de Paris, de Dany Bloch, Aline Dallier-Popper, Marc Devade, Jennifer Flay, Don Foresta, Catherine Francblin, Roberto Pontual, Pierre Restany et Michel Ragon« .

Michel Ragon, critique d’art et d’architecture (http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3212 ), (https://www.franceculture.fr/theme/moduletheme-culture-academie/arts-et-lettres/architecture/michel-ragon-critique-d%E2%80%99art-et-d%E2%80%99arc ,

 Le site des Archives de la critique d’art : http://www.archivesdelacritiquedart.org/