Archives du mot-clé Laurent Danchin

Histoires, musées, expositions : parutions récentes pour la nouvelle année

Voici pour la nouvelle année, quelques parutions et manifestations récentes, susceptibles d’apporter d’autres éclairages sur des sujets en rapport avec l’histoire et son exposition :

– Sur l’art contemporain dans la revue Critique d’art,  dont le sommaire du numéro 49 est en ligne, voir notamment  Elitza DulguerovaPenser avec les grandes manifestations périodiques : l’espace, l’histoire, l’art .

-Sur « La cérémonie publique dans la France contemporaine » : l’introduction du séminaire parue sur le site du comité d’histoire du ministère de la culture – Politiques de la culture, par Patrick Garcia, professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheur à AGORA Cergy-Pontoise et chercheur associé permanent à l’Institut d’histoire du temps présent.

-Sur l’histoire de l’art brut, à l’occasion des 40 ans du musée de Lausanne : les actes du colloque organisé en novembre 2016, sont parus :  Vincent Capt, Sarah Lombardi et Jérôme Meizoz (dir.), L’ART BRUT. Actualités et enjeux critiques, Ed. Antipodes, Lausanne, 2017.

De plus en plus de chercheur·e·s de toutes disciplines se penchent sur ces objets issus de lieux non répertoriés, tirés d’on ne sait où par des personnes sans légitimité artistique aucune. Un peu d’effet de mode, ainsi qu’un long travail de défense de l’Art Brut par des collectionneurs et par des amateurs, font de cet art hors catégorie un Sujet d’étude. Car cet objet, l’Art Brut, se révèle rapidement comme Sujet, actif, qui chahute des disciplines universitaires encore bien cloisonnées, qui les force à sortir de leur zone de confort et même à collaborer. En témoignent dans ce livre des textes d’historiens, de linguistes, de poéticiens, de sociologues, de critiques d’art et de théoriciens de l’esthétique.

-Un ouvrage du regretté Laurent Danchin sur Mai 68 : Laurent Danchin, Mai 68 : Entre Pierre Grappin et Benny Lévy.  MYCELIUM,   Les Bonbons aux  éditions LELIVREDART :

Pour ma part, de toutes ces années de lutte violente, d’agressivité et de contestation sans indulgence, j’ai gardé la conviction que l’on était à un tournant fondamental de l’histoire, dans une mutation de culture et de civilisation de très grande ampleur, dépassant de loin le cadre d’une seule vie humaine. Une époque critique où il fallait tout reconstruire à partir de nouvelles fondations.

As for me, from all these years of violent struggle, verbal agressiveness and protest without indulgence, remains the conviction we were at a fundamental turn of history, in a large-scale mutation of culture and civilisation exceeding by far the scale of a single human life. These were critical times when everything had to be rebuilt from new foundations.

Pour les autres publications de Laurent Danchin, voir notamment les Archives du site Mycelium.

– Enfin, sur une autre période historique, plus longue (1880-1930), à signaler la série de manifestations et d’expositions  actuellement  présentées à Strasbourg  :

LABORATOIRE D’EUROPE. STRASBOURG, 1880-1930
Du 23 septembre 2017 au 25 février 2018, Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930,  cette vaste manifestation pluridisciplinaire organisée par les Musées de la Ville de Strasbourg en collaboration avec l’Université de Strasbourg, offre un ensemble d’expositions et de manifestations culturelles à travers la ville. La période chronologique retenue indique la volonté de déplacer le regard d’une histoire événementielle vers une approche d’un temps plus long, celui des productions et des échanges culturels qui  fondent aujourd’hui encore  la singularité strasbourgeoise. Le Commissariat général est assuré par Roland Recht et Joëlle Pijaudier-Cabot.

Voir l’application téléchargeable, accompagnant la visite.

Le précieux art textile de Marie-Rose Lortet

Tricologie monacale© DR Photo Clovis Prevost. 

Au 52 rue Jacob, face à l’emplacement historique de la galerie fondée par Alain Bourbonnais à Paris, la petite galerie d’art et librairie, représentante de la Fabuloserie, expose du 28 octobre 2017 au 30 décembre 2017, les créations de Marie-Rose Lortet.

Cette plasticienne strasbourgoise vit et « tresse » depuis plus de 40 ans à Vernon. En 1967, ses « ouvrages » sont remarqués par Jean Dubuffet qui lui achète quelques pièces.  Elle expose Galerie Delpire en 1969 puis à l’ atelier Jacob. Gilbert Lascault, Colin Rhodes, Linda Goddard, Lucienne Peiry, Laurent Danchin et bien d’autres conservateurs et critiques d’art, ont depuis rendu célèbres ses travaux délicats et poétiques, qui ont rejoint notamment  les collections permanentes nationales, mais aussi celles de la collection de la Neuve Invention à LausanneElle figure depuis longtemp au sein des collections de la Fabuloserie. Alain Bourbonnais l’a fera participer à l’exposition des Singuliers de l’art en 1978, alors que Suzanne Pagé est directrice de l’ARC2, section d’art contemporain du musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Architectures de fil, territoires de laine, Masques de laine, théâtre de têtes, ses créations très diverses ont été exposées en 2016 au château de Laval.

Sources :

Collection en ligne du FNAC :

Marie-Rose LORTET Strasbourg (Bas-Rhin, France), 1945.

Vêtement de pluie n°44. Autre titre : Objet qui lutte contre son environnement1987. Objet-sculpture Coton, lin, sucre, résine 100 x 85 x 35 cm S. à la base : Rose Lortet Achat à l’artiste en 1989 Inv. : FNAC 89314 Centre national des arts plastiques. En dépôt depuis le 23/05/1995 : Musée d’art et d’industrie (Roubaix).

Laurent Danchin..

aurent Danchin par Danchin par Jean-Luc Giraud
Laurent Danchin par Jean-Luc Giraud.

Laurent Danchin n’est plus. Correspondant en France de Raw Vision et proche de la revue Artension, sa disparition suscite hommages et  témoignages  émus et nombreux. 

Commissaire de plusieurs expositions temporaires, à la Halle Saint-Pierre, à l’abbaye d’Auberives, Laurent Danchin est avant tout un écrivain qui se passionnait pour la création brute singulière, hors normes ou apparentée et toutes ses manifestations qui résultent d’un besoin, d’une pulsion,  bien loin d’un métier ou d’une profession. Il a souhaité défendre ces créateurs et en parler lors de très nombreux entretiens et tout récemment encore. Il insistait tout particulièrement sur le mysticisme qui caractérise de nombreux auteurs d’art brut.

Laurent Danchin qui a écrit sur Artaud,  et Dubuffet, a aussi laissé  des « bonbons », ces petits ouvrages de l’association Mycelium,  dont le nom renvoie à ce tissu créatif, ce réseau organique de connections fécondes, comme il le définissait.

 20091012085659exposchom_0

Un de ces petits ouvrages, paru en septembre 2016,  est un condensé sur Chomo, un artiste auquel il a porté un très grand intérêt et à qui il avait consacré une exposition temporaire particulièrement réussie à la Halle Saint- Pierre.

Laurent Danchin était aussi  à la tête d’une association ayant pour but de sauvegarder l’oeuvre de Chomo dans la forêt d’Achères. Il était fier d’avoir pris cette responsabilité.

20170111_224447-1