Archives du mot-clé Laurence Fontaine

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.