Archives du mot-clé Laurence Bertrand Dorléac

Le rêve des formes : Arts, sciences & cie

Œuvre de l’artiste d’art numérique, Katja Novitskova : Approximation V, 2013, photo: Nils Klinger.

Katja Novitskova  expose actuellement au Pavillon estonien de la 57e Biennale de Venise. Elle aborde les potentialités émergentes de la culture visuelle, du big-data et de l’écologie :

If Only You Could See What I’ve Seen with Your Eyes. Commissaire: Kati Ilves
Lieu d’exposition : Palazzo Malipiero.

Alain Prochiantz, titulaire de la chaire Processus morphogénétiques, au Collège de France et Alain FleischerLe Fresnoy – Studio national des arts contemporains, organisent du 5 au 7 septembre 2017, un colloque au Collège de France, ayant pour thème « Le rêve des formes : Arts, sciences & cie » (COLLOQUE LE REVE DES FORMES). Au sein de ce programme pluridisciplinaire, deux interventions  d’historiens de l’art, qui sont également commissaires d’exposition, peuvent être plus particulièrement signalées :

  • Le 5 septembre, Laurence Bertrand Dorléac, Professeure à Sciences Po, évoquera la prochaine exposition temporaire dont elle est co-commissaire, au Grand Palais, en mars 2018 : Artistes et Robots. Acte 2 ; 
  • Le 7 septembre, Georges Didi-Huberman (Directeur d’études, EHESS ) traitera de La dialectique des formes : une question disputée.

Alain Fleischer  et Claire Moulène sont par ailleurs commissaires d’une exposition temporaire intitulée « Le Rêve des formes – Art, science, etc » qui est actuellement présentée au Palais de Tokyo jusqu’au 10 septembre prochain :

«  L’exposition présentée à l’occasion du vingtième anniversaire du Fresnoy – Studio national des arts contemporains, est conçue comme un paysage imaginaire, un jardin monstrueux où se cultivent des formes périssables et des surfaces en germination, des organismes protubérants et de plates silhouettes. Les artistes et chercheurs rassemblés dans « Le Rêve des formes » témoignent de leur rencontre avec de nouvelles possibilités de représentation, issues de découvertes scientifiques et techniques récentes, qui bouleversent notre façon de voir et de montrer. En renouvelant grâce à cela le champ du perceptible – nanotechnologies, imagerie de synthèse, scan 3D, stéréolithographie… –, ces nouvelles visualisations nous laissent présumer de géométries encore inconnues. Des images, des transcriptions, des modélisations, des formes spéculatives produites par les inventeurs et savants des sciences prospectives, issues des mathématiques, de la physique, de la biologie, de l’optique ou de la chimie par exemple, rejoignent ou inspirent des œuvres qui résultent des greffes opérées entre art et science, entre spéculation et invention, par une vingtaine d’artistes contemporains ».

Toujours au Palais de Tokyo, Claire Garnier, Laurent Le Bon et Florence Ostende  présentent une exposition intitulée  » Dioramas » qui fait redécouvrir « une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques ».

Feuilleter le catalogue.

Conférence : Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

A signaler la soirée de présentation/discussion qui aura lieu le Jeudi 20 avril 2017 à 19h30, autour de l’ouvrage :

« Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) »

à la Lucarne des écrivains 115 rue de l’Ourcq  Paris 75019, autour du livre co-édité par les Archives nationales et les Presses universitaires de Rennes à l’occasion de l’exposition Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) en présence des auteurs :

Laurence Bertrand Dorléac, historienne de l’Art,  Julie Verlaine, Historienne, le Conservateur du patrimoine, Philippe Bettinelli, responsable de la collection d’ art public au Centre national des arts plastiques,  qui comprend 1 200 œuvres installées dans l’espace public depuis 1945,

Christian Hottin  Conservateur du patrimoine, co -directeur de l’ouvrage avec Clothilde Rouillet, Conservateur du patrimoine, Archiviste, commissaire de l’exposition :

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.

Histoire des expositions : un débat

couv_perspectives

A signaler dans le dernier numéro  de la revue de  Perspective – n° 1 – 2015, un débat avec Laurence Bertrand Dorléac, Philippe Descola, Pierre Georgel commissaires d’expositions : Qu’est-ce qu’exposer ?

Extrait : « Aujourd’hui nous assistons à un élargissement du domaine des expositions, tant du point de vue des sujets proposés que des objets présentés. Le critère esthétique, qui avait prévalu jusque dans les années 1980, n’est plus le seul paramètre de référence. Cet élargissement répond à des attentes profondes du public et, en même temps, aux exigences du « marché de la culture ». Nous pouvons citer un grand nombre d’expositions qui ne relèvent pas du domaine de l’histoire de l’art au sens traditionnel et qui ont rencontré un grand succès auprès du public : l’exposition sur la douleur à la Cité des Sciences et de l’Industrie en 1992-1993, La Mélancolie au Grand Palais en 2005 ou encore la série de grandes expositions d’anthropologie programmées ces dernières années par le Musée du quai Branly (on peut notamment citer : Qu’est-ce qu’un corps ?, Planète métisse, La Fabrique des images ou Exhibitions : l’invention du sauvage…). Même un musée d’art traditionnel comme le Louvre propose aujourd’hui..’.

Paru au comptoir des presses d’universités. le comptoir des presses d'universités

 

 

Roberta González (1909-1976) et la communauté artistique espagnole en exil à Paris

Les communications du Séminaire de la Fondation Hartung-Bergman, de juillet 2014 sont mises en ligne :

Amanda Herold-Marme, doctorante en histoire de l’art à Sciences Po, sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac, mène des recherches sur les artistes espagnols à Paris pendant le franquisme (1939-1975).  Ses publications sont consacrées à Roberta González (1909-1976) et la communauté artistique espagnole en exil à Paris : « Roberta González est une artiste franco-espagnole dont la vie et l’œuvre se sont construites au contact de la guerre.  Porteuse de souffrances et d’opportunités, la guerre marquera son parcours, contribuera à l’amener vers son chemin artistique personnel et lui offrira la possibilité de faire connaître son œuvre et celle de son père au niveau international ».Elle a vécu en France, et fut l’épouse de Hans Hartung.

Cette communication est disponible dans la Lettre du séminaire ARTS & SOCIÉTÉS :

http://www.artsetsocietes.org/f/f-herold.html

Elle rappelle notamment que, pour sceller son acceptation sur la scène internationale, le régime franquiste se servira progressivement de l’art moderne. En 1960, Luis González Robles, acteur important dans le renouveau de l’art espagnol moderne, convaincra Roberta González de participer à une suite d’expositions organisées en Espagne par les autorités de l’époque, dans le cadre de la normalisation des relations engagées dès 1955 entre l’Espagne franquiste, et la plupart des démocraties occidentales, l’Espagne étant alors considérée comme « un moindre danger que le communisme », dans ce contexte de guerre froide.

73_HEROLD_4
Roberta González, Sens obligatoire n. 1, 1969, huile sur toile, 130 x 163 cm, IVAM, Institut Valencià d’Art Modern, Generalitat. Donation C.Martínez y V.Grimminger, Paris.