Archives du mot-clé Laurence Bertrand Dorléac

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.

Histoire des expositions : un débat

couv_perspectives

A signaler dans le dernier numéro  de la revue de  Perspective – n° 1 – 2015, un débat avec Laurence Bertrand Dorléac, Philippe Descola, Pierre Georgel commissaires d’expositions : Qu’est-ce qu’exposer ?

Extrait : « Aujourd’hui nous assistons à un élargissement du domaine des expositions, tant du point de vue des sujets proposés que des objets présentés. Le critère esthétique, qui avait prévalu jusque dans les années 1980, n’est plus le seul paramètre de référence. Cet élargissement répond à des attentes profondes du public et, en même temps, aux exigences du « marché de la culture ». Nous pouvons citer un grand nombre d’expositions qui ne relèvent pas du domaine de l’histoire de l’art au sens traditionnel et qui ont rencontré un grand succès auprès du public : l’exposition sur la douleur à la Cité des Sciences et de l’Industrie en 1992-1993, La Mélancolie au Grand Palais en 2005 ou encore la série de grandes expositions d’anthropologie programmées ces dernières années par le Musée du quai Branly (on peut notamment citer : Qu’est-ce qu’un corps ?, Planète métisse, La Fabrique des images ou Exhibitions : l’invention du sauvage…). Même un musée d’art traditionnel comme le Louvre propose aujourd’hui..’.

Paru au comptoir des presses d’universités. le comptoir des presses d'universités

 

 

Roberta González (1909-1976) et la communauté artistique espagnole en exil à Paris

Les communications du Séminaire de la Fondation Hartung-Bergman, de juillet 2014 sont mises en ligne :

Amanda Herold-Marme, doctorante en histoire de l’art à Sciences Po, sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac, mène des recherches sur les artistes espagnols à Paris pendant le franquisme (1939-1975).  Ses publications sont consacrées à Roberta González (1909-1976) et la communauté artistique espagnole en exil à Paris : « Roberta González est une artiste franco-espagnole dont la vie et l’œuvre se sont construites au contact de la guerre.  Porteuse de souffrances et d’opportunités, la guerre marquera son parcours, contribuera à l’amener vers son chemin artistique personnel et lui offrira la possibilité de faire connaître son œuvre et celle de son père au niveau international ».Elle a vécu en France, et fut l’épouse de Hans Hartung.

Cette communication est disponible dans la Lettre du séminaire ARTS & SOCIÉTÉS :

http://www.artsetsocietes.org/f/f-herold.html

Elle rappelle notamment que, pour sceller son acceptation sur la scène internationale, le régime franquiste se servira progressivement de l’art moderne. En 1960, Luis González Robles, acteur important dans le renouveau de l’art espagnol moderne, convaincra Roberta González de participer à une suite d’expositions organisées en Espagne par les autorités de l’époque, dans le cadre de la normalisation des relations engagées dès 1955 entre l’Espagne franquiste, et la plupart des démocraties occidentales, l’Espagne étant alors considérée comme « un moindre danger que le communisme », dans ce contexte de guerre froide.

73_HEROLD_4
Roberta González, Sens obligatoire n. 1, 1969, huile sur toile, 130 x 163 cm, IVAM, Institut Valencià d’Art Modern, Generalitat. Donation C.Martínez y V.Grimminger, Paris.

 

Qu’est-ce qu’exposer ?

Qu’est-ce qu’exposer ?

montage de l'exposition, photo DR - Click to enlarge, open in a new window1a618e41d71c59932c264de7e816f37e
f16ac489b0c60fe1b431dc57537984d9bb38898ad48dbd52305af142c5f1a82bMontage de l’exposition, Les désastres de la guerre photos DR

Vendredi 13 juin 2014

Débat avec Laurence Bertrand Dorléac (Sciences-Po Paris), Pierre Georgel (Musée de l’Orangerie http://www.musee-orangerie.fr/ ) et Philippe Descola (Collège de France: http://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/#|m=#course|), modéré par Monica Preti-Hamard (Musée du Louvre) et organisé par Perspective, la revue de l’Institut National d’Histoire de l’Art (http://www.openedition.org/7473) et le département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly :http://www.quaibranly.fr/en/programmation/scientific-events/conferences-and-symposiums.html

« Il semble que le domaine de l’exposition soit désormais infini et que l’étendue des sujets comme des objets exposables signe définitivement la rupture avec le seul critère esthétique, critère qui avait prévalu dans la fabrique de ces grands événements métropolitains jusque dans les années quatre-vingt. Ce constat dit le succès de l’exposition et surtout la réussite de ceux qui en sont les auteurs traditionnellement : les conservateurs et les commissaires, qui ont évidemment rendu enviable, à de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales, à des écrivains, à des philosophes… ce mode de narration et d’interrogation du monde. Aussi, le succès évident de la mise en exposition autorise et peut-être même impose en retour d’en éprouver les limites, de se demander si absolument tout peut être exposé.

Car, si la nécessité de faire constamment événement, de cadencer l’agenda des élites désireuses de repères culturels collectifs, a certainement exagéré la fabrication hâtive d’expositions, il n’en demeure pas moins que des expériences originales et audacieuses voient le jour dans des formats divers et suivant des ambitions contrastées : « Orangerie, 1934 : Les « peintres de la réalité » (http://www.musee-orangerie.fr/documents/catalogue_PRF.pdf ); « La fabrique des images » (http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/expositions-passees/la-fabrique-des-images.html) et « L’art en guerre » (http://www.mam.paris.fr/sites/default/files/editeur/dpaeg_csoubise.pdf) en sont des exemples incontournables, sur lesquels nous aimerions revenir pour mieux connaître leur gestation et mesurer leur impact respectif, tant dans les recherches des auteurs que, plus généralement, dans le champ de l’histoire de l’art ».

exposition-l-art-en-guerre-france-1938-1947-XLf84c0135f2sans-titreInformations pratiques

Deux tableaux du musée Rolin d’Autun envoyés à l’exposition de Lens

Vu dans la presse,

Extraits : « Ce sont deux des plus belles richesses du Musée Rolin d’Autun : http://www.autun.com/Les-lieux-de-loisirs/expos-temporaires-musee-rolin.html . Deux huiles sur toile d’Horace Vernet, le peintre des batailles de l’Empire napoléonien. Ces deux tableaux, Le Combat de la Somah et La Prise de la tour de Malakoff ont été sollicités par le Musée du Louvre-Lens pour son exposition principale 2014, « Les désastres de la Guerre : 1800-2014 […] Le Combat de la Somah , un tableau représentant la conquête de l’Algérie (1834-1847), commandité par Louis-Philippe en 1836. […] Un tableau exceptionnel « car cette bataille a été très rarement représentée mais surtout parce qu’Horace Vernet dérape, souligne Laurence Bertrand-Dorléac, commissaire générale de l’exposition à Lens. Vernet était parti en Algérie pour représenter plusieurs tableaux pour le musée de toutes les gloires de la France. Or sur ce tableau, il est sur un non-dit, il retrace la vérité, les soldats français sont hébétés au combat, sous l’emprise de l’alcool alors que les Arabes sont plus nobles […] La ville d’Autun s’est portée acquéreuse de ce tableau en 1839, par le biais d’une souscription municipale. L’intérêt local est que le combat de la Somah est un fait d’arme de l’Autunois Changarnier, promu Lieutenant-Colonel dans l’armée à la suite de cette bataille où il menait 250 militaires français à protéger la retraite de l’armée face à 6 000 goumiers de Constantine.[…]
En 1858, la ville d’Autun se porte également acquéreuse, toujours par une souscription auprès des Autunois, de La Prise de la tour Malakoff. Cette fois-ci, c’est le Général Patrice de Mac Mahon, né au château de Sully, qui est au centre de l’attention locale. En pleine guerre de Crimée, le général, futur président de la République de 1873 à 1879, parvient à conclure le siège de Sébastopol (Odessa aujourd’hui) et à renverser les Russes. C’est alors qu’il plantait le drapeau français sur la redoute de Malakoff qu’il aurait prononcé sa phrase célèbre : « Je suis ici, j’y reste ! »
[…] Pour la commissaire de l’exposition du Louvre-Lens :  » ce tableau est intéressant « par sa représentation des morts et des blessés », très sensible et somme toute dérangeante par son amoncellement au pied du Général Mac Mahon. Ce tableau répond aussi à l’actualité puisque la Crimée est au cœur du conflit naissant entre l’Ukraine et la Russie depuis quelques mois ». http://www.lejsl.com/edition-autun/2014/05/13/j-y-suis-j-y-reste

la-prise-de-la-tour-malakoff-ou-le-malheur-de-la-guerre-photo-ville-d-autun-musee-rolin-cliche-s-prostLa Prise de la tour Malakoff ou le malheur de la guerre. Photo © Ville d’Autun, Musée Rolin/cliché S. Prost.