Archives du mot-clé Kunsthalle de Berne

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.

Jean-Christophe Ammann

Mappa, 1971-1972, 201, 9 x 374, 7 cm, Glenstone, © Alighiero Boetti by SIAE/VEGAP,
Mappa, 1971-1972, 201, 9 x 374, 7 cm, Glenstone, © Alighiero Boetti by SIAE/VEGAP.

Traduit de l’allemand par Gérard Briche et paru en mai 2010 : « Fut une époque où les artistes indiquaient la direction à prendre. Aujourd’hui, au siècle de la mondialisation, ce sont les commissaires de la mondialisation qui ouvrent les perspectives. Ces perspectives sont-elles valables pour indiquer les directions à prendre ? Je laisse ouverte cette question. Mais la tendance à donner une compatibilité mondiale à l’art grève lourdement la tradition de l’Occident. Ce que j’entends par “compatibilité”, c’est la garantie d’une political correctness qui évite que l’art choque, et ce où que ce soit.

Il n’est plus possible de ne pas prêter d’attention à l’art. Non parce que le nombre des artistes s’est multiplié, mais parce que toutes les tentatives pour donner à l’art une unité ont échoué. Cela me plaît, parce que je m’occupe des artistes, d’où qu’ils viennent. Je ne me préoccupe pas de théorie, même s’il est nécessaire, parfois, de prendre en compte des éléments préalables qui permettent de penser l’activité des artistes avec une approche différente. »

Ces réflexions  sont celles de JC Ammann. Le journal « Le Temps » et E. Lebovici sur son blog, rendent hommage à Jean-Christophe Ammann (1939-2015):  l’Art commence là où s’arrête le goût.

Cet ancien responsable du kunstmuseum de Lucerne et commissaire de très nombreuses expositions,  vient de disparaître. Il a été l’assistant d’Harald Szeemann en 1967 à Berne et à la Documenta de Kassel en 1972, mais aussi le commissaire de plusieurs Biennales de Paris au cours des années 1970.

Historien de l art, son ouvrage principal a été traduit et publié aux Presses du réel en 2010  :  » En y regardant mieux ».

 

 

L’art « dégénéré » bientôt en ligne

La lettre d’information du célèbre magasine d’art brut Raw Vision, relaie l’information selon laquelle le Victoria et Albert Museum de Londres va mettre en ligne, vers la fin de ce mois,  le seul inventaire subsistant des œuvres qui ont été listées et qualifiées par le régime nazi de « dégénérées » et dont certaines ont été exposées lors de la fameuse exposition itinérante (1937/1938) sur l’art dégénéré, « Entartete Kunst ». Le régime nazi a ainsi répertorié 16 558 œuvres d’art qui furent ensuite vendues, prêtées ou détruites.

Pour en savoir plus sur cette future publication en ligne voir :

V &A to publish German 1941-1942 list of ‘Degenerate Art’ :  « Scholars internationally have used the document since its arrival at the Museum, and copies have been shared with institutions around the world. However, images of the original pages have not been available online so far. Martin Roth, V&A Director, said: “This list is so significant for all those who work in the field of provenance research. The recent Gurlitt case highlights how important it is for this original document to be made available in its entirety to as wide an audience as possible by publishing it online.” The document will be accessible on the V&A website from late January 2014. online »http://www.vam.ac.uk/b/blog/network/history-page-va-publish-german-1941-1942-list-degenerate-art-online

La liste en question inclut tout aussi bien Picasso que Van Gogh, et d’autres artistes de la collection d’art brut d’Hans Prinzhorn.  Psychiatre et historien d’art, Prinzhorn a constitué une importante collection d’art des « fous » : http://www.rzuser.uni-heidelberg.de/~gf7/index_eng.shtml

Adresse

La collection Prinszhorn, cachée et sauvegardée, a été redécouverte et exposée en 1963 par Harald Szeemann à la Kunsthalle de Berne. Il considère  alors qu’il s’agit d’art psycho-pathologique.

Ce n’est pas la démarche qu’adoptera Jean Dubuffet, qui a constitué sa propre collection et qui crée le concept d’art brut, regroupant sous ce vocable les productions de personnes exemptes de culture artistique . C’est ainsi que des œuvres de sa collection personnelle seront présentées et exposées pour la première fois au musée des Arts décoratifs de Paris en 1967 à l’initiative de François Mathey.