Archives du mot-clé Klee

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.

« Face à Face » avec Henri Michaux

 

Henri Michaux n’aurait probablement pas réalisé de selfie. Face au Centre Pompidou, donnant sur la piazza, le Centre Wallonie-Bruxelles présente une exposition, jusqu’au  21 mai 2017, qui s’intitule « Face à Face » sur Henri Michaux.

L’ artiste « Cobra » Alechinsky ( l’un des prêteurs de cette exposition) découvre les oeuvres de Michaux en 1945 avec celles de Jean Dubuffet et des surréalistes. 

A la question : « quel est le premier peintre dont vous avez acheté une oeuvre  après la guerre ? » , Daniel Cordier répond : « Henri Michaux. Une toute petite gouache qui était présentée chez une libraire qui vendait des livres de la collection La Pléiade, (introuvables à ce moment-là) : elle était située à proximité du café de Flore, boulevard St-Germain. Elle avait eu une très bonne idée : on lui apportait des petits dessins, de petites sculptures et elle les vendait « .

Daniel Cordier, devenu galeriste, exposera Michaux à de nombreuses reprises. Parmi les  très nombreuses expositions temporaires d’Henri Michaux, signalons les premières expositions organisées dans les années 1960, dans des musées : les oeuvres  d’Henri Michaux ont été exposées en 1965 au musée national d’art moderne, à Paris, après avoir été présentées  au Stedelijk Museum, en 1964 à Amsterdam. L’exposition de 2017 inclut  des dessins, des peintures,  des livres  d’artistes, des lettres et des photographies, ainsi que la projection d’un film consacré au poète et dessinateur qui aimait Klee, Zao Wou Ki ou Magritte, artistes dont quelques oeuvres figurent dans l’exposition.

Anne-Elizabeth Alpern, spécialiste de son oeuvre, donnera au Centre une conférence le 7 mars prochain. 

 ☆Sur le site du Centre Wallonie Bruxelles, l’annonce d’une autre conférence en mai et d’un spectacle consacré à Henri Michaux :

Centre Wallonie Bruxelles

henri michaux

Il a choisi de se retirer et refusé qu’on fixe son image, il s’agit de montrer paradoxalement tous les visages qu’il fait surgir sous nos yeux, par le texte et les images. C’est cette confrontation à laquelle fait référence le titre de l’exposition « Face à face ».

☆D’autres documents en ligne dressent son portrait ou récitent ses textes :

☆ Lecture : Dans les appartements de la Reine.

☆ Vues d’une exposition en 2013  au musée des beaux-arts de Winterthour,  le Kunstmuseum Winterthur, en Suisse.

☆  L’exposition Henri Michaux à la galerie Antoine Laurentin en 2015.

A chacun sa Fiac 2015

Organisée du 22 au 25 octobre, la FIAC, à Paris,  a accueillie cette année 171 exposants. La Directrice du salon depuis douze ans est Jennifer Flay. Au Grand Palais, il y a eu peu de galeries d’art françaises et peu de peintures d’avant les années 1950 et 1960 représentées : donc pratiquement plus d’abstraction géométrique en vue.

20151022_134403

A la galerie Jaeger-Bucher :  on découvre dans la pénombre des petits formats de Klee et de Kandinsky.

20151022_134313

et un beau tableau de Gérard  Fromanger intitulé « Florence, rue d’Orchampt », 1975. Il a figuré lors de l’exposition  » Mémoire d’un patriache » organisée à l’occasion du 90e Anniversaire de Jean-François Jaeger et de ses 66 années de galerie.

 

20151022_134204
Fromanger

A la galerie Applicat Prazan : une exposition exclusive dédiée à Maurice Estève très colorée,  incluant ses œuvres les plus récentes,

et à la Landau Fine art,  une galerie canadienne de Montréal  : entre autres, Magnelli , Fernand Léger, Jean Dubuffet et Le Corbusier.

Magnelli
Magnelli

20151022_133317

La galerie italienne Tornabuoni  a choisi de rester « en blanc« , en écho à l’une de ses expositions. Elle présentait également  une œuvre  d’ Alighiero e Boetti (1940-1994) :

 

:20151022_13460120151022_134525

« Par le choix de la broderie, technique obsessionnelle souvent mise en oeuvre, Alighiero e Boetti est un artiste conceptuel sans équivalent connu dans le monde des artistes contemporains consacrés, la grande Louise Bourgeois l’utilisant de manière moins systématique pour ses auto-analyses arachnéennes.

Un nom coupé en deux, à moins que soudé : Au début des années 1970, Alighiero Boetti se rebaptise Alighiero e Boetti. Cet ajout, qui rompt autant qu’il lie son identité, mérite que l’on égrène quelques interprétations subjectives tant l’OEuvre de cet immense artiste est justement liée à la représentation de l’identité. Alighiero e Boetti comme un  dédoublement, une diférenciation entre le social et l’intime, un pied de nez à l’identité attribuée d’office, une dilution et un renforcement, un signe à la fois morcellement et réunifcation, une manière de disparaître, un point de suture….Alighiero e Boetti est principalement connu par ses grands planisphères et énigmatiques damiers aux carrés de couleur, dont chacun isole la lettre d’un mot, qu’il concevait puis faisait broder par des femmes en Afghanistan, pour un résultat esthétiquement somptueux et, comme il ne s’agit pas de décoration, une sorte de tour de passepasse éblouissant. Bien que cloisonnée par la couleur, la réalisation n’apparaît jamais fragmentée, l’oeil isole difficilement un morceau coloré, elle forme un tout dans les contradictions et le miroitement des couleurs, car la ligne-frontière n’existe pas ».

 

Dans un renfoncement du Grand Palais, on découvre les dernières acquisitions du FMAC (Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris) et la démarche artistique du colombien Marcos Avila Forero,  » basée sur la rencontre avec des personnes, un lieu, une histoire, et cherchant à renouer des fils perdus entre traditions ancestrales et pratiques contemporaines ».

Pour son projet Alapargatas de Zuratoque (2013), l’artiste a travaillé avec des familles déplacées par le conflit armé en Colombie. Il leur a proposé d’écrire leur histoire sur des sacs de toile de jute qui ont ensuite servi à fabriquer des chaussures tressées traditionnelles des paysans.20151022_13562820151022_135618

ALPAGATAS DE ZURATOQUE, COSTAL #2, FAMILLE RUSSO CANAS, 2013 – Installation 1 Paire de chaussures en toile de jute tissées à la main, Tirage photographique numérique couleur sur papier Classic RC, plastification matte, contrecollée sur plaque Dibond 2mm et châssis aluminium sur CC, 100 x 150 cm, Pièces uniques, Production Palais de Tokyo (Paris), Prix Découverte des Amis du Palais de Tokyo 2012. A découvrir ici.

fiac_01marteau

Gilles Drouault de la galerie de Multiples, face à l’entrée, (et à la sortie) proposait à la vente des marteaux : un « marteau au manche ondulé qui est censé représenter l’onde de choc produite quand on enfonce un clou quand on s’en sert ».

Ils rappellent un peu ceux que propose Carelman, dès les années 1970 :

 Catalogue d’Objets Introuvables (Catalogue d’Objets Impossibles) :Jacques Carelman, Français, Marseillais pour être plus précis, et un contemporain. Peintre, sculpteur, illustrateur, metteur en scène et, fondamentalement, autodidacte. Il utilise l’humour en créant. Il invente et imagine en fusionnant la logique et l’absurdité avec une grande subtilité. Il déforme la réalité que nous connaissons tous. Il amuse et s’amuse.
who_is_banner_1

Il est né en 1929 et dès 1956 il vit à Paris où il  a commencé par réaliser des décors pour théâtre et des illustrations de livres. Il est connu dans le monde entier principalement par son Catalogue d’Objets Introuvables (Catalogue d’Objets Impossibles), imaginé et publié en 1969 comme une parodie à un catalogue de vente par correspondance en imitant le style du fameux Manufrance. À partir de 1972 avec sa première exposition,[organisée au musée des Arts décoratifs à Paris avec François Mathey] et sans interruption, ses objets ont été présentés dans de nombreux musées, galeries d’art, de centres culturels, d’étrennes et salons d’Europe, du Canada, des États-Unis, de l’Amérique latine et du Japon. 

Au Grand Palais, à signaler cette année, l’activité soutenue des visites guidées  qui permettait au public de s’initier à l’ art contemporain : elles ont rencontré un grand succès. Le prix d’entrée (35 euros) reste toutefois très élevé car il s’agit bien d’une foire commerciale et non d’un musée.

L’ancien commissaire du 60 e salon de Montrouge, Stéphane Corréard dans le Quotidien de l’Art, a annoncé qu’il allait lancer une foire de galeries françaises à Paris :

« L’idée était dans l’air depuis un moment. Ancien directeur du Salon de Montrouge, Stéphane Corréard compte lancer un nouveau salon baptisé « Galeristes » en décembre 2016, sans doute au Carreau du Temple, à Paris. « J’aimerais réunir quarante des meilleures galeries indépendantes françaises, des galeries qui sont des passeurs », nous a-t-il confié. Et d’ajouter : « J’ai beaucoup d’amis marchands déboussolés par les évolutions du marché de l’art »..

Klee à la Tate Modern

Paul Klee – Making Visible at the Tate Modern: 16 October 2013 – 9 March 2014.
http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/ey-exhibition-paul-klee-making-visible

Une revue de presse riche et admirative salue cet artiste dont seule l’oeuvre non figurative est actuellement montrée à la Tate Modern :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/17/l-insatiable-curiosite-de-paul-klee_3496993_3246.html

http://www.theweek.co.uk/art/55591/reviews-paul-klee-making-visible-tate-modern

http://www.theguardian.com/artanddesign/2013/oct/14/paul-klee-tate-modern-review

http://www.ilsole24ore.com/art/cultura/2013-10-17/l-arte-visibile–paul-klee–tate-modern-133122.shtml

« LONDRA – « L’arte non riproduce il visibile, l’arte crea il visibile »: la nuova grande mostra di Tate Modern dedicata a Paul Klee prende il suo titolo da questa frase dell’artista svizzero. La retrospettiva di 130 tra quadri e disegni in 17 sale certamente dimostra l’inesauribile creativitá di Klee e la straordinaria diversità e complessità delle sue opere. »

Le Zentrum Klee à Berne, en Suisse (http://www.zpk.org/fr/) a consacré  à l’été 2010 une exposition à la rencontre Klee /Picasso, ce qui constituait un autre angle d’approche de cette œuvre, qui faisait entrevoir des rapports jusque là peu connus entre les deux artistes. Ils ne se sont rencontrés que deux fois, en 1912 et en 1937 :

http://www.connaissancedesarts.com/peinture-sculpture/actus/klee-picasso-rencontre-au-sommet-85970.php

L’imposant catalogue de cette exposition reste une référence.