Archives du mot-clé Jean-Jacques Lebel

Contre-cultures d’hier et d’aujourd’hui

À la Maison rouge vient de s’achever l’exposition  sur les contre -cultures entre 1969 et 1989, qui s’est déroulée du 24 février au 21 mai 2017.

 Ses commissaires,  Guillaume Désanges et François Piron l’ évoquent  dans un documentaire en ligne (la maison rouge ), « L’esprit français, Contre-cultures 1969-1989 »:  Interviews des commissaires de l’exposition : Guillaume Désanges et François Piron. Réalisation : Jean-Nicolas Schoeser (trystero.fr) :

"De la Figuration Narrative à la violence graphique de Bazooka, des éditions Champ Libre à la création des radios libres, de Hara-Kiri à Bérurier Noir, cette exposition rend compte d’un « esprit français » critique, irrévérencieux et contestataire, en proposant une multitude de filiations et d’affinités. À travers une soixantaine d’artistes et plus de 700 oeuvres et documents, rassemblant à la fois journaux, tracts, affiches, extraits de films, de vidéos et d’émissions de télévision, l’exposition assume une forme de révision esthétique, en allant regarder vers d’autres “genres” de la création que ceux généralement mis en avant dans l’art contemporain. Elle est également l’occasion de présenter des pièces rarement montrées telles que des carnets du groupe Dziga Vertov (fondé par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin), une sculpture monumentale de Raymonde Arcier ou les « livres d’école » d’Henri et Marinette Cueco ainsi que de passer commande d’œuvres à Christian Chapiron, dit Kiki Picasso et Claude Lévêque".

Vues de l ‘exposition :

L’affiche reprenait une oeuvre des artistes  Pierre et Gilles qui font aujourd’hui l’objet d’une exposition rétrospective au MuMa au Havre jusqu’au 20 août prochain, proposée en collaboration avec le Musée d’Ixelles à Bruxelles.

Le MuMa du Havre, dans le cadre des 500 ans de la création de la ville, présentera jusqu’au 20 août prochain, une exposition autour d’« Impression soleil levant » de Monet, oeuvre révolutionnaire, peinte dans ce port en 1872. Elle est détenue aujourdhui par le musée Marmottan.

L’art des tranchées vu par Jean-Jacques Lebel

La lettre du séminaire « arts et sociétés » numéro  79  est en en ligne . Elle est consacrée  à  la conférence de Bertrand Tillier sur l’art  des tranchées vu par l’un  de ses plus grands collectionneurs,  l’artiste Jean-Jacques Lebel.

B. TILLIER dans ses travaux interroge en particulier les rapports entre les arts et la politique aux XIXe et XXe siècles, dans la perspective d’une histoire culturelle et sociale des imaginaires et des sensibilités.

79_TILLIER3

Installation par Jean-Jacques Lebel en hommage aux poilus anonymes lors de l’exposition Les désastres de la guerre. 1800-2014 au Louvre-Lens, 2015.

Extraits : « L’inscription, dans l’histoire de l’art, des objets fabriqués par les soldats de la Grande Guerre, à partir de douilles d’obus récupérées et transformées, mérite réflexion. Car leur vie d’objets découpés, martelés, façonnés, ciselés et gravés par les poilus – ce qu’on appelle d’ordinaire l’artisanat de tranchée –, est le lieu d’un changement de statut, de l’objet patrimonial à l’œuvre d’art, qui montre comment ils sont entrés dans le champ des approches esthétiques. L’histoire de l’art des tranchées de la Grande Guerre tiré du recyclage des métaux de l’armement industriel de la guerre moderne, telles les douilles, têtes ou ceintures d’obus, pourrait s’ouvrir, en compagnie de Jean-Jacques Lebel,  sur une scène fondatrice ».[…]

« L’artiste  salue-t-il ainsi, par extension, l’expressivité brute caractérisant l’art des poilus, dont les qualités seront explorées par des artistes d’avant-garde mobilisés dans le conflit, à la suite de Fernand Léger qui avoue avoir reçu dans les tranchées la révélation de la réalité des objets et de leur puissance plastique : « […] je fus ébloui par une culasse de 75 ouverte en plein soleil, magie de la lumière sur le métal blanc […]. Cette culasse […] m’en a plus appris pour mon évolution plastique que tous les musées du monde ».

Bibliographie  :

Catalogue de l’exposition Soulèvements, Jean-Jacques Lebel, Paris, La Maison rouge / Lyon, Fage éditions, 2009.

Catalogue de l’exposition 1917, Metz, Centre Pompidou-Metz, 2012.

Nicole DURAND, De l’horreur à la l’art, Dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, Paris, Seuil, 2006.

Nicholas J. SAUNDERS, Trench Art, Materialities and Memories of War, Oxford/New York, Berg, 2003.

Patrice WARIN, Artisanat de tranchée & Briquets de poilus de la guerre 14-18, Louviers, Ysec éditions, 2001.

Patrice WARIN, Artisanat de tranchée de la Grande Guerre, Louviers, Ysec éditions, 2005.

Vient de paraître sous la direction de Philippe Poirrier : La grande guerre, une histoire culturelle :

« Ce volume a l’ambition de valoriser les résultats de recherches en cours et à en promouvoir une appropriation par un large public. Les thématiques choisies relèvent d’une histoire culturelle au sens large. Deux entrées sont privilégiées : comment les acteurs, essentiellement des mondes de l’art et de la culture, ont-ils vécu, à l’arrière comme au front, la Grande Guerre ? Comment la culture matérielle, notamment les artefacts et objets culturels, a-t-elle été marquée par ce conflit ? Ces deux approches ne sont évidemment pas opposées : elles sont complémentaires et permettent, en déclinant des méthodologies différentes et en articulant des échelles variées, de mieux saisir la place des mondes de la culture dans la Grande Guerre. Artistes plasticiens, écrivains, journalistes, musiciens, scientifiques, sportifs et urbanistes participent de ces sociétés en guerre. Le langage des poilus, les chansons, les patrimoines et la « culture visuelle » – qui se matérialise sous des formes très diverses – portent l’empreinte de la Grande Guerre. Pour chaque expression culturelle, les auteurs proposent une histoire qui souligne les modalités de la reproduction, les formes de la circulation et les caractéristiques de la réception ».

 

 

 

 

 

 

Les désastres de la guerre. 1800-2014 : bientôt l’exposition au musée du Louvre-Lens

après interventionTrès prochainement s’ouvrira l’exposition sur les désastres de la guerre au musée du Louvre-Lens :

Dans ce reportage de FR3, on découvre que le plasticien Jean-Jacques Lebel, est aussi collectionneur.

La commissaire de l’exposition, Laurence Bertrand Dorléac, commente quelques œuvres majeures et leur signification : devtCapturevietnam

 

 

 

https://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/536b89d594a6f65c4628c22b/9656ba74a56d44389bd53dfdbdb8fe38?wmode=transparent&autoplay=1

L’exposition ouvre ses portes le 28 mai prochain : http://www.louvrelens.fr/expositions

Conférence  lundi 2 juin à 18h, animée par Laurence Bertrand-Dorléac à la Scène du Louvre-Lens.