Archives du mot-clé Jean-Hubert Martin

Portrait de Cérès Franco/Duc

La collection Cérès Franco et Pierre Bettencourt à Montolieu

 

La collection Cérès Franco à Montolieu, dans l’Aude, non loin de Toulouse et à deux pas de Carcassonne, accueille une exposition temporaire intitulée « L’internationale des visionnaires ». La Coopérative – Collection Cérès Franco, donne en effet depuis trois ans, carte blanche à un commissaire  invité. Cette année et jusquˋau 5 novembre,  il s’agit de Jean-Hubert Martin, qui a choisi au sein de la collection près de 280 oeuvres,  complétées par plusieurs pièces provenant de la collection Daniel Cordier.

Le titre de l’exposition est une référence à l’époque à laquelle Cérès Franco, collectionneuse brésilienne, ouvre sa galerie L’OEil de Boeuf à Paris en 1972 : des réfugiés de tous pays, fuyant les dictatures, affluent alors dans la capitale. Sur son site internet, la coopérative évoque cette histoire et l’approche adoptée par l’exposition temporaire :

 « La galerie de L’OEil de Boeuf était une ruche où se mêlaient des artistes du monde entier. Cérès Franco en était la reine,écrit Jean-Hubert Martin. Des peintres d’origines les plus diverses se retrouvaient là autour de cette infatigable animatrice d’un havre de liberté créative. Là s’élaboraient les idées neuves et audacieuses sur une peinture qui s’attachait à représenter l’homme, ses plaisirs, ses tourments et ses violences. »

Jean-Hubert Martin privilégie « Le regard avant toute chose » :

« Cette exposition privilégie une approche vagabonde, invitant le visiteur à mettre son sens de l’observation en éveil et à se poser la question suivante : « Que voit-on ? ». Avec une méthode qui s’apparente à celle d’un jeu de dominos ou à la structure d’une comptine, l’accrochage se présente comme une longue suite où chaque oeuvre dépend de la précédente et annonce la suivante, par un jeu d’affinités thématiques ou formelles. De petits ensembles monographiques (Chaïbia, Roman Cieslewicz, Manuel Mendive Hoyo…) viendront ponctuer l’exposition. Eloignée d’un ordonnancement muséal classique, cette logique associative et décloisonnante, où les sujets s’enchaînent sans obéir à des critères historiques, se rapprocherait plutôt de celle d’une collection privée, où époques et genres se mêlent bien volontiers, reflet d’un goût pluriel et évolutif. Ici, nul besoin de connaissances en histoire de l’art ; cette exposition, où se côtoient sans hiérarchie, artistes célèbres et parfaits inconnus, se veut ouverte à tous et repose avant tout sur les oeuvres et le regard actif de qui veut bien se prêter au jeu des différences et des ressemblances ».

Vue du premier étage.

Des oeuvres et des objets de curiosité provenant de la donation Daniel Cordier, galeriste et collectionneur, en dépôt depuis 1999 aux Abattoirs de Toulouse, complètent l’accrochage : Dado, Combas, Chaissac, Schröder Sonnenstern, ou encore des poupées de Nedjar entreront ainsi en résonance avec les oeuvres de la collection de Cérès Franco. Ce prêt permet aussi d’établir des rapprochements intéressants entre ces deux collections désormais implantées sur le territoire régional de l’Occitanie.

A découvrir, sur le site de la coopérative, la richesse et la diversité de la collection Cérès, où figurent des œuvres d’horizons très divers, comme cette photographie de Roman Cieslewicz (ci-dessus: Portrait de Cérès Franco/Duc) ou des créations de Chomo, Adzak, César ou Bengt Lindström :

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.

Histoires de dragons, de containers et un chapeau géant, Dada

Pour sa septième édition, Monumenta accueille Empires, installation conçue par Huang Yong Ping. L’artiste d’origine chinoise a imaginé un parcours dans un paysage invitant les spectateurs à observer les transformations du monde et à questionner la notion de puissance sous la verrière du Grand Palais.

Hang Yong Ping est né en 1954. Cet artiste contemporain français, d’origine chinoise est une figure majeure de l’art d’avant-garde chinois des années 1980. Ce grand admirateur de Marcel Duchamp est inspiré par Dada qui renvoie à la destruction, à la révolte culturelle et politique contre la tradition. Il fonde le mouvement Xiamen Dada  dont le mot d’ordre est « Le zen est Dada, Dada est le zen », il manifeste très tôt son goût du paradoxe et de la déconstruction, produite par l’assemblage de significations hétérogènes. Ses œuvres monumentales s’attachent ainsi le plus souvent à réinterpréter librement les philosophies et mythes occidentaux dans le but d’en révéler les non-dits, en mettant à jour leurs côtés obscurs.

En 1986, Events, la première exposition de Xiamen Dada à Fujian, au sud-est de la Chine, est censurée par les autorités. Le collectif répond en brûlant ses toiles dans la cour du musée, et les remplace par des déchets et des objets ramassés aux alentours.

En 1989, il profite de l’invitation qui lui est faite par le commissaire Jean Hubert Martin à participer à l’exposition « Les Magiciens de la terre » à La Villette. Il s’installe alors en France où il réside toujours.Ce goût certain pour « le paradoxe et la contestation par l’absurde »se traduit dans plusieurs expositions auxquelles il participe et dont Jean-Hubert Martin est le commissaire. Huang Yong Ping en 1995 expose au Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie, du 21 septembre 1995 au15 janvier 1996. L’artiste figure à  la Biennale de Venise (Un Homme, neuf animaux, 1999) où ses animaux mythologiques transperçaient le toit du Pavillon Français, l’originalité de ces installations réside dans leur caractère éminemment contextuel : chaque œuvre est directement inspirée du contexte historique, politique, sociétal et architectural de son lieu d’exposition.

Sources : Expositions et marché de l’art : la postérité des « Magiciens de la terre ». Par Judith Benhamou-Huet , Galliffet art centerEditons Dilecta.

Plus récemment l’artiste a exposé au parc Monceau dans le cadre de l’exposition  conçue  par le Musée Cernuschi, à Paris, en 2011 (déjà évoquée ici).

hyp_10-81

Porte-avions de béton.2011. Installation : Iron, cement, water. 382 x 190 x 169 cm. View of the installation, © ADAGP Huang Yong Ping. Photo. Fabrice Seixas. Courtesy the artist and Kamel Mennour, Paris.

monumenta-1-1024x768

Si le chapeau de Napoléon attire l'œil, les containers eux, donnent lieu à plusieurs interprétations
possibles. La première a pour thème la mondialisation et les échanges, bien sûr. 
POUR PASCAL LAMY, ANCIEN DIRECTEUR DE L'OMC,LE PORTE-CONTENEUR EST AVEC INTERNET « L'UN DES DEUX MOTEURS DE LA MONDIALISATION ».
 SYMBOLE DES ÉCHANGES COMMERCIAUX, LE CONTENEUR INVESTIT ÉGALEMENT LE TERRAIN DE L'ARCHITECTURE, 
COMME SOLUTION À LA PÉNURIE DE LOGEMENTS.

Mais ces containers font aussi écho avec une certaine actualité évoquée par cet article de G. Bowley et D. Carvajal dans le New York times : The World’s Greatest Art Collections Hides Behind This Fence : les œuvres d’art stockées dans des ports francs, à l’abri des regards.

28HIDDEN2-articleLarge

Port franc de Genève , derrière des barbelés. Yves Bouvier qui est à la fois présent à Genève et à Singapour, l’affirme :  plus d’un million d’œuvres, dont environ 10 000 tableaux, sont entreposées dans mes compagnies.

Certains collectionneurs choisissent d’exposer ces œuvres ponctuellement, pour une période de temps limitée: Un bunker transformé en lieu d’exposition .

 

Vues d’expositions : art contemporain et art brut en mai

2016-surlefil-09.04-21.05-dac-1170x659Sur le fil par Jean-Hubert Martin:

http://slash-paris.com/evenements/sur-le-fil-par-jean-hubert-martin

Thomas Hirschhorn est aussi là  : à découvrir  à la galerie  Brolly: http://www.jeanbrolly.com/expo-actuelle/ et à  la galerie Berst :

.http://www.christianberst.com/en/exhibition/sur-le-fil.html

https://youtu.be/qwinsrW45Es

Dans ces deux galeries voisines l’exposition dont le commissaire est Jean- Hubert Martin, présente de nombreux créateurs côte à côte, « avec ou sans culture » comme l’évoque l’artiste Ben. Art contemporain et art brut. soit une pléiade d’oeuvres  de Vincent Corpet , Misleidys Francisca Castillo Pedroso,  Daniel Schlier,Thérèse Bonnelalbay, Frédéric Bruly-Bouabré, etc.

Le 22 mai prochain, un débat est programmé  entre C. Berst et JH Martin.