Archives du mot-clé INHA

De mars à décembre 2017, une série d’expositions temporaires dédiées à l’art italien

« Heures italiennes » propose une exploration inédite des collections publiques de peinture italienne conservées dans les musées et dans les églises de la région de Picardie incluse dans la Région Hauts-de-France.

Inspirée par Henry James (1843-1916), l’opération emprunte son titre à un recueil où l’auteur décrit les monuments et les artistes de la péninsule.

HI-40X60-1.png

Au cours du premier semestre de l’année 2017, 4 expositions présentent le résultat de ce travail, à Amiens, Beauvais, Chantilly et Compiègne.
231 tableaux prêtés par 13 musées et 11 églises permettent de saisir l’ampleur et la qualité des collections picardes, par le biais d’un parcours chronologique, à travers les grands foyers de création artistique, du XIVe au XVIIIe siècle.

Voici les temps forts de ce programme d’ expositions qui est l’aboutissement d’un travail de recherche mené à l’INHA sur le RétifRépertoire des tableaux italiens en France (XIIIe-XIXe siècle) :

Peintures du XVIIIe siècle : à Compiègne, près de 70 œuvres du XVIIIe siècle italien provenant de musées et d’églises de Picardie

Le Naturalisme et le Baroque (XVIIe siècle) : la peinture italienne du XVIIe siècle est largement représentée à Beauvais.

La Renaissance (XVIe siècle) : au sein même des galeries de peinture du musée Condé, à Chantilly, les trésors inconnus du XVIe siècle conservés en Picardie dialoguent avec les fabuleuses collections du duc d’Aumale

Les Primitifs (XIVe-XVe siècles) : L’exposition d’Amiens, consacrée aux Primitifs italiens du XIVe aux premières années du XVIe siècle, retrace l’évolution de la peinture durant les derniers siècles du Moyen Âge dans différents foyers régionaux de la péninsule (Toscane, Ombrie, Lombardie, Piémont, Naples). Une vingtaine d’œuvres illustre, autour de thèmes picturaux essentiellement religieux, la variété des styles et des techniques employés à cette époque charnière à l’orée de la Renaissance.

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.

Conférences de juin et recherches en histoire de l’art

 L’ange au sourire de la cathédrale de Reims, XIIIe siècle © Creative Commons – Eric Santos

Le Festival d’histoire de l’art ( FHA) 2016 aura lieu précisément à Fontainebleau, du 3 au 5 juin prochains. Les conférences et tables rondes sont très nombreuses.

 A noter la présence de Nathalie Boulouch, pour une présentation des archives de la critique d’art, au château, salon des fleurs :

Selon le principe d’un inventaire à la Prévert, cette conférence présentera la richesse des collections des Archives de la critique d’art qui ont pour missions de collecter, conserver et valoriser les écrits et les archives des critiques d’art actifs depuis le milieu du XXe siècle. Elles offrent des ressources sur l’art et la création contemporaine grâce à des collections patrimoniales et à une bibliothèque spécialisée.

L’auditorium du musée d’Orsay accueille le 9 juin prochain une journée d’étude ayant pour thème Les musées moteurs de la recherche.

dont voici la présentation :
 Depuis une dizaine d’années, la plupart des grands musées parisiens et en région ont engagé un travail de valorisation de l’aspect scientifique de leur activité.   Pour prolonger et enrichir la réflexion que le musée d’Orsay a lancée sur le rôle et l’organisation de la recherche en son sein, il convie dans son auditorium, avec le soutien de l’Institut national d’histoire de l’art, des personnalités appartenant au monde des musées ou à celui de l’université, à témoigner de leur expérience récente dans ce domaine.
Ce premier rendez-vous est l’occasion pour le musée d’Orsay et l’Institut national d’histoire de l’art d’annoncer la mise en ligne d’une base de données dédiée aux livrets de Salons et expositions de groupe (1673-1914), un outil attendu par tous les historiens d’art.  Au-delà, il est question de mieux appréhender et de faire partager au public les enjeux actuels et futurs ainsi que les modalités de la recherche, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui dans nos musées.
Le programme  est ici.

Histoire des expositions : un débat

couv_perspectives

A signaler dans le dernier numéro  de la revue de  Perspective – n° 1 – 2015, un débat avec Laurence Bertrand Dorléac, Philippe Descola, Pierre Georgel commissaires d’expositions : Qu’est-ce qu’exposer ?

Extrait : « Aujourd’hui nous assistons à un élargissement du domaine des expositions, tant du point de vue des sujets proposés que des objets présentés. Le critère esthétique, qui avait prévalu jusque dans les années 1980, n’est plus le seul paramètre de référence. Cet élargissement répond à des attentes profondes du public et, en même temps, aux exigences du « marché de la culture ». Nous pouvons citer un grand nombre d’expositions qui ne relèvent pas du domaine de l’histoire de l’art au sens traditionnel et qui ont rencontré un grand succès auprès du public : l’exposition sur la douleur à la Cité des Sciences et de l’Industrie en 1992-1993, La Mélancolie au Grand Palais en 2005 ou encore la série de grandes expositions d’anthropologie programmées ces dernières années par le Musée du quai Branly (on peut notamment citer : Qu’est-ce qu’un corps ?, Planète métisse, La Fabrique des images ou Exhibitions : l’invention du sauvage…). Même un musée d’art traditionnel comme le Louvre propose aujourd’hui..’.

Paru au comptoir des presses d’universités. le comptoir des presses d'universités

 

 

L’or des « cavaliers nomades antiques parés d’or de la grande steppe herbeuse entre Danube et fleuve Jaune »

Vu dans Connaissance des arts :

 » Le 7 février dernier, l’Allard Pierson Museum à Amsterdam (http://www.allardpiersonmuseum.nl/en) inaugurait son exposition « La Crimée : or et secrets de la mer Noire » sur l’or des Scythes. Les précieux objets, dont un grand nombre proviennent des musées de Simferopol, Bakhtchissaraï, Sébastopol et Kertch, doivent revenir à leurs propriétaires à la fin du mois d’août, une fois l’exposition achevée. Cependant, les bouleversements politiques que connaît l’Ukraine compliquent la restitution » : http://www.connaissancedesarts.com/archeologie/actus/l-or-des-scythes-au-coeur-du-conflit-russo-ukrainien-106510.php

L’or des scythes est un sujet d’exposition récurrent : voir l’article de Véronique Schiltz, « A propos de l’exposition « Or des Scythes » » in  Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année   1975   Vol 119,   N°3,  p. 443-453 , sur une exposition qui s’est tenue en 1975 au Grand Palais : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1975_num_119_3_13163

ou bien le catalogue collectif d’exposition paru en 2001 à la RMN, à l’occasion de l’exposition qui a eu lieu une nouvelle fois aux Galeries nationales du Grand Palais : http://www.art-russe.com/article.php3?id_article=845158V52JYFL__SY445_Pour une étude sur cette période et cette civilisation, voir Qu’est-ce que l’art protohistorique ? What is protohistoric art ?
d’Henri-Paul Francfort, Christoph Huth, Ricardo Olmos, Miklós Szabó et Stéphane Verger, paru dans la revue Perspective de l’INHA :  http://perspective.revues.org/1092