Archives du mot-clé Henri Matisse

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.

La Seconde Guerre mondiale et le Stedelijk museum

Du 27 février au 31 mai 2015, une exposition est consacrée au stedelijk museum et à la seconde guerre mondiale. Moins connues en France que les aventures de J. Jaujard au Louvre, les activités résistantes d’un responsable du Stedelijk museum, Willem Sandberg (1887-1984) méritaient elles aussi d’être soulignées, à l’occasion du 70 e anniversaire de la libération des Pays-Bas qui sera célébré en mai 2015. L’exposition est structurée à partir de la collection permanente mais présente également des documents photographiques inédits. Elle raconte cinq histoires fascinantes survenues durant de cette période. Ainsi, en 1943, sous l’occupation, le Stedelijk a été contraint d’organiser deux expositions de propagande: Kunstenaars zien den Arbeidsdienst et De Jeugdherberg van morgen. Mais le musée a également organisé sa petite résistance en programmant des thèmes plus patriotiques tels que Stad en Land (1942), Le musée est alors placé sous la direction de David Roëll (1936 – 1945) et de son adjoint Sandberg, responsable de la section d’art moderne : ils mettent à l’abri les collections dans un bunker situé dans les dunes, près de Castricum, aux côtés d’environ 500 collections dont celle de la famille royale, des héritiers de Van Gogh et de nombreux collectionneurs juifs. Après la guerre, des collectionneurs et des artistes juifs, en geste de remerciement, ont effectué des dons au profit du musée, notamment des œuvres de Van Gogh et de Kokoschka. 

 2014-04-06-17-39-26_schuilkelder tne bunker The bunker near Castricum, with work from a.o. Van Gogh. Foto Joh. de Haas.

 

matisse%20Odalisque%201921

Collectie Stedelijk Museum Amsterdam Henri Matisse, Odalisque, 1921

sandberg-portraitsandberg logo

W. Sandberg, graphiste de formation (il a notamment créé après la guerre le logo de son musée) s’est engagé dans la résistance et a fabriqué de faux papiers : il a dû à son tour se cacher à partir de 1943 au moment de l’arrestation des membres de son réseau (dont l’artiste Gerrit van der Veen). Après la libération, le Stedelijk était également impliqué dans la récupération internationale des œuvres d’art pillées depuis 1933.  Cette recherche se poursuit encore aujourd’hui : voir à ce propos le site du Dutch national research project

Directeur de son musée après la guerre (1945-1962) il est devenu une figure majeure parmi les conservateurs promouvant l’art contemporain dans les années 1950 aux années 1970, eu Europe, grâce à son implication et à l’intérêt constant  qu’il a porté à la création contemporaine, locale aussi bien qu’internationale : il a été salué par son collègue François Mathey qui a exposé son œuvre graphique au musée des Arts décoratifs à Paris en 1973 :Sandberg « désigne » le Stedelijk : Amsterdam, 1945-63… Typographie, muséographie. Musée des Arts Décoratifs, Paris, 30 mars-30 avril’73 l’Institut néerlandais de Paris lui a consacré des années plus tard une exposition très riche et intéressante, en 2007 : http://strabic.fr/Willem-Sandberg-precurseur

Art sacré : la salle Matisse aux musées du Vatican

06_evento_matisseen 2011, les musées du Vatican ( http://www.museivaticani.va/2_IT/pages/MV_Home.html) ont inauguré une Salle Matisse, un autre hommage aux dernières années de création de l’artiste actuellement célébrées aux USA ( après la Tate Modern de Londres: http://musearti.hypotheses.org/?p=2897=)

la décoration de la Chapelle du Rosaire de Vence a été réalisée entre 1948 et 1952  :

http://mv.vatican.va/2_IT/pages/z-Info/MV_Info_Evento06.html

« I Musei Vaticani si è inaugurata la Sala Matisse, interamente dedicata ai bozzetti preparatori della Chapelle du Rosaire di Vence, in Provenza » :http://www.arte.rai.it/articoli/sala-matisse/2113/default.aspx

François Mathey a exposé Matisse  (http://musearti.hypotheses.org/?p=4420 )et a participé activement à la création de la section contemporaine des musées du Vatican bien avant son inauguration par Paul VI en 1973.

L’abbé Morel avait été chargé par Pie XII, après la guerre, de travailler à l’extension, au XXe siècle, des collections de la pinacothèque vaticane.  Le pape Paul VI amplifie le mouvement car pour lui  » Le thème est le suivant : il faut restaurer l’amitié entre l’Eglise et les artistes », in  Paul VI aux artistes, Chapelle Sixtine, 7 mai 1964.

En 1970, le père Régamey nommé à Rome se préoccupe de faire reconnaître le travail de la commission diocésaine d’art sacré de Besançon. Il saisit Lucien Ledeur des projets du secrétaire du Pape, Mgr Macchi qui souhaite créer au Vatican des salles sur l’art religieux moderne. Dans ces salles vont figurer des œuvres de Rouault, du Père Couturier et des maquettes des vitraux de Manessier pour l’église des Bréseux.

Depuis 2000, la Collezione d’Arte Contemporanea dei Musei Vaticani, soit 800 œuvres de 250 artistes internationaux, est dirigée par Micol Forti : http://www.micolforti.it/

Forti M (2008). Paolo VI e le Collezioni Vaticane, in « Arte Cristiana », vol. XCVI, n. 847, luglio-agosto 2008, pp. 247-252.

Pour en savoir plus sur  François Mathey  et l’art sacré  :

http://www.lespressesdureel.com/sommaire.php?id=2947&menu=

http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=2947&menu=

 

Le Pape Paul VI est également à l’origine d’une collection d ‘art contemporain moins connue et située à Brescia, celle de l’Associazione Arte e Spiritualità : Constituée de divers legs (gérés essentiellement par Monseigneur Pasquale Macchi, ancien secrétaire particulier de Paul VI), la collection de l’Associazione Arte e Spiritualità s’enrichit régulièrement de donations et de nouvelles acquisitions. Elle fut ouverte au public en 1988, et se trouvait jusqu’en juillet 2009 dans un édifice de la ville de Brescia. Elle est située à proximité de cette ville :
de carliLe patrimoine considérable que rassemble la Collection Paul VI – art contemporain compte près de 7000 œuvres. Des artistes majeurs du XXe siècle italien et international y sont représentés : Henri Matisse, Marc Chagall, Pablo Picasso, Salvador Dalí, René Magritte, Erich Heckel, Oskar Kokoschka, Gino Severini, Mario Sironi, Giorgio Morandi, Felice Casorati, Georges Rouault, Jean Guitton, Emilio Vedova, Hans Hartung, David Hockney, Lucio Fontana, Giò et Arnaldo Pomodoro et beaucoup d’autres.

http://www.collezionepaolovi.it/storia-collezione-paolo-vi.asp?lingua=4