Archives du mot-clé Halle Saint Pierre à Paris

Les artistes d’art brut, autodidactes, et naïfs des Balkans d’hier, et les artistes singuliers d’aujourd’hui, à la Halle Saint Pierre

Un billet d’entrée pour deux expositions temporaires à la Halle Saint Pierre (qui ne présente pas de collections permanentes)  : les auteurs Caro et Jeunet  exposent  avec brio au RDC :

A l’étage, l’exposition « TURBULENCES DANS LES BALKANS  » est présentée du 7 septembre 2017 au 31 juillet 2018. Elle  rassemble essentiellement des artistes contemporains serbes et des artistes d’ art naïf et d’art populaire plus anciens et reconnus, Ilija Bosilj et Sava Sekuli, qui ont connu les deux guerres mondiales. Les premières critiques l’ont noté : le mélange des générations est totale. La diversité des styles est très grande. Les catégorisations traditionnelles sont dépassées, comme souvent à la Halle Saint Pierre, l ‘essentiel étant, de se placer  » sous le vent de l’art brut . »

Le dossier de presse propose la synthèse suivante :  L’exposition Turbulences dans les Balkans poursuit les prospections que la Halle Saint Pierre mène depuis plus de vingt ans aux frontières de l’art brut. La scène artistique des Balkans donne à voir ses territoires alternatifs riches de leur complexité et leur diversité. Gardiens du grand héritage de l’art populaire, icône de la pop culture, explorateurs de langages archaïques ou magiciens du matériau brut, tous ces artistes inventent des mondes singuliers travaillés par une Histoire déchaînée autant que par les sentiments et les instincts excessifs qui enflamment leur relation au monde. TURBULENCES, est la métaphore de ces expériences intimes mises en images, en émotions et en réflexions. C’est le vent de l’art brut qui relie organiquement ces formes d’art différentes mais pourtant voisines.  Comment ne pas porter sur Ilija Bosilj et Sava Sekulic, maîtres de l’art naïf yougoslave, un œil neuf libéré du jugement de la naïveté.(…). Dans leur sillage Matija Stanicic, Milan Stanisavljevic et Barbarien feront également pencher leurs œuvres du côté brut de la force psychique.  Mais ce sont les compositions torturées de Jakic, que l’artiste vivait non pas comme « un dessin ou une peinture, mais comme une  sédimentation  de douleur »  qui nous plongent implacablement dans un monde archaïque, déstructurant dans le même temps nos logiques rationnelles.

A noter qu’il y a peu d’artistes femmes dans cette exposition, dont voici quelques vues :

Nina Krstic, conservatrice du Musée d’art Naïf et Marginal de Jagodina en Serbie, conserve et protége ce patrimoine artistique . Elle présente des artistes aux entreprises très différentes,Siljan Joskin, Ivana Stanisavljevic, Igor Simonovic , Ljubisa Jovanovic Kene ou Vojkan Morar :  Ils  ont gagné la reconnaissance au sein de la tribu créatrice complexe et plurielle des artistes « outsiders ». La rencontre de l’art brut et des Balkans n’en est cependant qu’à ses premiers développements, loin de la vulgarisation  en cours en Europe occidentale et aux Etats-Unis. Autrefois poudrière, aujourd’hui morcelés et en quête de stabilité, les Balkans tentent d’exister ailleurs que dans le poids du passé, que ce soit un passé lointain marqué par la domination des Empires, les mythes nationaux, ou un passé proche fait de conflits armés. En marge des institutions une scène artistique alternative voit le jour. (…) L’association Art Brut Serbia, fondée par Goran Stojcetovic s’est donnée pour mission  de créer émulation,  rencontres,  partage aussi ses membres, dont Danijel Savovic, Budimir Pejakovic, Bojan Dordevic Omca, Dragan Gagac Jovanovic, Dragan Radovic Cica,  sont  de sensibilité très différente et d’une grande variété d’inspiration. L’association collabore étroitement avec le centre culturel autonome Matrijarsija dont l’objectif est d’être un « générateur puissant d’art turbulent ». (…) Turbulences dans les Balkans met en acte le besoin existentiel de ces artistes de penser le monde en le poétisant, de faire résonner un langage qui ne raisonnerait plus. (Extraits du texte du catalogue de Martine Lusardy, directrice et commissaire de l’exposition.)

Quelques illustrations choisies parmi  les très nombreux artistes présentés  : les dessins de Zoran Tanasic  (déjà salué par le magasine Raw Vision en 2009)placardés dans différents lieux de la ville, font de l’espace public le théâtre éphémère de son récit personnel.TANASIC par Ivan ZUPANC,

Sava Sekulic, né en 1902, à Bilisani, en Croatie, décédé en 1989, à Belgrade, en Serbie

 

 Ilija BOSILJ BASICEVIC ( né en 1895, à Sid, Serbie, décédé en 1972) :

Vojislav JAKIC  (1932-2003), originaire de Macédoine, un autre classique, qui figure dans la collection de l’art brut de Lausanne, dont l’une des œuvres figure sur l’affiche de l’exposition et une autre, très remarquée, en tête de ce billet ( Vojislav Jakic, Le dessin sanguinaire, 1973. 622 cm x 312. Musée national Kraljevo).

 V. Jakic, Tortues siamoises, apothéose de la guerre, 1999.

L’une des rares artistes femmes  présentées,  Matija STANICIC (1926-1987) :

 

 

 

 

 

 

STANICIC Matija, Anniversaire, env. 1976-1977, 100x71cm, techniques mixtes sur papier carton, MNMA.

Parmi la jeune génération, signalons Ivana STANISAVLJEVIC, née en 1977 à Belgrade , déjà repérée par le marché de l’art :

Château sur roues (017), 2003.

et Boris DEHELJAN, et son Jimmy Hendrix, de métal (2016).

 

 

 

 

 

 

A noter que, parallèlement à Belgrade,  après des années de travaux, le musée d’art contemporain vient de rouvrir ses portes, closes depuis 2007.

Une donation d’art naïf et d’art populaire d’Amérique latine refusée

expocarcassonneCette exposition « Les imagiers de l’imaginaire » devait constituer « l’Acte I de l’installation progressive de la collection Cérès Franco au sein du musée des beaux-arts de Carcassonne« . Installée en France en 1951, Cérès Franco, d’origine brésilienne, a constitué une collection d’art populaire et d’art naïf d’Amérique latine, mais pas seulement : outre les ex-voto du Brésil ou des masques du Mexique, de nombreux créateurs sont exposés, comme par exemple Roman Cieslewicz. La collection rassemble 1 500 œuvres : http://www.ladepeche.fr/article/2014/08/30/1942105-la-ville-laisse-filer-1-500-oeuvres-d-art.html

exposantsexpo 3Captureexpo 2

http://www.carcassonne.org/carcassonneville.nsf/vueTitre/DocNiveau5201310311391326

Le nouveau maire de Carcassonne, refuse au nom de la municipalité, la donation Cérès Franco, ce que toute municipalité a juridiquement bien sûr le droit de faire, même si cette collection est semble-t-il de grande qualité :

art naif

Papillons et fleurs fanées, 1966, Huile sur toile,70 x 50 cm, de Grauben Do Monte Lima : née à Crato, Ceara en 1889 – décédée en 1972, elle est la première femme fonctionnaire de l’administration brésilienne, elle commence à peindre à l’âge de 70 ans.

La  collection Cérès Franco cherche désormais un nouveau lieu d’accueil : des mécènes potentiels suisses ont semble-t-il été approchés. Cette collection est à voir à Carcassonne jusqu’au 27 septembre 2014 :http://www.polad-hardouin.com/sites/default/files/upload/catalogue-les_-imagiers-de-l-imaginaire.pdf

Voir la bande-annonce de « Cérès » un film de Clémence Hardouin : http://vimeo.com/77220072

Depuis longtemps l’art non académique figure dans les collections et sur les cimaises des musées des beaux-arts : dans les collections publiques nationales : L’art naïf au musée national d’art moderne (MNAM) grâce à Jean Cassou : « Avec Henri Rousseau, André Bauchant, Camille Bombois et Séraphine, Louis Vivin est l’un des « cinq maîtres primitifs reconnus » par le critique d’art et collectionneur allemand Wilhelm Uhde. Jean Cassou organise une salle de « naïfs » au Musée national d’art moderne » : http://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c88Bp5/rqGkA5K

– à Nice : le Musée international d’art naïf Anatole Jakovsky : http://www.nice.fr/Culture/Musees-et-expositions/Musee-d-Art-Naif

– à Laval : http://musees.laval.fr/

On retrouve les créations de Séraphine à Senlis :

http://www.musees-senlis.fr/Dossiers-thematiques/seraphine-louis-dite-seraphine-de-senlis.html

ou  dans de grands musées privés comme le musée Maillol : www.museemaillol.com/

L’art brut et la neuve invention théorisés par Dubuffet sont aujourd’hui conservés à Lausanne en Suisse : http://www.artbrut.ch/fr/21036/113/publications/collection-de–fascicules-l-art-brut=)

ou à Lille au LAM : http://www.musee-lam.fr/

ou exposés à la Halle Saint Pierre à Paris : http://www.hallesaintpierre.org/

Il existe de multiples collections  dispersées sur le territoire qui ont des patronymes variés :  art singulier, hors normes, etc. Citons  par exemple :

– à Bègles, le musée de la création franche : http://www.musee-creationfranche.com/

– à Sète, le musée international des arts modestes fondé par Hervé de Rosa :  http://www.miam.org/

Et plus anciennes encore deux collections dans l’Yonne : http://musearti.hypotheses.org/?p=105

– La collection Selz à Noyers-sur-Serein : on y trouve une collection d’art naïf français et d’art populaire, notamment d’Amérique latine : http://www.noyers-et-tourisme.com/museenoyers.html

– La collection de l’architecte Alain Bourbonnais à Dicy, la Fabuloserie : http://www.fabuloserie.com/

Cofondatrice de ce musée d’art hors-les-normes, Caroline Bourbonnais est décédée le 10 août dernier à l’âge de 90 ans : http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/2014/08/14/la-fabuloserie-perd-caroline-bourbonnais-532148.html

Pour conclure cette évocation de l’art naïf et singulier, un hommage de 1961, au Douanier Rousseau, décédé le 2 septembre 1910, tiré des ses archives, par la Revue des deux mondes : http://www.revuedesdeuxmondes.fr/archive/article.php?code=19906