Archives du mot-clé guerre 14-18.

Dianne Bos : The Sleeping Green et ses poètes

Ploegsteert, Belgique, 2014 © Dianne Bos – Centre Culturel Canadien

L’espoir renaît toujours. Tel était le titre de l’exposition présentée au Centre  Culturel canadien qui vient de s’achever : « The Sleeping Green », sous-titré par le Centre Culturel Canadien « Un no man’s land cent ans après » :

« Dianne Bos : The Sleeping Green » est une véritable évocation enchantée d’un passé pourtant rougi du sang de millions d’hommes, de femmes et d’animaux tombés au champ d’honneur.          Coquelicot, Ploegsteert, Belgique, 2014 © Dianne Bos

Mémorial britannique de la Première Guerre mondiale à Ploegsteert.

 À l’aide de photographies réalisées via des boîtiers généralement très anciens (dont une chambre noire), Dianne Bos exploite toute la force esthétique du format carré pour parler, poétiquement, de cette guerre qui fit débuter le XXe siècle sous l’égide de l’horreur. Aberration chromatique, flou de bougé, flare et autres décolorations partielles ne doivent pas ici être considérées comme des erreurs techniques de la part d’un photographe débutant maîtrisant encore mal son appareil photo. Dianne Bos a volontairement choisi de mettre en scène les failles de ses anciens boîtiers de sorte à en faire surgir un lyrisme étonnant : utiliser des faiblesses pour mieux parler du chagrin, de l’horreur de la guerre, de la perte, mais aussi et surtout de l’espoir qui pourtant, renaît toujours ».

« Un no man’s land cent ans après ». Encore faut-il avoir en tête un code culturel typique des pays du Commonwealth pour pouvoir le déceler et comprendre le message. Dans l’exposition d’indénombrables taches écarlates, brillantes ou sourdes, fanées ou éclatantes : Ce sont des coquelicots, qui constellent de pourpre les photographies de Dianne Bos. Le coquelicot rouge, au Canada comme au Royaume-Uni, est devenu un symbole parfaitement éloquent de la question du souvenir, le « poppy » :

Comme le rappelle le musée canadien de la guerre, on trouve ses racines dans les écrits du poète et soldat canadien John McCrae et son poème le plus connu, « Au champ d’honneur » :

 

Manuscrit de « In Flanders fields. John McCrae a écrit ce poème pendant la Bataille d’Ypres. Cela deviendra le plus célèbre poème de guerre. Source : Bibliothèque et Archives Canada/C-128809).

L’exposition évoque également Break of Day in the Trenches, du poète britannique  Isaac Rosenberg, décédé en 1918 dans les tranchées.

  • Vues de l’ exposition au Centre culturel canadien :

  • Évocations canadiennes de la Bataille d’Ypres :

Richard Jack (1866-1952), La deuxième bataille d’Ypres, décembre 1917. Collection d’art militaire galerie d’art de Beaverbrook.

 

14-18 : Photographies de Paris et carnet de chant

du 15 janvier 2014 au 15 juin 2014 : pour les amateurs de photos : La galerie des bibliothèques de la Ville de Paris présente un très bel ensemble de 200 agrandissements de photographies prises par Charles Lansiaux, illustrant la vie à Paris pendant la guerre 14-18 : http://www.paris-bibliotheques.org/cycles-et-thematiques/paris-14-18-guerre-au-quotidien/

105094_1391786780_10-c-c-lansiauxbhvproger-viollet_623x187

 

 

A signaler également : 14-18, carnet de chant : les chansons de l’arrière à la Bibliothèque Hergé – Paris 19e – le 30 avril  à 19h
Conférence de Bertrand Dicale. Pendant les quatre années de la Grande Guerre, les Français ont chanté. Avec enthousiasme, avec désespoir, avec haine, avec pitié, avec humour, avec patience… Pendant quatre ans, des milliers de chansons ont été écrites : il fallait mobiliser contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, donner courage aux Poilus, justifier les sacrifices énormes de la nation, mais aussi critiquer les profiteurs de l’arrière, amuser les permissionnaires, faire rêver les soldats, soulager les endeuillés. Des caf’ conc’ bruyants aux temples de la musique classique, des casernes aux hôpitaux, des écoles primaires aux trains de permissionnaires, des ouvroirs des dames de charités aux salons des maisons closes, on a chanté la guerre de manière obsessionnelle.En avant-première de deux séries documentaires diffusées cet été sur les ondes de France Info et France Bleu, Bertrand  Dicale fait découvrir cet extraordinaire patrimoine, témoignage des souffrances et des espoirs d’une nation en guerre d’abord avec les chansons des combattants (des refrains martiaux aux complaintes antimilitaristes), puis avec les chansons de l’arrière (du « bourrage de crâne » à l’insolence de l’esprit faubourien). Il dévoile notamment quelques éléments de l’ambitieux programme d’exhumation et de réenregistrement de chansons de la Grande Guerre mené avec le Chœur de la Maîtrise de Radio France : http://www.paris-bibliotheques.org/actualites/#news-7239