Archives du mot-clé guerre

Architectures en uniforme ; projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale : future exposition de J.L Cohen

Le 9 avril 2014 au séminaire  ARTS & SOCIÉTÉS une conférence de Jean-Louis Cohen
17h-19h à Sciences Po École doctorale, salle de réunion
199 boulevard Saint -Germain 75007 Paris

L’architecture a été mise à l’épreuve par la Seconde Guerre mondiale. Non seulement les architectes ont-ils été mobilisés en tant qu’experts pour concevoir les fortifications, les casernes et les camps de concentration, mais encore ont-ils été engagés dans la production illusoire du camouflage. Globale, la guerre a stimulé du Pacifique à l’Oural les recherches sur la préfabrication, tandis que la pénurie stimulait celles sur les matériaux et les économies d’énergie, créant un vaste laboratoire voué au développement durable avant la lettre. Du criminel de guerre que fut Albert Speer à Szymon Syrkus, prisonnier d’Auschwitz et engagé dans la conception du camp, les postures multiples des architectes doivent être interrogées, tant il est vrai que ce sont dans leurs expériences que se forgea le triomphe de la modernité après 1945. Laurence Bertrand Dorléac

Jean-Louis Cohen est architecte et historien. Ses recherches ont porté notamment sur l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle en France, en Allemagne, en Italie, en Russie et aux États-Unis, les formes de l’internationalisation et les cultures nationales. Entre 1998 et 2003, il a élaboré et conduit le projet de Cité de l’architecture et du patrimoine dans le Palais de Chaillot de Paris. Depuis 1994, il occupe la chaire Sheldon H. Solow en histoire de l’architecture à New York University. Il a conçu de nombreuses expositions au Centre Pompidou, au Pavillon de l’Arsenal, au Centre canadien d’architecture, à l’Institut français d’architecture et au Museum of Modern Art, et publié plus de trente ouvrages. Son exposition Architectures en uniforme ; projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale ouvrira en avril 2014 à la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Violences de guerre, Art et culture en temps de conflit : un colloque, deux expositions

Signalons, à Lens, en rapport avec l’exposition à venir sur « Les désastres de guerre » qui débute en mai (du 28 mai au 6 octobre 2014), la tenue d’un colloque international en octobre intitulé Violence, violence de guerre, violence de masse, les 2,3, 4 octobre 2014 – Institut national de recherches archéologiques :
http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources/p-17800-Archeologie-de-la-violence-violence-de-guerre-violence-de-masse.htm

Le sujet est aussi d’actualité ailleurs en Europe avec l’exposition Ravage à Louvain, au Museum Leuven, du 20 mars au 1er septembre 2014 en Belgique, qui rassemble peintures et photographies :

Kunst en cultuur in tijden van conflict, « Art et culture en temps de conflit »

du  20.03. 2014  au 01.09. 2014 : http://www.ravage1914.be/

Prochaine séance du séminaire « Arts et sociétés » : pourquoi nous n’aimons plus la guerre

ARTS & SOCIÉTÉS,  le 18 décembre 2013, 17h-19h
« Il y eut un moment dans l’histoire où la guerre ne fut plus représentée comme lieu de l’héroïsme par excellence mais avant tout dans ses conséquences désastreuses sur les humains, les animaux, les choses. Depuis le tournant des guerres napoléoniennes jusqu’à nos jours, les artistes ont contribué à ce désenchantement et notre exposition future au Louvre à Lens devrait  en rendre compte. En quoi cette exposition sur « Les désastres de la guerre. 1800-2014 »  est-elle un laboratoire de recherche en histoire de l’art ? C’est la question à laquelle nous répondrons lors de ce séminaire consacré au monde des formes, grand fabricant de mémoire et de mentalités. »
Laurence Bertrand Dorléac

Sciences Po, salle du Traité, 1er étage, 56 rue Jacob – 75006 Paris

14-18 : la grande collecte

 A l’initiative de la bibliothèque numérique Europeana, “la Grande Collecte” est un appel à tous les citoyens pour faire numériser leurs documents personnels (correspondances, carnets, photographies…) datant du premier conflit mondial afin de préparer la commémoration du centenaire à partir de 2014 et mettre en avant un patrimoine historique et culturel commun en Europe. Du 9 au 16 novembre  chacun pourra se rendre dans plus de 70 points de collecte en France : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/A-la-une/La-grande-collecte-de-la-Grande-Guerre

Le site de la mission du centenaire liste les musées engagés dans la commémoration : http://centenaire.org/fr/musees

Le musée national de l’éducation présente ses collections en lien avec ce conflit :

http://centenaire.org/fr/tresors-darchives/le-musee-national-de-leducation

A découvrir également des archives du musée Clemenceau :

http://centenaire.org/fr/fonds-privees/archives/les-archives-du-musee-clemenceau

 et les caricatures du musée d’histoire culturelle d’Osnabrück en Basse Saxe :

http://centenaire.org/fr/dans-le-mondeeurope/allemagne/le-regard-de-lautre-mit-den-augen-des-anderen

Cette ville cumule les symboles : elle accueille la fondation allemande de la recherche pour la paix (Deutsche Stiftung Friedensforschung), elle est l’une des deux villes où a été signée en 1648 la paix de Wesphalie : http://www.canalacademie.com/ida1003-1648-Westphalie-ou-la-creation-de-l-Europe-moderne.html 

Elle est aussi la ville natale :

– de l’écrivain Erich Maria Remarque (1898-1970) : http://www.osnabrueck.de/13043.asp

http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-maria-remarque/

et celle du peintre de la nouvelle objectivité, Felix Nussbaum (1904-1944), décédé dans le camp d’Auschwitz-Birkenau, le 2 août 1944 : le MAHJ lui a consacré une rétrospective en 2010/ 2011 : http://www.mahj.org/documents/Felix-Nussbaum-Dix-fiches-oeuvres.pdf

 http://www.mahj.org/documents/Felix-Nussbaum-dossier-pedago.pdf

 

 

« Freud et la guerre » au séminaire « Arts et sociétés », mercredi 16 octobre 2013

Mercredi 16 octobre 2013, de 17h-19h, au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006 Paris (salle du Traité, 1er étage)

Freud et la guerre : pourquoi cette mise en relation ? Quel est l’intérêt des positions de Freud (1856-1939) sur la guerre ? On peut se demander s’il a, en tant que psychanalyste, des positions spécifiques ou (et) dans quelle mesure ses positions sont intéressantes au même titre que celles d’autres intellectuels de son temps, Romain Rolland par exemple avec qui il correspond à partir de 1923, ou Albert Einstein à qui il envoie en septembre 1932 une célèbre lettre intitulée « Pourquoi la guerre ? ». Le texte essentiel reste celui de 1915 : « Considérations actuelles sur la guerre et la mort » qui nous servira de point d’appui

par Françoise Coblence, philosophe et psychanalyste. Professeur émérite d’esthétique (université de Picardie), membre de la Société psychanalytique de Paris (SPP) et directrice de la Revue française de psychanalyse. Auteur du Dandysme, obligation d’incertitude (Puf, 1988), Sigmund Freud 1 (1886-1897), PUF, 2000, Les attraits du visible. Freud et l’esthétique, PUF, 2004 et d’articles sur Baudelaire, sur la psychanalyse. 

http://chsp.sciences-po.fr/evenement/arts-et-societes-5