Archives du mot-clé Grand Palais en 1972

Exposer l’art textile contemporain

Rares sont les musées qui exposent en France l’art textile :  Françoise de Loisy conservateur en chef aux musées d’Angers, en dressait le constat en 2014 : 

En France, on aime trop cloisonner les choses. On ghettoïse des artistes, sous prétexte qu’ils utilisent une matière, longtemps associée à la manufacture, à l’artisanat. Sheila Hicks, par exemple, est une grande artiste américaine, une des pionnières du renouveau de l’art textile dans les années 1960. Elle vit en France. Qui le sait ? Elle vient pourtant d’exposer une oeuvre monumentale au Palais de Tokyo, mais là encore, en toute discrétion. D’un autre côté, le mouvement est tellement multiple.

Les oeuvres de Sheila Hicks ( Portrait par Giulia Noni) obtiennent ces dernières années un écho grandissant. Elle a participé au festival d’automne en 2016 au musée Carnavalet avant sa fermeture pour travaux : La sculpture ambrée de l’artiste américaine Sheila Hicks, installée par le Festival d’automne, est visible depuis la rue des Francs-Bourgeois. «Nous souhaitions renouer avec la tradition du festival qui trouvait des lieux alternatifs aux lieux habituels de l’art contemporain. Nous voulions sortir du white cube, avance Clément Dirié, le commissaire.

L’artiste a exposé à la Biennale de Venise en mai dernier.

Installation de Sheila Hicks dans l’exposition « Viva arte viva ». Photo Mirco Toniolo. Sipa DR.

C’est à Sheila Hicks qu’a été confiée la quatrième des commandes triennales de la Région Centre-Val de Loire pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire (2017-2019). Elle a participé au parcours hors les murs de la Fiac 2017, au Petit Palais.

En févier 2018, le Centre Pompidou  lui consacrera une exposition monographique, une reconnaissance qui interviendra plus de quarante cinq ans après l’hommage rendu au travail de l’artiste par François Mathey (autre pionnier) qui a exposé son travail et celui de Niki de Saint Phalle au Grand Palais lors de l’exposition bilan sur l’art contemporain organisée en 1972.

Rappelons qu’en 1974, Sheila Hicks fêtait ses 40 ans quand le Stedelijk Museum d’Amsterdam lui consacrait une première rétrospective.

Les mythologies quotidiennes d’Adami

Ambiance nostalgique des années soixante à la Métairie bruyère, où se tient jusqu’en septembre une nouvelle exposition de Valerio Adami (1935- ). Les œuvres, elles, ne sont pas nouvelles : ensemble de dessins de sa collection personnelle, une série de lithographies inédites réalisées par les ateliers des éditions RLD : http://www.la-metairie.fr/detail-expo.php

Adami a fait ses premiers pas à Paris lors de l’exposition collective de 1964 intitulée « mythologies quotidiennes » au musée municipal d’art moderne de la Ville de Paris, sous la houlette de trois commissaires : Gérald Gassiot-Talabot, Marie-Claude Dane et François Mathey. Mathey l’expose également en 1967, parmi les tenants de la figuration narrative (« BD et figuration narrative« ) au musée des Arts décoratifs à Paris.

Adami,« le plus français des artistes italiens » de cette époque, figure au Grand Palais en 1972 pour l’exposition bilan « douze ans d’art contemporain », dont le commissariat est assuré par François Mathey.

Adami a notamment étudié la peinture à l’Académie de Brera, à Milan. François Mathey organise pour son vieil ami Franco Russoli (décédé en 1976), conservateur en chef de la Brera,  une exposition hommage intitulée Une Expérience à la Brera : Hommage à Franco Russoli. Il s’agit de photolithographies contemporaines inspirées par les œuvres de la Pinacothèque Brera : http://www.brera.beniculturali.it

Ces lithos d’Adami, Manzù, Milton Glaser, Folon, Baj et d’Henri Moore, sont présentées dans le hall d’entrée du Musée des Arts décoratifs, du 10 novembre 1977 au 15 janvier 1978.

Enfin, Mathey convie Adami à son exposition collective  « Sur invitation » qu’il organise au musée des Arts décoratifs, en 1984.

Pour voir les peintures de cet artiste, voici une video de 2012, à la galerie Templon  : https://www.youtube.com/watch?v=d0Sfxv75w7Q