Archives du mot-clé George Stevens

« Filmer les camps » : l’exposition itinérante présentée à Los Angeles

George Stevens et son équipe, France, 1944 © Margaret Herrick Library, Academy of Motion Pictures Arts and Sciences, Beverly Hills, Californie

Après le Mémorial de la Shoah, le château royal de Blois, le Museum of Jewish Heritage et l’Atlanta History Center, le History Museum of Mobile, ville côtière de l’Alabama aux Etats-Unis,  l’exposition itinérante « Filming the Camps, from Hollywood to Nuremberg : John Ford, Samuel Fuller, George Stevens » est à Los Angeles, du 27 août 2017 au 30 avril 2018, au Los Angeles Museum of The Holocaust.

L’exposition montée en 2010 à Paris et dont Christian Delage est le commissaire, est produite par le Mémorial de la Shoah.

Elle montre un pan méconnu du travail des trois grands réalisateurs américains qui ont produit  « Les raisins de la colère » (Ford), réalisé avant la Seconde guerre mondiale, et plus tard « L’homme des vallées perdues » (Stevens) et « Au delà de la gloire » (Fuller), après avoir passé du temps sous l’uniforme, en Europe. C’st à ce titre qu’ ils ont filmé le quotidien de la guerre et l’ouverture des camps de concentration.

Leurs images constituent un témoignage visuel essentiel sur la réalité de la Seconde Guerre mondiale. Le film de montage de leurs tournages donne à voir, notamment, des images de l’ouverture du camp de Dachau accompagnées des notes des réalisateurs.

Chaque étape d’une exposition itinérante est différente de celle qui la précède et de celle qui la suit. L’exposition  de Los Angeles bénéficiera ainsi de deux prêts nouveaux : des objets et documents prêtés par la famille de Samuel Fuller, et d’archives prêtées par la 20th Century Fox, qui a produit les films de Samuel Fuller.

A signaler également que le parcours permanent  du musée débute par une vidéo mettant en lumière Jack Taylor, natif de Los Angeles, qui, en tant que soldat américain, a participé à la libération d’un camp de concentration.

August 27, 2017 – April 30, 2018, An exhibition by the Mémorial de la Shoah, Paris, France.

Hollywood directors John Ford, George Stevens, and Samuel Fuller entertained audiences with cinema classics like The Grapes of Wrath, Shane, and The Big Red One. But their most important contribution to history may have been their work in the U.S. Armed Forces and Secret Services, filming the realities of war and the liberation of Nazi concentration camps. Their documentation provides an essential visual record of WWII. Combining a wealth of rare material, including private letters and footage from their own personal archives, Filming the Camps: John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, from Hollywood to Nuremberg, explores these filmmakers’ experiences during and after WWII, their confrontation with Nazi atrocities, and the mark that left on them as artists.

At Los Angeles Museum of the Holocaust, the exhibit will include artifacts on loan from Samuel Fuller’s family and from 20th Century Fox’s archive.

S. Mark Taper Foundation Atrium : this room welcomes you to the Museum. The Museum exhibits begin with a video featuring Los Angeles native Jack Taylor, who as a U.S. soldier participated in the liberation of a concentration camp.

 

 

 

 

 

Vidéos d’art : les désastres de la guerre à Lens

Les Désastres de la guerre, 1800-2014 au Louvre Lens, la grande exposition de l’été, à voir jusqu’au 6 octobre  : https://www.youtube.com/watch?v=sXWsz-LzIlI&feature=youtube_gdata_player

Le document nourrit l’œuvre d’art qui se nourrit elle même d’œuvres précédentes comme ce tableau d’Alphonse de Neuville de 1873 sur la guerre de 1870, intitulé  » Les dernières cartouches » prêté par le musée d’Orsay, thème qui sera ensuite repris par Méliès en 1897 dans un court-métrage muet en noir et blanc qui figure au sein de l’exposition, intitulé Bombardement d’une maison.

800PX-~1

Capture2

La vidéo évoque également le film dit de « Stevens » identifiant la Shoah lors des procès de Nuremberg, montré pour la première fois dans une exposition. (Voir à ce propos l’article de C. Delage,  « L’Image comme preuve : l’expérience du procès de Nuremberg », Vingtième siècle.Revue d’histoire, n° 72, octobre-décembre 2001, p. 63-78 :

 » Le premier film projeté en audience le 29 novembre 1945, sous le titre Les Camps de concentration nazis[…] fut réalisé sous la direction du lieutenant de marine Ray Kellogg, adjoint de John Ford à la direction de l’unité photographique et cinématographique de l’OSS.  Dans une lettre adressée à John Ford le 20 novembre…. Le colonel George Stevens, alors en service au corps des Transmissions des Forces expéditionnaires alliées, attaché au Grand Quartier général, souvent cité comme étant le réalisateur du film, n’y a apposé son affidavit qu’en sa qualité de responsable, entre le 1er mars et le 8 mai 1945, des images tournées dans les camps de concentration nazis et les camps de prisonniers libérés par les Alliés. Cette mission lui avait incombé en raison de ses fonctions officielles au sein du Signal Corps – le service photographique et cinématographique de l’armée américaine. Malgré son titre, le film ne retraçait pas l’histoire des camps nazis, comprise comme celle de la « solution finale », mais témoignait de ceux qui, « parmi les plus représentatifs de ces camps, reflètent les conditions de vie qui y régnaient », en réalité ceux libérés ou découverts par les Américains et les Britanniques »..

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2001-4-page-63.htm

Sur le catalogue de l’exposition, voir à l’occasion de la quinzième édition du festival littéraire franco-irlandais à Dublin, la rencontre avec Laurence Bertrand Dorléac autour du catalogue « Les désastres de la guerre 1800-2014 » aux éditions Somogy et « Contre-déclin, Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire » aux éditions Gallimard :  http://www.mollat.com/livres/bertrand-dorleac-laurence-les-desastres-guerre-1800-2014-9782757208151.html