Archives du mot-clé figuration narrative

Contre-cultures d’hier et d’aujourd’hui

À la Maison rouge vient de s’achever l’exposition  sur les contre -cultures entre 1969 et 1989, qui s’est déroulée du 24 février au 21 mai 2017.

 Ses commissaires,  Guillaume Désanges et François Piron l’ évoquent  dans un documentaire en ligne (la maison rouge ), « L’esprit français, Contre-cultures 1969-1989 »:  Interviews des commissaires de l’exposition : Guillaume Désanges et François Piron. Réalisation : Jean-Nicolas Schoeser (trystero.fr) :

"De la Figuration Narrative à la violence graphique de Bazooka, des éditions Champ Libre à la création des radios libres, de Hara-Kiri à Bérurier Noir, cette exposition rend compte d’un « esprit français » critique, irrévérencieux et contestataire, en proposant une multitude de filiations et d’affinités. À travers une soixantaine d’artistes et plus de 700 oeuvres et documents, rassemblant à la fois journaux, tracts, affiches, extraits de films, de vidéos et d’émissions de télévision, l’exposition assume une forme de révision esthétique, en allant regarder vers d’autres “genres” de la création que ceux généralement mis en avant dans l’art contemporain. Elle est également l’occasion de présenter des pièces rarement montrées telles que des carnets du groupe Dziga Vertov (fondé par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin), une sculpture monumentale de Raymonde Arcier ou les « livres d’école » d’Henri et Marinette Cueco ainsi que de passer commande d’œuvres à Christian Chapiron, dit Kiki Picasso et Claude Lévêque".

Vues de l ‘exposition :

L’affiche reprenait une oeuvre des artistes  Pierre et Gilles qui font aujourd’hui l’objet d’une exposition rétrospective au MuMa au Havre jusqu’au 20 août prochain, proposée en collaboration avec le Musée d’Ixelles à Bruxelles.

Le MuMa du Havre, dans le cadre des 500 ans de la création de la ville, présentera jusqu’au 20 août prochain, une exposition autour d’« Impression soleil levant » de Monet, oeuvre révolutionnaire, peinte dans ce port en 1872. Elle est détenue aujourdhui par le musée Marmottan.

L’art contemporain à l’école

20151222_13234320151222_132354

Tanc

 » Des artistes de toute l’Europe ont investi l’école Saint Joseph de Saint-Jean de Luz avant qu’elle ne soit détruite. Le résultat est une  exposition intitulée ’15 classes’  Chacun a été invité à donner sa vision d’un art optique, cinétique et plastique autour de l’architecture en transformation « 

L’expérience éphémère s’est achevée le 6 janvier dernier : art cinétique, arte povera, art du tatouage, abstraction géométrique, graffitis,  figuration narrative,  : autant de mouvements artistiques différents ainsi illustrés.20151222_131547

L’école disparaît en janvier. Elle va être détruite pour laisser la place à un nouvel ensemble immobilier de 60 appartements.

20151222_13182120151222_13174220151222_131426

Remi Rough

20151222_13140020151222_13135520151222_13153020151222_13160220151222_132314

20151222_13225720151222_132149

20151222_13214020151222_132206

Gilbert Petit20151222_132248

Cette exposition a été conçue par l’artiste LX. one fondateur de la revue Redux née en 2002.

Commissaires d’exposition : Lx.one et Erwann Lameignère
Production : Collectif Combo 20151222_132040
Avec Arro StudioL’AtlasEtienne Bardelli, Stéphane CarricondoErico, Jerk45, JeykillKrsnLx.oneClément Laurentin, Martina Merlini, Gilbert PetitRemi Rough, Tanc, Teo Moneyless.
  20151222_13245020151222_132459 Jerk45

20151222_13250520151222_132509

 

Etienne Bardelli20151222_13274020151222_132720

 

Martina Merlini20151222_131919

Sur l’importance du travail collectif : Stéphane Carricondo : Avec deux amis, ce peintre a fondé le collectif 9ème concept .

Les mythologies quotidiennes d’Adami

Ambiance nostalgique des années soixante à la Métairie bruyère, où se tient jusqu’en septembre une nouvelle exposition de Valerio Adami (1935- ). Les œuvres, elles, ne sont pas nouvelles : ensemble de dessins de sa collection personnelle, une série de lithographies inédites réalisées par les ateliers des éditions RLD : http://www.la-metairie.fr/detail-expo.php

Adami a fait ses premiers pas à Paris lors de l’exposition collective de 1964 intitulée « mythologies quotidiennes » au musée municipal d’art moderne de la Ville de Paris, sous la houlette de trois commissaires : Gérald Gassiot-Talabot, Marie-Claude Dane et François Mathey. Mathey l’expose également en 1967, parmi les tenants de la figuration narrative (« BD et figuration narrative« ) au musée des Arts décoratifs à Paris.

Adami,« le plus français des artistes italiens » de cette époque, figure au Grand Palais en 1972 pour l’exposition bilan « douze ans d’art contemporain », dont le commissariat est assuré par François Mathey.

Adami a notamment étudié la peinture à l’Académie de Brera, à Milan. François Mathey organise pour son vieil ami Franco Russoli (décédé en 1976), conservateur en chef de la Brera,  une exposition hommage intitulée Une Expérience à la Brera : Hommage à Franco Russoli. Il s’agit de photolithographies contemporaines inspirées par les œuvres de la Pinacothèque Brera : http://www.brera.beniculturali.it

Ces lithos d’Adami, Manzù, Milton Glaser, Folon, Baj et d’Henri Moore, sont présentées dans le hall d’entrée du Musée des Arts décoratifs, du 10 novembre 1977 au 15 janvier 1978.

Enfin, Mathey convie Adami à son exposition collective  « Sur invitation » qu’il organise au musée des Arts décoratifs, en 1984.

Pour voir les peintures de cet artiste, voici une video de 2012, à la galerie Templon  : https://www.youtube.com/watch?v=d0Sfxv75w7Q