Archives du mot-clé FIAC

Une histoire de l’art du pastel


Pendant six mois (une durée exceptionnelle), le Petit Palais expose une partie de sa collection permanente de pastels : « L’Art du pastel, de Degas à Redon » est une occasion inédite d’admirer plus de cent vingt pastels du Petit Palais jamais montrés depuis 1983 et de s’intéresser au renouveau du pastel dans la seconde moitié du XIXe siècle ».

L’ exposition est à la fois belle et instructive à plus d’un titre : elle propose un voyage chronologique et thématique qui débute à la fin du XVII e siècle avec  Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) et se conclut avec Odilon Redon et Ker-Xavier Roussel. Elle met ainsi en valeur les collections permanentes de ce musée de la Ville de Paris, en renouant avec une époque où  ce musée jouait  un rôle de premier plan.

En route, la commissaire Gaëlle Rio revisite en cinq sections l ‘histoire des peintres mais aussi des sculpteurs, qui ont eu recours à ce médium pour des raisons différentes. Naturalistes, impressionnistes, symbolistes traitent de thèmes plus ou moins académiques. On retrouve ainsi des artistes oubliés, méconnus et des œuvres sombres ou colorées qui réapparaissent dans la pénombre.

Des grands noms qui font l’objet d’expositions monographiques non loin de là, sont présents comme Edgar Degas (auteur de 700 pastels), Paul Gauguin ou Auguste Renoir.

Edgar Degas, Mme Alexis Rouart et ses enfants.

 

Paul Gauguin, Le sculpteur Aubé et son fils Emile.

 

 

 

Auguste Renoir. Esquisse représentant Berthe Morizot et sa fille.

Deux femmes artistes sont représentées,  à cette étape du parcours : Mary Cassat et Berthe Morizot. L’exposition illustre son temps où les nus académiques ou pas, abondent, comme cette « Contemplation » d’Eugène Emmanuel Lemercier, ou ce dessin préparatoire rehaussés de pastel de Fernand Pelez pour son grand tableau Les Danseuses, réalisé entre 1905 et 1909.

 

 

 

 

L’exposition grâce notamment à ses cartels, explique également comment se constitue une collection. Le portrait de la princesse Radziwill de 1801 réalisé par Élisabeth Vigée Le Brun,  est un achat obtenu grâce aux arrérages du legs Dutuit en 1969 ; Armand Guillaumin a fait don au Petit Palais d’un ensemble important de pastels en 1922 : « Guillaumin se consacre à la technique du pastel à partir de 1865 et ses nombreuses études de paysages, allant de simples esquisses prises sur le vif à des dessins très aboutis, donnent lieu à de multiples variations autour de la couleur et de la lumière ». 

Un cartel rapporte cette anecdote sur  cette esquisse représentant Berthe Morizot et sa fille, donnée par Auguste Renoir : Ambroise Vollard tente de vendre au nom du peintre cette esquisse aux amis du musée du Luxembourg en 1907. Ceux-ci hésitent trop au goût du peintre. Renoir vexé, offrira l’esquisse au musée du Petit Palais.

Le pastel peut être une fin en soi pour les portraits mondains, constituer des dessins préparatoires avant la réalisation d’ un décor d’église ou d’un tableau de chevalet, voire d’une affiche, le pastel renvoie donc  à plusieurs usages. Alfred Roll prépare ainsi une affiche pour les tuberculeux victimes de la guerre 14/18 ( étude pour l’affiche  » les blessés de la tuberculose ») qui ne sont pas reconnus comme blessés de guerre.

Victor Prouvé, le décorateur, a lui aussi réalisé de nombreux pastels préparatoires, comme cette étude de femme aux yeux fermés :

Des artistes très différents, notamment des sculpteurs, s’exercent  aux pastels : « Le sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux produit de nombreux albums de croquis et dessins au crayon et au pastel, dont quelques exemples sont exposés, comme un Portrait d’homme – peut-être un autoportrait.

Le peintre Pierre Carrier-Belleuse réalise des nus, préférant pour cela le pastel  à la peinture. Répondant au goût de leur époque, les pastellistes du XIXe siècle, Albert Besnard, James Tissot , Marcel Baschet ou Jacques Emile Blanche, (Portrait de Marie-Blanche Vasnier) « font des portraits mondains ou des nus féminins, témoignage du goût bourgeois qui perdure au tournant du siècle ».

La Liseuse de James Tissot. 

 

Jacques- Emile Blanche, Portrait de Marie-Blanche Vasnier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les symbolistes concluent le parcours : « Dans des harmonies poudreuses colorées parfois étranges, ces artistes expriment leurs sentiments, leurs rêves et traduisent esthétiquement une réalité intérieure à la portée plus universelle que les paysages ou les portraits. Dans cette dernière section de l’exposition, une place particulière est réservée à Odilon Redon, figure majeure et singulière du renouveau du pastel à la fin du XIXe siècle ».

Ker-Xavier Roussel, Scène antique.

Il n’ y a pas d’audioguide pour cette exposition mais une application qui peut être téléchargée gratuitement : elle commente les œuvres phares du parcours (dont les textes ont été partiellement cités ci- dessus) et renvoie vers deux vidéos :

L’affiche de l’exposition est une œuvre présentée en 1897, par Charles Léandre pour sa première participation à l’exposition de la Société de Pastellistes français, elle s’intitule « Sur champ d’or ».Pour prolonger la visite, l’application renvoie vers l’ensemble des pastels de la collection du Petit Palais qui est en ligne sur le site des collections des musées de la Ville de Paris. En sortant de l’ exposition, au sein du musée, des tableaux de Monet, Sisley, illustrent la richesses de ces collections permanentes. Les photographies de  l’exposition temporaire d’Andres Serrano se confrontent avec l’art du passé.

Les œuvres au sol de Sheila Hicks, quant à elles, marquent, dans le monumental hall d’entrée du Petit Palais, l’irruption de l’art contemporain présenté par la FIAC, et qui a investi en face pour quelques jours le Grand Palais.

 

Odilon Redon. Femme nue dans les rochers.

Odilon Redon- Anémones dans un vase bleu (détail).

Le match perdu des néo conceptuels face à la « peinture/ peinture »

Le sociologue Alain Quemin a publié récemment un ouvrage relatif au classement des artistes qui révèle que ceux qui dominent aujourd’hui le marché de l’art sont très majoritairement : des hommes, âgés, américains, figuratifs.

La place des artistes français reste modeste, l’essentiel de leurs œuvres relevant du domaine du néo conceptuel, d’ ailleurs largement soutenu par les pouvoirs publics : Philippe Parreno  au Palais de Tokyo ou Pierre Huygue au Centre Pompidou. Or le public trouve à juste titre ces œuvres peu accessibles et les acheteurs sont d’abord séduits par la peinture abstraite ou figurative.
L’émergence des artistes chinois va d’ailleurs jouer en faveur de la peinture figurative, essentielle production de ces nouveaux artistes, et si Pékin s’apprête à « voler l’idée d’art moderne » à New York, c’est tout un pan de la création française qui va bientôt se démonétiser à vive allure. Cela peut en revanche favoriser la peinture figurative française, peu mise en valeur ces derniers temps.
Pour en savoir plus :
« Fiac : l’art contemporain, ou le triomphe du vieil Américain »:
http://www.lepoint.fr/tiny/1-1747413
« Le monde de l’art contemporain n’échappe pas, lui non plus, à la vogue des palmarès. Bruce Nauman, Gerhard Richter, Georg Baselitz, Jeff Koons ou Damien Hirst caracolent dans le Kunstkompass, sorte de hit-parade des artistes les plus en vue. Le galeriste star Larry Gagosian ou le méga-collectionneur François Pinault, eux, ont les honneurs du Power 100, classement des personnalités les plus influentes de l’art ».

Les artistes chinois en tête sur le marché des enchères d’œuvres d’art : http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/02/23/l-artiste-chinois-zhang-daqian-numero-un-des-encheres-mondiales-en-2011_1647444_3246.html

http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/l-artiste-chinois-zhang-daqian-devient-no-1-des-encheres-mondiales-et-detrone-picasso_1085738.html

« Comment le communisme a sauvé l’art chinois » :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/24/comment-le-communisme-a-sauve-l-art-figuratif_3502464_3246.html

L’ouvrage d’Alain Quemin : « Les stars de l’art contemporain », CNRS Éditions, http://www.cnrseditions.fr/Sociologie/6794-les-stars-de-l-art-contemporain-alain-quemin.html

« L’art contemporain en France, estime ce sociologue, a également été handicapé par un enfermement dans le minimal et le conceptuel le plus radical » : http://next.liberation.fr/arts/2013/10/23/art-les-foires-d-empoigne_941843

La frénésie de l’art contemporain : Paris « reine du monde » du 24 au 28 octobre

Il est difficile de relayer toutes les expositions d ‘art contemporain qui pendant ces quelques jours accompagnent la FIAC à Paris. Ce n’est d’ailleurs pas l’objet de ce carnet. Mais force est de constater que cette immense foire attire sur les Champs-Elysées, essentiellement, badauds et acheteurs potentiels du monde entier. Pour autant, peut-on penser que Paris est redevenue, « Reine du monde »  la capitale des arts vivants ? Rien n’est moins sûr..

En attendant, signalons quelques évènements, autour de la FIAC, ou FIAC hors les murs, susceptibles d’intéresser le badaud et/ou l’acheteur :

Exposition franco-chinoise , CHIFRA 2013 :

http://chi-fra.com/fr/About.aspx?pid=5

Des tableaux chinois et français dans une espace immense organisé par  le commissaire Alin Avila, de la galerie Area. L’exposition va ensuite se rendre en Chine.

A signaler un grand éclectisme et notamment deux beaux tableaux de Vladimir Velickovic, les œuvres de Zwy Milshtein, de Jean Le Gac, et de trois artistes femmes soutenues par la galerie Area :

Nathalie Miel, qui va également exposer aux Hivernales 2013  : http://www.artistescontemporains.org/Natalie-MIEL,662.html

Christine Jean dont les tableaux sont magnifiques : http://www.christine-jean.com/home.php?page=press

et Marie Rauzy, arrière-arrière-petite-fille de Paul Cézanne, qui a son propre talent !

http://www.marierauzy.com/peinture/home.php?page=galerie
Art Élysées 2013 : http://www.artelysees.fr/accueil.html

Art Élysées 2013 est associé au salon Design Élysées :  » En intégrant le salon Design Élysées à la foire Art Élysées, les organisateurs réunissent les acteurs majeurs du XXème siècle. Les deux événements présentent une sélection pointue d’oeuvres exceptionnelles et offrent chaque année de nouvelles éditions toujours plus exhaustives et de qualité. Leur association offre un large panorama de l’art moderne et contemporain «classique» ainsi que du design historique d’Après-Guerre. »

La foire Slick (art contemporain) se tient sous le pont Alexandre III :

http://www.slickartfair.com/paris/fr/programme/la-liste-des-artistes-de-slick-paris-2013

La FIAC hors les murs, se tient aux Tuileries : « une vingtaine de projets conjuguant installations, sculptures, performances ou oeuvres sonores qui, en interaction avec le public, prennent corps entre les allées, les bassins et les pelouses du jardin ».
En savoir plus sur http://www.fiac.com/fr/tuileries2013.html#M4Ybjwm5DG40vy1K.99

La FIAC  est aussi au jardin des Plantes  : sont exposés Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla,  Abbas Akhavan,  Gilles Barbier,  Clédat & Petitpierre,  Johan Creten,  Mark Dion, Erik Dietman, Philippe Droguet, Barry Flanagan,  Richard Jackson,  Pierre Labat, Claire Morgan,  Jaume Plensa,  Pablo Reinoso,  Julia Rometti & Victor Costales,  Julien Salaud,  Shimabuku,  William Turnbull et  Stéphane Vigny ! !

En savoir plus sur http://www.fiac.com/fr/jardin-des-plantes-2013.html#7XhO24bsk8TOimRp.99

Et puis aussi,  Cutlog, a jump away from the Palais Royal, and 10 minutes from the Grand Palais : http://www.cutlog.org/cutlog-art/ :

« L’Atelier Richelieu est un hotel particulier du XVIIe siècle d’environ 800 m2. Ce batiment parisien prestigieux construit sur deux niveaux encouragera le dialogue entre les galeries et les visiteurs. Foire parisienne d’art contemporain, cutlog s’inscrit dans la dynamique des off internationales et s’est installée depuis cinq ans comme un rendez-vous. En présentant cette cinquième édition du 24 au 27 octobre 2013, cutlog proposera des galeries “under the radar“. Concentrée sur l’avant garde, l’émergence et la découverte, elle présente aux artistes en devenir une plateforme, et construit un pont entre les galeries, les collectionneurs établis et les institutions. »

Et La foire YIA, (Young International Artists) qui investit plusieurs lieux d’exposition : http://yia-artfair.com/

« Paris reine du monde » ? Pour quelques jours encore !

 

 

Entretien radiophonique avec Jennifer Flay, commissaire générale de la Foire Internationale d’Art Contemporain qui célèbre cette année sa 40ème édition.

Réécoutez jusqu’au 12/07/2016 18h20, sur France-Inter, l’entretien de Frédéric Mitterrand avec  Jennifer Flay, commissaire générale de la Foire Internationale d’Art Contemporain qui célèbre cette année sa 40ème édition :

http://www.franceinter.fr/emission-jour-de-fred-la-40eme-edition-de-la-fiac-par-jennifer-flay

Elle évoque son pays la Nouvelle-Zélande, et ses premiers cours d’histoire de l’art suivis notamment à Nice où elle a rejoint le centre de création du XXe siècle. Elle évoque sa rencontre avec Léo Castelli, Daniel Templon. Elle crée sa propre galerie. Des documents enregistrés ponctuent son intervention : Catherine Millet, Maeght, Denise René, etc..

Elle  parle également des artistes qui passent « sous le radar du marché »..

Pour la huitième année consécutive, la FIAC s’associe avec le Domaine national du Louvre et des Tuileries pour présenter, au coeur du Jardin des Tuileries, un programme d’oeuvres extérieures. Pour en savoir plus :

http://www.fiac.com/fr/tuileries2013.html#I9JoGKySRf3AlmUB.99

 

Exposition France-Chine, 22 ➤ 28 octobre 2013

CHIFRA organise une exposition France-Chine qui se déroulera à Paris, sur les Champs-Elysées, en face du Grand Palais, pendant la Fiac.
Cette exposition est la première manifestation qui commémore le 50ème anniversaire des relations entre la France et la Chine. Un espace d’exposition de près de 2 000 mètres carrés accueillera des expositions collectives d’artistes chinois et français, de collectionneurs et d’amateurs des arts classiques du monde entier. Un gala de charité sera organisé, tous les soirs de la période d’exposition, sur le sujet du Design, animé par des créateurs de mode chinois.

Avenue des Champs-Elysées, Paris
Vernissage le mercredi 23 octobre de 15h00 à 22h00
Ouverture au public tous les jours de 11h00 à 20h00

http://www.chi-fra.com/fr/index.aspx

L’exposition sera présentée en 2014 dans 7 musées chinois :

National Art Museum of China, BeiJing
Musée of ShangHai
Musée des Arts de Canton
Musée de JinSha, ChengDu
Hubei Provincial Museum
NanJing SiFang Art Museum
ZheJiang Provincial Museum, HangZhou

LES ARTISTES CHINOIS

BAI Ming, CHAO Ge, DU FangXiao, DUAN Zhengqu, FEI Zheng, GUANG Jun, GUO Runwen, HAO Qiang, HONG Ling, JIA Juanli, LI Dongxia, LI Lei, LI Xiangming, LIN Mao, LUO Ling, SUN Jiabo, TAN Ping, TIAN Haipeng, WANG Keiju, WANG Wenming, WANG Yishi, WU Yang, XU Ze, XU Zhongou, YAN Ping, YANG Yongsheng, YANG Feiyun, YUAN Zhengyang.

LES ARTISTES FRANCAIS

Pat ANDREA, Rémy ARON, Jean CARDOT, Pierre CARRON, Erik DESMAZIERES, Philippe GAREL, Abraham HADAD, Christine JEAN, Natalie MIEL, Zwy MILSHTEIN, Moreno PINCAS, Serge PLAGNOL, Marie RAUZY, Vladimir VELICKOVIC.

A signaler également le vernissage de l’exposition de l’une de ces artistes,  Christine JEAN, accompagnée d’Akira Inumaru, à la galerie AREA le jeudi 10 octobre, à partir de 18 H,  50 rue d’Hauteville
75010 Paris.