Archives du mot-clé exposition temporaire

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.

Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

L’exposition programmée par les Archives nationales à Pierrefitte, du 31 mars au 13 juillet 2017, s’intitule « Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) ».

small11rayarn

« L’exposition, réalisée en partenariat avec le centre national des arts plastiques CNAP, s’attache à retracer les liens étroits qui unirent, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’aux prémices de la décentralisation, artistes et pouvoirs publics ».

Les archives audiovisuelles de l’INA, pour la période des années 1980- 2000, illustrent fort bien ce thème, à travers l’exemple de Pierre Soulages et de la commande publique des vitraux de Sainte-Foy de Conques.

26 mars 1991 : le Ministère de la Culture, mené par Jack Lang, décide de confier à Pierre Soulages une commande exceptionnelle : composer un nouvel ensemble de vitraux pour l’abbatiale romane Sainte-Foy de Conques. L’annonce de ce projet est fraîchement reçue par la critique qui craint de voir le « peintre du noir » assombrir l’édifice et qui remet en cause la dépose des précédents vitraux, témoins des arts décoratifs limousins d’après-guerre.

15 juin 1994 :  un nouveau reportage porte sur la conception et la réalisation des vitraux de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques par Pierre Soulages et le maître verrier Jean-Dominique Fleury.

Il débute par quelques vues de la mise en presse de l’ouvrage consacré à ce sujet, coécrit par Christian Heck, Jean-Dominique Fleury, Pierre Soulages et préfacé par Georges Duby.

22593_couverture_hres_0

En novembre 2016  c’était l’anniversaire des vingt ans :

< C’est dans la sobriété et dans la lumière diffuse que l’abbatiale de Conques s’apprête à célébrer un anniversaire un peu particulier. Les 106 vitraux blancs de Pierre Soulages qui ornent l’ abbatiale  fêtent leurs vingt ans d’existence. En 1994, l’installation de vitraux abstraits au sein d’une église romane suscitait une certaine réticence, aujourd’hui, la fierté a gagné le cœur des aveyronnais>.

VIVRE !! Une exposition de la collection d’art contemporain d’Agnès b.

Cette photographie "Le nageur" de Ryan McGinley, de 2004,
lart-contemporain-version-agnes_0_730_385 ouvre l'exposition en cours à la Cité de l'immigration. Elle regroupe 70 œuvres qui appartiennent à la styliste de mode Agnès b. Cela représente une petite partie d'une collection qui s'est constituée progressivement depuis près de 40 ans.claude-leveque-sans-titre-ensei-gnes-tubes-multicolores-1995-740x370Claude Leveque-sans titre-enseignes tubes multicolores-1995.
C’ est au gré d’affinités, de rencontres avec des cultures et des réseaux très divers, en fonction « d’histoires naturelles », qu’elle a réuni un ensemble unique.  De nombreuses expositions préalables ont permis de dessiner le portrait d’une grande collectionneuse, discrète.
 Agnès b. avait déjà exposé sa collection aux Abattoirs de Toulouse en 2004.
A Villeneuve d’Ascq, c’est une autre facette de cette collection qui a été présentée plus récemment au Lam en 2015.
Depuis longtemps,  Agnes b. mène une action de mécénat et effectue des prêts  d’oeuvres pour des expositions temporaires très diverses.
Elle a par exemple été partenaire de l’ exposition « Seydou Keïta » et de l’exposition « Carambolages », au Grand Palais en 2016.alighiero-boetti-mappa-del-mondo-tapisserie-sur-toile-1984-600x402
Alighiero Boetti-Mappa del Mondo, tapisserie sur toile-1984.
 jean-michel-basquiat-autoportrai-1983-courtesy-collection-agnes-b-498x700
JEAN-MICHEL BASQUIAT-autoportrait-1983-collection-Agnes-b
Agnès b. a ouvert dès 1984 sa galerie, la galerie du jour, qui poursuit sa programmation.
Mais elle cherche depuis quelque temps un lieu à la périphérie parisienne pour installer sa fondation :
Elle aimerait trouver dans un quartier défavorisé du Grand Paris un lieu qui serait « fonctionnel et sans luxe ». Il comporterait des salles d’exposition, une salle de spectacle et de projection, des résidences d’artistes :
A l’heure où les grands musées du centre de Paris fêtent leur 30 ou 40 ans et où les fondations privées  se focalisent sur leur installation  dans la capitale,  Agnès b. est à la recherche d’un lieu « ouvert vers des visiteurs qui ne sont pas habitués aux musées traditionnels ».

L’art contemporain à l’école

20151222_13234320151222_132354

Tanc

 » Des artistes de toute l’Europe ont investi l’école Saint Joseph de Saint-Jean de Luz avant qu’elle ne soit détruite. Le résultat est une  exposition intitulée ’15 classes’  Chacun a été invité à donner sa vision d’un art optique, cinétique et plastique autour de l’architecture en transformation « 

L’expérience éphémère s’est achevée le 6 janvier dernier : art cinétique, arte povera, art du tatouage, abstraction géométrique, graffitis,  figuration narrative,  : autant de mouvements artistiques différents ainsi illustrés.20151222_131547

L’école disparaît en janvier. Elle va être détruite pour laisser la place à un nouvel ensemble immobilier de 60 appartements.

20151222_13182120151222_13174220151222_131426

Remi Rough

20151222_13140020151222_13135520151222_13153020151222_13160220151222_132314

20151222_13225720151222_132149

20151222_13214020151222_132206

Gilbert Petit20151222_132248

Cette exposition a été conçue par l’artiste LX. one fondateur de la revue Redux née en 2002.

Commissaires d’exposition : Lx.one et Erwann Lameignère
Production : Collectif Combo 20151222_132040
Avec Arro StudioL’AtlasEtienne Bardelli, Stéphane CarricondoErico, Jerk45, JeykillKrsnLx.oneClément Laurentin, Martina Merlini, Gilbert PetitRemi Rough, Tanc, Teo Moneyless.
  20151222_13245020151222_132459 Jerk45

20151222_13250520151222_132509

 

Etienne Bardelli20151222_13274020151222_132720

 

Martina Merlini20151222_131919

Sur l’importance du travail collectif : Stéphane Carricondo : Avec deux amis, ce peintre a fondé le collectif 9ème concept .