Archives du mot-clé Dubuffet

Laurent Danchin..

aurent Danchin par Danchin par Jean-Luc Giraud
Laurent Danchin par Jean-Luc Giraud.

Laurent Danchin n’est plus. Correspondant en France de Raw Vision et proche de la revue Artension, sa disparition suscite hommages et  témoignages  émus et nombreux. 

Commissaire de plusieurs expositions temporaires, à la Halle Saint-Pierre, à l’abbaye d’Auberives, Laurent Danchin est avant tout un écrivain qui se passionnait pour la création brute singulière, hors normes ou apparentée et toutes ses manifestations qui résultent d’un besoin, d’une pulsion,  bien loin d’un métier ou d’une profession. Il a souhaité défendre ces créateurs et en parler lors de très nombreux entretiens et tout récemment encore. Il insistait tout particulièrement sur le mysticisme qui caractérise de nombreux auteurs d’art brut.

Laurent Danchin qui a écrit sur Artaud,  et Dubuffet, a aussi laissé  des « bonbons », ces petits ouvrages de l’association Mycelium,  dont le nom renvoie à ce tissu créatif, ce réseau organique de connections fécondes, comme il le définissait.

 20091012085659exposchom_0

Un de ces petits ouvrages, paru en septembre 2016,  est un condensé sur Chomo, un artiste auquel il a porté un très grand intérêt et à qui il avait consacré une exposition temporaire particulièrement réussie à la Halle Saint- Pierre.

Laurent Danchin était aussi  à la tête d’une association ayant pour but de sauvegarder l’oeuvre de Chomo dans la forêt d’Achères. Il était fier d’avoir pris cette responsabilité.

20170111_224447-1

Michel Ragon en ligne

Le site internet du Centre Pompidou a mis en ligne un entretien filmé avec Michel Ragon :

bibliographie-michel-ragon

« Écrivain, poète, historien, essayiste, romancier, critique d’art et d’architecture, Michel Ragon s’engage très tôt aux côtés des artistes de CoBrA, de l’art abstrait, de l’art informel, de l’art cinétique ainsi que de l’art brut. En 1965, il fonde le GIAP (Groupe international d’architecture prospective), qui défend la prospective architecturale. Dans le cadre de la nouvelle présentation des collections modernes 1905-1965 du Centre Pompidou, une salle est consacrée à ce passeur immense, « visionnaire » engagé dans son temps ».

Dans cet entretien filmé inédit de 45 minutes avec Bernard Blistène, il évoque notamment Martin Barré et James Guittet, ses amis de jeunesse,à Nantes,   Poulaille qui l’accueille  à Paris, la critique d’ art et d’architecture, Le Corbusier,  l’art abstrait, les américains, mais aussi Dubuffet Chaissac et l’art brut,  les modes d’expression populaire.

2015-10-06-09-45-46--708806071

Voir sur le site de Michel Ragon : le Colloque « Michel Ragon, critique d’art et d’architecture », 3, 4 et 5 juin 2010, INHA et d’autres vidéos.

Que verra-t-on à l’exposition Lucio Fontana ?

Concetto spaziale, 1957, aniline et collage sur toile, inv. A23933, appartenant au Stedelijk Museum d’Amsterdam (Pays-Bas),

http://www.stedelijk.nl/en/artwork/4984-concetto-spaziale

un  tableau culte prêté pour l’exposition « Lucio Fontana (1899-1968), rétrospective », présentée au Musée d’art moderne de la ville de Paris du 24 avril 2014 au 24 août 2014 :

« Né en 1899 à Rosario en Argentine de père italien, sculpteur de formation, il passera la majeure partie de sa vie à Milan. Exploitant toutes les possibilités de la sculpture polychrome (terre cuite, céramique, mosaïque) et collaborant avec des architectes, il est un des premiers artistes abstraits italiens dans les années 1930. Il passe la Seconde Guerre Mondiale en Argentine. De retour à Milan en 1947, il devient la figure de proue du mouvement spatialiste qu’il définit dans divers manifestes. Ce mouvement part de l’espace et de la lumière pour concevoir des œuvres en relation avec le monde environnant et la conquête spatiale. Il s’incarne dans ses sculptures en céramique, ses toiles trouées et ses environnements. En 1949, il réalise ses premiers Concetti spaziali (Concepts spatiaux), toiles perforées sur lesquelles il intervient avec divers matériaux et couleurs vives. Après une rétrospective à la Biennale de Venise en 1958, il commence sa série de toiles fendues, les Tagli et devient une figure de référence pour les artistes des années 1960″ : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/lucio-fontana

Fontana a exposé  le monochrome intitulé Concetto spaziale, Attesa à la Biennale de Venise en 1958. L’artiste est exposé pour la première fois dans un musée français en 1960 au musée des Arts décoratifs à Paris, au sein de l’exposition collective sur la peinture intitulée « Antagonismes »  ( commissariat de François Mathey et Julien Alvard) : figuraient alors à ses côtés Bacon, alors peu connu, Dubuffet qui refusait en général de figurer en France dans les expositions collectives, mais aussi Soulages, Hartung, Yves Klein.. On ne dira jamais assez le rôle précurseur mené dans le domaine de l’exposition de l’art vivant, par ce musée et son conservateur durant ces années cinquante, soixante et soixante-dix.

Sa fondation : http://www.fondazioneluciofontana.it

Lucio Fontana ne manquait pas d’humour et a participé  en pleine période des  » Tagli (1958-1968) » à l’exposition collective « Antagonismes II l’Objet » au musée des Arts décoratifs en 1962 : il y présentait des robes bien entendu coupées portées par des mannequins.

L’album Maciet de la bibliothèque des Arts décoratifs en garde quelques clichés.

Hommage familial au galeriste Jean-François Jaeger

C’est le journal L’Alsace qui en parle le mieux :
 » Jean-François Jaeger, galeriste par devoir. À 23 ans, le Strasbourgeois Jean-François Jaeger était catapulté à la direction de la très prestigieuse galerie Jeanne Bucher à Paris. Il fête aujourd’hui ses 90 ans et ouvre encore chaque jour les portes de « sa » maison » :
http://www.lalsace.fr/actualite/2013/11/25/jean-francois-jaeger-galeriste-par-devoir
Cet ancien galeriste de Jean Dubuffet à partir de 1964, (après Daniel Cordier) a longuement fréquenté le conservateur Mathey qui a exposé plusieurs artistes de sa galerie : Roger Bissière, l’ Américain Mark Tobey, Dubuffet bien sûr, de 1960 à 1978. Mathey rédigera plusieurs préfaces pour des artistes moins connus et exposés à la galerie comme Dodeigne en 1964 et une monographie pour Hans Reichel : http://www.jeanne-bucher.com/galerie/index.php?option=com_content&task=view&id=57&Itemid=49

Sa fille Véronique rend hommage au patriarche en exposant dans les deux galeries familiales des artistes majeurs des années 1950 à 1970 mais pas seulement : http://www.jeanne-bucher.com/galerie/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=46&Itemid=81
« Matière et Mémoire. La demeure du patriarche », jusqu’au 25 janvier  2014.

Un hommage à François Mathey rendu par le directeur du musée des Arts Décoratifs

A l’occasion  de l’exposition « Coucou Bazar » qui a lieu actuellement au musée des Arts décoratifs, il était difficile pour les Arts Décos de faire l’impasse sur celui qui est à l’origine de l’implantation d’une donation Dubuffet inattendue au sein de ce musée : François Mathey.

Sous le titre  » Jean Dubuffet, Coucou Bazar – « Jean Dubuffet aux Arts Décoratifs » par Olivier Gabet « ,  le tout nouveau directeur du musée s’attache à faire comprendre cette époque étonnante où son musée jouait un rôle central sur la scène parisienne  grâce à ce drôle de personnage. L’hommage à Mathey a eu lieu, même s’il est parfois lacunaire. Il s’agissait en outre de parler de Dubuffet et non de Mathey :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/prochainement-502/dans-la-nef-605/jean-dubuffet-coucou-bazar/jean-dubuffet-aux-arts-decoratifs

« Jusqu’à la création du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, et à l’exception de l’effervescence que suscite dès les années 1960 l’ARC dirigée par Pierre Gaudibert et Suzanne Pagé au cœur du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le musée des Arts décoratifs est un lieu majeur de la scène moderne et contemporaine française, sous l’impulsion de son directeur François Mathey, personnalité aimant à jouer des « équivoques » et des chemins de traverse. »

Pour compléter ce commentaire, voici quelques précisions : rappelons que le fameux ARC est créé en 1967, donc fort tard pour susciter une quelconque effervescence au début des années 1960, et animé par Suzanne Pagé plus tard en fait, en 1970.
C ‘est Marie Claude Dane qui anime effectivement le musée municipal au début des années 60 avec  » Mythologies quotidiennes » en 1964 par exemple.

Quant à la création du Centre Pompidou inauguré en 1977, il peut être utile de dire que Mathey a participé à sa programmation-création et que le musée des Arts décoratifs lui a donné la dernière de ses innovations : le Centre de Création Industrielle CCI, initié par Mathey. Il a d’ailleurs accueilli, jusqu’en 1977, les premières expositions de ce département qui ne pouvait pas encore s’installer du côté de Beaubourg. Enfin, soulignons qu’après 1977, le musée des Arts décos n’a pas fermé ses portes et Mathey a continué sa carrière et ses expositions originales.

Le terme « d’équivoques »  fait allusion à l’exposition éponyme de 1973 organisée par Mathey sur les peintres académiques « pompiers » du 19e siècle, qui étaient fort peu appréciés au cours des années 1970 mais qui sont en grande partie redevenus à la mode depuis, à Orsay notamment.

 » Les chemins de traverse  » ? L’expression évoque sans doute son goût pour l’art populaire, l’art brut , l’art singulier, l’art d’avant-garde qu’il salue bien avant ses collègues conservateurs en les exposant dès le début des années 1960, Dubuffet entre autres. Olivier Gabet précise qu’en 1967, l’artiste fait cette donation car il  » tient à témoigner une forme de reconnaissance et de complicité à l’égard d’un musée dont il se plaît à rappeler qu’il est « le seul en France à montrer au public depuis bon nombre d’années les productions de l’art contemporain le plus vivant » « . Olivier Gabet conclut sur la donation Dubuffet exceptionnelle faite au musée :  » Dubuffet dira qu’il lui semblait légitime de ‟ remettre [s]es ouvrages entre les mains de ceux qui leur portent estime ”.

Olivier Gabet reconnait le travail accompli par son prédécesseur en le réinscrivant dans la longue tradition de l’Union Centrale des Arts Décoratifs :

« Renouant avec une tradition d’expositions pionnières organisées depuis le début du XXe siècle au pavillon de Marsan sous l’égide de l’Union centrale des arts décoratifs, des premières expositions d’art islamique ou africain à la place accordée aux avant-gardes européennes, Mathey culbute les catégories de l’art, s’interroge sur les formes artistiques, s’affranchit des hiérarchies, créant ici cet espace de liberté et d’expérience sensible qu’est tout musée. Sans trop négliger la perspective historique de l’Union centrale des arts décoratifs, on voit alors rue de Rivoli quelques expositions mémorables consacrées à Fernand Léger, aux gouaches découpées d’Henri Matisse, à la collection du Guggenheim. Mathey s’enthousiasme pour nombre d’artistes contemporains qui souvent trouvent dans ces murs la liberté d’imaginer leurs premières rétrospectives « .