Archives du mot-clé dessins

« Face à Face » avec Henri Michaux

 

Henri Michaux n’aurait probablement pas réalisé de selfie. Face au Centre Pompidou, donnant sur la piazza, le Centre Wallonie-Bruxelles présente une exposition, jusqu’au  21 mai 2017, qui s’intitule « Face à Face » sur Henri Michaux.

L’ artiste « Cobra » Alechinsky ( l’un des prêteurs de cette exposition) découvre les oeuvres de Michaux en 1945 avec celles de Jean Dubuffet et des surréalistes. 

A la question : « quel est le premier peintre dont vous avez acheté une oeuvre  après la guerre ? » , Daniel Cordier répond : « Henri Michaux. Une toute petite gouache qui était présentée chez une libraire qui vendait des livres de la collection La Pléiade, (introuvables à ce moment-là) : elle était située à proximité du café de Flore, boulevard St-Germain. Elle avait eu une très bonne idée : on lui apportait des petits dessins, de petites sculptures et elle les vendait « .

Daniel Cordier, devenu galeriste, exposera Michaux à de nombreuses reprises. Parmi les  très nombreuses expositions temporaires d’Henri Michaux, signalons les premières expositions organisées dans les années 1960, dans des musées : les oeuvres  d’Henri Michaux ont été exposées en 1965 au musée national d’art moderne, à Paris, après avoir été présentées  au Stedelijk Museum, en 1964 à Amsterdam. L’exposition de 2017 inclut  des dessins, des peintures,  des livres  d’artistes, des lettres et des photographies, ainsi que la projection d’un film consacré au poète et dessinateur qui aimait Klee, Zao Wou Ki ou Magritte, artistes dont quelques oeuvres figurent dans l’exposition.

Anne-Elizabeth Alpern, spécialiste de son oeuvre, donnera au Centre une conférence le 7 mars prochain. 

 ☆Sur le site du Centre Wallonie Bruxelles, l’annonce d’une autre conférence en mai et d’un spectacle consacré à Henri Michaux :

Centre Wallonie Bruxelles

henri michaux

Il a choisi de se retirer et refusé qu’on fixe son image, il s’agit de montrer paradoxalement tous les visages qu’il fait surgir sous nos yeux, par le texte et les images. C’est cette confrontation à laquelle fait référence le titre de l’exposition « Face à face ».

☆D’autres documents en ligne dressent son portrait ou récitent ses textes :

☆ Lecture : Dans les appartements de la Reine.

☆ Vues d’une exposition en 2013  au musée des beaux-arts de Winterthour,  le Kunstmuseum Winterthur, en Suisse.

☆  L’exposition Henri Michaux à la galerie Antoine Laurentin en 2015.

Les dessins de Besançon invités à Sceaux : de Vouet à Watteau

14124486_1360175890677153_804889597547403873_o2969945768

 » Chaque année, le musée du Département des Hauts-de-Seine à  Sceaux invite de grands musées à présenter leurs plus belles pièces d’arts graphiques.

Après les richesses du musée d Angers c’est au tour de celles du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, actuellement fermé pour de longs travaux, d’y être présentées du 16 septembre au 31 décembre 2016.

L’exposition est intitulée « De Vouet à Watteau. Un siècle de dessin français. Chefs d’œuvre du  musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon ». A travers un choix d’œuvres graphiques de peintres français majeurs du XVIIe siècle -Vouet, Poussin, Claude Gelée dit Le Lorrain, Le Brun, Watteau…-, elle montre aux visiteurs du musée du Domaine départemental de Sceaux une petite facette de la richesse de l’exceptionnel cabinet de dessins bisontin.

watteau

14124486_1360175890677153_804889597547403873_o-1-1-1

L’exposition est organisée grâce à Hélène Gasnault,  responsable de ces collections et de leur choix, et Dominique Brême, responsable du musée de Sceaux mais aussi de la scénographie de l’exposition. Le catalogue scientifique va paraître très prochainement. Il permettra de souligner de nouvelles découvertes, de publier de nouveaux dessins.

Signalons à destination du grand public, une rencontre autour du dessin ancien : le samedi 8 octobre de 9h45 à 18h, à l’Orangerie :

Téléchargez le programme complet des animations autour de l’exposition

Un musée au parcours clair et fluide : deux expositions temporaires et une installation au musée Guimet

 

20150630_14012020160903_114227

Guimet est un musée au parcours clair, fluide, sans ces barrières brutales, qui se dressent en général entre les espaces consacrés aux expositions temporaires et le domaine réservé aux collections permanentes : ici, les expositions vous conduisent tout naturellement à visiter l’ensemble des collections présentées.

Des œuvres contemporaines sont en outre mêlées aux présentations des collections anciennes, juste signalées par un caraco bleu, de ce bleu caractéristique du logo du musée.

20160903_11350920150630_14010020160903_113815

La répartition des œuvres suit un découpage par zone géographique. Dans ce domaine des arts asiatiques, tous les modes d’expression sont confondus, exposés ensemble : sculptures, tapisseries, textiles, dessins, estampes, céramiques et  maquettes d’architectures.

20160903_11433220160903_114231

Clair, aéré, calme, c’est véritablement une scénographie agréable aux lumières douces, que ce musée propose.

20160903_11321720160903_11295720160903_113100

Guimet lui même est présent, dans la rotonde bibliothèque consacrée aux expositions d’arts graphiques, où quelques statues voisinent avec les livres anciens.

S’achève bientôt l’exposition de photographies d’Araki Figure incontournable de la photographie contemporaine japonaise, Nobuyoshi Araki est connu mondialement : « Un choix très important sera extrait des milliers de photographies que l’artiste a réalisées de 1965 à 2016, depuis l’une de ses séries les plus anciennes intitulée Théâtre de l’amour en 1965 jusqu’à des oeuvres inédites, dont sa dernière création de 2015 réalisée spécifiquement pour le musée sous le titre Tokyo-Tombeau. Après une première découverte de la presque totalité des livres conçus par Araki suivie d’une introduction aux grandes thématiques de son oeuvre – les fleurs, la photographie comme récit autobiographique, sa relation avec son épouse Yoko, l’érotisme, le désir, mais aussi l’évocation de la mort -, l’exposition évoquera son studio, laboratoire d’idées. […] À mi-parcours de l’exposition, le visiteur s’introduit dans l’atelier d’Araki et découvre la démesure de sa production photographique, mise en regard d’oeuvres issues des collections du MNAAG : estampes, photographies et livres anciens, illustrant les liens que l’artiste a entretenus avec la permanence d’une inspiration japonaise ».

miroiressai2_affiche

Les pêcheuses d’abalones, Kitagawa Utamaro (1753-1806), vers 1797-1798, Ancienne collection Louis Gonse, MA 1582 (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier.

 

20160903_11252720160903_112459

Dans la rotonde, l‘installation en bambou de Shouchiku Tanabe ( Carte Blanche jusqu’au 19 septembre), s’accompagne d’une vidéo le montrant au travail.

20160903_11244420160903_11255320160903_112619

A venir, une exposition de miniatures indiennes qui regroupera près de 70 oeuvres choisies parmi les plus belles pages du musée national des arts asiatiques – Guimet.

logo entete-ascetes-sultans-maharadjahs

 

Les expositions virtuelles ont un grand avenir

NIT_Online_Exhibit_Promo_480x381L’Enssib propose un guide l’organisation d’une exposition virtuelle pour les bibliothèques qui sont souvent en possession de documents fragiles qu’il est délicat d’exposer : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/62643-creer-une-exposition-virtuelle.pdf et en introduction, une définition :

« Une exposition virtuelle est une exposition numérique, créée et diffusée sur internet. En France, la plus ancienne date de 1994. Si les musées ont été précurseurs en ce domaine, les bibliothèques (la BnF et la BM de Lyon en 1997) s’approprient rapidement ce champ d’action. Une exposition virtuelle contribue grandement à la valorisation des collections de la bibliothèque ; elle permet d’affirmer sa place et son dynamisme sur internet.

On peut distinguer trois modèles d’expositions virtuelles :

• Comme exacte reproduction en ligne d’une exposition physique ayant eu lieu dans une institution : cela permet au visiteur de préparer sa visite ou au contraire de revenir sur ce qu’il a pu découvrir.

• Comme complément d’une exposition en cours : tout en respectant le thème principal de celle-ci, l’exposition virtuelle apporte d’autres informations, dévoile d’autres documents.

• Une exposition virtuelle peut être conçue uniquement pour une diffusion sur internet.

Les expositions virtuelles ont un grand avenir : elles se multiplient et ouvrent de nouvelles perspectives aux visiteurs qui peuvent ainsi sans effort découvrir ou redécouvrir des pans entiers de l’histoire de l’art, de la mode et du cinéma, sans limites de temps ou de contraintes liées aux lieux, à l’espace. Elles permettent de prolonger une exposition passée ou de remplacer une exposition « physique » qui n’a pas pu avoir lieu, faute de financements. Livres anciens et précieux, dessins, pastels et textiles sont fragiles, l’exposition virtuelle  est donc aussi appelée à se développer tout particulièrement dans ces différents domaines. En voici quelques exemples :