Archives du mot-clé culture visuelle contemporaine

Le rêve des formes : Arts, sciences & cie

Œuvre de l’artiste d’art numérique, Katja Novitskova : Approximation V, 2013, photo: Nils Klinger.

Katja Novitskova  expose actuellement au Pavillon estonien de la 57e Biennale de Venise. Elle aborde les potentialités émergentes de la culture visuelle, du big-data et de l’écologie :

If Only You Could See What I’ve Seen with Your Eyes. Commissaire: Kati Ilves
Lieu d’exposition : Palazzo Malipiero.

Alain Prochiantz, titulaire de la chaire Processus morphogénétiques, au Collège de France et Alain FleischerLe Fresnoy – Studio national des arts contemporains, organisent du 5 au 7 septembre 2017, un colloque au Collège de France, ayant pour thème « Le rêve des formes : Arts, sciences & cie » (COLLOQUE LE REVE DES FORMES). Au sein de ce programme pluridisciplinaire, deux interventions  d’historiens de l’art, qui sont également commissaires d’exposition, peuvent être plus particulièrement signalées :

  • Le 5 septembre, Laurence Bertrand Dorléac, Professeure à Sciences Po, évoquera la prochaine exposition temporaire dont elle est co-commissaire, au Grand Palais, en mars 2018 : Artistes et Robots. Acte 2 ; 
  • Le 7 septembre, Georges Didi-Huberman (Directeur d’études, EHESS ) traitera de La dialectique des formes : une question disputée.

Alain Fleischer  et Claire Moulène sont par ailleurs commissaires d’une exposition temporaire intitulée « Le Rêve des formes – Art, science, etc » qui est actuellement présentée au Palais de Tokyo jusqu’au 10 septembre prochain :

«  L’exposition présentée à l’occasion du vingtième anniversaire du Fresnoy – Studio national des arts contemporains, est conçue comme un paysage imaginaire, un jardin monstrueux où se cultivent des formes périssables et des surfaces en germination, des organismes protubérants et de plates silhouettes. Les artistes et chercheurs rassemblés dans « Le Rêve des formes » témoignent de leur rencontre avec de nouvelles possibilités de représentation, issues de découvertes scientifiques et techniques récentes, qui bouleversent notre façon de voir et de montrer. En renouvelant grâce à cela le champ du perceptible – nanotechnologies, imagerie de synthèse, scan 3D, stéréolithographie… –, ces nouvelles visualisations nous laissent présumer de géométries encore inconnues. Des images, des transcriptions, des modélisations, des formes spéculatives produites par les inventeurs et savants des sciences prospectives, issues des mathématiques, de la physique, de la biologie, de l’optique ou de la chimie par exemple, rejoignent ou inspirent des œuvres qui résultent des greffes opérées entre art et science, entre spéculation et invention, par une vingtaine d’artistes contemporains ».

Toujours au Palais de Tokyo, Claire Garnier, Laurent Le Bon et Florence Ostende  présentent une exposition intitulée  » Dioramas » qui fait redécouvrir « une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques ».

Feuilleter le catalogue.

Artistes contemporains et archives : la plateforme “Ibraaz” consacre un dossier à l’archive

« “Ibraaz” – plateforme de réflexion dédiée à “ la culture visuelle contemporaine en Afrique du Nord et au Moyen-Orient”, lancée lors de la 54e Biennale (2011) de Venise (http://www.labiennale.org/it/asac/storia)
consacre un dossier entier, ”Archival Dissonance” Platform #6, à l’archive dans les pratiques de certains artistes (Joy Garnett, Hassan Darsi, Mounir Fatmi, Héla Ammar, etc.) et, plus largement, au rôle qu’elle peut jouer dans le développement et le soutien d’une histoire de l’art critique et décentrée. »

http://www.ibraaz.org/essays/83/

Le rédacteur en chef d’Ibraaz est Anthony Downey :

 » He is the author of Art and Politics Now: Tactical Engagements and Global Culture (Thames and Hudson, 2014); editor of Uncommon Grounds: New Media and Critical Practice in North Africa and the Middle East (I.B. Tauris, 2014); and co-editor of The Future of a Promise: Contemporary Art from the Arab World (Ibraaz Publishing, 2011). He is currenty editing Archival Dissonance: Knowledge Production and Art Practices in the Middle East (forthcoming, I.B. Tauris, 2015) and Becoming Communities: Participation, Collaboration and Curatorial Practices (forthcoming, Third Text, 2015).

C’est le carnet d’hypothèses   qui relaie cette information :

« FOTOTA est un blog dédié aux enjeux de la recherche sur la photographie en Afrique. A l’heure où le regard des photographes africains suscite de plus en plus l’intérêt des institutions du Nord, de nouvelles initiatives émergent et s’organisent au Sud, favorisées par la « révolution numérique » qui bouleverse bon nombre de pratiques établies. Dans ce contexte, quelles perspectives se dégagent et quels objets nouveaux émergent ? Projets d’expositions, ouvrages de photographes, de commissaires ou de chercheurs, archives et leurs nouvelles lectures seront au centre de nos réflexions, de même que les représentations du continent africain, de ses territoires et de ses habitants. Enfin, nous serons attentives également à la manière dont les artistes contemporains interrogent l’histoire, qu’elle soit récente ou plus lointaine. »

 http://fotota.hypotheses.org/1135

Voir le site d’une artiste qui utilise des archives dans ses œuvres : http://www.helaammar.com/#/biographie

A la une :  le projet SFAX, première  Résidence Euromaghrébine de Photographes, un projet financé par la Délégation de l’Union européenne en Tunisie : une œuvre d’Hela Ammar : http://leprojetsfax.com/hela-ammar/