Archives du mot-clé Close Examination : fakes

Histoires d’œils, de copies et d’authentiques

event-close-examination-fakes-mistakes-wide-bannerHistoires d’œils, de copies et d’authentiques : ces thèmes sont d’actualité. Signalons tout d’abord l’ouvrage  Histoires  d’œils, de Philippe Costamagna : « C’est un livre ami du désordre et de l’Italie, posé mais un peu fou quand même. On y parle de peinture et d’argent, d’érudits parfois bandits, mais aussi de Raphaël, de doigts de pieds christiques, de garagistes et de révélations. Philippe Costamagna est un « œil », un spécialiste du regard, l’homme qui confirme les attributions, déniche des auteurs aux tableaux oubliés, débusque les faux, tire une œuvre de l’obscurité ou l’y replonge. Révélation, intuition, coup de génie : la profession a ses légendes. Elle a aussi ses héros et ses fondateurs ».

 Moins consensuel mais aussi intéressant, une vingtaine de  pages  figurant dans un roman intitulé « Faussaire » de Jules-François Ferrillon. Un vrai faux roman ? L’auteur parle de « narration falsifiée » :  « je montre dans le livre comment on fait des faux, non du XIXème siècle, car c’est assez facile à faire ; peindre des Matisse et des Chagall ce n’est pas compliqué, mais faire un Caravage ou un Titien c’est déjà plus complexe ; cela pose une question : est-ce qu’il y a un être unique, un génie qui a fait des tableaux comme on nous le fait croire ? Non ça s’apprend, c’est une technique ». 

Les thèmes du vrai, du faux, de la copie et du pastiche, sont souvent abordés dans les expositions temporaires. Ainsi en 2010  à Londres, l’exposition intitulée « A la loupe : faux, erreurs et découvertes » Close Examination : fakes, mistakes & discoveries ») à la National Gallery, illustre par des exemples concrets les différents cas de figure.

Le sujet semble aussi d’actualité s’agissant  du mobilier, comme le rappelle la Une du dernier Journal des Arts. Il aborde également le rôle des experts en quête de reconnaissance. Il se fait l’écho enfin du colloque Art et Droit qui s’est tenu à l’INHA en mai dernier et qui a permis de faire le point sur les comités d’artistes et les certificats d’authentification.