Archives du mot-clé Chine

Hommage au voleur de fleurs

20161006_183705WALASSE TING, LE VOLEUR DE FLEURS (DU 7 OCTOBRE AU 26 FÉVRIER 2016) est présenté actuellement au musée Cernuschi : « L’itinéraire de Walasse Ting (1928-2010), artiste inclassable né à Shanghai, actif à Paris, puis New-York et Amsterdam, préfigure l’internationalisation de l’art contemporain chinois survenue dans les années 1990. Après avoir quitté la Chine pour Hong-Kong en 1946, Walasse Ting gagne Paris en 1952. Ses créations, qui mettent l’accent sur l’expressivité du geste pictural, sont en phase avec les réalisations du groupe CoBrA dont certains membres, comme Pierre Alechinsky, manifestent leur intérêt pour les pratiques asiatiques de l’art du pinceau. À cette époque il rencontre aussi Sam Francis, qu’il retrouvera à New-York quelques années plus tard. C’est dans cette ville que Walasse Ting découvre son univers, fait d’allers et retours entre l’encre et la couleur pure, entre les codes de la peinture chinoise et la spontanéité de l’Action Painting. Il s’inscrit alors dans le paysage de la création new yorkaise à travers des réalisations collectives, comme le projet One Cent Life (1964), qui réunit aux côtés de Pierre Alechinsky et Sam Francis, Jean-Paul Riopelle, Asger Jorn, Robert Indiana, Robert Rauschenberg, Andy Warhol… En 1970, Walasse Ting a fait don au musée Cernuschi de 80 peintures représentant de manière quasi-exhaustive son univers foisonnant et ludique. Cette collection, qui n’a jamais été exposée, a fait l’objet d’une très importante campagne de restauration au cours des dernières années. Le musée Cernuschi revient sur l’ensemble du parcours de Walasse Ting en accordant une place privilégiée aux échanges qu’il a su tisser au sein des milieux artistiques européens et américains ».

Toutes les époques de cette vie de création sont mises en valeur : le travail collectif avec CoBrA,

20161006_182709

la période pop,  où les couleurs acidulées dominent, mais aussi  les créations en noir et blanc d’inspiration chinoise, très fortes, comme ces évocations du printemps et de ses insectes, emblématiques.

20161006_183517

Un  parapluie, symbole chinois d’intimité revisité, allusion aux Jeux des nuages et de la pluie, a pour titre « La naissance de Vénus » .

20161006_182908

La scénographie aérée,  colorée, rend le parcours très agréable. Les textes sont courts, efficaces. Cette promenade se conclut par un hommage aux femmes,  au prisme de Matisse.

Un programme de conférences accompagne cette nouvelle présentation d’un artiste chinois contemporain et nomade:  L‘université au musée: conférences le jeudi à 16h  téléchargez le programme des conférences

Signalons l’article d’Anne Kerlan paru dans le journal Libération, à l’occasion des rendez- vous de l’Histoire à Blois, qui a pour thème cette année, « Partir » :

Combien d’artistes, partis de Chine, de Corée, du Japon ou du Vietnam, se sont retrouvés dans notre capitale depuis le début du XXe siècle ? La rencontre avec l’art occidental ne date pas de leur arrivée mais leur condition d’exilés, et cette disjonction entre une culture d’origine, devenue «une mémoire qui ne sert à rien» (1) et ces lieux d’accueil qui ne le sont pas toujours a nécessairement résonné dans leur parcours. Pour certains, l’impossible repos fut fructueux. Walasse Ting (1928-2010) fit ainsi des passages de frontière et des transgressions un principe créateur. Arrivé à Paris en 1953, il y rencontre le mouvement CoBrA. Cet ami intime de Pierre Alechinsky se retrouve plus tard à New York, tout à son aise dans les milieux de l’expressionnisme abstrait, de l’action painting et du pop art. L’exposition parisienne qui lui est consacrée jusqu’au 26 février (une première en France) révèle une personnalité hors norme, qui ne cessa de bousculer son héritage artistique chinois mais aussi ces courants de l’art moderne occidental dont il fut un acteur important. Voici des peintures à l’encre de Chine rehaussées de projections et de coulures, ou un classique paysage monochrome doté d’une signification sexuelle explicite. Il invita ses amis new-yorkais à des œuvres collaboratives, rappelant la façon dont les lettrés chinois réalisaient autrefois peintures ou calligraphies lors d’assemblées festives. Et, traversant tout ceci comme une obsession pour celui qui se surnommait «le grand voleur de fleurs», la figure féminine, prostituée nue façon pop art ou dame chinoise du temps jadis traitée à la Matisse, sert de fil conducteur à cette œuvre foisonnante, et peut-être aussi de passerelle entre la Chine et l’Occident.

La lettre de l’IHTP est parue

IHTP
IHTP 

La Lettre de l’IHTP n°25, juin-septembre 2014 est disponible à cette adresse :
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle1486&lang=fr.html

http://www.ihtp.cnrs.fr/sites/ihtp/IMG/pdf/Lettre_25_3_juin_2014.pdf
Ou par la page d’accueil du site :
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Fpage=sommaire&lang=fr.html

On y découvre pages 4 et suivantes dans la rubrique « Bibliothèque & archives », une revue appartenant aux fonds de la bibliothèque, intitulée  L’Ancre de Chine publiée dans les années trente.

ancre de chineAnne Kerlan ( http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle734.html) en résume le contenu : « publication d’une vingtaine de pages  qui  s’adresse à la communauté française de Tianjin (et sans doute, au-delà, du  nord de la Chine), et tout particulièrement aux militaires qui y sont en poste. On y trouve
donc des articles relatifs à la vie des forces françaises en Chine (départs, arrivées, promotions, commémorations), mais aussi à la vie sociale de la
communauté française de Tianjin. Les événements sportifs et festifs sont
particulièrement bien couverts, y compris avec des photographies. Mais ce bimensuel
livre aussi des articles de teneur historique sur d’anciens événements militaires, en
Chine ou dans d’autres colonies françaises, des récits de voyages dans des contrées
asiatiques encore peu parcourues.
L’Ancre de Chine permettait sans doute aussi aux Français en poste en Chine de se
familiariser avec ce pays et sa culture : si certains articles présentent les
destinations « touristiques » possibles, décrivent les rues de Shanghai ou de
Pékin, on note aussi la publication régulière de textes issus de la littérature
chinoise classique traduits par le respecté missionnaire et sinologue, le R.P. Wieger
(1856-1933), ou d’articles sur les coutumes chinoises issus des travaux d’un autre
missionnaire et sinologue important, le R.P. Henri Doré (1859-1931). La littérature
française est aussi au rendez-vous, avec des textes d’auteurs comme Georges
Simenon ou Blaise Cendrars .. » Anne Kerlan

 

L’art décoratif chinois à l’honneur au musée des Arts décos

Ornements et sources d’inspiration

Cycle de 4 visites en correspondance avec les expositions De la Chine aux Arts Décoratifs” et Les secrets de la laque française. Le vernis Martin”

et les collections permanentes du musée des Arts décoratifs. Chaque visite propose d’envisager l’ornement selon une thématique : les samedis à 11 h 30 / durée 1 h 30 : Samedi 15 février Variation sur le motif  Samedi 8 mars Le pli, motif et structure / Samedi 15 mars  Symboles et motifs chinois / Samedi 22 mars Chinoiseries et secrets de laque :  

De la Chine aux arts décoratifs (13 février-29 juin au musée des arts décoratifs à Paris) :http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/prochainement-502/dans-la-galerie-d-etudes-608/de-la-chine-aux-arts-decoratifs/

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/prochainement-502/dans-la-nef-605/les-secrets-de-la-laque-francaise/

Dans le cadre de la commémoration de 50 ans de relations diplomatiques entre la France et la Chine, voici quelques événements culturels se déroulant en France à cette occasion : Ballet de Shangaï  du 13 au 20 mars au palais des sports à Paris, Art Paris Art Fair du 27 au 30 mars au Grand Palais à Paris, Les Han, l’essor de la Chine impériale  à l’automne au musée Guimet à Paris..  France – Chine 1964-2014 :  www.france-chine50.com

Les carnets du mois de novembre : veille chinoise, bandes dessinées, arts de la Corée

Trois carnets ce mois-ci attirent l’attention : ils correspondent à une approche spécialisée de l’activité artistique, par pays ou par medium: La Chine, la Corée ou le neuvième art : la BD.

Voici un site de veille sur la Chine qui traite aussi d’histoire et signale les publications récentes comme cette « Histoire de l’art chinois au XXe siècle » sur le site Chin’Electrodoc : http://chinelectrodoc.hypotheses.org/4997

La revue Comicalités. Études de culture graphique « a vocation à explorer le champ de la culture graphique, et plus précisément les relations existant entre dessin et média afin d’interroger les rapports existant entre un mode d’expression et des dispositifs de production et diffusion des biens culturels ».
Comicalités : http://graphique.hypotheses.org

Ancien carnet de recherche ciblé sur la BD, Comicalités étend aujourd’hui ses champs  d’exploration. Il ne publie que des billets et  pose des questions qui concernent tout medium :
« La bande dessinée n’existerait pas sans ses auteurs : c’est un fait […]  ses auteurs lui permettent-ils véritablement d’exister ? Fonder la légitimité d’un mode d’expression sur un processus de création au détriment de toute autre opération me semble en effet problématique. » Julien Baudry.

Arts de la Corée | Une histoire des arts visuels et matériels
http://artsdelacoree.hypotheses.org

Voilà un site particulièrement riche en ressources documentaires,  axé sur la Corée,  mais qui traite plus largement de l’Asie : il « vise à diffuser, partager et mettre en valeur des informations scientifiques sur l’Histoire de l’art de la Corée (annonces d’événements, publications, expositions, etc.). Sa création a été motivée par la demande d’étudiants souhaitant avoir accès à des ressources documentaires sur les arts de la Corée ». En coréen, français ou anglais, il signale les activités scientifiques, les collections permanentes  d’art coréen en Europe, en Asie (hors Corée), en Amérique du nord ; les ouvrages récemment publiés et les expositions qui se tiennent sur ce thème dans le monde entier. Par exemple, l’exposition  du photographe Ahae, qui s’est tenue en septembre :

Ahae, « Fenêtre sur l’extraordinaire », Orangerie du château de Versailles :
http://artsdelacoree.hypotheses.org/899

La frénésie de l’art contemporain : Paris « reine du monde » du 24 au 28 octobre

Il est difficile de relayer toutes les expositions d ‘art contemporain qui pendant ces quelques jours accompagnent la FIAC à Paris. Ce n’est d’ailleurs pas l’objet de ce carnet. Mais force est de constater que cette immense foire attire sur les Champs-Elysées, essentiellement, badauds et acheteurs potentiels du monde entier. Pour autant, peut-on penser que Paris est redevenue, « Reine du monde »  la capitale des arts vivants ? Rien n’est moins sûr..

En attendant, signalons quelques évènements, autour de la FIAC, ou FIAC hors les murs, susceptibles d’intéresser le badaud et/ou l’acheteur :

Exposition franco-chinoise , CHIFRA 2013 :

http://chi-fra.com/fr/About.aspx?pid=5

Des tableaux chinois et français dans une espace immense organisé par  le commissaire Alin Avila, de la galerie Area. L’exposition va ensuite se rendre en Chine.

A signaler un grand éclectisme et notamment deux beaux tableaux de Vladimir Velickovic, les œuvres de Zwy Milshtein, de Jean Le Gac, et de trois artistes femmes soutenues par la galerie Area :

Nathalie Miel, qui va également exposer aux Hivernales 2013  : http://www.artistescontemporains.org/Natalie-MIEL,662.html

Christine Jean dont les tableaux sont magnifiques : http://www.christine-jean.com/home.php?page=press

et Marie Rauzy, arrière-arrière-petite-fille de Paul Cézanne, qui a son propre talent !

http://www.marierauzy.com/peinture/home.php?page=galerie
Art Élysées 2013 : http://www.artelysees.fr/accueil.html

Art Élysées 2013 est associé au salon Design Élysées :  » En intégrant le salon Design Élysées à la foire Art Élysées, les organisateurs réunissent les acteurs majeurs du XXème siècle. Les deux événements présentent une sélection pointue d’oeuvres exceptionnelles et offrent chaque année de nouvelles éditions toujours plus exhaustives et de qualité. Leur association offre un large panorama de l’art moderne et contemporain «classique» ainsi que du design historique d’Après-Guerre. »

La foire Slick (art contemporain) se tient sous le pont Alexandre III :

http://www.slickartfair.com/paris/fr/programme/la-liste-des-artistes-de-slick-paris-2013

La FIAC hors les murs, se tient aux Tuileries : « une vingtaine de projets conjuguant installations, sculptures, performances ou oeuvres sonores qui, en interaction avec le public, prennent corps entre les allées, les bassins et les pelouses du jardin ».
En savoir plus sur http://www.fiac.com/fr/tuileries2013.html#M4Ybjwm5DG40vy1K.99

La FIAC  est aussi au jardin des Plantes  : sont exposés Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla,  Abbas Akhavan,  Gilles Barbier,  Clédat & Petitpierre,  Johan Creten,  Mark Dion, Erik Dietman, Philippe Droguet, Barry Flanagan,  Richard Jackson,  Pierre Labat, Claire Morgan,  Jaume Plensa,  Pablo Reinoso,  Julia Rometti & Victor Costales,  Julien Salaud,  Shimabuku,  William Turnbull et  Stéphane Vigny ! !

En savoir plus sur http://www.fiac.com/fr/jardin-des-plantes-2013.html#7XhO24bsk8TOimRp.99

Et puis aussi,  Cutlog, a jump away from the Palais Royal, and 10 minutes from the Grand Palais : http://www.cutlog.org/cutlog-art/ :

« L’Atelier Richelieu est un hotel particulier du XVIIe siècle d’environ 800 m2. Ce batiment parisien prestigieux construit sur deux niveaux encouragera le dialogue entre les galeries et les visiteurs. Foire parisienne d’art contemporain, cutlog s’inscrit dans la dynamique des off internationales et s’est installée depuis cinq ans comme un rendez-vous. En présentant cette cinquième édition du 24 au 27 octobre 2013, cutlog proposera des galeries “under the radar“. Concentrée sur l’avant garde, l’émergence et la découverte, elle présente aux artistes en devenir une plateforme, et construit un pont entre les galeries, les collectionneurs établis et les institutions. »

Et La foire YIA, (Young International Artists) qui investit plusieurs lieux d’exposition : http://yia-artfair.com/

« Paris reine du monde » ? Pour quelques jours encore !