Archives du mot-clé César

Portrait de Cérès Franco/Duc

La collection Cérès Franco et Pierre Bettencourt à Montolieu

 

La collection Cérès Franco à Montolieu, dans l’Aude, non loin de Toulouse et à deux pas de Carcassonne, accueille une exposition temporaire intitulée « L’internationale des visionnaires ». La Coopérative – Collection Cérès Franco, donne en effet depuis trois ans, carte blanche à un commissaire  invité. Cette année et jusquˋau 5 novembre,  il s’agit de Jean-Hubert Martin, qui a choisi au sein de la collection près de 280 oeuvres,  complétées par plusieurs pièces provenant de la collection Daniel Cordier.

Le titre de l’exposition est une référence à l’époque à laquelle Cérès Franco, collectionneuse brésilienne, ouvre sa galerie L’OEil de Boeuf à Paris en 1972 : des réfugiés de tous pays, fuyant les dictatures, affluent alors dans la capitale. Sur son site internet, la coopérative évoque cette histoire et l’approche adoptée par l’exposition temporaire :

 « La galerie de L’OEil de Boeuf était une ruche où se mêlaient des artistes du monde entier. Cérès Franco en était la reine,écrit Jean-Hubert Martin. Des peintres d’origines les plus diverses se retrouvaient là autour de cette infatigable animatrice d’un havre de liberté créative. Là s’élaboraient les idées neuves et audacieuses sur une peinture qui s’attachait à représenter l’homme, ses plaisirs, ses tourments et ses violences. »

Jean-Hubert Martin privilégie « Le regard avant toute chose » :

« Cette exposition privilégie une approche vagabonde, invitant le visiteur à mettre son sens de l’observation en éveil et à se poser la question suivante : « Que voit-on ? ». Avec une méthode qui s’apparente à celle d’un jeu de dominos ou à la structure d’une comptine, l’accrochage se présente comme une longue suite où chaque oeuvre dépend de la précédente et annonce la suivante, par un jeu d’affinités thématiques ou formelles. De petits ensembles monographiques (Chaïbia, Roman Cieslewicz, Manuel Mendive Hoyo…) viendront ponctuer l’exposition. Eloignée d’un ordonnancement muséal classique, cette logique associative et décloisonnante, où les sujets s’enchaînent sans obéir à des critères historiques, se rapprocherait plutôt de celle d’une collection privée, où époques et genres se mêlent bien volontiers, reflet d’un goût pluriel et évolutif. Ici, nul besoin de connaissances en histoire de l’art ; cette exposition, où se côtoient sans hiérarchie, artistes célèbres et parfaits inconnus, se veut ouverte à tous et repose avant tout sur les oeuvres et le regard actif de qui veut bien se prêter au jeu des différences et des ressemblances ».

Vue du premier étage.

Des oeuvres et des objets de curiosité provenant de la donation Daniel Cordier, galeriste et collectionneur, en dépôt depuis 1999 aux Abattoirs de Toulouse, complètent l’accrochage : Dado, Combas, Chaissac, Schröder Sonnenstern, ou encore des poupées de Nedjar entreront ainsi en résonance avec les oeuvres de la collection de Cérès Franco. Ce prêt permet aussi d’établir des rapprochements intéressants entre ces deux collections désormais implantées sur le territoire régional de l’Occitanie.

A découvrir, sur le site de la coopérative, la richesse et la diversité de la collection Cérès, où figurent des œuvres d’horizons très divers, comme cette photographie de Roman Cieslewicz (ci-dessus: Portrait de Cérès Franco/Duc) ou des créations de Chomo, Adzak, César ou Bengt Lindström :

Copier, créer au musée en Herbe avec Geluck. Une évocation du Ready Museum

chat chatburenLes artistes belges sont actuellement à l’honneur à Paris : Magritte au Centre Pompidou, Hergé au Grand Palais. Plus adaptée aux enfants et de qualité, l’exposition de Philippe Geluck, « L’Art et Le Chat » au Musée en Herbe, rencontre un vrai succès, elle est prolongée  jusqu’au 02 janvier 2017. Elle a reçu plus de 65 000 visiteurs en six mois. Depuis septembre, un roulement de certaines œuvres est effectué. Une véritable Joconde du XVIème siècle prêtée par le Musée des Beaux-Arts de Quimper viendra figurer aux côtés des œuvres de Philippe Geluck. L’exposition présente en effet « nez à nez » une trentaine d’œuvres emblématiques de l’Histoire de l’Art et l’interprétation qu’en fait Le Chat de Geluck : Basquiat, Boudin, César, Fontana, Klein, Munch, Picasso, Soulages, Vasarely, Warhol, mais pas Daniel Buren, qui a refusé.

On y trouve aussi des pastiches de la Vénus de MiloJPEG - 21.7 koL’artiste belge Geluck avait déjà participé à une exposition similaire, consacrée exclusivement à la Vénus, créée et présentée au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, du 12 octobre au 11 novembre 1972, puis accueillie à Paris, au musée des Arts décoratifs, du  19 janvier au 26 février 1973 : elle s’intitulait La Vénus de Milo ou les avatars de la célébrité.

L’approche avait été saluée par Michel Conil Lacoste du journal Le Monde évoquant « Un intermède parodique  » :

Afficher l'image d'originevenusdali

« Que n’aura-t-on pas supputé à propos de la Vénus de Milo ? Félix Ravaisson-Mollien, le philosophe, que Napoléon III avait nommé conservateur des antiques à la veille de la guerre de 1870, avait cru remarquer, en la faisant mettre en lieu sûr, que des cales de bois interposées entre les deux blocs composant la statue en « faussaient l’attitude originale » . Il pensait aussi que la déesse faisait initialement partie d’un groupe où Mars, à moins que ce ne fût Thésée, lui faisait cortège. […] Cet épisode n’a pas été retenu par les auteurs de l’amusante exposition, plus satirique que scientifique, accueillie à Paris après Bruxelles : mais c’est une gypsothèque et une bibliothèque entières que les animateurs du Ready Museum, qui l’ont imaginée, auraient dû réunir s’ils avaient voulu rendre compte de tous les essais de restitution qu’a suscités le marbre découvert en 1820 dans les Cyclades.

La matière de la présentation est essentiellement parodique. La Vénus grêlée (Cocteau) trône à l’entrée sous les espèces d’une réplique de plâtre, suffisamment patinée, du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Autour d’elle, on lira d’abord, sous la signature de Philippe Géluck, le récit en bande dessinée, fertile en rebondissements, de la trouvaille, de la rocambolesque acquisition, du transport et de la présentation de la statue à Louis XVIII, et des documents photocopiés sur les interprétations et reconstitutions, chacune affirmée comme la seule plausible. Surtout, on verra tout un échantillonnage des variantes que les peintres et sculpteurs, à commencer par les surréalistes, ont brodées autour du célèbre marbre comme autant de mini-sacrilèges : de la Vénus restaurée encordée par Man Ray à la Déesse aux tiroirs de Dali et à la Vénus otorhinologique du même. Autour de l’Autopsie de la Vénus par Journiac (bois, plâtre et acrylique), et des Soldats soldés picorant la Vénus de Miralda, la jeune génération n’est pas en reste avec la séquence photographique et modelée d’Anne et Patrick Poirier (Arrachement à la terre et reconstitution artificielle d’un mythe), les transpositions négatives d’Adzac ou les compléments pileux de Topor. De l’édification culturelle aux entreprises du commerce, la Vénus disparaît sous un conteneur à destination du Japon ou donne lieu à toutes les dérivations publicitaires et philatéliques […]. Musée sans murs, le Ready Museum (Colette Lambrichs, Corneille Annoset) se présente comme une simple   boîte à idées qui propose des thèmes d’exposition hors des sentiers battus et les fait circuler par les circuits officiels […]. Aussi bien sommes-nous avertis qu’il s’agit d’une exposition ouverte, à laquelle chacun peut apporter sa pierre – tout en appréciant ce qu’il y a d’entrain, parfois d’esprit, dans cette exégèse visuelle sur le mode dérisoire, – par certains côtés stimulante ».

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Hommage à Lucien Clergue, aux origines de l’exposition photographique

Capturelucien« Il a réalisé 800 000 clichés et est l’initiateur des « Rencontres d’Arles » : le photographe Lucien Clergue est mort cette nuit à l’âge de 80 ans. 

Le revoir : http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/2014/11/15/le-photographe-arlesien-lucien-clergue-est-decede-592660.html

Lucien Clergue était très fier d’avoir été exposé par Steichen au  Museum of Modern Art de New York en 1961 et au
« Louvre (musée des Arts décoratifs) » en 1962. Le commissaire de cette exposition parisienne, était François Mathey.

Dans notre entretien du 21 mai 2011 , il se souvenait avoir eu cette chance grâce à une première exposition de ses photographies à Zurich : « J’avais exposé en 1958 au musée des Arts et métiers de Zurich. Le musée était mitoyen avec l’École des arts et métiers, qui était très célèbre en Europe et où avaient étudié les grands noms de la photographie suisse : Robert Franck, Burri, Werner Bischoff (qui est mort trop jeune). L’exposition d’Edward Steichen, « Family of man », était montrée au même moment dans ce musée. C’est donc à ce moment-là qu’Edward Steichen, ou son assistante Grace Mayer ont dû voir mon travail. Il a acheté neuf de mes photos qui sont ainsi entrées dans le fonds photographique du MoMA. J’ai ensuite été exposé au MoMA deux ans plus tard, en 1961, aux côtés de Yasuhiro Ishimoto et de Bill Brandt : Edward Steichen faisait une série d’expositions intitulées « Diogenes with a camera » et m’a fait figurer dans la cinquième et dernière d’entre elles. J’avais vingt-sept ans, c’était inespéré. Edward Steichen a achevé sa carrière au musée sur cette exposition ».

«  Comment  Mathey a-t-il eu l’idée d’organiser cette exposition ? Je n’en sais rien, peut-être avait-il entendu parler de l’exposition de New York. Il était dans une veine d’expositions de photographes, il avait exposé auparavant Cartier-Bresson, puis après moi, je crois, Denis Brihat. Nous avons préparé ensemble l’exposition, avec son assistante,  (Yolande Amic) et avec qui nous avons réglé bien des détails ».

A l’époque, par exemple, j’ai réalisé et payé l’affiche (le musée n’avait pas de moyens pour cela). Je l’ai même distribuée moi-même rue de Rivoli, au grand dam de Jean Cocteau ! Avec l’accord de François Mathey, l’affiche mentionnait que l’exposition se déroulait au « Louvre, Pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs ». On avait l’impression d’exposer au Louvre, ce qui est vrai, d’une certaine façon, puisqu’il s’agit des bâtiments du Louvre. Pour accéder à l’exposition, on montait le grand escalier pour se diriger vers de grandes salles, à droite, munies de grandes fenêtres. »
Les lieux d’expositions étaient rares à cette époque : le musée des Arts décoratifs était connu pour favoriser la photographie mais il n’y avait pas beaucoup d’autres lieux d’exposition, ni d’ailleurs de marché :
«  Il n’y avait pas grand-chose, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai créé en 1970 les Rencontres de la photographie d’Arles. À vrai dire, c’était le vide sidéral ! Le seul lieu valable c’était le hall de la Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu, où une fois par an, dans le cadre d’un concours national mélangeant amateurs et professionnels, nous montions les photos sur des panneaux en bois. »

La photographie n’était pas alors considérée comme un art  :  » Le fait d’avoir exposé au MoMA à New York a déclenché toutefois des choses. L’exposition chez François Mathey a provoqué quant à elle la réaction de Jean-Marie Drot qui est venu, pour la télévision, réaliser un film sur moi, à Arles, accompagné de toute son équipe. Il avait déjà réalisé toute une série d’émissions sur les artistes contemporains, cela a donc joué un rôle certain dans la reconnaissance de mon travail. Mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, le MNAM ne s’occupait pas du tout de la photographie, il n’y avait pas de galeries, ni à Paris, ni à New York et pas d’amateurs ni de collectionneurs non plus : il n’y avait pas de marché. Mon exposition à New York en 1961 n’a pas abouti à la signature d’un quelconque contrat avec une galerie, cela n’existait tout simplement pas à l’époque ».

Il exposait des nus dans la mer, des animaux, des études de marécages. Lucien Clergue avait bien voulu témoigné sur Mathey et cette exposition dont il se souvenait avec plaisir : « Jean Cocteau, Georges Mathieu, Michel Tournier, César étaient présents au vernissage« . Mathey avait « un côté très humain, très direct, il se mettait au service de l’artiste, il n’y a pas eu de heurts. D’autres artistes m’ont fait part de son comportement très respectueux, il était merveilleux. Il n’était pas très grand, sa corpulence lui donnait un air un peu terrien, accroché à la terre, il était sans doute d’origine paysanne, il faisait preuve vis-à-vis de moi, si jeune, de beaucoup d’attention : c’était très agréable ».

Lucien Clergue est retourné plus tard au musée des Arts décos : « Beaucoup plus tard, car une partie de mon travail a consisté à réaliser des surimpressions de photos de nus ou de corridas sur des tableaux, j’ai eu l’accord de Marie-Claude Beaud[1] pour aller dans les salles du musée prendre quelques photos, mais je suis allé plus souvent au Louvre dans le cadre de ce travail ».

corrida


Le tournage du Testament d’Orphée par Lucien Clergue : Le photographe Lucien  CLERGUE raconte le tournage du film Le Testament d’Orphée dans le Val d’Enfer des Baux de Provence : http://www.ina.fr/video/I00006527

[1]Directrice générale des musées de l’UCAD (et directrice du musée de la Publicité), de 1996 à 1999.

L’artiste et le musée du mois : Paul Delvaux au musée des Arts décoratifs, 1969

Il fallait avoir un certain sens de l’audace pour exposer un peintre surréaliste belge un an après mai 68. C’est ce qu’a fait François Mathey en 1969 en consacrant à Paul Delvaux une rétrospective du 22 mai  au 28 juillet 1969. Les critiques de l’époque  ne s’y  trompent pas :

« Paul Delvaux aux Arts Décoratifs, un frisson nouveau », Les Nouvelles Littéraires, 29 mai 1969.
Robert Goffin, « Paul Delvaux », Jardin des Arts, no 174, mai 1969, p. 68-79.
Jérôme Peignot, « Visite à Delvaux », Connaissance des arts, no 207, mai 1969, p. 78-85.
Françoise Choay, « Rétrospective Paul Delvaux », La Quinzaine Littéraire, no 74, le 1er juin 1969.
André Fermigier, « Les femmes nues de Paul Delvaux », Le Nouvel Observateur, 3 juin 1969, p. 50-51.

L’année 1969 a été particulièrement nourrie en matière d’expositions temporaires au Pavillon de Marsan, qu’on en juge :
Dubuffet édifices, 11 décembre 1968/ 17 février 1969
Yves Klein, 25 janvier/10 mars 1969 (première rétrospective dans un musée parisien)
Architectes méconnus, inconnus, 15 février/24 février 1969
Evard Munch, gravures, 6 mars/7 avril 1969
Niko Pirosmanachvili, 6 mars/7 avril 1969
Arman accumulations, 21 mai / 28 juillet 1969
César Daum, 2 octobre 1969 / 30 avril 1970
Ceroli, Kounellis,  Marotta, Pascali, quatre artistes italiens plus que nature, octobre 1969.

L’exposition de l’art contemporain à Paris, avant le Centre Pompidou, existait ailleurs que dans les galeries, il avait bien lieu au musée des Arts décoratifs. En témoigne le riche fonds de la photographe Hélène Adant conservé à la Bibliothèque Kandinsky.

Le peintre Delvaux, âgé de 72 ans en 1969, a réalisé 200 tableaux. 77 toiles sont exposées. Delvaux a le  trac face au public parisien et se confie à François Mathey qui lui a rendu visite dans son atelier à Bruxelles :
« 12 mai 1969. J’ai reçu ce matin votre gentille lettre avec beaucoup de plaisir. Et vous me donnez du courage pour affronter le public parisien, car il y a déjà plus de vingt ans que je n’ai plus exposé à Paris. Comme vous, j’espère que cela sera une réussite. J’ai beaucoup travaillé ces derniers temps au grand tableau que vous avez vu à Bruxelles et il est presque terminé. » L’exposition fut un succès.

Paul Delvaux a contribué à décorer le métro de Bruxelles, en réalisant en 1978, à la station de métro  » Bourse » une fresque intitulée  » Nos vieux trams bruxellois« :

2014-04-26 13.15.25

80 œuvres d’art contemporain sont en effet exposées sur ce réseau de transport : www.stib-mivb.be/irj/go/km/…/12-1348-ArtDansLeMetro_FR_LR.pdf‎