Archives du mot-clé Centre Pompidou

Exposer l’art textile contemporain

Rares sont les musées qui exposent en France l’art textile :  Françoise de Loisy conservateur en chef aux musées d’Angers, en dressait le constat en 2014 : 

En France, on aime trop cloisonner les choses. On ghettoïse des artistes, sous prétexte qu’ils utilisent une matière, longtemps associée à la manufacture, à l’artisanat. Sheila Hicks, par exemple, est une grande artiste américaine, une des pionnières du renouveau de l’art textile dans les années 1960. Elle vit en France. Qui le sait ? Elle vient pourtant d’exposer une oeuvre monumentale au Palais de Tokyo, mais là encore, en toute discrétion. D’un autre côté, le mouvement est tellement multiple.

Les oeuvres de Sheila Hicks ( Portrait par Giulia Noni) obtiennent ces dernières années un écho grandissant. Elle a participé au festival d’automne en 2016 au musée Carnavalet avant sa fermeture pour travaux : La sculpture ambrée de l’artiste américaine Sheila Hicks, installée par le Festival d’automne, est visible depuis la rue des Francs-Bourgeois. «Nous souhaitions renouer avec la tradition du festival qui trouvait des lieux alternatifs aux lieux habituels de l’art contemporain. Nous voulions sortir du white cube, avance Clément Dirié, le commissaire.

L’artiste a exposé à la Biennale de Venise en mai dernier.

Installation de Sheila Hicks dans l’exposition « Viva arte viva ». Photo Mirco Toniolo. Sipa DR.

C’est à Sheila Hicks qu’a été confiée la quatrième des commandes triennales de la Région Centre-Val de Loire pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire (2017-2019). Elle a participé au parcours hors les murs de la Fiac 2017, au Petit Palais.

En févier 2018, le Centre Pompidou  lui consacrera une exposition monographique, une reconnaissance qui interviendra plus de quarante cinq ans après l’hommage rendu au travail de l’artiste par François Mathey (autre pionnier) qui a exposé son travail et celui de Niki de Saint Phalle au Grand Palais lors de l’exposition bilan sur l’art contemporain organisée en 1972.

Rappelons qu’en 1974, Sheila Hicks fêtait ses 40 ans quand le Stedelijk Museum d’Amsterdam lui consacrait une première rétrospective.

Quand David Hockney exposait à Paris en 1974 au musée des Arts Décos et rendait hommage au Louvre

Dès 1974, grâce au British Council et au financement de l ‘AFAA ( Association française d’action artistique), David Hockney a présenté ses oeuvres à Paris au musée  des Arts décoratifs de Paris, alors dirigé par Francois Mathey, coorganisateur de l’événement.

Le catalogue, bilingue, comprend notamment un entretien de l’artiste avec  le critique Pierre Restany.

La rétrospective actuelle ne comprendra peut-être pas  ces deux illustrations -hommage au Louvre et à Paris, ville où  l’artiste  a vécu de 1973 à 1975 : la première de couverture  s’intitule « contrejour on the french style- against the day dans le style français ». 1974.

Cette oeuvre est aujourd’hui  au Ludwig Museum, à Budapest.

La dernière de couverture  du catalogue « two vases in the Louvre » 1974,  sera aussi sur l’affiche de cette exposition.

 « Hockey lors de son séjour à Paris occupe l’atelier qui fut autrefois celui de Balthus. Au Louvre, il photographie, dessine cette fenêtre qui lui inspirera son Contre-jour… »

David Hockney fait partie de ces nombreux artistes inspirés par le Louvre et que Pierre Schneider évoquait à l’occasion de l’exposition « Copier-créer  » organisée par Jean-Pierre Cuzin en 1993 pour célébrer le bicentenaire de ce musée : Les pille-art du Louvre, publié le 27/05/1993 :

« Dès la création du musée, les plus grands peintres s’y sont nourris des oeuvres de leurs prédécesseurs. Pour les interroger, les dévorer, et, finalement, les oublier. La preuve en 330 peintures et dessins ».

A signaler également la parution récente des articles de presse de Pierre Schneider parus sous le titre « Chroniques de l’Express (1960-1992) Le droit à la beauté ».

 

La très attendue exposition « Cy Twombly »

Au Centre Pompidou : du 30 novembre 2016 au 24 avril 2017, est programmée la première rétrospective de l’œuvre de Cy Twombly, organisée en Europe depuis le décès de l’artiste survenu en 2011. Elle est donc très  attendue.

Elle bénéficiera  de la collaboration de la Cy Twombly Foundation et de son président Nicola del Roscio, de la Fondazione Nicola Del Roscio, à Gaeta et du soutien d’Alessandro Twombly, le fils de l’artiste.

« Elle reviendra sur la carrière de ce grand artiste américain. Construite autour de trois grands cycles: Nine Discourses on Commodus (1963), Fifty Days at Iliam (1978) et Coronation of Sesostris (2000), cette rétrospective propose un parcours chronologique de 140 peintures, sculptures, dessins et photographies entre l’héritage de l’expressionnisme abstrait américain et les origines de la culture méditerranéenne.

Si ses premiers travaux des années 1950 sont marquées par le primitivisme de l’époque, l’artiste achèvera sa carrière avec une oeuvre particulière, un plafond « bleu Giotto » rectangulaire réunissant une quarantaine de cercles d’autres couleurs figurant des boucliers antiques et sept cartouches portant le nom de sept sculpteurs célèbres de l’Antiquité grecque, commande du Musée du Louvre.

image_80

Rétrospective complète de l’oeuvre de Cy Twombly, elle souhaite souligner l’importance que celui-ci accorde aux cycles et aux séries dans lesquels il réinvente la grande peinture d’histoire. »

Toujours d’actualité pour découvrir l’oeuvre  de cet artiste, cette monographie intitulée  » Cy Twombly. Peindre, dessiner, écrire « (Paris, Éditions du Regard, 2004).

2016-08-15-21-28-48--2142378052

Et un site dédié à l’artiste retrace sa carrière artistique

Cy-Twombly-Fontainebleau-5-thumb-900x544-42564 pic01

 

 


Cy Twombly : Blooming, 2001 – 2008 Courtesy Archives Fondazione Nicola Del Roscio Photo : Studio Silvano, Gaeta © Cy Twombly Foundation
En savoir plus sur http://www.evous.fr/Exposition-Cy-Twombly-1190381.html#quGHmXqGKQwxXSih.99

 

 

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.

L’ancien temps du design, un thème d’exposition très actuel

Fauteuil-chapigon-BFFauteuil  Mushroom, 1960. Armature en tube d’acier, garnissage en mousse de polyuréthane, revêtement de crêpe de laine et élasthanne. Artifort. Coll. Centre Pompidou, Musée national d’art moderne / Photo B. Prévost.

Trois expositions sont consacrées à Pierre Paulin cette année : une exposition ciblant la période 1952-1959 à la galerie Pascal Cuisinier, une grande rétrospective  au Centre Pompidou et un focus sur les pièces conçues pour des Salons de l’Élysée à la Galerie Jousse Entreprise.

Le Centre Pompidou présente jusqu’au 22 août 2016 sa rétrospective. Comme le rappelle T. Hay, pour Paulin, il  existait « deux profils de designers :  les ingénieurs, qui envisagent le design de façon rationnelle et mentale et les aventuriers, les autodidactes dont je fais partie ». 100 meubles sont présentés  pour comprendre ses créations. La scénographie est de l’artiste Petra Blaisse. En 1950, Paulin fréquente le Centre d’art et de techniques, future école Camondo. qui dépend de l’Union centrale des Arts décoratifs. Il commence sa carrière dans le bureau d’études de Marcel Gascoin, lequel s’intéresse au style nordique et veut concevoir des produits en direction des jeunes.

Pierre Paulin est influencé par la simplicité du design scandinave qui marquera sa carrière. Il cherche aussi son inspiration du côté des designers américains : Eames, Bertoia, Saarinen.

Il s’intéresse très tôt au métal et réalise son premier fauteuil, dit fauteuil anneau à cause de son assise circulaire. Il participe à XIe Triennale de Milan en 1957. Il crée  notamment le fauteuil, dit Butterfly. Pierre Paulin est aussi le premier designer à utiliser le tissu élastique pour un meuble.

Ces années essentielles pour le design français, qui correspondent  peu ou prou aux « 30 glorieuses », sont retracées dans un ouvrage de référence  qui vient de paraître :site_56bc96f650415« Le temps des objets. Une histoire du design industriel en France (années 1950-1970)  » écrit par Claire Leymonerie, qui avait notamment consacré ses premiers travaux à la création du CCI par l’équipe  du musée des Arts décoratifs, alors dirigée  par Francois Mathey.

Résumé  de l’ouvrage par l’auteure  : L’engouement contemporain pour le design tendrait à faire oublier que ce terme a connu une entrée récente et d’emblée controversée dans la langue française. De fait, l’histoire du design français reste encore à écrire, la rareté des études récentes et l’ancienneté des monographies et ouvrages de synthèse contrastant avec la production britannique, américaine, allemande ou scandinave. Le design et son histoire soulèvent des enjeux importants : quelles sont les conséquences de l’industrialisation sur les formes de l’environnement quotidien, comment émerge et se définit une figure de créateur des formes pour l’industrie et comment trouve-t-elle sa place au sein ou aux marges de l’entreprise ? Quel positionnement ces créateurs ont-ils adopté face à l’essor de ce qui a bientôt été identifié, dans les années 1960, comme la « société de consommation » ?

A travers des portraits des personnalités qui font émerger les pratiques et la culture du design en France dès les années 50, mais aussi de projets de design emblématiques, d’objets quotidiens phares, ce livre propose de raconter la genèse de cette profession.

Celle-ci vit encore une situation ambiguë  entre création industrielle et art, qui se traduit dans ses rapports parfois complexes, voire conflictuels avec les artistes.