Archives du mot-clé Centre Pomipidou-Metz

Jardin infini à Metz

Un titre +  un événement + un lieu +des artistes modernes et contemporains  confirmés : soit une nouvelle  évocation des jardins cette fois à Metz.

Depuis mars au Centre Pompidou Metz, et jusquˋen août 2017, Emma Lavigne  (et Hélène Meisel ) présentent  une exposition intitulée « Jardin infini, de Giverny à l’Amazonie ».

Il s’agit d’abord de célébrer l’anniversaire des 150 ans du jardin botanique de la ville de Metz.

 L’exposition ensuite « loin d’être un espace clos et limité, explore le jardin comme un territoire infini. Il représente un lieu d’hybridation, d’expérimentation et d’étrangeté aux yeux de nombreux artistes. Perpétuelle source d’inspiration, ce Jardin infini rassemble environ 300 œuvres de la fin du 19ème à nos jours.

A vocation pluridisciplinaire et sensorielle, l’exposition présente un grand nombre d’installations contemporaines, dont le monumental Léviathan-main-toth d’Ernesto Neto (2005).  La sculpture élargit le sujet jusqu’à évoquer l’Amazonie : dix ans après avoir été déployée au Panthéon, à Paris, cette œuvre donne d’ailleurs à Jardin infini l’illustration de son affiche, et une partie de son sous-titre. 

Centre Pompidou Metz

Panthéon

La scénographie est réalisée par l’artiste catalan Daniel Steegmann Mangrané, qui investit les deux galeries du Centre Pompidou-Metz.

Les artistes Bonnard ou Max Ernst sont  présents à travers des oeuvres peut-être moins connues :

Pierre Bonnard : « L’Atelier au mimosa », hiver 1939, octobre 1946 – huile sur toile. CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI, DIST. RMN-GRAND PALAIS/PHILIPPE MIGEAT

Max Ernst – « Pétales et jardin de la nymphe Ancolie » – 1934 © Adagp, Paris 2016

Des artistes vivants, de renom, Dominique Gonzalez-Foerster, Laurent Grasso, Rebecca Horn, Yayoi Kusama participent à l’exposition.

Le parcours libre est ouvert sur la ville de Metz, avec l’aménagement de trois jardins d’artistes hors les murs : au quai des Régates, le land artist Peter Hutchinson installe son œuvre Thrown Ropes : un tracé de plates-bandes sinueuses et aléatoires, planté de fleurs et de pierres. 

Delaunay et l’esprit de catastrophe : la série des Villes et des Tours

Robert Delaunay (1885-1941) découvre l’œuvre de Cézanne en 1907. Il participe aux recherches cubistes en pratiquant la dissociation des formes comme dans les séries des Villes ou des Tours (Eiffel). Il demeure toutefois à la marge de ce mouvement (« Je suis l’hérésiarque du cubisme », disait-il avec satisfaction). Ce qui a été noté par la critique, c’est que ces séries sont hantées par l’esprit de catastrophe.
Comme l’écrit François Mathey en 1967 : « Siamo davanti ad un periodo dinamico, la cui intensità si esaspera, verso il 1909, con spazi franti e divisi, che suggeriscono un singolare clima di acuta tensione, di catastrofe. Le Città e soprattutto le Torri rivelano una visione funesta, quasi premonitrice di cataclismi vicini, che altera ed insieme drammatiza ogni cosa. Anche le brevi note frammentarie che Delaunay ci ha lasciato, partecipano dello stesso valore expressionista e patetico. Ma in questa furia di destruzione e di rifiuto, cade un evento importante che determinerà tutto il proseguimento della sua opera : il suo matrimonio con Sonia Terk. »
« Nous sommes confrontés à une période dynamique, dont l’intensité s’exacerbe, autour de 1909, avec des espaces divisés, qui suggèrent un climat singulier de tension aiguë, de catastrophe. La série des Villes et surtout celles des Tours, révèlent une vision sinistre, presque prémonitoire des cataclysmes proches, qui à la fois altère et dramatise toute chose. Même les brèves notes fragmentaires que Delaunay nous a laissées, participent de la même veine expressionniste et pathétique. Mais dans cette fureur de destruction et de rejet, un événement important survient,  qui va déterminer toute la suite de son travail : son mariage avec Sonia Terk. »

In François Mathey, Le strutture del reale nella visione cubista, l’Arte moderna Vol. 4, p. 162, Milan, Fabbri, 1967.

L’exposition « Vue d’en Haut » qui s’est achevée le 7 octobre dernier  au Centre Pompidou- Metz, se fait l’écho des circonstances dans lesquelles ces œuvres sont nées :
« La première Exposition internationale de locomotion aérienne qui ouvre ses portes, en octobre 1909, dans la nef très aérienne du Grand Palais, confirme la récente passion populaire pour la conquête de l’air. L’impressionnante panoplie de modèles présentés par les constructeurs, allant du ballon au monoplan, fascine non seulement le grand public mais attire aussi l’avant-garde artistique, de Georges Braque à Fernand Léger. C’est ce qu’indique notamment une série de croquis au crayon réalisés sur place par Robert Delaunay, des ébauches annonçant une toile de petit format, La Tour et le dirigeable, qui marque la nette inflexion de l’artiste vers le sujet moderne au moyen d’une géométrisation cézannienne des formes menant au cubisme des séries Villes et Tours Eiffel, et, très vite, à l’abstraction chromatique des Fenêtres. Car le choc visuel de la nouvelle ère aérienne impose très vite une renégociation géométrique et conceptuelle de l’espace de la représentation qui va bien au-delà de la seule plasticité dynamique des formes. En parcourant les allées du Grand Palais, Delaunay n’a pas seulement rencontré des engins « plus lourd que l’air », il a aussi regardé avec attention les clichés réunis par André Schelcher et Albert Omer-Decurgis dans la « classe 15 » consacrée à la « photographie aéronautique ». C’est là que sont présentées notamment des images prises par Schelcher au-dessus du Champ-de- Mars. L’effet est saisissant ; Delaunay s’en inspirera directement pour l’avancée de sa série des Tours Eiffel, où le principe de la synthèse optique adopté par les cubistes (amalgamer à la surface bidimensionnelle de la toile l’ensemble des points de vue perspectifs sur l’objet) s’arme du recul aérien pour surplomber l’édifice le plus monumental du paysage parisien. »
In « “L’art et l’air”. Cubisme de conception et vision aérienne » (p. 78-82), Pascal Rousseau, Extrait du catalogue Vues d’en haut, éditions du Centre Pompidou-Metz :
http://www.centrepompidou-metz.fr/sites/default/files/issuu/dp_vues_den_haut.pdf