Archives du mot-clé cartels

Une histoire de l’art du pastel


Pendant six mois (une durée exceptionnelle), le Petit Palais expose une partie de sa collection permanente de pastels : « L’Art du pastel, de Degas à Redon » est une occasion inédite d’admirer plus de cent vingt pastels du Petit Palais jamais montrés depuis 1983 et de s’intéresser au renouveau du pastel dans la seconde moitié du XIXe siècle ».

L’ exposition est à la fois belle et instructive à plus d’un titre : elle propose un voyage chronologique et thématique qui débute à la fin du XVII e siècle avec  Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) et se conclut avec Odilon Redon et Ker-Xavier Roussel. Elle met ainsi en valeur les collections permanentes de ce musée de la Ville de Paris, en renouant avec une époque où  ce musée jouait  un rôle de premier plan.

En route, la commissaire Gaëlle Rio revisite en cinq sections l ‘histoire des peintres mais aussi des sculpteurs, qui ont eu recours à ce médium pour des raisons différentes. Naturalistes, impressionnistes, symbolistes traitent de thèmes plus ou moins académiques. On retrouve ainsi des artistes oubliés, méconnus et des œuvres sombres ou colorées qui réapparaissent dans la pénombre.

Des grands noms qui font l’objet d’expositions monographiques non loin de là, sont présents comme Edgar Degas (auteur de 700 pastels), Paul Gauguin ou Auguste Renoir.

Edgar Degas, Mme Alexis Rouart et ses enfants.

 

Paul Gauguin, Le sculpteur Aubé et son fils Emile.

 

 

 

Auguste Renoir. Esquisse représentant Berthe Morizot et sa fille.

Deux femmes artistes sont représentées,  à cette étape du parcours : Mary Cassat et Berthe Morizot. L’exposition illustre son temps où les nus académiques ou pas, abondent, comme cette « Contemplation » d’Eugène Emmanuel Lemercier, ou ce dessin préparatoire rehaussés de pastel de Fernand Pelez pour son grand tableau Les Danseuses, réalisé entre 1905 et 1909.

 

 

 

 

L’exposition grâce notamment à ses cartels, explique également comment se constitue une collection. Le portrait de la princesse Radziwill de 1801 réalisé par Élisabeth Vigée Le Brun,  est un achat obtenu grâce aux arrérages du legs Dutuit en 1969 ; Armand Guillaumin a fait don au Petit Palais d’un ensemble important de pastels en 1922 : « Guillaumin se consacre à la technique du pastel à partir de 1865 et ses nombreuses études de paysages, allant de simples esquisses prises sur le vif à des dessins très aboutis, donnent lieu à de multiples variations autour de la couleur et de la lumière ». 

Un cartel rapporte cette anecdote sur  cette esquisse représentant Berthe Morizot et sa fille, donnée par Auguste Renoir : Ambroise Vollard tente de vendre au nom du peintre cette esquisse aux amis du musée du Luxembourg en 1907. Ceux-ci hésitent trop au goût du peintre. Renoir vexé, offrira l’esquisse au musée du Petit Palais.

Le pastel peut être une fin en soi pour les portraits mondains, constituer des dessins préparatoires avant la réalisation d’ un décor d’église ou d’un tableau de chevalet, voire d’une affiche, le pastel renvoie donc  à plusieurs usages. Alfred Roll prépare ainsi une affiche pour les tuberculeux victimes de la guerre 14/18 ( étude pour l’affiche  » les blessés de la tuberculose ») qui ne sont pas reconnus comme blessés de guerre.

Victor Prouvé, le décorateur, a lui aussi réalisé de nombreux pastels préparatoires, comme cette étude de femme aux yeux fermés :

Des artistes très différents, notamment des sculpteurs, s’exercent  aux pastels : « Le sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux produit de nombreux albums de croquis et dessins au crayon et au pastel, dont quelques exemples sont exposés, comme un Portrait d’homme – peut-être un autoportrait.

Le peintre Pierre Carrier-Belleuse réalise des nus, préférant pour cela le pastel  à la peinture. Répondant au goût de leur époque, les pastellistes du XIXe siècle, Albert Besnard, James Tissot , Marcel Baschet ou Jacques Emile Blanche, (Portrait de Marie-Blanche Vasnier) « font des portraits mondains ou des nus féminins, témoignage du goût bourgeois qui perdure au tournant du siècle ».

La Liseuse de James Tissot. 

 

Jacques- Emile Blanche, Portrait de Marie-Blanche Vasnier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les symbolistes concluent le parcours : « Dans des harmonies poudreuses colorées parfois étranges, ces artistes expriment leurs sentiments, leurs rêves et traduisent esthétiquement une réalité intérieure à la portée plus universelle que les paysages ou les portraits. Dans cette dernière section de l’exposition, une place particulière est réservée à Odilon Redon, figure majeure et singulière du renouveau du pastel à la fin du XIXe siècle ».

Ker-Xavier Roussel, Scène antique.

Il n’ y a pas d’audioguide pour cette exposition mais une application qui peut être téléchargée gratuitement : elle commente les œuvres phares du parcours (dont les textes ont été partiellement cités ci- dessus) et renvoie vers deux vidéos :

L’affiche de l’exposition est une œuvre présentée en 1897, par Charles Léandre pour sa première participation à l’exposition de la Société de Pastellistes français, elle s’intitule « Sur champ d’or ».Pour prolonger la visite, l’application renvoie vers l’ensemble des pastels de la collection du Petit Palais qui est en ligne sur le site des collections des musées de la Ville de Paris. En sortant de l’ exposition, au sein du musée, des tableaux de Monet, Sisley, illustrent la richesses de ces collections permanentes. Les photographies de  l’exposition temporaire d’Andres Serrano se confrontent avec l’art du passé.

Les œuvres au sol de Sheila Hicks, quant à elles, marquent, dans le monumental hall d’entrée du Petit Palais, l’irruption de l’art contemporain présenté par la FIAC, et qui a investi en face pour quelques jours le Grand Palais.

 

Odilon Redon. Femme nue dans les rochers.

Odilon Redon- Anémones dans un vase bleu (détail).

Revue de cartels : « il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir »

 

 

Il fut un temps où l’on expérimentait leur suppression : Francois Mathey l’a fait lors de l’exposition   » Equivoques » en 1973, lorsqu’il a choisi de questionner la valeur des oeuvres des peintres pompiers du XIXe siècle qu’il montrait sous un jour nouveau, démarche toujours débattue  depuis.

Daniel Cordier a effectué le même choix, lors de l’exposition consacrée à sa deuxième donation déposée  aux Abbattoirs à Toulouse, en 2009, intitulée  « Les désordres du plaisir » . Il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir », affirmait-il. Il avait en 2006 montré une sélection d’objets pour l’exposition  intitulée « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes ». Texte de Daniel Cordier pour l’exposition « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes »

A l’heure de la révolution numérique, les cartels des expositions temporaires  subsistent mais évoluent. Effet de mode ou recherche esthétique, le recours à une signalétique plus légère, transparente, voire parfois peu lisible, semble s’affirmer. Voici une brève revue de styles.

Au Musée de la Vie romantique à l’exposition Redouté, dans la partie de la maison-musée où sont présentées les créations contemporaines : le cartel coin de table a été adopté :

 

 

 

 

 

 

 

Les cartels figurant dans les autres pièces de l’exposition sont plus classiques, mais pas nécessairement à hauteur d’oeil.  Par exemple, ici, en bas (très en bas), à droite de cette présentation murale dédiée aux papiers peints :

ou bien le cartel est comme collé sur le mur de cet escalier, à côté de l’œuvre de Christine Coste, dont voici un détail :

L’expo ‘Redouté’ qui rencontre un grand succès, vient d’être prolongée, ce qui donnera lieu à un renouvellement des velins exposés.

Vu au Palazzo Braschi – Museo di Roma,  lors de l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi : accrochés sur une barre amovible, en bas des œuvres, mis à distance des murs :

L’ exposition Rodin au Grand Palais, opte pour ce buste de Victor Hugo, pour une grande étiquette mise en avant, sur le socle, en relief.

 

 

 

 

 

 

A l’exposition temporaire  » Jardins « : toujours au Grand Palais, un cartel en transparence, collé sur la vitrine qui accueille les objets en question : ici  une oeuvre en cire du militaire Louis Marie Antoine Robillard d’Argentelle, qui, passionné de botanique, s’était spécialisé dans la reproduction en cire de plantes et fruits tropicaux rencontrés lors des campagnes militaires auxquelles il participait. Ses oeuvres furent exposées à Paris une année aprés sa mort puis données par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle en 1887 :

Les cartels amovibles, au Château de Chantilly, sont conçus pour le Cabinet d’arts graphiques qui a ouvert ses portes au printemps. Ils ne peuvent pas être accrochés aux murs et sont posés sur la cheminée (pour renseigner sur le mobilier), ou intégrés aux vitrines qui présentent les dessins, ou bien, font comme partie du cadre :

Les rapports entre objets et cartels, la façon dont le public les perçoit, sont  essentiels et étudiés de façon appronfondie  :

« L’objet dépourvu de son étiquette dans l’exposition perd aussitôt son identité, est «muet». Inversement, une étiquette n’a de sens que lorsqu’elle accompagne un objet. Par conséquent, l’étiquette constitue la première étape de la médiation entre l’objet exposé et le visiteur ».

in Alice Chatzimanassis,  « Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une exposition d’art », MuséologiesLa cybermuséologie, Volume 6, numéro 2, 2013.

Voir également  :

Anne-Sophie Grassin, « Le jonglage objet-cartel », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007 : mars – avril 2007.

Épilogue : quand il n’y a rien à voir ?

Carambolages : interactivité et personnalisation de la visite.


n-CARAMBOLAGES-large570

De nombreux articles paraissent sur l’exposition Carambolages. Certains  trouvent l’exposition futée. Mais, l’absence de cartels inquiète, ou surprend  : « Cette nouvelle exposition entend totalement modifier notre approche traditionnelle de l’art , avec un pêle-mêle, oeuvres de tous genres. Un pari audacieux, autant que les cartels explicatifs sont absents » (Jérôme Stern).

Une exposition pour les enfants ou que les enfants comprendraient mieux que les parents ? Les œuvres peuvent-elles en pâtir ? Interactivité et personnalisation de la visite, si courants dans les musées scientifiques, prennent ici le pas.

L’exposition, qualifiée de « ludique » et « Internet », permet de débuter ou de poursuivre la visite et la découverte des œuvres sur les applications de la Rmn à télécharger. Voici une nouvelle rubrique, le choix des visiteurs..

 Cartels ou pas cartels ? Pour mémoire,  l’exposition Équivoques; peintures françaises du XIXe siècle au Musée des arts décoratifs, (9 mars – 14 mai 1973), F. Mathey et Olivier Lépine avaient omis les cartels. Ce qui n’avait pas manqué d’étonner et d’émouvoir.

EQUIVOQUESequivoques