Archives du mot-clé bronze

Le pouvoir des fleurs : exposer ensemble beaux-arts, science et arts décoratifs

Exposer science, beaux-arts et arts décoratifs ensemble,  c’est  retracer toute une époque grâce au  parcours  que propose   « Redouté le pouvoir des fleurs » au musée de la vie romantique. Quatre étapes majeures caractérisent  l’exposition :

L’univers des beaux- arts avec notamment Flore caressée par Zéphyr du baron Gérard ou ce roi de Rome  par Prudhon,  l’un des premiers portraits de l’enfant impérial :

– L’oeuvre de Pierre-Joseph  Redouté, le  «  Raphaël  des  fleurs  ».   Ce sont toutes les facettes du talent de cet élève de Van Spaendonck qui sont mises en avant :

Les   fleurs  et les  arts  appliqués, de l’industrie  au  Salon : les  arts décoratifs, des papiers peints aux accessoires de mode :

– un parcours  contemporain  des  métiers  d’art , co-organisé  avec  Ateliers  d’Art  de  France, voisin du musée : Argent,  bronze,  coton,  émaux  sur  cuivre,  grès,  laine,  mosaïque,  papier,  plâtre,  plume,  porcelaine, silicone,  soie,  terre  crue,  verre…  26  créateurs  façonnent  la  matière  pour  réaliser  une  quarantaine d’œuvres  originales  qui  sont présentés  dans  le  jardin  et  les  salles  du  musée  de  Vie  romantique.  Une autre façon de mettre en valeur les collections permanentes du musée :

 A signaler un  feuilletoire  (un livre  du  MNHN  au  format  numérique) qui permet  de  vivre  l’exposition   de  manière tactile. Le MNHN, cette année, a contribué à plusieurs expositions temporaires : cette coopération de plus en plus fréquente des collections de ce musée à des expositions de beaux- arts peut être soulignée , tant au musée de la vie romantique quˋau Grand Palais pour l’exposition  » Jardins ».

 Pascal  Simon  Gérard fait  poser  son  ami, alors «  Peintre  de  fleurs  de l’impératrice  »   :

Grâce au pouvoir des fleurs,  Redoute, né en 1759 dans les Ardennes belges, a débuté sa carrière auprès de Marie Antoinette et  a traversé la Révolution , l’Empire et la Restauration. Depuis  1805, comme le précise le dossier de presse de l’exposition : « Redouté  vit  la  période  la  plus  féconde et  la  plus  heureuse  de  sa  carrière  durant  laquelle  il  bénéficie  de  la protection  de  Joséphine  et  qui  se  termine  avec  la  mort  de  la  souveraine en  1814.  Les  deux  artistes  se  sont  probablement  rapprochés  quand  ils ont  tous  deux  eu  la  jouissance  d’un  atelier  réservé  aux  artistes  au  Louvre.   Si le roi  Charles  X  en  1825 lui accorde la Légion d’honneur,  sa  candidature  à  l’Académie  des  Beaux-Arts  lui sera refusée ».

Pour tout savoir ou presque..