Archives du mot-clé BnF

Les road movies de Jean Rouch

Filmer l’ Afrique dans les années 1950 jusqu’aux années 1970 : c’est ce qu’a fait Jean Rouch à qui la BnF consacre une exposition temporaire :

Jean Rouch et Damouré Zika sur le tournage de Jaguar, Gold Coast (Ghana), 1954, Département des Manuscrits/BnF © Fondation Jean-Rouch (DR).

« Jean Rouch aurait eu cent ans en 2017. L’exposition Jean Rouch, l’Homme-cinéma met en lumière la vie et l’œuvre d’un homme inclassable, explorateur, ethnographe, photographe, cinéaste. Auteur de 180 films tournés principalement en Afrique, Jean Rouch a lié le cinéma et l’ethnographie d’une manière unique. Entre ses mains, la caméra est devenue un nouvel outil d’investigation sur les hommes, leurs croyances, leurs imaginaires. Se moquant des prétentions à la neutralité de la science, Jean Rouch a assumé avec enjouement sa subjectivité et une relation de partage avec ceux qu’il filmait ».

Du 26 septembre au 26 novembre 2017, 40 films seront diffusés sur tous les écrans audiovisuels de la Bibliothèque du Haut-de-jardin, et en salle A, salle attenante à la Galerie des donateurs.

Jean Rouch est décédé en 2004 au Niger. Ces films, tournés essentiellement en Afrique dans le cadre des missions ethnographiques au Soudan et au Niger, par cet élève de Marcel Griaule, se déroulent pour les plus connus,  avant les indépendances.

Aux côtés de Jean Rouch, Damouré Zika. Infirmier, acteur preneur de son, il a participé au film Jaguar Gold coast et au célèbre Maîtres fous, de 1955,  Grand Prix de la Biennale internationale du cinéma de Venise –  dans la catégorie Film Ethnographique, en  1957.

Plus récent en 1974, le film Cocorico Monsieur poulet est un road movie franco-nigérien de Dalarou – pseudonyme pour le trio Damouré Zika, Lam Ibrahim Dia et Jean Rouch – sorti en France en 1977.

A l’occasion de l’exposition, la BnF met aussi en avant ses archives sonores :  en ligne sur Gallica, ces « échos de la forêt africaine » et ces percussions d’un festival au Ghana, extraits d’un disque  45 tours datant de 1960.

Comme le précise Clara Pacquet :

« Rouch construit sa définition de l’anthropologie à partir d’un héritage hétérogène, dans lequel il puise toujours à nouveau, afin de produire des formes de savoir par le cinéma ».

Clara Pacquet interviendra au séminaire Arts et Sociétés  le 7 mars 2018 sur le thème « Jean Rouch et les choses ».

PROGRAMME ARTS & SOCIETES

Exposer l’internationale situationniste (IS)

Un documentaire du Centre d’histoire sociale d’une  durée de 54 mn, richement illustré par sa réalisatrice, Jeanne Menjouletdonne la parole 9782130619703_v100à Anna Trespeuch-Berthelot qui raconte l’histoire de l’IS et de sa réception, relatées dans son ouvrage : L’internationale  situationniste. De l’histoire au mythe (1948-2013).L’historienne fait allusion à trois expositions temporaires consacrées à ce mouvement, incarné notamment par Isidore Isou, lettriste, Asger Jorn , Constant, Raoul Vaneigem et Guy Debord.

Une exposition de 1989 au Centre Pompidou,  intitulée « Sur le passage de quelques personnes sur une assez courte unité de temps : à propos de l’internationale situationniste ».

Du 22 novembre 2003 au 29 février 2004, l’exposition  « Après la fin de l’art (1945-2003) » organisée par le musée d’art moderne de Saint-Étienne y rassemble tout ce qui a pu, depuis l’après la guerre constituer « l’aventure des avant-gardes de la « fin de l’art » ». Paris musées

Un ouvrage, « Figures de la négation », est publié par Paris musées : il est la prolongation, sous forme de livre, de la réflexion abordée lors de cette exposition, « Une étude des « avant-gardes du dépassement de l’art » que furent l’Internationale Situationniste, l’Internationale Lettriste (et les mouvements satellites) à travers leurs protagonistes principaux : Guy Debord, Asger Jorn, Gil Wolman

expo deborddebord

Enfin, l’exposition de la BnF (intitulée Guy Debord. Un art de la guerre”),  du 27 mars 2013 au 13 juillet 2013, organisée à l’occasion de la patrimonialisation des archives de Guy Debord déclarées « trésor national « , aujourd’hui déposées à  la BnF alors qu’elles étaient convoitées par l’université de Yale :

Considérant que les biens pour lesquels le certificat d’exportation est demandé sont un ensemble exceptionnel d’archives personnelles de Guy Debord (1931-1994), essayiste et réalisateur français, principalement connu pour avoir été le fondateur de l’Internationale situationniste, mouvement de pensée avant-gardiste dans le sillon des courants dadaïste, surréaliste et lettriste ; que cet ensemble est composé de manuscrits et de documents divers, triés et organisés par Guy Debord, qui n’a conservé que les pièces considérées par lui comme essentielles pour la compréhension de son œuvre ; que les dossiers constitués contiennent l’ensemble des états préparatoires puis définitifs de ses œuvres, des premiers jets sur fiches jusqu’aux épreuves corrigées, en ce qui concerne les ouvrages, et au découpage, en ce qui concerne les films, notamment pour son ouvrage majeur, La Société du spectacle (1967) ; que ces archives, couvrant les années 1950 à 1994, sont demeurées encore largement inexploitées et représentent un matériel précieux pour la recherche ; que ces documents, qui illustrent le processus créatif complet de la pensée de l’auteur, permettent d’appréhender sa façon assidue de travailler, sa grande érudition et son style, héritier des plus grands classiques, mis au service de son analyse critique de la société moderne ; qu’il faut souligner la rareté d’un tel fonds intégral, resté dans un parfait état de conservation, dans la mesure où il n’en existe aucun dans les collections publiques françaises recouvrant si largement un même courant de pensée ; que cet ensemble s’avère unique pour l’étude de la genèse de l’œuvre de Guy Debord, l’un des penseurs contemporains les plus importants, et capital dans l’histoire des idées de la seconde moitié du xxe siècle ;
Qu’en conséquence cet ensemble d’œuvres présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considéré comme un trésor national « .

« Classées en janvier 2009 trésor national, les archives de Guy Debord (1931-1994) ont rejoint les collections du département des Manuscrits de la BnF. Bruno Racine, président de la BnF, se réjouit « d’accueillir au sein des collections patrimoniales un penseur dont l’œuvre théorique et poétique a profondément influencé le dernier demi-siècle. La générosité de nos mécènes et le soutien du ministère de la Culture et de la Communication nous permettent de faire aujourd’hui cette exceptionnelle acquisition. » « Bien sûr, l’exposition ne pouvait pas manquer de soulever des sarcasmes quant à la récupération, l’édulcoration, la stérilisation, la fétichisation, la réification… de la pensée situationniste.”

A signaler également l’ouvrage de Fabien Danesi paru en 2008,

 Le Mythe brisé de l’Internationale situationniste. danesi_F

L’aventure d’une avant-garde au cœur de la culture de masse (1945-2008).

 

 

Les expositions virtuelles ont un grand avenir

NIT_Online_Exhibit_Promo_480x381L’Enssib propose un guide l’organisation d’une exposition virtuelle pour les bibliothèques qui sont souvent en possession de documents fragiles qu’il est délicat d’exposer : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/62643-creer-une-exposition-virtuelle.pdf et en introduction, une définition :

« Une exposition virtuelle est une exposition numérique, créée et diffusée sur internet. En France, la plus ancienne date de 1994. Si les musées ont été précurseurs en ce domaine, les bibliothèques (la BnF et la BM de Lyon en 1997) s’approprient rapidement ce champ d’action. Une exposition virtuelle contribue grandement à la valorisation des collections de la bibliothèque ; elle permet d’affirmer sa place et son dynamisme sur internet.

On peut distinguer trois modèles d’expositions virtuelles :

• Comme exacte reproduction en ligne d’une exposition physique ayant eu lieu dans une institution : cela permet au visiteur de préparer sa visite ou au contraire de revenir sur ce qu’il a pu découvrir.

• Comme complément d’une exposition en cours : tout en respectant le thème principal de celle-ci, l’exposition virtuelle apporte d’autres informations, dévoile d’autres documents.

• Une exposition virtuelle peut être conçue uniquement pour une diffusion sur internet.

Les expositions virtuelles ont un grand avenir : elles se multiplient et ouvrent de nouvelles perspectives aux visiteurs qui peuvent ainsi sans effort découvrir ou redécouvrir des pans entiers de l’histoire de l’art, de la mode et du cinéma, sans limites de temps ou de contraintes liées aux lieux, à l’espace. Elles permettent de prolonger une exposition passée ou de remplacer une exposition « physique » qui n’a pas pu avoir lieu, faute de financements. Livres anciens et précieux, dessins, pastels et textiles sont fragiles, l’exposition virtuelle  est donc aussi appelée à se développer tout particulièrement dans ces différents domaines. En voici quelques exemples :

Exposition à la BnF : de Picasso à Jasper Johns. L’atelier d’Aldo Crommelynck

du 8 avril 2014 au 13 juillet 2014 sur le site François-Mitterrand / Galerie François Ier

« L’imprimeur en taille-douce, ( 1931-2008), Aldo Crommelynck a contribué au renom de Paris dans le domaine de l’estampe. Après s’être initié à la gravure auprès du maître-imprimeur Roger Lacourière, il ouvrit un atelier à Montparnasse en 1956, dans lequel vinrent travailler Tal Coat, Juan Miro,Le Corbusier, Alberto Giacometti, André Masson, Georges Braque… Son frère cadet, Piero, vint alors le rejoindre. En 1963, les frères Crommelynck installèrent à Mougins un atelier proche de la maison de Picasso et travaillèrent dès lors presque exclusivement avec lui. Leur entière disponibilité poussa Picasso dans une véritable frénésie de création graphique. En 1969, l’atelier parisien fut déplacé rue de Grenelle : vinrent y travailler notamment Avigdor Arikha, Sam Szafran, Yuri Kuper, George Condo. À la suite de Richard Hamilton, l’atelier commença à être également fréquenté par des artistes étrangers, majoritairement anglais et américains, attirés par le renom de l’imprimeur de Picasso : parmi ces derniers, David Hockney, Peter Blake, Jim Dine, Ed Ruscha, Jasper Johns, Donald Sultan…Vinrent également les artistes italiens de la Transavant-garde Cucchi et Clemente, l’Allemand Penck, le Suisse Martin Disler. À partir des années 1980, Aldo Crommelynck partagea son temps entre Paris et New York jusqu’à la fin de sa carrière, travaillant notamment pour les éditions Pace. À tous les artistes de renommée internationale avec lesquels il a travaillé, Aldo Crommelynck a demandé de signer des épreuves pour la Bibliothèque nationale de France, contribuant ainsi, de façon exceptionnelle, à l’enrichissement des collections ».

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.picasso_crommelynck.html

Souvenir de cette frénésie « tout court » de Picasso exposée en 2006 au musée de la vie romantique à Paris, rue Chaptal :

Pablo Picasso né en 1881 est alors très âgé. De mars à octobre 1968,
puis en 1970 et 1971, il exécutera plus de 750 gravures parmi  lesquelles les célèbres suites 347 et 156 : http://www.deedeeparis.com/blog/picasso-au-musee-de-la-vie-romantique

 Le catalogue :

« Lorsque le jeune graveur Piero Crommelynck installe, avec son frère Aldo, son atelier de gravures à Mougins au début de l’été 1963, Pablo Picasso a 82 ans. De 1966 à 1972, Picasso y exécutera plus de 750 gravures parmi lesquelles « Le Cocu magnifique » (1966), la célèbre Suite 347 (1968) avec la série emblématique des vingt cuivres érotiques, Raphaël et la Fornarina et la non moins fameuse Suite 156 (1968-1972). Cette production considérable repose sur la confiance absolue que Picasso eut avec les frères Crommelynck au soir de sa vie. La disponibilité de Piero, le prince des graveurs, lui permit de travailler dans des conditions propices à toutes les innovations, pour transcrire sur cuivre les motifs récurrents de l’amour charnel à travers son imaginaire. Ces dialogues d’atelier regroupent plusieurs huiles monumentales, les nombreux portraits dessinés du graveur et sa famille – la plupart inédits – et environ 80 planches gravées, qui permettent de bien percevoir la noblesse du travail souverain de Piero Crommelynck, disparu en 2001. » http://www.bmvr.marseille.fr/in/faces/details.xhtml?id=p::usmarcdef_0000948916

9782879009490

Une ballade au musée : https://www.youtube.com/watch?v=KKaHRhK-TYE

Avant que de redécouvrir le musée Picasso tel qu’en lui -même en juin prochain et ses archives : http://www.sortiraparis.com/arts-culture/balades/articles/68174-le-musee-picasso-de-paris-a-redecouvrir-des-juin-2014

 

Les carnets de l’Inventaire : Étienne Martellange, insignem architectum et pictorem

Le service de l’Inventaire général étudie le patrimoine culturel régional « de la petite cuillère à la cathédrale » et le valorise à travers ses études thématiques et topographiques. Les carnets de l’Inventaire vous offrent un aperçu de ses travaux et de son actualité : hhtp://inventaire-rra.hypotheses.org

A signaler les travaux d’Adriana Sénard, sur  » Le Frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne (1610-1621) » :

« L’église du collège de Roanne, actuelle chapelle Saint-Michel, est l’un des plus importants chantiers de l’architecte jésuite, Étienne Martellange. Né à Lyon le 22 décembre 1569, dans une famille d’artistes peintres, il intègre la Compagnie de Jésus à Avignon en 1590 et prononce ses vœux de frère coadjuteur temporel en mars 1603 à Chambéry. Formé à l’art de bâtir au cours de ses années de noviciat, sa carrière d’architecte itinérant débuta en juin 1603, à la suite du rétablissement des Jésuites. Autorisés par Henri IV et l’édit de Rouen à rouvrir leurs collèges et à édifier de nouveaux ensembles, les Jésuites entreprirent une intense phase de construction à laquelle contribua le frère Étienne. Nommé architecte et visiteur des chantiers des provinces de Lyon, Champagne et France, il sillonna le royaume et participa jusqu’à sa mort, le 3 octobre 1641, à ces travaux. […] Cette étude illustre la complexité de l’activité de l’architecte, mais mériterait un prolongement. En effet, le frère Étienne a aussi été un dessinateur prolixe, qui portraiture les villes et les monuments élevés depuis l’antiquité. Durant ses séjours à Roanne, il a réalisé dix-sept vues de la ville et de sa région qui offrent un visage aujourd’hui méconnu du Roannais au XVIIe siècle et de certains de ses édifices profondément altérés par le temps, telle l’abbaye de La Bénissons-Dieu »

Pour en savoir plus : SÉNARD, A. « Le Frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne (1610-1621) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 12 décembre 2013.

URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/2225

Effectivement «  le frère Étienne a aussi été un dessinateur prolixe » : il a été en effet  salué par les passionnés de dessin  et d’architecture qui lui rendent un hommage appuyé :
Le Père Martellange ne s’est pas seulement consacré aux Monuments religieux (notamment l’église Saint-Paul-Saint-Louis à Paris) mais aussi aux bâtiments civils, dans toutes les provinces de France. Henri IV le qualifie de « peintre et architecte remarquable », « insignem architectum et pictorem » et le sollicite pour la construction  du lycée de La Flèche. Pour un résumé de l’activité du Père Martellange, voir Henri Bouchot, Notice sur la vie et les travaux d’Étienne Martellange, Paris, 1886.

François Mathey , ancien inspecteur général des Monuments historiques, écrit une préface pour l’ouvrage de Jean Garneret, consacré aux Petites villes de Franche-Comté paru en 1991. Pour rendre hommage à son ami Garneret, il évoque le Père Martellange :

« Il est un précédent analogue. Je pense au travail du Père Martellange qui au début du XVIIe siècle […]. Les dessins d’architectes passent pour des croquis hâtifs comme s’il fallait se prouver à soi-même que malgré le tire-ligne et la gomme on a gardé l’habileté de la main. Ceux du Père Martellange sont autant spontanés, mais ils refusent l’improvisation, la complaisance. Ils vont au bout. Ainsi ceux de l’abbé et pour les mêmes raisons, car l’un et l’autre se veulent témoins et ils nous doivent la vérité ».

A la une : les étapes de ce chantier de Roanne sont illustrées et la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve quatre plans du collège de la main de l’architecte et cinq dessins du chantier : Première vue de l’église du collège de Roanne, 16 décembre 1617 (BnF, Est., Ub 9, f. 102) © Bibliothèque nationale de France.