Archives du mot-clé Biennale de Venise

Exposer l’art textile contemporain

Rares sont les musées qui exposent en France l’art textile :  Françoise de Loisy conservateur en chef aux musées d’Angers, en dressait le constat en 2014 : 

En France, on aime trop cloisonner les choses. On ghettoïse des artistes, sous prétexte qu’ils utilisent une matière, longtemps associée à la manufacture, à l’artisanat. Sheila Hicks, par exemple, est une grande artiste américaine, une des pionnières du renouveau de l’art textile dans les années 1960. Elle vit en France. Qui le sait ? Elle vient pourtant d’exposer une oeuvre monumentale au Palais de Tokyo, mais là encore, en toute discrétion. D’un autre côté, le mouvement est tellement multiple.

Les oeuvres de Sheila Hicks ( Portrait par Giulia Noni) obtiennent ces dernières années un écho grandissant. Elle a participé au festival d’automne en 2016 au musée Carnavalet avant sa fermeture pour travaux : La sculpture ambrée de l’artiste américaine Sheila Hicks, installée par le Festival d’automne, est visible depuis la rue des Francs-Bourgeois. «Nous souhaitions renouer avec la tradition du festival qui trouvait des lieux alternatifs aux lieux habituels de l’art contemporain. Nous voulions sortir du white cube, avance Clément Dirié, le commissaire.

L’artiste a exposé à la Biennale de Venise en mai dernier.

Installation de Sheila Hicks dans l’exposition « Viva arte viva ». Photo Mirco Toniolo. Sipa DR.

C’est à Sheila Hicks qu’a été confiée la quatrième des commandes triennales de la Région Centre-Val de Loire pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire (2017-2019). Elle a participé au parcours hors les murs de la Fiac 2017, au Petit Palais.

En févier 2018, le Centre Pompidou  lui consacrera une exposition monographique, une reconnaissance qui interviendra plus de quarante cinq ans après l’hommage rendu au travail de l’artiste par François Mathey (autre pionnier) qui a exposé son travail et celui de Niki de Saint Phalle au Grand Palais lors de l’exposition bilan sur l’art contemporain organisée en 1972.

Rappelons qu’en 1974, Sheila Hicks fêtait ses 40 ans quand le Stedelijk Museum d’Amsterdam lui consacrait une première rétrospective.

A l’Institut culturel italien à Paris : la Biennale de Venise consacrée à l’architecture, Marcelin Pleynet, le paysage de la poésie

Jeudi 13 Mars à 11h / Architecture / Conférence de presse Le Président de la Biennale de Venise,
Paolo Baratta, présente le programme de la XIVe édition de la Mostra Internazionale di Architettura,
intitulée « Fundamentals », qui s’ouvrira aux Giardini et à l’Arsenale de Venise du 7 juin au 23 novembre.
Dirigée par l’architecte et urbaniste néerlandais Rem Koolhaas,
professeur à la Harvard Graduate School of Design, la Biennale 2014
sera consacrée à l’architecture, plutôt qu’aux architectes, et axée sur l’histoire
et l’évolution des architectures nationales siècle dernier :
« Elle vise à offrir un nouveau regard sur les éléments fondamentaux de l’architecture
– dit Koohlaas – afin de comprendre si nous sommes capables de découvrir quelque chose de neuf ».
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

_.._IICManager_Upload_IMG_Parigi_201402211616pleynetJeudi 13 Mars à 18h / Poésie / Rencontre : Marcelin Pleynet, Le paysage de la poésie
L’un des poètes les plus aimés, romancier, essayiste, philosophe de l’art,
accompagné du spécialiste de son œuvre Andrea Schellino,
nous délivre le secret de son tropisme italien.
De son premier voyage en Italie, en 1952, à ses nombreuses visites au fil des années,
il résulte une suite ininterrompue d’inspirations, où la beauté du paysage et l’art de la Renaissance
se combinent dans la découverte d’une langue, d’un style poétique,
de toute une métaphysique de la littérature. Marcelin Pleynet est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages,
dont ‘Spirito peregrino’ (1981), ‘L’amour vénitien’ (1984), ‘Giorgione et les deux Vénus’ (1991),
‘Giotto’ (1981 et 2013), ‘L’Étendue musicale’ (2014).
Il est membre de la rédaction de L’Infini chez Gallimard
et ancien secrétaire de rédaction de la revue Tel Quel.
Son œuvre, largement traduite en italien a suscité l’intérêt
de maints critiques et réalisateurs, dont Florence Lambert,
qui vient de lui consacrer deux documentaires,
‘ Vita Nova’ et ‘L’Instant romain’,
qui ouvriront la rencontre de ce soir.
Réservez vos places en cliquant ici :  http://www.iicparigi.esteri.it/IIC_Parigi/webform/SchedaEvento.aspx?id=1010&citta=Parigi

 

Que verra-t-on à l’exposition Lucio Fontana ?

Concetto spaziale, 1957, aniline et collage sur toile, inv. A23933, appartenant au Stedelijk Museum d’Amsterdam (Pays-Bas),

http://www.stedelijk.nl/en/artwork/4984-concetto-spaziale

un  tableau culte prêté pour l’exposition « Lucio Fontana (1899-1968), rétrospective », présentée au Musée d’art moderne de la ville de Paris du 24 avril 2014 au 24 août 2014 :

« Né en 1899 à Rosario en Argentine de père italien, sculpteur de formation, il passera la majeure partie de sa vie à Milan. Exploitant toutes les possibilités de la sculpture polychrome (terre cuite, céramique, mosaïque) et collaborant avec des architectes, il est un des premiers artistes abstraits italiens dans les années 1930. Il passe la Seconde Guerre Mondiale en Argentine. De retour à Milan en 1947, il devient la figure de proue du mouvement spatialiste qu’il définit dans divers manifestes. Ce mouvement part de l’espace et de la lumière pour concevoir des œuvres en relation avec le monde environnant et la conquête spatiale. Il s’incarne dans ses sculptures en céramique, ses toiles trouées et ses environnements. En 1949, il réalise ses premiers Concetti spaziali (Concepts spatiaux), toiles perforées sur lesquelles il intervient avec divers matériaux et couleurs vives. Après une rétrospective à la Biennale de Venise en 1958, il commence sa série de toiles fendues, les Tagli et devient une figure de référence pour les artistes des années 1960″ : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/lucio-fontana

Fontana a exposé  le monochrome intitulé Concetto spaziale, Attesa à la Biennale de Venise en 1958. L’artiste est exposé pour la première fois dans un musée français en 1960 au musée des Arts décoratifs à Paris, au sein de l’exposition collective sur la peinture intitulée « Antagonismes »  ( commissariat de François Mathey et Julien Alvard) : figuraient alors à ses côtés Bacon, alors peu connu, Dubuffet qui refusait en général de figurer en France dans les expositions collectives, mais aussi Soulages, Hartung, Yves Klein.. On ne dira jamais assez le rôle précurseur mené dans le domaine de l’exposition de l’art vivant, par ce musée et son conservateur durant ces années cinquante, soixante et soixante-dix.

Sa fondation : http://www.fondazioneluciofontana.it

Lucio Fontana ne manquait pas d’humour et a participé  en pleine période des  » Tagli (1958-1968) » à l’exposition collective « Antagonismes II l’Objet » au musée des Arts décoratifs en 1962 : il y présentait des robes bien entendu coupées portées par des mannequins.

L’album Maciet de la bibliothèque des Arts décoratifs en garde quelques clichés.

Artistes contemporains et archives : la plateforme “Ibraaz” consacre un dossier à l’archive

« “Ibraaz” – plateforme de réflexion dédiée à “ la culture visuelle contemporaine en Afrique du Nord et au Moyen-Orient”, lancée lors de la 54e Biennale (2011) de Venise (http://www.labiennale.org/it/asac/storia)
consacre un dossier entier, ”Archival Dissonance” Platform #6, à l’archive dans les pratiques de certains artistes (Joy Garnett, Hassan Darsi, Mounir Fatmi, Héla Ammar, etc.) et, plus largement, au rôle qu’elle peut jouer dans le développement et le soutien d’une histoire de l’art critique et décentrée. »

http://www.ibraaz.org/essays/83/

Le rédacteur en chef d’Ibraaz est Anthony Downey :

 » He is the author of Art and Politics Now: Tactical Engagements and Global Culture (Thames and Hudson, 2014); editor of Uncommon Grounds: New Media and Critical Practice in North Africa and the Middle East (I.B. Tauris, 2014); and co-editor of The Future of a Promise: Contemporary Art from the Arab World (Ibraaz Publishing, 2011). He is currenty editing Archival Dissonance: Knowledge Production and Art Practices in the Middle East (forthcoming, I.B. Tauris, 2015) and Becoming Communities: Participation, Collaboration and Curatorial Practices (forthcoming, Third Text, 2015).

C’est le carnet d’hypothèses   qui relaie cette information :

« FOTOTA est un blog dédié aux enjeux de la recherche sur la photographie en Afrique. A l’heure où le regard des photographes africains suscite de plus en plus l’intérêt des institutions du Nord, de nouvelles initiatives émergent et s’organisent au Sud, favorisées par la « révolution numérique » qui bouleverse bon nombre de pratiques établies. Dans ce contexte, quelles perspectives se dégagent et quels objets nouveaux émergent ? Projets d’expositions, ouvrages de photographes, de commissaires ou de chercheurs, archives et leurs nouvelles lectures seront au centre de nos réflexions, de même que les représentations du continent africain, de ses territoires et de ses habitants. Enfin, nous serons attentives également à la manière dont les artistes contemporains interrogent l’histoire, qu’elle soit récente ou plus lointaine. »

 http://fotota.hypotheses.org/1135

Voir le site d’une artiste qui utilise des archives dans ses œuvres : http://www.helaammar.com/#/biographie

A la une :  le projet SFAX, première  Résidence Euromaghrébine de Photographes, un projet financé par la Délégation de l’Union européenne en Tunisie : une œuvre d’Hela Ammar : http://leprojetsfax.com/hela-ammar/