Archives du mot-clé Balthus

Quand David Hockney exposait à Paris en 1974 au musée des Arts Décos et rendait hommage au Louvre

Dès 1974, grâce au British Council et au financement de l ‘AFAA ( Association française d’action artistique), David Hockney a présenté ses oeuvres à Paris au musée  des Arts décoratifs de Paris, alors dirigé par Francois Mathey, coorganisateur de l’événement.

Le catalogue, bilingue, comprend notamment un entretien de l’artiste avec  le critique Pierre Restany.

La rétrospective actuelle ne comprendra peut-être pas  ces deux illustrations -hommage au Louvre et à Paris, ville où  l’artiste  a vécu de 1973 à 1975 : la première de couverture  s’intitule « contrejour on the french style- against the day dans le style français ». 1974.

Cette oeuvre est aujourd’hui  au Ludwig Museum, à Budapest.

La dernière de couverture  du catalogue « two vases in the Louvre » 1974,  sera aussi sur l’affiche de cette exposition.

 « Hockey lors de son séjour à Paris occupe l’atelier qui fut autrefois celui de Balthus. Au Louvre, il photographie, dessine cette fenêtre qui lui inspirera son Contre-jour… »

David Hockney fait partie de ces nombreux artistes inspirés par le Louvre et que Pierre Schneider évoquait à l’occasion de l’exposition « Copier-créer  » organisée par Jean-Pierre Cuzin en 1993 pour célébrer le bicentenaire de ce musée : Les pille-art du Louvre, publié le 27/05/1993 :

« Dès la création du musée, les plus grands peintres s’y sont nourris des oeuvres de leurs prédécesseurs. Pour les interroger, les dévorer, et, finalement, les oublier. La preuve en 330 peintures et dessins ».

A signaler également la parution récente des articles de presse de Pierre Schneider parus sous le titre « Chroniques de l’Express (1960-1992) Le droit à la beauté ».

 

Kunihiko Moriguchi, artiste japonais, maître de l’art du Yûzen, est à Paris

triangle-au-cercle-1

 

 

 

 

 

 

 

Du triangle au cercle, Kunihiko Moriguchi, 2012. Photo : © Kunihiro Shikata.

Kunihiko Moriguchi est un artiste japonais, maître de l’art du Yûzen, cette technique tricentenaire de peinture sur des kimonos d’apparat. Il a été élevé au rang de « Trésor national vivant » par le gouvernement japonais en 2007. Son père était également « trésor national » et l’a formé à son retour au Japon. En effet, Kunihiko Moriguchi  a vécu en Europe où il a étudié les arts graphiques.

Né en 1941, il étudie la peinture de « style japonais » (nihonga) à l’université des Arts de Kyoto. Il part pour la France à l’âge de 22 ans et étudie à l’École nationale des arts décoratifs.  Il a fréquenté le musée des Arts décoratifs, où il rencontre François Mathey.  

Il se lie d’amitié avec le critique Gaëtan Picon et le peintre Balthus qui l’invite à la Villa Médicis. Ce dernier le persuade de se consacrer à l’art du yûzen, dont le père de Kunihiko est un illustre représentant. Kunihiko Moriguchi  a réalisé son premier kimono en 1967.

Une exposition rétrospective de ses œuvres,  la première, se déroule actuellement à la Maison de la Culture du Japon jusqu’au 17 décembre prochain. Elle réunit 26 kimonos et 11 peintures de l’artiste.

fructification-1

Quoi de neuf dans les musées ? Gratuité, démocratisation, accessibilité

Au Louvre, la fin de la gratuité un dimanche par mois en haute saison. Cependant, cette mesure restera en vigueur entre octobre et mars :  » Les agences de voyage ont trop tiré sur la corde. Le Louvre met fin à la gratuité d’accès à ses collections le premier dimanche de chaque mois entre avril et septembre, a annoncé le musée lundi 3 février. Alors que le nombre de visiteurs venant pour la première fois était en forte baisse lors de ces « dimanches gratuits », la fréquentation des visiteurs étrangers avait augmenté considérablement, les agences touristiques ayant « profité de cet ‘effet d’aubaine’ pour organiser un grand nombre de visites à ces dates », explique le musée. Conséquence, une « hyper-fréquentation », « un impact négatif sur la satisfaction des visiteurs » et sur « les conditions de travail des agents du musée ».  A l’origine, cette gratuité mensuelle, instaurée en 1996, répondait à la « démocratisation en faveur des visiteurs nationaux » et à « la nécessité de favoriser l’accès au musée des publics les plus éloignés des pratiques culturelles ». Objectifs qui ne sont désormais plus atteints, estime l’établissement. Du coup, à compter du 1er avril et durant la saison haute, le prix du billet d’entrée pour les collections permanentes du Louvre (hors exonération) reviendra à 12 euros. Cette mesure, décidée par le musée en novembre 2013, a été avalisée par le ministère de la Culture » : http://mobile.francetvinfo.fr/culture/expos/fin-de-la-gratuite-du-louvre-lle-premier-dimanche-du-mois-en-haute-saison_521325.html

 En fait bien avant 1996, il y a eu des périodes de gratuité au musée du Louvre avec les mêmes conséquences  et le même effet d’aubaine s’agissant des agences touristiques.Pour les enseignants et les 18-25 ans la gratuité perdure, voici la liste des musées qui sont concernés : http://www.louvrepourtous.fr/Liste-des-musees-et-monuments,196.html

Signalons quelques initiatives locales, récentes :

Pour les 6-12 ans, des tablettes numériques pour visiter le palais des Beaux-Arts de Lille : « Sept œuvres d’art sont détaillées en vidéos et en photos, commentaires, petits jeux, dans le parcours qui dure 15 minutes. C’est un bon moyen de permettre aux familles de faire découvrir de manière plus ludique et « moderne » les collections. Le palais des Beaux-Arts de Lille est le premier musée du Nord Pas-de-Calais à offrir à ses visiteurs ces tablettes » : http://m.nord-pas-de-calais.france3.fr/2014/01/03/lille-des-tablettes-numeriques-pour-visiter-le-palais-des-beaux-arts-387849.html

Le site du musée : http://www.pba-lille.fr/spip.php?article3192

A Sérignan, visite du musée d’art contemporain en langue des signes française :

 Une « guide conférencière nationale des musées de France en LSF, accompagnera les visiteurs pour leur permettre de découvrir le musée : l’exposition Entre-deux et la collection. La visite commencera par la découverte de l’exposition « Entre-deux » qui propose d’explorer la question de l’espace à travers la découverte d’oeuvres d’artistes de générations différentes qui témoignent d’un intérêt commun. Après l’intervention de Felice Varini, c’est l’artiste Peter Downsbrough, qui réalise une œuvre directement liée à l’architecture du musée. Dès l’entrée, il investit le lieu par ses compositions de lignes et d’éléments linguistiques qui donnent une nouvelle écriture et lecture des espaces d’exposition. Tel un fil conducteur, l’œuvre guide le regard et fait le lien entre les différentes œuvres » : http://www.midilibre.fr/2013/09/26/serignan-visite-du-musee-en-langue-des-signes-francaise,762269.php
Le musée :
http://mrac.languedocroussillon.fr/3114-presentation-musee-art-contemporain-montpellier-serignan.htm
http://mrac.languedocroussillon.fr/