Archives du mot-clé art contemporain

Les expositions de dessins à Paris

Peut-être moins visibles que le musée d’Orsay, qui met en valeur actuellement dans une exposition les dessins  de Degas trois autres institutions, La Fondation Custodia, le  département des Arts graphiques du musée du Louvre,  et le cabinet Jean Bonna  à l’ENSBA, accueillent plusieurs expositions de dessins qui permettent de souligner la richesse de ces fonds :

Trois expositions temporaires sont organisées simultanément par la Fondation Custodia qui accueille également une artiste contemporaine  :

L’Orage, huile sur toile, 48 × 63 cm
Strasbourg, musée des Beaux-Arts
inv. 937 / Photo : M. Bertola. DR

Le paysage sublime, Georges Michel, du 27 janvier au 29 avril 2018 : « L’occasion de venir découvrir Georges Michel (1763-1843), autour de la première exposition exclusivement consacrée à l’artiste. Admiré de Vincent van Gogh, Georges Michel est considéré comme le précurseur de la peinture en plein air. Influencé par les peintres du Siècle d’or hollandais et surnommé le « Ruisdael de Montmartre », il demeure encore aujourd’hui peu connu du grand public » .

Les Portraits en miniature, du 27 janvier au 29 avril 2018 présente pour la première fois la collection de portraits en miniature de la Fondation Custodia, soit près de 65 portraits qui permettent d’illustrer la richesse et la diversité de ce fonds : Initiée par Frits Lugt (1884-1970), la collection a été enrichie par les directeurs successifs de la Fondation Custodia. Ainsi, elle compte aujourd’hui plus de 100 portraits créés entre le XVIe siècle et les premières décennies du XIXe siècle, avant que la production ne soit peu à peu supplantée par la photographie. Reflet de l’histoire de son développement, les écoles anglaise, française, hollandaise et flamande prédominent dans la collection et a fortiori dans la sélection. A travers un parcours chronologique, l’exposition tend à faire découvrir au public la spécificité de ces précieux portraits en miniature, peints à la gouache ou à l’huile, sur ivoire, vélin ou sur cuivre. Les œuvres en émail participent également de cette typologie et sont illustrées par l’Autoportrait de Jean Petitot, qui parvint à perfectionner la technique de l’émail grâce à laquelle ses œuvres attinrent un grand raffinement.

Samuel Cooper (Londres 1607/08-1672 Londres)
Portrait de Margaret Lemon
Aquarelle sur vélin, 120 × 98 mm
inv. 395.©Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris. DR
  • L’Œil de Pascale-Sophie Kaparis : Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, accueille régulièrement des artistes contemporains à l’occasion d’expositions au 121 rue de Lille à Paris. Il offre aujourd’hui un espace à Pascale-Sophie Kaparis. Artiste française née au Maroc, Pascale-Sophie Kaparis a eu carte blanche pour concevoir une œuvre en lien avec les portraits en miniature de la Fondation Custodia.Voir le site de Pascale-Sophie Kaparis.
Louis Jean Desprez, Promotion médicale, vers 1790.©Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris. DR

La Fondation Custodia présente également ses acquisitions récentes:  Art sur papier, du 27 janvier au 29 avril 2018 : « Une collection est un édifice, chacune de ses pièces venant consolider l’ensemble. Telle était la philosophie de Frits Lugt (1884-1970), historien d’art émérite, marchand, collectionneur et fondateur de la Fondation Custodia. Frits Lugt aimait particulièrement les œuvres sur papier – dessins, estampes, autographes d’artistes – qui constituèrent bientôt le cœur de sa collection, ainsi que sa spécificité. L’attachement de la Fondation Custodia aux arts graphiques relève donc de son identité, comme le prouve l’étendue de son fonds, ainsi que les nombreuses expositions dédiées à l’art sur papier qu’elle organise. L’objectif ici est de faire découvrir une partie des collections de dessins, estampes et lettres de la Fondation Custodia à Paris, qui ne sont habituellement accessibles que sur rendez-vous. Les œuvres sur papier étant particulièrement fragiles, elles ne quittent souvent leurs boîtes de conservation que le temps d’une consultation. Cette exposition est aussi un moyen de valoriser une politique d’acquisition exigeante autant que soutenue, qui fait de la Fondation Custodia l’une des institutions muséales privées les plus dynamiques en France. »

Au musée du Louvre : vient de se terminer l’exposition Dessiner en plein air Variations du dessin sur nature dans la première moitié du 19e siècle.

  • La commissaire Marie-Pierre Salé en fait une présentation d’une heure, illustrée par les dessins de l’exposition,  lors de sa conférence du 8/11/2017, en ligne :  » La pratique du dessin en plein air, sur le motif, est bien attesté en France (comme en Europe) au 17e siècle et devient courant au 18e siècle. Au 19e siècle, jugée indispensable à la formation des jeunes artistes, elle ne cesse d’évoluer et prend une place capitale dans l’histoire du dessin. Les expressions « sur nature », « d’après nature », « sur le motif » ont cependant une signification très fluctuante, incertaine, désignant aussi bien le dessin d’observation ou d’étude scientifique que le croquis d’étude, l’exercice d’élève, le relevé d’architecte, le dessin militaire, le dessin de mémoire, les notes de voyage – ou le rendu à peine esquissé d’une impression fugitive… Le dessin sur nature se définit progressivement comme une œuvre en soi, une œuvre achevée ayant sa propre justification, sa propre finalité. L’espace de l’atelier et le plein air ne sont pas toujours des mondes distincts, et les artistes se situent souvent dans un va-et-vient entre les deux. Si le sujet est bien distinct de celui de la peinture de plein air, la question de la couleur, prise directement sur le motif ou retravaillée en atelier à partir de notes de plein air, s’impose aussi au dessinateur. L’exposition réunit plus d’une centaine de dessins et eaux-fortes, et permettra de voir une trentaine de carnets de croquis, instrument par excellence du dessin de plein air ».

 

En cours, au cabinet Jean Bonna  à l’ENSBA : du 30 janvier au 13 avril 2018, Dessiner d’après les maîtres : Poussin, Fragonard, Géricault…

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles  ( Téléchargez le communiqué de presse).

Après avoir obtenu l’appellation « Musée de France » en juillet 2017, les Beaux-Arts de Paris projettent de déployer et faire connaître leurs riches collections dans le cadre d’un futur parcours muséal. D’ores et déjà, le cabinet Bonna permet au public de découvrir l’originalité de ses collections de dessins, dont la vocation pédagogique fut et demeure essentielle. Pour illustrer cette dimension, les Beaux-Arts de Paris ont choisi de montrer le regard des artistes face aux maîtres qui les ont inspirés tout au long de leur parcours. 33 dessins aux approches et aux techniques variées (sanguine, pierre noire, lavis…), rendent compte de la force de ce rapport d’admiration et d’inspiration entretenu entre les grands artistes de divers générations, qu’il s’agisse d’études et de copies d’après d’illustres modèles ou d’emprunts mutuels. […] Dès la création de l’Académie royale de peinture et de sculpture, l’étude des grands maîtres fait partie intégrante de l’enseignement, par le biais des conférences prononcées par les académiciens qui prônent les exemples de Raphaël, Nicolas Poussin et de l’école bolonaise, et notamment les frères Carrache. Les dessins exécutés par Eustache Le Sueur, Sébastien Bourdon ou Paul Baudry illustrent leur attachement à ces maîtres qui deviendront des références bien ancrées dans la tradition française. Ainsi, l’École d’Athènes et les Stanze de Raphaël ou les Sacrements de Poussin servirent abondamment de sources d’inspiration aux artistes de toutes générations, peintres ou sculpteurs. Il faut attendre le XIXe siècle pour que la terribilità du Jugement Dernier et la majesté des tombeaux des Médicis de Michel-Ange, séduisent les artistes français, qui en donneront des interprétations d’une puissance étonnante, à l’image des études de Théodore Géricault ou de celles de Jean-Baptiste Carpeaux. L’école hollandaise n’est cependant pas oubliée, comme le montrent les interprétations d’après Rembrandt van Rijn, faites à l’occasion de la découverte de ses dessins ou de ses tableaux dans des collections particulières : l’étude d’homme nu de Charles-Nicolas Coypel ou L’enlèvement de Ganymède de Jean-Honoré Fragonard, d’une intensité graphique remarquable, en offrent des exemples saisissants.

Jean-Baptiste Carpeaux sut reconnaître chez certains de ses contemporains, tels que Théodore Géricault ou Eugène Delacroix, la fougue créatrice qu’il traduira dans son propre langage. La collection des Beaux-Arts de Paris doit sa richesse à la générosité de ses donateurs – aussi bien artistes qu’amateurs parmi lesquels il faut citer Horace His de la Salle, Édouard Gatteaux, Jean Masson et Mathias Polakovits – qui ont eu le souci d’offrir à cette école leurs dessins à des fins pédagogiques, pour que les jeunes élèves puissent se nourrir des grands maîtres. Que cette exposition leur soit dédiée.

A paraître le catalogue : Carnet d’études n°42. Dessiner d’après les maîtres, Poussin, Fragonard, Géricault…Textes d’Olivier Bonfait, professeur à l’université de Dijon et d’Emmanuelle Brugerolles, conservateur général du patrimoine.

Exposer l’art textile contemporain

Rares sont les musées qui exposent en France l’art textile :  Françoise de Loisy conservateur en chef aux musées d’Angers, en dressait le constat en 2014 : 

En France, on aime trop cloisonner les choses. On ghettoïse des artistes, sous prétexte qu’ils utilisent une matière, longtemps associée à la manufacture, à l’artisanat. Sheila Hicks, par exemple, est une grande artiste américaine, une des pionnières du renouveau de l’art textile dans les années 1960. Elle vit en France. Qui le sait ? Elle vient pourtant d’exposer une oeuvre monumentale au Palais de Tokyo, mais là encore, en toute discrétion. D’un autre côté, le mouvement est tellement multiple.

Les oeuvres de Sheila Hicks ( Portrait par Giulia Noni) obtiennent ces dernières années un écho grandissant. Elle a participé au festival d’automne en 2016 au musée Carnavalet avant sa fermeture pour travaux : La sculpture ambrée de l’artiste américaine Sheila Hicks, installée par le Festival d’automne, est visible depuis la rue des Francs-Bourgeois. «Nous souhaitions renouer avec la tradition du festival qui trouvait des lieux alternatifs aux lieux habituels de l’art contemporain. Nous voulions sortir du white cube, avance Clément Dirié, le commissaire.

L’artiste a exposé à la Biennale de Venise en mai dernier.

Installation de Sheila Hicks dans l’exposition « Viva arte viva ». Photo Mirco Toniolo. Sipa DR.

C’est à Sheila Hicks qu’a été confiée la quatrième des commandes triennales de la Région Centre-Val de Loire pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire (2017-2019). Elle a participé au parcours hors les murs de la Fiac 2017, au Petit Palais.

En févier 2018, le Centre Pompidou  lui consacrera une exposition monographique, une reconnaissance qui interviendra plus de quarante cinq ans après l’hommage rendu au travail de l’artiste par François Mathey (autre pionnier) qui a exposé son travail et celui de Niki de Saint Phalle au Grand Palais lors de l’exposition bilan sur l’art contemporain organisée en 1972.

Rappelons qu’en 1974, Sheila Hicks fêtait ses 40 ans quand le Stedelijk Museum d’Amsterdam lui consacrait une première rétrospective.

Suivre le fil à la maison rouge

Pour apprécier l’exposition Inextricabilia, enchevêtrements magiques , à la maison rouge, il peut être utile de lire la brochure fournie avec le billet d’entrée, et de débuter la visite, non pas à la suite de l’exposition parallèle, mais en suivant le chemin qui se dessine à main gauche. Deux têtes – rapiécées et recousues- ouvrent le parcours : l’une est de Louise Bourgeois, l’autre de Michel Nedjar. On entre dans le sujet grâce aux étonnants documentaires- vidéos  de l’anthropologue Manoël Pénicaud. Pour demander l’accomplissement  d’un vœu, pour qu’une prière soit exaucée, chaque année, le jour de la Saint Georges,  des femmes  des deux confessions, catholique et musulmane, déroulent des bobines de fil sur le chemin d’un monastère sur  l’île de Büyükada, au large d’Istanbul : chaque fil matérialise ce voeu, cette prière.

Dans le même esprit, toujours en Turquie, dans la région d’Éphèse, considérée comme le lieu de mort de la Vierge, un foisonnement de noeuds couvre un mur de la ville près d’un sanctuaire :  des milliers de pèlerins de toutes les confessions, nouent un ruban de tissu de papier ou de plastique, laissant ainsi des traces de leurs voeux et de leurs prières.

Le parcours de visite s’éclaire ensuite et il est  impossible de perdre le fil d’une illustration agencée dans des espaces adaptés et différenciés pour les oeuvres d’art brut, d’art religieux, d’art contemporain notamment grâce à des pièces exceptionnelles de Louise Bourgeois, Annette Messager, Chen Zhen, Max Ernst..

Amulettes et objets magiques du Musée de l’Homme collectés au Sénégal dans les décharges de Dakar,  par Alain Epelboin (médecin et anthropologue au CNRS ) côtoient un sac magique prêté par le musée du quai Branly et des reliques de saints conservées par des pèlerins du XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

La commissaire de l’exposition, Lucienne Peiry, est fascinée par l’oeuvre de Judith Scott.

Elle tente des interprétations de son œuvre et propose,  plus classiquement cette fois, des rapprochements formels, décelant des  affinités insolites, s’inspirant en cela de ce que réalise souvent Jean-Hubert Martin dans ses expositions, depuis Artempo,  en 2007.

Anonyme, Tomeligi, amulette (Togo, Lomé), bois, cauris, coton sans date. Musée du Quai Branly.

Elle suscite le débat, la comparaison ne valant pas raison, elle met aussi en avant des constantes : Protéger et occulter, conserver précieusement la chose en la dissimulant, la cacher en la montrant, c’est le principe qui unit toutes les œuvres de l’exposition.[…] C’est la technique (maîtrisée) orientée vers une fin (constante) qui fait de l’art humain une famille humaine.

 C’est peut être en sous-sol que les créations brutes de Marc Moret peuvent susciter, chez certains, surprise ou effroi. Mais, comme à son habitude, Lucienne Peiry, ancienne directrice à Lausanne de la Collection de l’Art Brut pendant dix ans (de 2001 à 2011),  a pris soin de faire figurer  dans le parcours un documentaire où ce créateur raconte  son cheminement.

Marc Moret, 1999-2000 – Photo : Mario Del Curto – Coll. particulière

Comme de coutume à la maison rouge, une  autre exposition se déroule en parallèle : il s’agit d’art purement contemporain, une carte blanche à Hélène Delprat :  I did it my way. Un art cultivé, coté, un art de citation, qui ne manque pas de force et d’humour,  dans un décor de « conte de fée », soutenu par une bande-son délicieuse et éclectique.

A voir jusqu’au 17 septembre.

Jardin infini à Metz

Un titre +  un événement + un lieu +des artistes modernes et contemporains  confirmés : soit une nouvelle  évocation des jardins cette fois à Metz.

Depuis mars au Centre Pompidou Metz, et jusquˋen août 2017, Emma Lavigne  (et Hélène Meisel ) présentent  une exposition intitulée « Jardin infini, de Giverny à l’Amazonie ».

Il s’agit d’abord de célébrer l’anniversaire des 150 ans du jardin botanique de la ville de Metz.

 L’exposition ensuite « loin d’être un espace clos et limité, explore le jardin comme un territoire infini. Il représente un lieu d’hybridation, d’expérimentation et d’étrangeté aux yeux de nombreux artistes. Perpétuelle source d’inspiration, ce Jardin infini rassemble environ 300 œuvres de la fin du 19ème à nos jours.

A vocation pluridisciplinaire et sensorielle, l’exposition présente un grand nombre d’installations contemporaines, dont le monumental Léviathan-main-toth d’Ernesto Neto (2005).  La sculpture élargit le sujet jusqu’à évoquer l’Amazonie : dix ans après avoir été déployée au Panthéon, à Paris, cette œuvre donne d’ailleurs à Jardin infini l’illustration de son affiche, et une partie de son sous-titre. 

Centre Pompidou Metz

Panthéon

La scénographie est réalisée par l’artiste catalan Daniel Steegmann Mangrané, qui investit les deux galeries du Centre Pompidou-Metz.

Les artistes Bonnard ou Max Ernst sont  présents à travers des oeuvres peut-être moins connues :

Pierre Bonnard : « L’Atelier au mimosa », hiver 1939, octobre 1946 – huile sur toile. CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI, DIST. RMN-GRAND PALAIS/PHILIPPE MIGEAT

Max Ernst – « Pétales et jardin de la nymphe Ancolie » – 1934 © Adagp, Paris 2016

Des artistes vivants, de renom, Dominique Gonzalez-Foerster, Laurent Grasso, Rebecca Horn, Yayoi Kusama participent à l’exposition.

Le parcours libre est ouvert sur la ville de Metz, avec l’aménagement de trois jardins d’artistes hors les murs : au quai des Régates, le land artist Peter Hutchinson installe son œuvre Thrown Ropes : un tracé de plates-bandes sinueuses et aléatoires, planté de fleurs et de pierres. 

VIVRE !! Une exposition de la collection d’art contemporain d’Agnès b.

Cette photographie "Le nageur" de Ryan McGinley, de 2004,
lart-contemporain-version-agnes_0_730_385 ouvre l'exposition en cours à la Cité de l'immigration. Elle regroupe 70 œuvres qui appartiennent à la styliste de mode Agnès b. Cela représente une petite partie d'une collection qui s'est constituée progressivement depuis près de 40 ans.claude-leveque-sans-titre-ensei-gnes-tubes-multicolores-1995-740x370Claude Leveque-sans titre-enseignes tubes multicolores-1995.
C’ est au gré d’affinités, de rencontres avec des cultures et des réseaux très divers, en fonction « d’histoires naturelles », qu’elle a réuni un ensemble unique.  De nombreuses expositions préalables ont permis de dessiner le portrait d’une grande collectionneuse, discrète.
 Agnès b. avait déjà exposé sa collection aux Abattoirs de Toulouse en 2004.
A Villeneuve d’Ascq, c’est une autre facette de cette collection qui a été présentée plus récemment au Lam en 2015.
Depuis longtemps,  Agnes b. mène une action de mécénat et effectue des prêts  d’oeuvres pour des expositions temporaires très diverses.
Elle a par exemple été partenaire de l’ exposition « Seydou Keïta » et de l’exposition « Carambolages », au Grand Palais en 2016.alighiero-boetti-mappa-del-mondo-tapisserie-sur-toile-1984-600x402
Alighiero Boetti-Mappa del Mondo, tapisserie sur toile-1984.
 jean-michel-basquiat-autoportrai-1983-courtesy-collection-agnes-b-498x700
JEAN-MICHEL BASQUIAT-autoportrait-1983-collection-Agnes-b
Agnès b. a ouvert dès 1984 sa galerie, la galerie du jour, qui poursuit sa programmation.
Mais elle cherche depuis quelque temps un lieu à la périphérie parisienne pour installer sa fondation :
Elle aimerait trouver dans un quartier défavorisé du Grand Paris un lieu qui serait « fonctionnel et sans luxe ». Il comporterait des salles d’exposition, une salle de spectacle et de projection, des résidences d’artistes :
A l’heure où les grands musées du centre de Paris fêtent leur 30 ou 40 ans et où les fondations privées  se focalisent sur leur installation  dans la capitale,  Agnès b. est à la recherche d’un lieu « ouvert vers des visiteurs qui ne sont pas habitués aux musées traditionnels ».