Archives du mot-clé Art Brut

Les artistes d’art brut, autodidactes, et naïfs des Balkans d’hier, et les artistes singuliers d’aujourd’hui, à la Halle Saint Pierre

Un billet d’entrée pour deux expositions temporaires à la Halle Saint Pierre (qui ne présente pas de collections permanentes)  : les auteurs Caro et Jeunet  exposent  avec brio au RDC :

A l’étage, l’exposition « TURBULENCES DANS LES BALKANS  » est présentée du 7 septembre 2017 au 31 juillet 2018. Elle  rassemble essentiellement des artistes contemporains serbes et des artistes d’ art naïf et d’art populaire plus anciens et reconnus, Ilija Bosilj et Sava Sekuli, qui ont connu les deux guerres mondiales. Les premières critiques l’ont noté : le mélange des générations est totale. La diversité des styles est très grande. Les catégorisations traditionnelles sont dépassées, comme souvent à la Halle Saint Pierre, l ‘essentiel étant, de se placer  » sous le vent de l’art brut . »

Le dossier de presse propose la synthèse suivante :  L’exposition Turbulences dans les Balkans poursuit les prospections que la Halle Saint Pierre mène depuis plus de vingt ans aux frontières de l’art brut. La scène artistique des Balkans donne à voir ses territoires alternatifs riches de leur complexité et leur diversité. Gardiens du grand héritage de l’art populaire, icône de la pop culture, explorateurs de langages archaïques ou magiciens du matériau brut, tous ces artistes inventent des mondes singuliers travaillés par une Histoire déchaînée autant que par les sentiments et les instincts excessifs qui enflamment leur relation au monde. TURBULENCES, est la métaphore de ces expériences intimes mises en images, en émotions et en réflexions. C’est le vent de l’art brut qui relie organiquement ces formes d’art différentes mais pourtant voisines.  Comment ne pas porter sur Ilija Bosilj et Sava Sekulic, maîtres de l’art naïf yougoslave, un œil neuf libéré du jugement de la naïveté.(…). Dans leur sillage Matija Stanicic, Milan Stanisavljevic et Barbarien feront également pencher leurs œuvres du côté brut de la force psychique.  Mais ce sont les compositions torturées de Jakic, que l’artiste vivait non pas comme « un dessin ou une peinture, mais comme une  sédimentation  de douleur »  qui nous plongent implacablement dans un monde archaïque, déstructurant dans le même temps nos logiques rationnelles.

A noter qu’il y a peu d’artistes femmes dans cette exposition, dont voici quelques vues :

Nina Krstic, conservatrice du Musée d’art Naïf et Marginal de Jagodina en Serbie, conserve et protége ce patrimoine artistique . Elle présente des artistes aux entreprises très différentes,Siljan Joskin, Ivana Stanisavljevic, Igor Simonovic , Ljubisa Jovanovic Kene ou Vojkan Morar :  Ils  ont gagné la reconnaissance au sein de la tribu créatrice complexe et plurielle des artistes « outsiders ». La rencontre de l’art brut et des Balkans n’en est cependant qu’à ses premiers développements, loin de la vulgarisation  en cours en Europe occidentale et aux Etats-Unis. Autrefois poudrière, aujourd’hui morcelés et en quête de stabilité, les Balkans tentent d’exister ailleurs que dans le poids du passé, que ce soit un passé lointain marqué par la domination des Empires, les mythes nationaux, ou un passé proche fait de conflits armés. En marge des institutions une scène artistique alternative voit le jour. (…) L’association Art Brut Serbia, fondée par Goran Stojcetovic s’est donnée pour mission  de créer émulation,  rencontres,  partage aussi ses membres, dont Danijel Savovic, Budimir Pejakovic, Bojan Dordevic Omca, Dragan Gagac Jovanovic, Dragan Radovic Cica,  sont  de sensibilité très différente et d’une grande variété d’inspiration. L’association collabore étroitement avec le centre culturel autonome Matrijarsija dont l’objectif est d’être un « générateur puissant d’art turbulent ». (…) Turbulences dans les Balkans met en acte le besoin existentiel de ces artistes de penser le monde en le poétisant, de faire résonner un langage qui ne raisonnerait plus. (Extraits du texte du catalogue de Martine Lusardy, directrice et commissaire de l’exposition.)

Quelques illustrations choisies parmi  les très nombreux artistes présentés  : les dessins de Zoran Tanasic  (déjà salué par le magasine Raw Vision en 2009)placardés dans différents lieux de la ville, font de l’espace public le théâtre éphémère de son récit personnel.TANASIC par Ivan ZUPANC,

Sava Sekulic, né en 1902, à Bilisani, en Croatie, décédé en 1989, à Belgrade, en Serbie

 

 Ilija BOSILJ BASICEVIC ( né en 1895, à Sid, Serbie, décédé en 1972) :

Vojislav JAKIC  (1932-2003), originaire de Macédoine, un autre classique, qui figure dans la collection de l’art brut de Lausanne, dont l’une des œuvres figure sur l’affiche de l’exposition et une autre, très remarquée, en tête de ce billet ( Vojislav Jakic, Le dessin sanguinaire, 1973. 622 cm x 312. Musée national Kraljevo).

 V. Jakic, Tortues siamoises, apothéose de la guerre, 1999.

L’une des rares artistes femmes  présentées,  Matija STANICIC (1926-1987) :

 

 

 

 

 

 

STANICIC Matija, Anniversaire, env. 1976-1977, 100x71cm, techniques mixtes sur papier carton, MNMA.

Parmi la jeune génération, signalons Ivana STANISAVLJEVIC, née en 1977 à Belgrade , déjà repérée par le marché de l’art :

Château sur roues (017), 2003.

et Boris DEHELJAN, et son Jimmy Hendrix, de métal (2016).

 

 

 

 

 

 

A noter que, parallèlement à Belgrade,  après des années de travaux, le musée d’art contemporain vient de rouvrir ses portes, closes depuis 2007.

Suivre le fil à la maison rouge

Pour apprécier l’exposition Inextricabilia, enchevêtrements magiques , à la maison rouge, il peut être utile de lire la brochure fournie avec le billet d’entrée, et de débuter la visite, non pas à la suite de l’exposition parallèle, mais en suivant le chemin qui se dessine à main gauche. Deux têtes – rapiécées et recousues- ouvrent le parcours : l’une est de Louise Bourgeois, l’autre de Michel Nedjar. On entre dans le sujet grâce aux étonnants documentaires- vidéos  de l’anthropologue Manoël Pénicaud. Pour demander l’accomplissement  d’un vœu, pour qu’une prière soit exaucée, chaque année, le jour de la Saint Georges,  des femmes  des deux confessions, catholique et musulmane, déroulent des bobines de fil sur le chemin d’un monastère sur  l’île de Büyükada, au large d’Istanbul : chaque fil matérialise ce voeu, cette prière.

Dans le même esprit, toujours en Turquie, dans la région d’Éphèse, considérée comme le lieu de mort de la Vierge, un foisonnement de noeuds couvre un mur de la ville près d’un sanctuaire :  des milliers de pèlerins de toutes les confessions, nouent un ruban de tissu de papier ou de plastique, laissant ainsi des traces de leurs voeux et de leurs prières.

Le parcours de visite s’éclaire ensuite et il est  impossible de perdre le fil d’une illustration agencée dans des espaces adaptés et différenciés pour les oeuvres d’art brut, d’art religieux, d’art contemporain notamment grâce à des pièces exceptionnelles de Louise Bourgeois, Annette Messager, Chen Zhen, Max Ernst..

Amulettes et objets magiques du Musée de l’Homme collectés au Sénégal dans les décharges de Dakar,  par Alain Epelboin (médecin et anthropologue au CNRS ) côtoient un sac magique prêté par le musée du quai Branly et des reliques de saints conservées par des pèlerins du XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

La commissaire de l’exposition, Lucienne Peiry, est fascinée par l’oeuvre de Judith Scott.

Elle tente des interprétations de son œuvre et propose,  plus classiquement cette fois, des rapprochements formels, décelant des  affinités insolites, s’inspirant en cela de ce que réalise souvent Jean-Hubert Martin dans ses expositions, depuis Artempo,  en 2007.

Anonyme, Tomeligi, amulette (Togo, Lomé), bois, cauris, coton sans date. Musée du Quai Branly.

Elle suscite le débat, la comparaison ne valant pas raison, elle met aussi en avant des constantes : Protéger et occulter, conserver précieusement la chose en la dissimulant, la cacher en la montrant, c’est le principe qui unit toutes les œuvres de l’exposition.[…] C’est la technique (maîtrisée) orientée vers une fin (constante) qui fait de l’art humain une famille humaine.

 C’est peut être en sous-sol que les créations brutes de Marc Moret peuvent susciter, chez certains, surprise ou effroi. Mais, comme à son habitude, Lucienne Peiry, ancienne directrice à Lausanne de la Collection de l’Art Brut pendant dix ans (de 2001 à 2011),  a pris soin de faire figurer  dans le parcours un documentaire où ce créateur raconte  son cheminement.

Marc Moret, 1999-2000 – Photo : Mario Del Curto – Coll. particulière

Comme de coutume à la maison rouge, une  autre exposition se déroule en parallèle : il s’agit d’art purement contemporain, une carte blanche à Hélène Delprat :  I did it my way. Un art cultivé, coté, un art de citation, qui ne manque pas de force et d’humour,  dans un décor de « conte de fée », soutenu par une bande-son délicieuse et éclectique.

A voir jusqu’au 17 septembre.

A la Halle St Pierre : l’exceptionnelle collection de l’Abbaye d’Auberive

 

L’exposition en cours  du 30 mars au 26 août 2016 à la Halle Saint Pierre est celle d’un collectionneur : la Collection de l’Abbaye d’Auberive est une collection très riche et diversifiée, alliant art brut, art naïf, art singulier, etc. peintures, sculptures  et assemblages. Sont présentés ensemble Bettencourt, Dado, Dereux, Pons, Zoran Music, Yolande Fièvre, Francis Marshall, Combas, Rebeyrolle, Appel, etc.

Dossier de presse (ICI)

L’ESPRIT SINGULIER. Collection de l’Abbaye d’Auberive
Exposition du 30 mars au 26 août 2016

20160605_120241(0)  Francis Marshall   

20160605_120526 Zoran Music  DadoDado

Bettencourt
Bettencourt

Vues d’expositions : art contemporain et art brut en mai

2016-surlefil-09.04-21.05-dac-1170x659Sur le fil par Jean-Hubert Martin:

http://slash-paris.com/evenements/sur-le-fil-par-jean-hubert-martin

Thomas Hirschhorn est aussi là  : à découvrir  à la galerie  Brolly: http://www.jeanbrolly.com/expo-actuelle/ et à  la galerie Berst :

.http://www.christianberst.com/en/exhibition/sur-le-fil.html

https://youtu.be/qwinsrW45Es

Dans ces deux galeries voisines l’exposition dont le commissaire est Jean- Hubert Martin, présente de nombreux créateurs côte à côte, « avec ou sans culture » comme l’évoque l’artiste Ben. Art contemporain et art brut. soit une pléiade d’oeuvres  de Vincent Corpet , Misleidys Francisca Castillo Pedroso,  Daniel Schlier,Thérèse Bonnelalbay, Frédéric Bruly-Bouabré, etc.

Le 22 mai prochain, un débat est programmé  entre C. Berst et JH Martin.

Michel Ragon en ligne

Le site internet du Centre Pompidou a mis en ligne un entretien filmé avec Michel Ragon :

bibliographie-michel-ragon

« Écrivain, poète, historien, essayiste, romancier, critique d’art et d’architecture, Michel Ragon s’engage très tôt aux côtés des artistes de CoBrA, de l’art abstrait, de l’art informel, de l’art cinétique ainsi que de l’art brut. En 1965, il fonde le GIAP (Groupe international d’architecture prospective), qui défend la prospective architecturale. Dans le cadre de la nouvelle présentation des collections modernes 1905-1965 du Centre Pompidou, une salle est consacrée à ce passeur immense, « visionnaire » engagé dans son temps ».

Dans cet entretien filmé inédit de 45 minutes avec Bernard Blistène, il évoque notamment Martin Barré et James Guittet, ses amis de jeunesse,à Nantes,   Poulaille qui l’accueille  à Paris, la critique d’ art et d’architecture, Le Corbusier,  l’art abstrait, les américains, mais aussi Dubuffet Chaissac et l’art brut,  les modes d’expression populaire.

2015-10-06-09-45-46--708806071

Voir sur le site de Michel Ragon : le Colloque « Michel Ragon, critique d’art et d’architecture », 3, 4 et 5 juin 2010, INHA et d’autres vidéos.