Archives du mot-clé Art Brut

Suivre le fil à la maison rouge

Pour apprécier l’exposition Inextricabilia, enchevêtrements magiques , à la maison rouge, il peut être utile de lire la brochure fournie avec le billet d’entrée, et de débuter la visite, non pas à la suite de l’exposition parallèle, mais en suivant le chemin qui se dessine à main gauche. Deux têtes – rapiécées et recousues- ouvrent le parcours : l’une est de Louise Bourgeois, l’autre de Michel Nedjar. On entre dans le sujet grâce aux étonnants documentaires- vidéos  de l’anthropologue Manoël Pénicaud. Pour demander l’accomplissement  d’un vœu, pour qu’une prière soit exaucée, chaque année, le jour de la Saint Georges,  des femmes  des deux confessions, catholique et musulmane, déroulent des bobines de fil sur le chemin d’un monastère sur  l’île de Büyükada, au large d’Istanbul : chaque fil matérialise ce voeu, cette prière.

Dans le même esprit, toujours en Turquie, dans la région d’Éphèse, considérée comme le lieu de mort de la Vierge, un foisonnement de noeuds couvre un mur de la ville près d’un sanctuaire :  des milliers de pèlerins de toutes les confessions, nouent un ruban de tissu de papier ou de plastique, laissant ainsi des traces de leurs voeux et de leurs prières.

Le parcours de visite s’éclaire ensuite et il est  impossible de perdre le fil d’une illustration agencée dans des espaces adaptés et différenciés pour les oeuvres d’art brut, d’art religieux, d’art contemporain notamment grâce à des pièces exceptionnelles de Louise Bourgeois, Annette Messager, Chen Zhen, Max Ernst..

Amulettes et objets magiques du Musée de l’Homme collectés au Sénégal dans les décharges de Dakar,  par Alain Epelboin (médecin et anthropologue au CNRS ) côtoient un sac magique prêté par le musée du quai Branly et des reliques de saints conservées par des pèlerins du XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

La commissaire de l’exposition, Lucienne Peiry, est fascinée par l’oeuvre de Judith Scott.

Elle tente des interprétations de son œuvre et propose,  plus classiquement cette fois, des rapprochements formels, décelant des  affinités insolites, s’inspirant en cela de ce que réalise souvent Jean-Hubert Martin dans ses expositions, depuis Artempo,  en 2007.

Anonyme, Tomeligi, amulette (Togo, Lomé), bois, cauris, coton sans date. Musée du Quai Branly.

Elle suscite le débat, la comparaison ne valant pas raison, elle met aussi en avant des constantes : Protéger et occulter, conserver précieusement la chose en la dissimulant, la cacher en la montrant, c’est le principe qui unit toutes les œuvres de l’exposition.[…] C’est la technique (maîtrisée) orientée vers une fin (constante) qui fait de l’art humain une famille humaine.

 C’est peut être en sous-sol que les créations brutes de Marc Moret peuvent susciter, chez certains, surprise ou effroi. Mais, comme à son habitude, Lucienne Peiry, ancienne directrice à Lausanne de la Collection de l’Art Brut pendant dix ans (de 2001 à 2011),  a pris soin de faire figurer  dans le parcours un documentaire où ce créateur raconte  son cheminement.

Marc Moret, 1999-2000 – Photo : Mario Del Curto – Coll. particulière

Comme de coutume à la maison rouge, une  autre exposition se déroule en parallèle : il s’agit d’art purement contemporain, une carte blanche à Hélène Delprat :  I did it my way. Un art cultivé, coté, un art de citation, qui ne manque pas de force et d’humour,  dans un décor de « conte de fée », soutenu par une bande-son délicieuse et éclectique.

A voir jusqu’au 17 septembre.

A la Halle St Pierre : l’exceptionnelle collection de l’Abbaye d’Auberive

 

L’exposition en cours  du 30 mars au 26 août 2016 à la Halle Saint Pierre est celle d’un collectionneur : la Collection de l’Abbaye d’Auberive est une collection très riche et diversifiée, alliant art brut, art naïf, art singulier, etc. peintures, sculptures  et assemblages. Sont présentés ensemble Bettencourt, Dado, Dereux, Pons, Zoran Music, Yolande Fièvre, Francis Marshall, Combas, Rebeyrolle, Appel, etc.

Dossier de presse (ICI)

L’ESPRIT SINGULIER. Collection de l’Abbaye d’Auberive
Exposition du 30 mars au 26 août 2016

20160605_120241(0)  Francis Marshall   

20160605_120526 Zoran Music  DadoDado

Bettencourt
Bettencourt

Vues d’expositions : art contemporain et art brut en mai

2016-surlefil-09.04-21.05-dac-1170x659Sur le fil par Jean-Hubert Martin:

http://slash-paris.com/evenements/sur-le-fil-par-jean-hubert-martin

Thomas Hirschhorn est aussi là  : à découvrir  à la galerie  Brolly: http://www.jeanbrolly.com/expo-actuelle/ et à  la galerie Berst :

.http://www.christianberst.com/en/exhibition/sur-le-fil.html

https://youtu.be/qwinsrW45Es

Dans ces deux galeries voisines l’exposition dont le commissaire est Jean- Hubert Martin, présente de nombreux créateurs côte à côte, « avec ou sans culture » comme l’évoque l’artiste Ben. Art contemporain et art brut. soit une pléiade d’oeuvres  de Vincent Corpet , Misleidys Francisca Castillo Pedroso,  Daniel Schlier,Thérèse Bonnelalbay, Frédéric Bruly-Bouabré, etc.

Le 22 mai prochain, un débat est programmé  entre C. Berst et JH Martin.

Michel Ragon en ligne

Le site internet du Centre Pompidou a mis en ligne un entretien filmé avec Michel Ragon :

bibliographie-michel-ragon

« Écrivain, poète, historien, essayiste, romancier, critique d’art et d’architecture, Michel Ragon s’engage très tôt aux côtés des artistes de CoBrA, de l’art abstrait, de l’art informel, de l’art cinétique ainsi que de l’art brut. En 1965, il fonde le GIAP (Groupe international d’architecture prospective), qui défend la prospective architecturale. Dans le cadre de la nouvelle présentation des collections modernes 1905-1965 du Centre Pompidou, une salle est consacrée à ce passeur immense, « visionnaire » engagé dans son temps ».

Dans cet entretien filmé inédit de 45 minutes avec Bernard Blistène, il évoque notamment Martin Barré et James Guittet, ses amis de jeunesse,à Nantes,   Poulaille qui l’accueille  à Paris, la critique d’ art et d’architecture, Le Corbusier,  l’art abstrait, les américains, mais aussi Dubuffet Chaissac et l’art brut,  les modes d’expression populaire.

2015-10-06-09-45-46--708806071

Voir sur le site de Michel Ragon : le Colloque « Michel Ragon, critique d’art et d’architecture », 3, 4 et 5 juin 2010, INHA et d’autres vidéos.

Henry Darger, l’art brut et la guerre au Musée d’art moderne de la Ville de Paris

bat_darger_invit_print3

Voici une introduction possible à l’exposition actuellement visible au musée d’art moderne de la Ville de Paris : la visite guidée proposée par le compositeur Philippe Cohen-Solal (Gotan Project) qui vient de terminer un projet musical en hommage à ce créateur de l’art brut, une victime psychologique de l’enfermement dans sa prime jeunesse, dont il a pu s’échapper.

darger lausanneL’œuvre gigantesque de Darger retrace une guerre colorée et parfois sanguinolente, entre enfants et adultes, particulièrement saisissante. Obsédé par les concepts de vulnérabilité, de protection, de contrôle, de pouvoir et de liberté, mais aussi d’esclavage, l’œuvre d’Henry Darger peut être tout à la fois sucrée et d’une violence extrême : elle a traduit magistralement sa vision (unique en son genre) d’une guerre épique.

Cette exposition propose, au delà des 45 dessins donnés au musée, par Kiyoko Lernerla veuve de son ancien logeur Nathan Lerner ,  une vison assez complète de l’ œuvre de Darger grâce notamment à des prêts émanant du MoMA de New-York, et de la Collection d’Art Brut de Lausanne.

Voir l’ouvrage (en anglais) de Klaus Biesenbach paru en 2014 :

 ouvrage darger