Archives du mot-clé archives

La féminisation des professions de documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990) | ALMA

« La féminisation des professions de documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990) «  est un ouvrage de Lili Willefert à découvrir sur un carnet d’hypothèses, ALMA : http://alma.hypotheses.org/995

La féminisation des professions de documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990), mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), Université d’Angers, 2013. : « Le XXe siècle représente une période d’évolution majeure pour le statut des femmes au sein de la société française, un tournant amorcé cependant à la fin du XIXsiècle, par les réformes scolaires. Admises à l’université et dans les grandes écoles formant aux professions culturelles, telles que l’École des Chartes et l’École du Louvre, les femmes se mettent à côtoyer les hommes en salle de cours, une mixité plus ou moins admise et tolérée selon les points de vue et les facultés, étudiants et professeurs n’ayant pas les mêmes opinions. Il faut attendre les années 1920 pour que, de simples auditrices, les jeunes femmes commencent à représenter une réelle main-d’œuvre susceptible de concurrencer leurs camarades de classe masculins. En effet, bénéficiant d’un moindre salaire mais consciencieuses dans leur travail, les nouvelles diplômées, pâtissant au départ de la réticence des professionnels, apparaissent intéressantes ».

« L’axe ALMA (archives, livres, manuscrits et autres supports) du CERHIO entend prendre pour objet d’étude les archives, livres imprimés, manuscrits et tous autres supports de l’information usités par les sociétés humaines en les considérant à la fois en eux-mêmes et dans leur contexte de tradition, de conservation et de communication. Il s’agit donc d’étudier les conditions de production, d’élaboration et de diffusion de ces supports, mais aussi les méthodes et les doctrines définies et observées au cours du temps pour les conserver, mettre à disposition et utiliser, avec ou sans finalités patrimoniales ou culturelles. Ce champ d’étude est conçu de manière diachronique et pluridisciplinaire. S’agissant des archives, on entend envisager l’ensemble des processus, institutionnels, sociétaux, patrimoniaux, identitaires, psychologiques, qui sont à l’œuvre pour engendrer un changement de statut éminemment complexe qui fait passer un document de l’état de sous-produit inévitable de l’activité humaine à celui de trace digne d’être conservée dans le temps long.vLe carnet entend rendre compte de l’ensemble de l’actualité des activités et actions de recherche entreprises dans le cadre de l’axe ALMA : séminaire de recherche, conclusions et positions de mémoires de master, journée annuelle d’étude, interventions des doctorants, communications orales des membres. Il souhaite promouvoir les échanges scientifiques et le partage des hypothèses en s’insérant notamment dans les courants actuels de la recherche archivistique en France. Il est aussi un lieu de diffusion des résultats de recherche du groupe dans une perspective d’appropriation par les professionnels : outils concrets, études collectives de cas professionnels. »

Artistes contemporains et archives : la plateforme “Ibraaz” consacre un dossier à l’archive

« “Ibraaz” – plateforme de réflexion dédiée à “ la culture visuelle contemporaine en Afrique du Nord et au Moyen-Orient”, lancée lors de la 54e Biennale (2011) de Venise (http://www.labiennale.org/it/asac/storia)
consacre un dossier entier, ”Archival Dissonance” Platform #6, à l’archive dans les pratiques de certains artistes (Joy Garnett, Hassan Darsi, Mounir Fatmi, Héla Ammar, etc.) et, plus largement, au rôle qu’elle peut jouer dans le développement et le soutien d’une histoire de l’art critique et décentrée. »

http://www.ibraaz.org/essays/83/

Le rédacteur en chef d’Ibraaz est Anthony Downey :

 » He is the author of Art and Politics Now: Tactical Engagements and Global Culture (Thames and Hudson, 2014); editor of Uncommon Grounds: New Media and Critical Practice in North Africa and the Middle East (I.B. Tauris, 2014); and co-editor of The Future of a Promise: Contemporary Art from the Arab World (Ibraaz Publishing, 2011). He is currenty editing Archival Dissonance: Knowledge Production and Art Practices in the Middle East (forthcoming, I.B. Tauris, 2015) and Becoming Communities: Participation, Collaboration and Curatorial Practices (forthcoming, Third Text, 2015).

C’est le carnet d’hypothèses   qui relaie cette information :

« FOTOTA est un blog dédié aux enjeux de la recherche sur la photographie en Afrique. A l’heure où le regard des photographes africains suscite de plus en plus l’intérêt des institutions du Nord, de nouvelles initiatives émergent et s’organisent au Sud, favorisées par la « révolution numérique » qui bouleverse bon nombre de pratiques établies. Dans ce contexte, quelles perspectives se dégagent et quels objets nouveaux émergent ? Projets d’expositions, ouvrages de photographes, de commissaires ou de chercheurs, archives et leurs nouvelles lectures seront au centre de nos réflexions, de même que les représentations du continent africain, de ses territoires et de ses habitants. Enfin, nous serons attentives également à la manière dont les artistes contemporains interrogent l’histoire, qu’elle soit récente ou plus lointaine. »

 http://fotota.hypotheses.org/1135

Voir le site d’une artiste qui utilise des archives dans ses œuvres : http://www.helaammar.com/#/biographie

A la une :  le projet SFAX, première  Résidence Euromaghrébine de Photographes, un projet financé par la Délégation de l’Union européenne en Tunisie : une œuvre d’Hela Ammar : http://leprojetsfax.com/hela-ammar/

Histoire d’archives : Michel Foucault chez les dominicains

C’est une histoire étrange et peu connue que celle des archives de Michel Foucault à la bibliothèque dominicaine du Saulchoir, que j’avais apprise du frère Albaric qui a contribué à la conservation des archives en question :

Les archives ont été rassemblées par le Centre Michel-Foucault et déposées à l’IMEC après avoir été conservées de 1986 à 1997 à la Bibliothèque du Saulchoir, à Paris :

 » En 1986, deux années après la disparition de Michel Foucault, fut créée à l’initiative de François Ewald, son assistant au Collège de France avec des amis et collègues (Sylvie d’Arvisenet, Maurice Blanchot, Pierre Boulez, Georges Canguilhem, Daniel Defert, Yves Duroux, Arlette Farge, Pierre Lascoumes, Michelle Perrot, Paul Rabinow, Christian Revon, Yves Roussel) l’Association pour le Centre Michel Foucault dans le double but de rassembler les travaux de Foucault et d’en permettre l’accès. Pour cette association loi 1901 à but non lucratif il s’agissait en effet de rassembler en un même lieu, l’ensemble des travaux de Michel Foucault, de ses entretiens qui étaient pour beaucoup éparpillés dans la presse, les revues françaises ou étrangères et les ouvrages collectifs ; il s’agissait aussi de retrouver les enregistrements sonores des nombreuses confèrences et des cours du philosophe ; en somme réunir l’œuvre dispersée plutôt que de constituer des archives Foucault. Seule la bibliothèque du Saulchoir où Foucault avait travaillé les dernières années de sa vie accepta d’accueillir ce fond ; gràce à l’association présidée successivement par Francois Ewald, Yves Roussel et actuellement Philippe Artières, la compétence de Michel Albaric et des autres bibliothécaires du Saulchoir, des centaines de chercheurs ont ainsi pu venir consulter ces documents de 1986 à 1998. »

http://michel-foucault-archives.org/?A-propos-du-centre-Michel-Foucault

En effet, « A la fin de sa vie, Foucault explore de nouveaux thèmes (le «souci de soi», la «vraie vie», le «courage de la vérité»), se passionne pour Tertullien, Cassien, saint Jean Chrysostome, le christianisme primitif, les techniques de la confession et de l’aveu, les exercices spirituels issus du concile de Trente » :

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20131220.OBS0394/pourquoi-michel-foucault-est-partout.html

Cette bibliothèque des dominicains conserve également les archives de la revue L’art sacré, co-dirigée par les pères Couturier et Régamey après-guerre, ainsi que leurs archives personnelles : http://www.bibliothequedusaulchoir.org/French/catalogues/cat.html

A signaler une nouvelle publication sur Michel Foucault, issue des actes du Colloque de juin 2011:  http://gas.ehess.fr/document.php?id=252

« Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault » : voir sur le Carnet d’EMMA (Les Émotions au Moyen Âge ) :  http://emma.hypotheses.org/2126

Nouveaux outils de recherche et archives en histoire : deux sites d’hypothèses.org

Premier site, celui de Data Sciences Sociales  : http://data.hypotheses.org :

 » Ces dernières années ont vu la multiplication des données disponibles pour les chercheurs en sciences sociales, de toutes disciplines. Informations biographiques, traces d’interactions en lignes, fichiers officiels, bases de données, renseignements divers : tout un matériau extrêmement riche est désormais accessible, directement ou après traitement. C’est à cette « révolution des données » que Data Sciences Sociales est consacré. Le blog se propose de contribuer à l’appropriation par le plus grand nombre des techniques et des problématiques qui y sont associées ».

Il réfléchit sur les enjeux que soulèvent ces techniques comme sur leurs pratiques. Dernier billet paru : Se réapproprier la bibliométrie (II) : Cite me maybe ? http://data.hypotheses.org/719

Le blog annonce également une journée d’études au CNAM : Journée d’étude HASTEC

Les sources nativement numériques pour la recherche en histoire et patrimoine : pratiques et méthodes

« Les sciences humaines et sociales ont depuis quelques années vu s’accroître le regard réflexif des chercheurs sur leurs terrains et corpus, leurs gestes, leurs outils et instruments, en particulier dans le rapport aux technologies de l’information et de la communication à l’ère numérique.

 Si les « Digital Humanities » (Humanités numériques) ont montré les apports du traitement informatique pour des fonds de documents numérisés, de nouveaux documents sont produits dans l’usage même des techniques et environnements du numérique, et ce depuis que les ordinateurs sont nés il y a plus d’un demi-siècle. En quoi ces nouveaux documents peuvent-ils constituer de nouvelles sources pour les études qui s’interrogent sur le passé ? Quelles traces, générées dans l’usage des outils numériques et transmises par la mémoire d’usage des technologies informatiques, deviennent exploitables et analysables à côté des formes et contenus ? A quel nouveau type d’archives le chercheur en histoire ou en patrimoine doit-il se confronter ? » :

Le second site est Biblioweb, qui présente des « ressources en ligne et plus spécialement celles concernant les ouvrages numérisés et les textes rares disponibles sur internet » : http://biblioweb.hypotheses.org

Il  se fait l’écho de la très belle exposition sur Angkor actuellement en cours au musée Guimet (Angkor. Naissance d’un mythe. Louis Delaporte et le Cambodge)  et liste les ressources en ligne disponibles sur ce thème : http://biblioweb.hypotheses.org/17081

La tentative (réussie) de sauvegarde de reproductions par moulage des bas reliefs d’Angkor par Louis Delaporte  est une aventure exceptionnelle de sauvetage « d’archives », qui permettent de revoir de nombreuses parties des bas reliefs originaux aujourd’hui effacés sur place par les intempéries, l’érosion, le temps.

Un documentaire d’Arte Angkor, capitale disparue de l’empire Khmer (Arte – Youtube) décrit le stockage de ces moulages dans les caves de l’Abbaye de Saint Riquier (devenue un centre culturel très actif en Baie de Somme :  http://www.ccr-abbaye-saint-riquier.fr) et leur remise en l’état  pour cette exposition : http://culturebox.francetvinfo.fr/les-moulages-dangkor-quittent-labbaye-saint-riquier-pour-le-musee-guimet-112381

« Ils datent du 19ème siècle et avaient été présentés pour la 1ère fois lors de l’Exposition Universelle de 1867: les moulages des bas-reliefs du temple célèbre d’Angkor au Cambodge sont exposés au Musée Guimet à Paris après avoir été « oubliés » 40 ans dans les caves de l’Abbaye de St Riquier » : http://picardie.france3.fr/2013/10/17/st-riquier-80-les-moulages-des-bas-reliefs-d-angkor-stockes-pendant-40-ans-dans-les-caves-de-l-abbaye-enfin-exposes-paris-340787.html

Actuellement à Saint Riquier, signalons l’exposition d’arts plastiques en cours à l’occasion des trente ans du FRAC Picardie  « la main invente le dessin » qui a débuté le  13 octobre  dernier.

Musée privé ou archives nationales ? Des manuscrits du général de Gaulle reviennent à l’État

Musée privé ou archives nationales, la justice judiciaire a tranché. Les 313 documents manuscrits rédigés par le général de Gaulle entre décembre 1940 et décembre 1942 devront être restitués à l’État, à la suite d’une décision du tribunal de grande instance de Paris, mercredi 20 novembre 2013 :
http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/11/20/restitution-ordonnee-de-manuscrits-du-general-de-gaulle-a-l-etat_3517264_3246.html#xtor=RSS-3208
Estimant qu’il s’agit d’archives publiques « imprescriptibles et inaliénables », l’État, représenté par le ministère de la culture, avait réclamé la restitution des documents. L’avocat représentant le Musée des lettres et manuscrits, soutenait que les documents ne pouvaient « être assimilés à des archives publiques, car le général de Gaulle ne représentait pas une autorité d’État, ni le Comité français de libération nationale un gouvernement à cette période ».
Le juge en a décidé autrement. Le musée va faire appel de cette décision mais cet appel n’est pas suspensif :
http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20131120.AFP2676/restitution-ordonnee-de-313-manuscrits-du-general-de-gaulle-a-l-etat.html