Archives du mot-clé Allemagne

Art urbain : entre abstraction géométrique et trompe-l’oeil en 3D

L’art urbain,  les graffitis,  ont la cote et  leur reconnaissance s’accroît depuis quelques années déjà, comme l’indiquent les blogs et les revues qui recensent les  nombreux artistes qui sont rassemblés sous cette étiquette.

Une tendance de l’art urbain, de l’Art de rue, parmi d’autres, remet au premier plan l’abstraction géométrique. En 2016, des  abstractions en 3D remarquables, avaient été réalisées par un collectif, dans une ancienne école à Saint-Jean-de-Luz :

L’artiste LX. One, qui partipait à cette création, avait réalisé  deux ans auparavant dans une villa à Biarritz,  un environnement  similaire :© Photos Damien Dohmen de  Gardères & Dohmen Photography. 

Le projet s’intitulait : « 40 jours » le projet artistique de Lx.One : website / Instagram (lx1one) / Vimeo.

Il s’agit dans les deux cas de graffitis, d ‘un travail éphémère de quelques semaines à quelques mois, où  domine l’abstraction géométrique en 3 D, et qui intervient avant la rénovation ou la reconstruction d’un site. 

La démarche rappelle certaines créations observées en Allemagne, où l’art urbain est souvent lié à la culture industrielle .

Parfois, c’est le retour du trompe -l’oeil , qui surprend dans l’art de rue, en recréant des  motifs figuratifs des plus saisissants,  comme cette oeuvre d’Edgard Mueller,

« Lava Burst »,  réalisée pour fêter le trentième anniversaire du festival international de l’art urbain à Geldern en Allemagne.

Les Bunkers s’exposent

 Les Bunkers s’exposent : cette démarche avait été entreprise par Paul Virilio en 1975 dans le cadre d’une exposition pionnière ( Bunker archéologie  au CCI,  musée des arts décoratifs)

FORTER~2 FORTER~1observation-post-on-a-channel-island

« Il découvre sur les plages de l’Atlantique les blockhaus de l’organisation Todt, ces puissantes architectures en attente face au vide et à l’horizon et, dès lors, il s’intéresse au paysage de la guerre, y compris dans sa dimension technique. Sa démarche est esthétique et philosophique. Esthétique, car il est d’abord captivé par la plasticité massive des bunkers qu’il photographie durant des années, travail qui aboutira, en 1975, à l’exposition « Bunker archéologie ». Dans la sensibilité de l’époque, la modernité de ces monolithes fait écho à cette nouvelle expressivité du béton armé, dite brutaliste, qui se développe dans le sillage de Le Corbusier«  : http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=livAut&auteur_id=2051

 

 Voici deux nouvelles visites-expositions qui mettent en scène ce mode de construction militaire :

En  Albanie : l’art contemporain investit le bunker d’Enver Hoxha comme le précise Le Courrier des Balkans : http://balkans.courriers.info/article26086.html

Bunkart« Inauguré en 1978, ce bunker a été officiellement baptisé « objet souterrain 0774 ». C’était le quartier-général de l’état-major des forces armées albanaises. Sa construction a commencé en 1972 et s’est achevée en 1978. 2 685 m² répartis sur cinq niveaux, 106 bureaux et une salle de réunion ou de projection, le tout construit pour garantir le fonctionnement politique et militaire du pays en temps de crise, mais aussi protéger les élites. Ce bunker est la seule structure capable d’accueillir l’ensemble du Parlement albanais en cas de guerre. L’idée de la salle de réunion revient aux chefs de l’armée, inspirés par une visite en Corée du Nord en 1964.[…]Les mystères de cet espace souterrain aménagé pour protéger la dictature communiste d’un éventuel danger impérialiste ont été dévoilés dans une exposition intitulée Bunk’art, sous la tutelle de l’historienne Sonila Boçi et de la journaliste Admirina Peçi. Grâce à des photos et documents d’archives, l’exposition a pour but de mieux faire comprendre l’Albanie des années communistes. L’exposition commémore également le 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. « En utilisant diverses formes d’expression, photos, documents d’archives, vidéos et objets authentiques, l’exposition revient sur la Seconde Guerre mondiale en Albanie et sur ses conséquences d’une façon plus équilibrée, sans se limiter à la résistance, et présente d’autres aspects de la vie politique et sociale »

Bunkart-1« Grâce aux œuvres de jeunes artistes albanais et étrangers Bunk’art réunit diverses approches historiques et artistiques pour illustrer la Seconde Guerre mondiale et le régime communiste, deux périodes particulièrement controversées de l’histoire nationale albanaise ».

En Allemagne, c’est le Bunker Valentin  qui devient un un lieu de visite dans le cadre d’un atelier de recherche qui porte sur  la « stratégie des émotions dans les expositions muséales » : « Emotional Strategies in Museum Exhibitions ».
« The Bunker Valentin is a monumental concrete structure set on the edge of the quiet town Bremen Farge. It was built by the Nazis towards the end of the Second World War using forced labour and approximately two thousand workers died during its construction. After decades being used as storage by the Bundeswehr, part of the Bunker site has recently been turned over to the Landeszentrale für politische Bildung Bremen for transformation into a ‘Denkort’ – a place for thinking ». http://musermeku.hypotheses.org/2031?utm_source=alert

L’ancien bunker à sous-marins « Valentin » est considéré de nos jours comme étant le deuxième plus grand bunker aérien d’Europe. Il est l’héritage le plus visible de trois grands projets d’armements nazis qui dès le milieu des années 1930 transformèrent radicalement une région, à l’origine agricole. Déjà dès 1935, la société de recherches économiques Forschungsgesellschaft mbH (Wifo), une société écran du ministère du Reich à l’Économie, commença la construction d’un dépôt de carburant souterrain entre Farge et Neuenkirchen. En 1938, d’autres bunkers à carburant furent érigés aux alentours par la Kriegsmarine (marine de guerre). Ces deux aménagements servirent comme préparatifs de guerre. À partir de la mi-1943, on réutilisa l’infrastructure existante et les camps de travail destinés au projet du « bunker à sous-marins Valentin ». De nos jours, il ne reste que très peu de témoignages des projets de dépôts de carburant des années 1930, de l’immense chantier de construction du bunker à sous-marins et des camps. Seul le bunker subsiste, nous offrant un témoignage indubitable de la machine de guerre nazie.

 a.cundy_bunker1-672x372Pour la première fois dans son histoire – bientôt vieille de soixante-dix ans – le bunker est utilisé à des fins civiles depuis janvier 2011. Le « Bunker Valentin » a laissé la place au « lieu de mémoire du bunker Valentin », créant ainsi un mémorial. De nombreux citoyens de Farge, Rekum et Neuenkirchen virent enfin leur vœu se réaliser. En collaboration avec les associations d’anciens détenus, ceux-ci s’investissent depuis les années 1980 pour que l’on n’oublie pas les événements survenus entre 1935 et 1945.  http://www.denkort-bunker-valentin.de/index.php?id=231&PHPSESSID=1e21195f97e76590858cffce9bce0cdc