Archives du mot-clé Alain Schnapp

L’INHA édite  » Dits » et « Inédits »

iL’Institut national d’histoire de l’art (INHA) lance cette année ses propres collections : « Dits » et « Inédits ».

« Inédits  » publie des travaux de recherche non traduits, méconnus, qui intéresseront essentiellement les spécialistes :

La collection « Dits »  va en revanche célébrer «  la petite forme. Elle rassemble des textes d’historiens de l’art conçus en réponse à une invitation de l’INHA. Le plus souvent dits et adressés à un public, ils conservent la force de leur énonciation première. Formes brèves, leur argumentation exprime l’idée au plus proche du mouvement de la pensée qui l’a fait naître.

Les deux premiers titres viennent de paraître : Le premier titre, À livres ouverts, est la transcription de la conférence prononcée par le philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman le samedi 14 janvier 2017, pour la réouverture de la bibliothèque de l’INHA, dans la salle Labrouste à Paris. L’auteur y salue l’ouverture de la bibliothèque comme celle d’un « ouvroir d’histoires de l’art potentielles ».

Photographies © Agathe Lautréamont, 2017

Le second titre, Piranèse ou l’Épaisseur de l’histoire, est un texte concis de l’archéologue et historien de la culture et ancien directeur général de l’INHA, Alain Schnapp, sur la Via Appia de Piranèse. Il y célèbre la puissance d’analyse par le trait du graveur, dont les dessins seraient des chefs-d’œuvre de l’art antiquaire voire, bien plus, des études archéologiques avant la lettre.

Le site de l’INHA en propose des extraits sur son site. Voici celui tiré du texte d’Alain Schnapp :

« Les gravures de Piranèse agrandissent ou réduisent à plaisir les monuments, elles jouent de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, elles tordent les perspectives et modulent les premiers plans comme si le graveur, conscient de ses effets, ployait les monuments à son propre plaisir pour les faire parler à sa place. […] John Wilton Ely a attiré l’attention sur cette remarque de Piranèse : “Les ruines parlantes ont rempli mon esprit d’images que des dessins précis ne m’auraient jamais permis d’exprimer.” Les ruines savent parler à qui sait les entendre et c’est cette force même qui s’incarne dans les gravures du maître et dans les commentaires qui les accompagnent. » (p. 12-13). 

FHA 2015, au festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau du 29 au 31 mai

bandeau-defautUne proposition des éditions des Presses du Réel, la présentation de l’ouvrage « Réinventer le musée : François Mathey, un précurseur méconnu (1953-1985) », le Samedi 30 mai, 15h00 à 15h45, Château de FontainebleauVestibule Serlio : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/une-proposition-des-editions-des-presses-du-reel-reinventer-le-musee-francois-mathey-un-precurseur-meconnu-1953-1985/

VIN_126_L204Voir la recension : Claire Maingon, “Gilardet Brigitte, Réinventer le musée. François Mathey, un précurseur méconnu (1953-1985), Dijon, Les Presses du réel, 2014″, Revue Vingtième Siècle, revue d’histoire 

 

FHA_affiche_40x60L’intégralité du programme du festival, qui débute ce vendredi soit 368 évènements : http://festivaldelhistoiredelart.com/programme/

A signaler la table ronde « Conscience et inconscience du patrimoine en Orient : destructions et protection » : 30/05/2015 – 14h00 à 15h00, Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes, intervenants : Marielle Pic, Directrice du département des Antiquités orientales, musée du Louvre, Alain Schnapp,Professeur d’archéologie grecque à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et  Philippe Marquis, conservateur, musée du Louvre : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/conscience-et-inconscience-du-patrimoine-en-orient-destructions-et-protection/

Future communication le vendredi 30 mai à Fontainebleau, FHA 2014. Cette année : Les collectionneurs, la Suisse

Bientôt la vie de château ! Voici le titre de ma communication du vendredi 30 mai prochain au Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau :  Une exposition emblématique : « Ils collectionnent », 1974 au musée des Arts décoratifs, Paris. Le vendredi 30/05/2014 – 15h30 à 16h30 au Château de Fontainebleau – Salon des fleurs.

 » La communication se propose de mettre en perspective une exposition temporaire organisée en 1974 par François Mathey conservateur du musée des Arts décoratifs, intitulée « Ils collectionnent ». Considérée à l’époque comme une exposition  sociologique inédite, elle suscite l’intérêt et pose une partie des questions qui intéressent aujourd’hui le festival de l’histoire de l’art : Quelles sont les fonctions sociales de la collection ? Pourquoi crée-t-on une collection ? Que révèle la collection de l’identité de son auteur ? Quels objets collectionnent-on et pourquoi ? Quelles en sont les implications esthétiques ? Son approche renouvelle non seulement les thèmes d’expositions temporaires mais questionne également, et de façon radicale, le rôle de la collection privée vis-à-vis du musée, lieu par excellence de la légitimation du bon goût » :

http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/une-exposition-emblematique-ils-collectionnent-1974-au-musee-des-arts-decoratifs-paris-2

Le site du festival : http://festivaldelhistoiredelart.com/festival/edition-2014-collectionner-et-la-suisse/

A signaler parmi les 128 événements,  la communication d’Alain Schnapp, «   Les collections dans le monde antique, l’exemple de la « chronique de Lindos », le  31/05/2014 – 12h00 à 13h00 au Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/linventaire-de-lindos/

L’intervention de  l’artiste collectionneur suisse Olivier Mosset  ( voir http://musearti.hypotheses.org/?p=2424 ) : « Olivier Mosset, un artiste collectionneur » le 01/06/2014 – 15h30 à 16h30 au Château de Fontainebleau – Chapelle de la Trinité : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/olivier-mosset-un-artiste-collectionneur-itre-provisoire/

Une intervention sur « Harald Szeemann et Jean-Christophe Ammann « , le 31/05/2014 – 10h00 à 11h00 au Château de Fontainebleau – Chapelle de la Trinité, Intervenants : Tobia Bezzola, Bice Curiger.

http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/harald-szeemann-et-jean-christophe-ammann/

Une table ronde  sur le thème  de la «  Présence des restitutions : quelle place dans les collections ? (titre provisoire) Géopolitique des collections »  avec notamment Neville Rowley, collaborateur scientifique, Bode-Museum (Berlin) et chargé de mission, École du Louvre : le  30/05/2014 – 13h30 à 15h00 au théâtre municipal – Foyer.

Et bien sûr la Conférence inaugurale de Krzysztof Pomian, le 30/05/2014 – 10h00 à 11h00, Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes

 Rodin, lecteur de l’Antique 

Les salles permanentes du musée Rodin sont fermées pour travaux mais une exposition temporaire a lieu jusqu’au 14 février : http://www.musee-rodin.fr/fr/exposition/exposition/rodin-la-lumiere-de-lantique/videos

Parallèlement à l’exposition, signalons la journée d’études consacrée à « Rodin, lecteur de l’Antique » (Paris, 17 janvier 2014)

Pascale Picard, Directrice du musée Réattu, conservateur et co-commissaire de l’exposition « Rodin. La lumière de l’antique
 » Du texte à l’oeuvre, l’écriture comme croquis préparatoire pour Ingres et Rodin »

Evanghelia Stead, Professeure des Universités Versailles-Saint-Quentin
« Rodin et la mise en pièces d’Orphée »

Katia Legeret, Professeure des Universités Paris VIII Vincennes-Saint Denis :
« La Psyché des « Métamorphoses « d’Apulée : une figure originale de la danse  » dans l’oeuvre de Rodin, inspirée de l’Inde »

Alain Schnapp, Professeur des Universités Paris I Panthéon Sorbonne :
« Télos, Rodin et Ipoustéguy face à la Grèce ancienne »

Sophie Schvalberg, Docteure en Histoire de l’art contemporain, agrégée de Lettres classiques :  » Rodin : Lire, relire et revoir les mythes antiques »

Paul-Louis Rinuy, Professeur des Universités Paris VIII Vincennes-Saint Denis :  » Lire, inventer : antiquités plurielles, modernités paradoxales »

Sophie RistelHueber, Artiste
« Une licence poétique ? »

Auditorium du musée Rodin
9h30-17h30
21 bd des Invalides