Archives du mot-clé Alain Bourbonnais

Le précieux art textile de Marie-Rose Lortet

Tricologie monacale© DR Photo Clovis Prevost. 

Au 52 rue Jacob, face à l’emplacement historique de la galerie fondée par Alain Bourbonnais à Paris, la petite galerie d’art et librairie, représentante de la Fabuloserie, expose du 28 octobre 2017 au 30 décembre 2017, les créations de Marie-Rose Lortet.

Cette plasticienne strasbourgoise vit et « tresse » depuis plus de 40 ans à Vernon. En 1967, ses « ouvrages » sont remarqués par Jean Dubuffet qui lui achète quelques pièces.  Elle expose Galerie Delpire en 1969 puis à l’ atelier Jacob. Gilbert Lascault, Colin Rhodes, Linda Goddard, Lucienne Peiry, Laurent Danchin et bien d’autres conservateurs et critiques d’art, ont depuis rendu célèbres ses travaux délicats et poétiques, qui ont rejoint notamment  les collections permanentes nationales, mais aussi celles de la collection de la Neuve Invention à LausanneElle figure depuis longtemp au sein des collections de la Fabuloserie. Alain Bourbonnais l’a fera participer à l’exposition des Singuliers de l’art en 1978, alors que Suzanne Pagé est directrice de l’ARC2, section d’art contemporain du musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Architectures de fil, territoires de laine, Masques de laine, théâtre de têtes, ses créations très diverses ont été exposées en 2016 au château de Laval.

Sources :

Collection en ligne du FNAC :

Marie-Rose LORTET Strasbourg (Bas-Rhin, France), 1945.

Vêtement de pluie n°44. Autre titre : Objet qui lutte contre son environnement1987. Objet-sculpture Coton, lin, sucre, résine 100 x 85 x 35 cm S. à la base : Rose Lortet Achat à l’artiste en 1989 Inv. : FNAC 89314 Centre national des arts plastiques. En dépôt depuis le 23/05/1995 : Musée d’art et d’industrie (Roubaix).

Claude Parent, un architecte utopique parmi les artistes

L’architecte Claude Parent, qui vient de décéder,  est « connu pour son architecture originale au service de l’imaginaire et de l’utopie, Claude Parent est le créateur de l’architecture oblique. Élu membre de l’Académie des beaux-arts en 2005, au fauteuil de l’architecte Jean Balladur, il raconte d’un humour distancié, son parcours, son engagement passionnel au service de l’architecture et ses rencontres avec les artistes du monde de la peinture et du théâtre. Fernand Léger, Yves Klein, Michel Carrade, Sylvain Dhomme, Polieri, les architectes Nicolas Shöffer, Lionel Mirabaud, le théoricien Paul Virilio et beaucoup d’autres ont nourri ses expériences de créateur. »

Dans une émission proposée par  Marianne Durand-Lacaze, l’Académie a salué en 2008 l’un des siens : Claude Parent, l’architecte de l’oblique , entretien avec l’académicien des beaux-arts  :

Avant l’académisme,  dans les années 1950 et 1960, Claude Parent a en effet été l’acteur d’une époque qui associait dans un même mouvement utopique, sans distinction, artistes peintres, sculpteurs et architectes  : Claude Parent a revendiqué pour sa création l’importance primordiale des rencontres et compagnonnages successifs. Les duos formés avec Ionel Schein, André Bloc, et Paul Virilio en témoignent, marquant l’actualité architecturale et intellectuelle des années 1950 et 1960.

Dès le début des années 1950, il multiplie les collaborations artistiques (Nicolas Schöffer, Yves Klein, Jean Tinguely, André Bloc) et adhère au Groupe Espace créé par André Bloc en 1951 (avec Jean Dewasne, Étienne Béothy, Jean Gorin, Félix Del Marle, Edgard Pillet, Victor Vasarely et Nicolas Schöffer), qui défend une nouvelle synthèse des arts.

De sa rencontre en 1963 avec Paul Virilio naîtra le groupe Architecture Principe (1963 – 68) – dont l’Église Sainte-Bernadette du Banlay (1963 – 66) à Nevers deviendra le projet-manifeste. Paul Virilio et Claude Parent imaginent le concept de « fonction oblique » cherchant ainsi à redéfinir nos espaces de vie en édifiant des bâtiments perturbateurs, aux sols et aux murs inclinés. L’expérimentation est son champ d’investigation permanent. Des bâtiments faits de rampes, de pentes, d’angles, privés d’ameublement – l’espace lui-même est censé déterminer la surface. Des concepts tels que « mur », « sol », « au dessus », « en dessous » sont écartés de leur signification première. Les relations sociales sont dynamisées par l’oblique et par une compréhension de l’espace pleine de spiritualité.

A la fin des années 1950, il mène une collaboration pionnière et intense avec l’artiste Yves Klein :

Au printemps 1959, Yves Klein travaille avec l’architecte Claude Parent sur son projet de Fontaines d’eau et de feu ; il dessine un projet de sculpture aéromagnétique. L’architecte Claude Parent évoque le projet des fontaines de feu dont Klein souhaitait doter les jardins du palais de Chaillot : « Ce qui intéressait Klein au maximum c’était la rencontre de l’eau et du feu avec le dégagement des fumées produites qui flattait certainement le goût wagnérien du théâtre qu’il avait. Il m’avait demandé de travailler aux fontaines de Varsovie devant le palais de Chaillot. Avec ce principe de l’eau et du feu de la rencontre d’un peu d’eau frappée diagonalement à son sommet par un jet de flamme qui dégage à ce moment-là une vapeur d’eau, une fumée dans l’atmosphère ». À travers son délire créatif, Klein avait su conférer un mythe à son personnage, celui du vide. En échange d’une « zone de sensibilité picturale et immatérielle », il exigeait suivant les dimensions de son œuvre entre un kilogramme et quelques grammes d’or fin, et dans son journal du vide, il écrivait, « Le territoire doit ressembler aux yeux de l’espace ». Actualités cinématographiques de Gaumont-Pathé « Yves Klein, quatrième dan », 3 mns 38 s, 1969.

Ainsi, Claude Parent a participé à l’exposition pionnière organisée par François Mathey, au musée des Arts décoratifs à Paris : l’exposition Antagonismes II, l’Objet, au printemps 1962 : elle associait aussi bien des peintres et sculpteurs, que des architectes : Michel Ragon, critique d’art, a salué la maquette d’un théâtre à scènes multiples d’AGAM réalisée avec l’aide de Claude Parent, mais aussi, la création d’Yves Klein présentée au sein de l’exposition : un panneau documentaire, présentant   » l’architecture de l’air » et « la climatisation de l’atmosphère à la surface de notre globe ». Le panneau était composé d’esquisses d’architecture immatérielle, faites par l’architecte.

archi13

Michel Ragon a écrit sur Parent une monographie critique d’un architecte.

claude-parent-480x582

A la demande de Michel Ragon, en 1963, Claude Parent expose à la galerie Anderson-Mayer, aux côtés de Gilioli, Chavignier, Kowalski, Niemeyer, Gaudi, André Bloc, Claude Parent, Jacques Polieri, Alain Bourbonnais, Labourdette, Stahly, di Tinea, Schöffer, Szekely, Ionel Schein.

L’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux a consacré une exposition sur la collaboration entre l’architecte Claude Parent et l’artiste Yves Klein, du 31 mars au 25 août 2013 : YVES KLEIN / CLAUDE PARENT À MOUANS—SARTOUX.

Claude Parent a prolongé cette collaboration unique avec Yves Klein avec un projet de monument qui vise, selon ses termes, « à une interprétation architecturale de la pensée d’Yves Klein dans ce qu’elle propose de plus fondamental ».

g_ArtConcret13crKleinMemorial05a

Claude Parent/Mémorial Yves Klein, 1964 -1965/Maquette Bois 40 x 49.5 x 49.5 cm, inv. 008 59 01, Collection FRAC Centre.

 

Une donation d’art naïf et d’art populaire d’Amérique latine refusée

expocarcassonneCette exposition « Les imagiers de l’imaginaire » devait constituer « l’Acte I de l’installation progressive de la collection Cérès Franco au sein du musée des beaux-arts de Carcassonne« . Installée en France en 1951, Cérès Franco, d’origine brésilienne, a constitué une collection d’art populaire et d’art naïf d’Amérique latine, mais pas seulement : outre les ex-voto du Brésil ou des masques du Mexique, de nombreux créateurs sont exposés, comme par exemple Roman Cieslewicz. La collection rassemble 1 500 œuvres : http://www.ladepeche.fr/article/2014/08/30/1942105-la-ville-laisse-filer-1-500-oeuvres-d-art.html

exposantsexpo 3Captureexpo 2

http://www.carcassonne.org/carcassonneville.nsf/vueTitre/DocNiveau5201310311391326

Le nouveau maire de Carcassonne, refuse au nom de la municipalité, la donation Cérès Franco, ce que toute municipalité a juridiquement bien sûr le droit de faire, même si cette collection est semble-t-il de grande qualité :

art naif

Papillons et fleurs fanées, 1966, Huile sur toile,70 x 50 cm, de Grauben Do Monte Lima : née à Crato, Ceara en 1889 – décédée en 1972, elle est la première femme fonctionnaire de l’administration brésilienne, elle commence à peindre à l’âge de 70 ans.

La  collection Cérès Franco cherche désormais un nouveau lieu d’accueil : des mécènes potentiels suisses ont semble-t-il été approchés. Cette collection est à voir à Carcassonne jusqu’au 27 septembre 2014 :http://www.polad-hardouin.com/sites/default/files/upload/catalogue-les_-imagiers-de-l-imaginaire.pdf

Voir la bande-annonce de « Cérès » un film de Clémence Hardouin : http://vimeo.com/77220072

Depuis longtemps l’art non académique figure dans les collections et sur les cimaises des musées des beaux-arts : dans les collections publiques nationales : L’art naïf au musée national d’art moderne (MNAM) grâce à Jean Cassou : « Avec Henri Rousseau, André Bauchant, Camille Bombois et Séraphine, Louis Vivin est l’un des « cinq maîtres primitifs reconnus » par le critique d’art et collectionneur allemand Wilhelm Uhde. Jean Cassou organise une salle de « naïfs » au Musée national d’art moderne » : http://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c88Bp5/rqGkA5K

– à Nice : le Musée international d’art naïf Anatole Jakovsky : http://www.nice.fr/Culture/Musees-et-expositions/Musee-d-Art-Naif

– à Laval : http://musees.laval.fr/

On retrouve les créations de Séraphine à Senlis :

http://www.musees-senlis.fr/Dossiers-thematiques/seraphine-louis-dite-seraphine-de-senlis.html

ou  dans de grands musées privés comme le musée Maillol : www.museemaillol.com/

L’art brut et la neuve invention théorisés par Dubuffet sont aujourd’hui conservés à Lausanne en Suisse : http://www.artbrut.ch/fr/21036/113/publications/collection-de–fascicules-l-art-brut=)

ou à Lille au LAM : http://www.musee-lam.fr/

ou exposés à la Halle Saint Pierre à Paris : http://www.hallesaintpierre.org/

Il existe de multiples collections  dispersées sur le territoire qui ont des patronymes variés :  art singulier, hors normes, etc. Citons  par exemple :

– à Bègles, le musée de la création franche : http://www.musee-creationfranche.com/

– à Sète, le musée international des arts modestes fondé par Hervé de Rosa :  http://www.miam.org/

Et plus anciennes encore deux collections dans l’Yonne : http://musearti.hypotheses.org/?p=105

– La collection Selz à Noyers-sur-Serein : on y trouve une collection d’art naïf français et d’art populaire, notamment d’Amérique latine : http://www.noyers-et-tourisme.com/museenoyers.html

– La collection de l’architecte Alain Bourbonnais à Dicy, la Fabuloserie : http://www.fabuloserie.com/

Cofondatrice de ce musée d’art hors-les-normes, Caroline Bourbonnais est décédée le 10 août dernier à l’âge de 90 ans : http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/2014/08/14/la-fabuloserie-perd-caroline-bourbonnais-532148.html

Pour conclure cette évocation de l’art naïf et singulier, un hommage de 1961, au Douanier Rousseau, décédé le 2 septembre 1910, tiré des ses archives, par la Revue des deux mondes : http://www.revuedesdeuxmondes.fr/archive/article.php?code=19906