Archives mensuelles : décembre 2017

Les treillis soudés d’Edoardo Tresoldi

Edoardo Tresoldi, Locus  (Photographie Roberto Conte DR).

L’artiste Edoardo Tresoldi né en 1987 dans la province de Milan, est considéré comme l’un des nouveaux talents italiens. Depuis 2016, il est à l’origine de  créations différentes : la « reconstitution » de la Basilique de Siponto et une création architecturale éphémère vu au Bon Marché cet automne. Ces créations sont réalisées à partir de treillis soudés.

Photographies de  Giacomo Peppo (DR).

Le souvenir d’une basilique : «  De ses treillis soudés, il crée des architectures qui sont lien entre le ciel et la terre. En 2016, Il fait revivre dans le sud de l’Italie (entre Pescara et Bari sur la mer Adriatique) la basilique Santa Maria Maggiore di Siponto qui était en ruine depuis le XIIIème siècle. Linstallazione-di-Edoardo-Tresoldi-per-la-Basilica-paleocristiana-di-Siponto-©-Giacomo-Pepe-6[1]4 500 mètres carrés de treillis soudé, un poids de 7 tonnes, une structure haute de 15 mètres et 3 mois de travail pour l’équipe de jeunes architectes et d’ingénieurs chargés du projet. C’est aussi un projet pertinent qui va changer radicalement la perception d’un site historique majeur.  Dans son tissage de fil de fer, de ses treillis tressés, Edoardo Tresoldi crée une architecture transparente en rappel d’un tremblement de terre. […] Au départ, pour le ministère de la culture, il s’agissait de créer une couverture pour protéger une très ancienne mosaïque chrétienne.

L’ artiste précise que « le  projet a évolué plusieurs fois, jusqu’à ce que l’architecte Francesco Longobardi voit mon travail et ma pensée” .

Il sera soutenu par le surintendant archéologue Luigi La Rocca. C’est à ce moment-là que le projet a pris forme et que l’idée a été de composer une installation contemporaine dialoguant avec l’architecture du passé.

Autre réalisation cette fois à Paris : le Bon Marché, centre commercial de luxe, a présenté une nouvelle exposition pour  ses clients , sous le nom de  « Aura » : Edoardo Tresoldi a monté deux grandes structures métalliques représentant des fantômes de l’architecture italienne ancienne. Ces structures ont été construites à partir d’armatures de fil métallique.

L’œuvre  a été réutilisée dans le cadre  de la soirée caritative annuelle de la Elton John AIDS Foundation  qui s’est tenue récemment à Londres :

Colloque « Art et Camouflage »

Le colloque « Art et camouflage » se déroulera les 14 et 15 décembre prochains à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris : Ce colloque est proposé par Patrice Alexandre, artiste, ancien enseignant aux Beaux-Arts de Paris, Jean Yves Jouannais, critique d’art, essayiste, enseignant (Beaux-arts de Paris), Alexandre Lafon, historien, conseiller à la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, Patricia Ribault, enseignante (Beaux-arts de Paris, Humboldt Universität Berlin) et Didier Semin, enseignant, (Beaux-arts de Paris), en collaboration avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Avec le soutien de la Mission du centenaire 14-18, de la Première Guerre mondiale :

« Dans Autobiographie d’Alice Toklas, paru en 1933, Gertrude Stein raconte une anecdote restée célèbre : en 1914, Picasso, voyant, boulevard Raspail à Paris, un canon recouvert de motifs zébrés noirs, kaki et ocre, en partance pour le front, se serait écrié « c’est nous qui avons fait ça ! ». « Nous », c’est-à dire, bien entendu, les cubistes. L’affirmation n’était pas absurde. Guirand de Scevola, un portraitiste qui a créé dans l’armée française, au début de la Première Guerre mondiale, les « sections de camouflage», a dit même s’être inspiré des formes brisées de la peinture cubiste pour concevoir les premiers motifs destinés à dissimuler sur les champs de bataille combattants et matériels. »

 Si en 14-18, l’armée française crée donc la première section de camouflage ( dont l’emblème est un petit caméléon brodé sur un brassard rouge et blanc), il est moins sûr que ses activités soient inspirées du cubisme :

Ce « mythe cubiste » repose sur des bases fragiles. En fait, si certains liens existent en effet entre cubisme et camouflage, les cubistes n’ont pas été à l’origine de cette activité nouvelle au sein de laquelle ils ont toujours été en minorité. Car en 1915-1918, il s’agissait bien moins de décomposer les formes que d’imiter le plus scrupuleusement possible la nature afin de dissimuler armements, positions, routes, véhicules, etc. Ainsi, même si cette vision des choses paraît moins séduisante, peut-être est-il temps de reconnaître que ce sont finalement les décorateurs de théâtre, d’opéra ou de cinéma qui ont donné le ton dans cette pratique nouvelle.

A découvrir dans le programme : prg-Colloque-CAMOUFLAGE-cahier-maison-DEF.-1.12.18