Archives mensuelles : février 2017

Quand David Hockney exposait à Paris en 1974 au musée des Arts Décos et rendait hommage au Louvre

Dès 1974, grâce au British Council et au financement de l ‘AFAA ( Association française d’action artistique), David Hockney a présenté ses oeuvres à Paris au musée  des Arts décoratifs de Paris, alors dirigé par Francois Mathey, coorganisateur de l’événement.

Le catalogue, bilingue, comprend notamment un entretien de l’artiste avec  le critique Pierre Restany.

La rétrospective actuelle ne comprendra peut-être pas  ces deux illustrations -hommage au Louvre et à Paris, ville où  l’artiste  a vécu de 1973 à 1975 : la première de couverture  s’intitule « contrejour on the french style- against the day dans le style français ». 1974.

Cette oeuvre est aujourd’hui  au Ludwig Museum, à Budapest.

La dernière de couverture  du catalogue « two vases in the Louvre » 1974,  sera aussi sur l’affiche de cette exposition.

 « Hockey lors de son séjour à Paris occupe l’atelier qui fut autrefois celui de Balthus. Au Louvre, il photographie, dessine cette fenêtre qui lui inspirera son Contre-jour… »

David Hockney fait partie de ces nombreux artistes inspirés par le Louvre et que Pierre Schneider évoquait à l’occasion de l’exposition « Copier-créer  » organisée par Jean-Pierre Cuzin en 1993 pour célébrer le bicentenaire de ce musée : Les pille-art du Louvre, publié le 27/05/1993 :

« Dès la création du musée, les plus grands peintres s’y sont nourris des oeuvres de leurs prédécesseurs. Pour les interroger, les dévorer, et, finalement, les oublier. La preuve en 330 peintures et dessins ».

A signaler également la parution récente des articles de presse de Pierre Schneider parus sous le titre « Chroniques de l’Express (1960-1992) Le droit à la beauté ».

 

De mars à décembre 2017, une série d’expositions temporaires dédiées à l’art italien

« Heures italiennes » propose une exploration inédite des collections publiques de peinture italienne conservées dans les musées et dans les églises de la région de Picardie incluse dans la Région Hauts-de-France.

Inspirée par Henry James (1843-1916), l’opération emprunte son titre à un recueil où l’auteur décrit les monuments et les artistes de la péninsule.

HI-40X60-1.png

Au cours du premier semestre de l’année 2017, 4 expositions présentent le résultat de ce travail, à Amiens, Beauvais, Chantilly et Compiègne.
231 tableaux prêtés par 13 musées et 11 églises permettent de saisir l’ampleur et la qualité des collections picardes, par le biais d’un parcours chronologique, à travers les grands foyers de création artistique, du XIVe au XVIIIe siècle.

Voici les temps forts de ce programme d’ expositions qui est l’aboutissement d’un travail de recherche mené à l’INHA sur le RétifRépertoire des tableaux italiens en France (XIIIe-XIXe siècle) :

Peintures du XVIIIe siècle : à Compiègne, près de 70 œuvres du XVIIIe siècle italien provenant de musées et d’églises de Picardie

Le Naturalisme et le Baroque (XVIIe siècle) : la peinture italienne du XVIIe siècle est largement représentée à Beauvais.

La Renaissance (XVIe siècle) : au sein même des galeries de peinture du musée Condé, à Chantilly, les trésors inconnus du XVIe siècle conservés en Picardie dialoguent avec les fabuleuses collections du duc d’Aumale

Les Primitifs (XIVe-XVe siècles) : L’exposition d’Amiens, consacrée aux Primitifs italiens du XIVe aux premières années du XVIe siècle, retrace l’évolution de la peinture durant les derniers siècles du Moyen Âge dans différents foyers régionaux de la péninsule (Toscane, Ombrie, Lombardie, Piémont, Naples). Une vingtaine d’œuvres illustre, autour de thèmes picturaux essentiellement religieux, la variété des styles et des techniques employés à cette époque charnière à l’orée de la Renaissance.