Archives mensuelles : mai 2016

Conférences de juin et recherches en histoire de l’art

 L’ange au sourire de la cathédrale de Reims, XIIIe siècle © Creative Commons – Eric Santos

Le Festival d’histoire de l’art ( FHA) 2016 aura lieu précisément à Fontainebleau, du 3 au 5 juin prochains. Les conférences et tables rondes sont très nombreuses.

 A noter la présence de Nathalie Boulouch, pour une présentation des archives de la critique d’art, au château, salon des fleurs :

Selon le principe d’un inventaire à la Prévert, cette conférence présentera la richesse des collections des Archives de la critique d’art qui ont pour missions de collecter, conserver et valoriser les écrits et les archives des critiques d’art actifs depuis le milieu du XXe siècle. Elles offrent des ressources sur l’art et la création contemporaine grâce à des collections patrimoniales et à une bibliothèque spécialisée.

L’auditorium du musée d’Orsay accueille le 9 juin prochain une journée d’étude ayant pour thème Les musées moteurs de la recherche.

dont voici la présentation :
 Depuis une dizaine d’années, la plupart des grands musées parisiens et en région ont engagé un travail de valorisation de l’aspect scientifique de leur activité.   Pour prolonger et enrichir la réflexion que le musée d’Orsay a lancée sur le rôle et l’organisation de la recherche en son sein, il convie dans son auditorium, avec le soutien de l’Institut national d’histoire de l’art, des personnalités appartenant au monde des musées ou à celui de l’université, à témoigner de leur expérience récente dans ce domaine.
Ce premier rendez-vous est l’occasion pour le musée d’Orsay et l’Institut national d’histoire de l’art d’annoncer la mise en ligne d’une base de données dédiée aux livrets de Salons et expositions de groupe (1673-1914), un outil attendu par tous les historiens d’art.  Au-delà, il est question de mieux appréhender et de faire partager au public les enjeux actuels et futurs ainsi que les modalités de la recherche, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui dans nos musées.
Le programme  est ici.

L’éducation par l’image, une exposition, un blog

CjoJe70VAAAJlLyanimaux tigres

La représentation des animaux est aussi une voie d’accès privilégiée vers l’art pour les tout petits. A signaler Une exposition, à Rouen, sur l’image des animaux dans l’éducation : Les animaux, leurs images, l’évolution de leur représentation… sont au centre de l’exposition qui se tient au musée national de l’éducation, à Rouen, Munaé jusqu’au 2 octobre 2016. On remarque une modification de l’esthétisme dans les manuels scolaires (remplacement des illustrations scolaires par des photographies, valorisation de certaines espèces en fonction de leur apparence) et dans d’autres produits destinés aux enfants. La présentation de l’homme comme un animal trônant au sommet de l’évolution, ayant entraîné des dérives racistes remises en cause après la Seconde Guerre mondiale, est également évoquée dans l’exposition.

A signaler également, sur un blog italien, un spécial « Eléphants » richement illustré : Bizzarro e surreale: l’elefante nell’arte 

elefante-annone-raffaello

Eléphant blanc de Raffaello

elefante-rosso-fiorentino

Rosso Fiorentino a peint, dans la galerie de François Ier au château de Fontainebleau, cet éléphant royal.

 

 

 

Histoires de dragons, de containers et un chapeau géant, Dada

Pour sa septième édition, Monumenta accueille Empires, installation conçue par Huang Yong Ping. L’artiste d’origine chinoise a imaginé un parcours dans un paysage invitant les spectateurs à observer les transformations du monde et à questionner la notion de puissance sous la verrière du Grand Palais.

Hang Yong Ping est né en 1954. Cet artiste contemporain français, d’origine chinoise est une figure majeure de l’art d’avant-garde chinois des années 1980. Ce grand admirateur de Marcel Duchamp est inspiré par Dada qui renvoie à la destruction, à la révolte culturelle et politique contre la tradition. Il fonde le mouvement Xiamen Dada  dont le mot d’ordre est « Le zen est Dada, Dada est le zen », il manifeste très tôt son goût du paradoxe et de la déconstruction, produite par l’assemblage de significations hétérogènes. Ses œuvres monumentales s’attachent ainsi le plus souvent à réinterpréter librement les philosophies et mythes occidentaux dans le but d’en révéler les non-dits, en mettant à jour leurs côtés obscurs.

En 1986, Events, la première exposition de Xiamen Dada à Fujian, au sud-est de la Chine, est censurée par les autorités. Le collectif répond en brûlant ses toiles dans la cour du musée, et les remplace par des déchets et des objets ramassés aux alentours.

En 1989, il profite de l’invitation qui lui est faite par le commissaire Jean Hubert Martin à participer à l’exposition « Les Magiciens de la terre » à La Villette. Il s’installe alors en France où il réside toujours.Ce goût certain pour « le paradoxe et la contestation par l’absurde »se traduit dans plusieurs expositions auxquelles il participe et dont Jean-Hubert Martin est le commissaire. Huang Yong Ping en 1995 expose au Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie, du 21 septembre 1995 au15 janvier 1996. L’artiste figure à  la Biennale de Venise (Un Homme, neuf animaux, 1999) où ses animaux mythologiques transperçaient le toit du Pavillon Français, l’originalité de ces installations réside dans leur caractère éminemment contextuel : chaque œuvre est directement inspirée du contexte historique, politique, sociétal et architectural de son lieu d’exposition.

Sources : Expositions et marché de l’art : la postérité des « Magiciens de la terre ». Par Judith Benhamou-Huet , Galliffet art centerEditons Dilecta.

Plus récemment l’artiste a exposé au parc Monceau dans le cadre de l’exposition  conçue  par le Musée Cernuschi, à Paris, en 2011 (déjà évoquée ici).

hyp_10-81

Porte-avions de béton.2011. Installation : Iron, cement, water. 382 x 190 x 169 cm. View of the installation, © ADAGP Huang Yong Ping. Photo. Fabrice Seixas. Courtesy the artist and Kamel Mennour, Paris.

monumenta-1-1024x768

Si le chapeau de Napoléon attire l'œil, les containers eux, donnent lieu à plusieurs interprétations
possibles. La première a pour thème la mondialisation et les échanges, bien sûr. 
POUR PASCAL LAMY, ANCIEN DIRECTEUR DE L'OMC,LE PORTE-CONTENEUR EST AVEC INTERNET « L'UN DES DEUX MOTEURS DE LA MONDIALISATION ».
 SYMBOLE DES ÉCHANGES COMMERCIAUX, LE CONTENEUR INVESTIT ÉGALEMENT LE TERRAIN DE L'ARCHITECTURE, 
COMME SOLUTION À LA PÉNURIE DE LOGEMENTS.

Mais ces containers font aussi écho avec une certaine actualité évoquée par cet article de G. Bowley et D. Carvajal dans le New York times : The World’s Greatest Art Collections Hides Behind This Fence : les œuvres d’art stockées dans des ports francs, à l’abri des regards.

28HIDDEN2-articleLarge

Port franc de Genève , derrière des barbelés. Yves Bouvier qui est à la fois présent à Genève et à Singapour, l’affirme :  plus d’un million d’œuvres, dont environ 10 000 tableaux, sont entreposées dans mes compagnies.

Certains collectionneurs choisissent d’exposer ces œuvres ponctuellement, pour une période de temps limitée: Un bunker transformé en lieu d’exposition .

 

L’ancien temps du design, un thème d’exposition très actuel

Fauteuil-chapigon-BFFauteuil  Mushroom, 1960. Armature en tube d’acier, garnissage en mousse de polyuréthane, revêtement de crêpe de laine et élasthanne. Artifort. Coll. Centre Pompidou, Musée national d’art moderne / Photo B. Prévost.

Trois expositions sont consacrées à Pierre Paulin cette année : une exposition ciblant la période 1952-1959 à la galerie Pascal Cuisinier, une grande rétrospective  au Centre Pompidou et un focus sur les pièces conçues pour des Salons de l’Élysée à la Galerie Jousse Entreprise.

Le Centre Pompidou présente jusqu’au 22 août 2016 sa rétrospective. Comme le rappelle T. Hay, pour Paulin, il  existait « deux profils de designers :  les ingénieurs, qui envisagent le design de façon rationnelle et mentale et les aventuriers, les autodidactes dont je fais partie ». 100 meubles sont présentés  pour comprendre ses créations. La scénographie est de l’artiste Petra Blaisse. En 1950, Paulin fréquente le Centre d’art et de techniques, future école Camondo. qui dépend de l’Union centrale des Arts décoratifs. Il commence sa carrière dans le bureau d’études de Marcel Gascoin, lequel s’intéresse au style nordique et veut concevoir des produits en direction des jeunes.

Pierre Paulin est influencé par la simplicité du design scandinave qui marquera sa carrière. Il cherche aussi son inspiration du côté des designers américains : Eames, Bertoia, Saarinen.

Il s’intéresse très tôt au métal et réalise son premier fauteuil, dit fauteuil anneau à cause de son assise circulaire. Il participe à XIe Triennale de Milan en 1957. Il crée  notamment le fauteuil, dit Butterfly. Pierre Paulin est aussi le premier designer à utiliser le tissu élastique pour un meuble.

Ces années essentielles pour le design français, qui correspondent  peu ou prou aux « 30 glorieuses », sont retracées dans un ouvrage de référence  qui vient de paraître :site_56bc96f650415« Le temps des objets. Une histoire du design industriel en France (années 1950-1970)  » écrit par Claire Leymonerie, qui avait notamment consacré ses premiers travaux à la création du CCI par l’équipe  du musée des Arts décoratifs, alors dirigée  par Francois Mathey.

Résumé  de l’ouvrage par l’auteure  : L’engouement contemporain pour le design tendrait à faire oublier que ce terme a connu une entrée récente et d’emblée controversée dans la langue française. De fait, l’histoire du design français reste encore à écrire, la rareté des études récentes et l’ancienneté des monographies et ouvrages de synthèse contrastant avec la production britannique, américaine, allemande ou scandinave. Le design et son histoire soulèvent des enjeux importants : quelles sont les conséquences de l’industrialisation sur les formes de l’environnement quotidien, comment émerge et se définit une figure de créateur des formes pour l’industrie et comment trouve-t-elle sa place au sein ou aux marges de l’entreprise ? Quel positionnement ces créateurs ont-ils adopté face à l’essor de ce qui a bientôt été identifié, dans les années 1960, comme la « société de consommation » ?

A travers des portraits des personnalités qui font émerger les pratiques et la culture du design en France dès les années 50, mais aussi de projets de design emblématiques, d’objets quotidiens phares, ce livre propose de raconter la genèse de cette profession.

Celle-ci vit encore une situation ambiguë  entre création industrielle et art, qui se traduit dans ses rapports parfois complexes, voire conflictuels avec les artistes.

Yan Pei-Ming – Villa Medici

ypm
« Fontaine de Trevi », 2015, huile sur toile © Yan Pei-Ming, ADAGP, Paris, 2015, photo André.

Sur le site de la Villa Médicis  : http://www.villamedici.it/fr/programme-culturel/programme-culturel/2016/03/yan-pei-ming-roma/

Vidéo d’art de Artribune Tv : visiter l’exposition de Yan Pei-Ming ( https://vimeo.com/166480927?ref=fb-share&1)à  la Villa Médicis à Rome :

« L’oeil tragique » de Yan Pei-Ming, selon Henri Loyrette, le commissaire (http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/italie-le-peintre-yan-pei-ming-expose-sa-vision-de-rome-a-la-villa-medicis_1774188.html )de l’exposition , continue de scruter Rome et son histoire, mais aussi celle de la peinture..