Archives mensuelles : mars 2016

Exposer l’internationale situationniste (IS)

Un documentaire du Centre d’histoire sociale d’une  durée de 54 mn, richement illustré par sa réalisatrice, Jeanne Menjouletdonne la parole 9782130619703_v100à Anna Trespeuch-Berthelot qui raconte l’histoire de l’IS et de sa réception, relatées dans son ouvrage : L’internationale  situationniste. De l’histoire au mythe (1948-2013).L’historienne fait allusion à trois expositions temporaires consacrées à ce mouvement, incarné notamment par Isidore Isou, lettriste, Asger Jorn , Constant, Raoul Vaneigem et Guy Debord.

Une exposition de 1989 au Centre Pompidou,  intitulée « Sur le passage de quelques personnes sur une assez courte unité de temps : à propos de l’internationale situationniste ».

Du 22 novembre 2003 au 29 février 2004, l’exposition  « Après la fin de l’art (1945-2003) » organisée par le musée d’art moderne de Saint-Étienne y rassemble tout ce qui a pu, depuis l’après la guerre constituer « l’aventure des avant-gardes de la « fin de l’art » ». Paris musées

Un ouvrage, « Figures de la négation », est publié par Paris musées : il est la prolongation, sous forme de livre, de la réflexion abordée lors de cette exposition, « Une étude des « avant-gardes du dépassement de l’art » que furent l’Internationale Situationniste, l’Internationale Lettriste (et les mouvements satellites) à travers leurs protagonistes principaux : Guy Debord, Asger Jorn, Gil Wolman

expo deborddebord

Enfin, l’exposition de la BnF (intitulée Guy Debord. Un art de la guerre”),  du 27 mars 2013 au 13 juillet 2013, organisée à l’occasion de la patrimonialisation des archives de Guy Debord déclarées « trésor national « , aujourd’hui déposées à  la BnF alors qu’elles étaient convoitées par l’université de Yale :

Considérant que les biens pour lesquels le certificat d’exportation est demandé sont un ensemble exceptionnel d’archives personnelles de Guy Debord (1931-1994), essayiste et réalisateur français, principalement connu pour avoir été le fondateur de l’Internationale situationniste, mouvement de pensée avant-gardiste dans le sillon des courants dadaïste, surréaliste et lettriste ; que cet ensemble est composé de manuscrits et de documents divers, triés et organisés par Guy Debord, qui n’a conservé que les pièces considérées par lui comme essentielles pour la compréhension de son œuvre ; que les dossiers constitués contiennent l’ensemble des états préparatoires puis définitifs de ses œuvres, des premiers jets sur fiches jusqu’aux épreuves corrigées, en ce qui concerne les ouvrages, et au découpage, en ce qui concerne les films, notamment pour son ouvrage majeur, La Société du spectacle (1967) ; que ces archives, couvrant les années 1950 à 1994, sont demeurées encore largement inexploitées et représentent un matériel précieux pour la recherche ; que ces documents, qui illustrent le processus créatif complet de la pensée de l’auteur, permettent d’appréhender sa façon assidue de travailler, sa grande érudition et son style, héritier des plus grands classiques, mis au service de son analyse critique de la société moderne ; qu’il faut souligner la rareté d’un tel fonds intégral, resté dans un parfait état de conservation, dans la mesure où il n’en existe aucun dans les collections publiques françaises recouvrant si largement un même courant de pensée ; que cet ensemble s’avère unique pour l’étude de la genèse de l’œuvre de Guy Debord, l’un des penseurs contemporains les plus importants, et capital dans l’histoire des idées de la seconde moitié du xxe siècle ;
Qu’en conséquence cet ensemble d’œuvres présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considéré comme un trésor national « .

« Classées en janvier 2009 trésor national, les archives de Guy Debord (1931-1994) ont rejoint les collections du département des Manuscrits de la BnF. Bruno Racine, président de la BnF, se réjouit « d’accueillir au sein des collections patrimoniales un penseur dont l’œuvre théorique et poétique a profondément influencé le dernier demi-siècle. La générosité de nos mécènes et le soutien du ministère de la Culture et de la Communication nous permettent de faire aujourd’hui cette exceptionnelle acquisition. » « Bien sûr, l’exposition ne pouvait pas manquer de soulever des sarcasmes quant à la récupération, l’édulcoration, la stérilisation, la fétichisation, la réification… de la pensée situationniste.”

A signaler également l’ouvrage de Fabien Danesi paru en 2008,

 Le Mythe brisé de l’Internationale situationniste. danesi_F

L’aventure d’une avant-garde au cœur de la culture de masse (1945-2008).

 

 

Carambolages : interactivité et personnalisation de la visite.


n-CARAMBOLAGES-large570

De nombreux articles paraissent sur l’exposition Carambolages. Certains  trouvent l’exposition futée. Mais, l’absence de cartels inquiète, ou surprend  : « Cette nouvelle exposition entend totalement modifier notre approche traditionnelle de l’art , avec un pêle-mêle, oeuvres de tous genres. Un pari audacieux, autant que les cartels explicatifs sont absents » (Jérôme Stern).

Une exposition pour les enfants ou que les enfants comprendraient mieux que les parents ? Les œuvres peuvent-elles en pâtir ? Interactivité et personnalisation de la visite, si courants dans les musées scientifiques, prennent ici le pas.

L’exposition, qualifiée de « ludique » et « Internet », permet de débuter ou de poursuivre la visite et la découverte des œuvres sur les applications de la Rmn à télécharger. Voici une nouvelle rubrique, le choix des visiteurs..

 Cartels ou pas cartels ? Pour mémoire,  l’exposition Équivoques; peintures françaises du XIXe siècle au Musée des arts décoratifs, (9 mars – 14 mai 1973), F. Mathey et Olivier Lépine avaient omis les cartels. Ce qui n’avait pas manqué d’étonner et d’émouvoir.

EQUIVOQUESequivoques

Carambolages : revue de presse

A découvrir sur Rfi, et lu sur le blog de Thierry Hay :
 « Carambolages au Grand Palais : l’exposition qui ouvre les yeux et réveille les neurones
 Le Grand Palais propose jusqu’au 4 juillet 2016 l’exposition « Carambolages ». Le principe de cette présentation est inédit en France :  juxtaposer 184 objets et oeuvres d’art de toutes époques et de toutes provenances. Cette exposition originale est un cheminement dans l’art universel, un grand travelling artistique, où chacun se fait son propre film. La fin de l’histoire de l’art conventionnel ? « 20160229_183348
« A une époque où tout le monde se referme sur lui-même et où le communautarisme semble gagner du terrain chaque jour, faire valser les frontières et jongler avec les siècles ne fait pas de mal. Pouvoir accéder à l’art sans passer par la connaissance : le nouveau pari risqué du Grand Palais. D’une certaine façon, c’est une exposition complètement Internet puisque je suis passé sans cesse d’un lien à un autre… Est-ce que l’Histoire de l’Art se goûte ou est-ce qu’elle s’explique : telle est la question… »
20160229_184257

Claude Parent, un architecte utopique parmi les artistes

L’architecte Claude Parent, qui vient de décéder,  est « connu pour son architecture originale au service de l’imaginaire et de l’utopie, Claude Parent est le créateur de l’architecture oblique. Élu membre de l’Académie des beaux-arts en 2005, au fauteuil de l’architecte Jean Balladur, il raconte d’un humour distancié, son parcours, son engagement passionnel au service de l’architecture et ses rencontres avec les artistes du monde de la peinture et du théâtre. Fernand Léger, Yves Klein, Michel Carrade, Sylvain Dhomme, Polieri, les architectes Nicolas Shöffer, Lionel Mirabaud, le théoricien Paul Virilio et beaucoup d’autres ont nourri ses expériences de créateur. »

Dans une émission proposée par  Marianne Durand-Lacaze, l’Académie a salué en 2008 l’un des siens : Claude Parent, l’architecte de l’oblique , entretien avec l’académicien des beaux-arts  :

Avant l’académisme,  dans les années 1950 et 1960, Claude Parent a en effet été l’acteur d’une époque qui associait dans un même mouvement utopique, sans distinction, artistes peintres, sculpteurs et architectes  : Claude Parent a revendiqué pour sa création l’importance primordiale des rencontres et compagnonnages successifs. Les duos formés avec Ionel Schein, André Bloc, et Paul Virilio en témoignent, marquant l’actualité architecturale et intellectuelle des années 1950 et 1960.

Dès le début des années 1950, il multiplie les collaborations artistiques (Nicolas Schöffer, Yves Klein, Jean Tinguely, André Bloc) et adhère au Groupe Espace créé par André Bloc en 1951 (avec Jean Dewasne, Étienne Béothy, Jean Gorin, Félix Del Marle, Edgard Pillet, Victor Vasarely et Nicolas Schöffer), qui défend une nouvelle synthèse des arts.

De sa rencontre en 1963 avec Paul Virilio naîtra le groupe Architecture Principe (1963 – 68) – dont l’Église Sainte-Bernadette du Banlay (1963 – 66) à Nevers deviendra le projet-manifeste. Paul Virilio et Claude Parent imaginent le concept de « fonction oblique » cherchant ainsi à redéfinir nos espaces de vie en édifiant des bâtiments perturbateurs, aux sols et aux murs inclinés. L’expérimentation est son champ d’investigation permanent. Des bâtiments faits de rampes, de pentes, d’angles, privés d’ameublement – l’espace lui-même est censé déterminer la surface. Des concepts tels que « mur », « sol », « au dessus », « en dessous » sont écartés de leur signification première. Les relations sociales sont dynamisées par l’oblique et par une compréhension de l’espace pleine de spiritualité.

A la fin des années 1950, il mène une collaboration pionnière et intense avec l’artiste Yves Klein :

Au printemps 1959, Yves Klein travaille avec l’architecte Claude Parent sur son projet de Fontaines d’eau et de feu ; il dessine un projet de sculpture aéromagnétique. L’architecte Claude Parent évoque le projet des fontaines de feu dont Klein souhaitait doter les jardins du palais de Chaillot : « Ce qui intéressait Klein au maximum c’était la rencontre de l’eau et du feu avec le dégagement des fumées produites qui flattait certainement le goût wagnérien du théâtre qu’il avait. Il m’avait demandé de travailler aux fontaines de Varsovie devant le palais de Chaillot. Avec ce principe de l’eau et du feu de la rencontre d’un peu d’eau frappée diagonalement à son sommet par un jet de flamme qui dégage à ce moment-là une vapeur d’eau, une fumée dans l’atmosphère ». À travers son délire créatif, Klein avait su conférer un mythe à son personnage, celui du vide. En échange d’une « zone de sensibilité picturale et immatérielle », il exigeait suivant les dimensions de son œuvre entre un kilogramme et quelques grammes d’or fin, et dans son journal du vide, il écrivait, « Le territoire doit ressembler aux yeux de l’espace ». Actualités cinématographiques de Gaumont-Pathé « Yves Klein, quatrième dan », 3 mns 38 s, 1969.

Ainsi, Claude Parent a participé à l’exposition pionnière organisée par François Mathey, au musée des Arts décoratifs à Paris : l’exposition Antagonismes II, l’Objet, au printemps 1962 : elle associait aussi bien des peintres et sculpteurs, que des architectes : Michel Ragon, critique d’art, a salué la maquette d’un théâtre à scènes multiples d’AGAM réalisée avec l’aide de Claude Parent, mais aussi, la création d’Yves Klein présentée au sein de l’exposition : un panneau documentaire, présentant   » l’architecture de l’air » et « la climatisation de l’atmosphère à la surface de notre globe ». Le panneau était composé d’esquisses d’architecture immatérielle, faites par l’architecte.

archi13

Michel Ragon a écrit sur Parent une monographie critique d’un architecte.

claude-parent-480x582

A la demande de Michel Ragon, en 1963, Claude Parent expose à la galerie Anderson-Mayer, aux côtés de Gilioli, Chavignier, Kowalski, Niemeyer, Gaudi, André Bloc, Claude Parent, Jacques Polieri, Alain Bourbonnais, Labourdette, Stahly, di Tinea, Schöffer, Szekely, Ionel Schein.

L’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux a consacré une exposition sur la collaboration entre l’architecte Claude Parent et l’artiste Yves Klein, du 31 mars au 25 août 2013 : YVES KLEIN / CLAUDE PARENT À MOUANS—SARTOUX.

Claude Parent a prolongé cette collaboration unique avec Yves Klein avec un projet de monument qui vise, selon ses termes, « à une interprétation architecturale de la pensée d’Yves Klein dans ce qu’elle propose de plus fondamental ».

g_ArtConcret13crKleinMemorial05a

Claude Parent/Mémorial Yves Klein, 1964 -1965/Maquette Bois 40 x 49.5 x 49.5 cm, inv. 008 59 01, Collection FRAC Centre.