Archives mensuelles : novembre 2015

Une exposition, un livre, au croisement de l’Histoire et de l’histoire de l’art

– Sur le carnet d’ hypothèses  » Mémoires d’Indochine »,  un rappel sur l’exposition « Vivre au Kampuchéa démocratique ».

affiche_vivre_au_kampuchea_democratique

L’exposition s’est déroulée « Dans le cadre du 40e anniversaire de la création de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), les SHS face aux images d’archives :

« 1975: tandis qu’à Paris naissait l’EHESS, au Cambodge, les Khmers rouges arrivaient au pouvoir. Quarante années plus tard, Andrea Morales Acero et Adriana Escobar, deux doctorantes du CESPRA, mettent en lumière vingt-trois photographies d’archive qui montrent une partie du quotidien des Cambodgiens durant le régime du Kampuchéa démocratique. Dans le cadre du 40e anniversaire de l’EHESS, elles présentent ces clichés dans l’atrium du France, jusqu’au 28 novembre prochain, à travers une exposition qu’elles ont intitulée « Vivre au Kampuchéa démocratique ». Là où un œil non averti voit des photographies de propagande qui vantent les travaux des champs et le mariage heureux, les chercheuses décryptent les changements, souvent extrêmement violents, imposés à la société cambodgienne et à son mode de vie, que ces photos trahissent malgré elles. Sont ainsi posées la question de l’utilisation des photographies comme source d’information en histoire et en science politique, et celle de l’impératif méthodologique de leur recontextualisation ».

product_9782070122653_195x320

Vient de paraître le dernier ouvrage d’Eric Michaud,  directeur d’études à l’EHESS : Les invasions barbares. Une généalogie de l’histoire de l’art :  Comment les arts ont-ils accompagné, sous-tendu, préfiguré, les fantasmes de pureté raciale ou de génie des peuples ? Comment l’art s’est-il présenté comme l’essence d’une culture en s’assignant à un sol et à un peuple déterminés ?

 Eric Michaud et  Johann Chapoutot, (IHTP), professeur à l’université Paris III Sorbonne nouvelle, ont commenté cet ouvrage le 27.11.2015 sur France Culture, dans l’émission La grande table : partie 2.

 

 

De nouveaux financements privés pour la mode et l’art contemporain à Paris

ruboff1508-resp1090

Des financements privés (investis dans le domaine de la mode et  de l’art contemporain) misent sur le label « musées à Paris » et sur l’histoire de l’art, ils choisissent des lieux prestigieux dans la capitale :

– Au Pavillon de Marsan au Louvre,  la mode est au premier rang : H&M sera le mécène exclusif de l’exposition « Fashion Forward, trois siècles de mode« , qui se tiendra au Musée des Arts décoratifs du 7 avril au 14 août 2016 : « Pour cette nouvelle collection, « l’équipe de design de H&M a travaillé en étroite collaboration avec le musée des Arts Décoratifs, puisant son inspiration dans la mode des siècles passés, et le travail d’artistes iconiques tels que Gustave Moreau« .

« L’exposition présentera de façon chronologique 300 silhouettes, de la fin du 17e siècle à nos jours: des pièces des soeurs Callot, Poiret, Schiaparelli, Vionnet, mais aussi des créateurs Rick Owens, John Galliano, Karl Lagerfeld, Raf Simons, Dries Van Noten…L’aide financière de H&M a été « décisive et cruciale », souligne le directeur du musée, Olivier Gabet. « Tout comme les grandes entreprises de distribution qui ont pu nous aider avec des expositions d’histoire de la mode qui concernent beaucoup de maisons à la fois, H&M est en marge des querelles des uns et des autres », explique-t-il. « Aujourd’hui la mode est plurielle, le mixage, c’est notre siècle, et H&M a compris ce rapport à la mode ».

– Vers un musée « Pinault » à Paris en 2017  ? La fondation privée  aurait trouvé un lieu parisien pour accueillir sa collection d’art contemporain.

– Pour mémoire, près de 750 000 visiteurs ont visité une autre collection privée d’art contemporain, la Fondation Louis Vuitton ouverte le 27 octobre 2014 dans le bois de Boulogne :  deux nouveaux pans de cette collection vont être prochainement dévoilés : « l’un autour du Pop art et de ses héritiers, l’autre autour d’œuvres liées à la musique ».

 

 

Quand les chambres de commerce ont leurs musées

Le Génie de la Fabrique - 22.05.2015 au 31.12.2016

Le Génie de la Fabrique – 22.05.2015 au 31.12.2016 au musée des Tissus de Lyon.

Selon le magazine « Connaissances des arts « , deux  musées appartenant à la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon menacent de fermer faute de moyens : le musée des Tissus et le musée des Arts décoratifs.  Ils sont, semble-t-il, méconnus. Pour les découvrir, voir leur site internet commun, ici.

« D’un côté, deux millions et demi (!) de tissus récoltés sur toute la planète, de l’Egypte ancienne aux créations contemporaines du Japon. La plus importante collection de textiles du monde. De l’autre, des objets d’art européens et d’Extrême-Orient, des meubles d’Oeben, Topino, Riesener ou des Hache, et un ensemble unique de majoliques réuni par la famille Gillet [active dans l’industrie textile et chimique ] .

Pourquoi, un siècle et demi après leurs créations, ces deux musées sont-ils menacés ? Qui faut-il blâmer pour une situation aussi grave ? La Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, propriétaire des lieux et des collections ? Depuis la perte de 20 % des taxes versées par les petites entreprises et les PME au profit de l’État (un tiers de son budget), elle est devenue aussi impécunieuse que ses consœurs  (la Chambre de Commerce de Rouen a du vendre les meubles 1950 d’André Arbus et Jacques Adnet de son Palais des Consuls). Pour ses deux musées, elle a besoin d’un million et demi d’euros par an, leur cherche un avenir mais ne trouve pas d’interlocuteur volontariste. »

La chambre de commerce cherche un repreneur : « La communauté urbaine de Lyon, où sont implantés ces deux musées ? La deuxième métropole de France a déjà hérité du musée des Confluences et  son musée des Beaux-Arts, déjà à l’étroit dans le Palais Saint-Pierre, ne pourrait pas exposer en permanence ces trop nombreux trésors.  

Lyon, la ville des canuts et des soyeux, ne peut pas laisser partir cet ensemble inestimable. Après la Première Exposition Universelle de Londres en 1851, les fabricants de Lyon ont fait confiance en leur ville et ont voulu y garder leurs productions, donnant leurs plus beaux échantillons. Un acte aussi généreux pourrait-il être aujourd’hui rayé d’un trait ? ».

Héritières des bureaux de Commerce, parfois très anciens, ces chambres ont été créées  en 1898, sont devenues des « établissements publics économiques », elles sont chargées de représenter les intérêts des entreprises commerciales, industrielles et de service.  Elles gèrent communément des aéroports, des ports, des gares routières, des ponts à péage, des zones industrielles, des entrepôts, des halles des bourses et des écoles de formations.

Les entreprises sont à la source de leur financement, par voie de cotisations obligatoires prélevées grâce à des taxes additionnelles à l’impôt. La suppression de la taxe professionnelle et les allègements fiscaux décidés par l’Etat et dont bénéficient les petites entreprises et les PME,  touche donc les revenus perçus par ces chambres.

Dotées souvent d’un patrimoine à la fois immobilier et mobilier très important, elles ont pu, comme c’est le cas à Lyon, accueillir à la demande des industriels,  des collections dignes des musées, liées à l’essor de leurs activités au XIXe siècle.

Certains industriels lyonnais ont fait le choix de donner à la municipalité de Lyon, leurs collections personnelles comme l’industriel Émile Guimet dont les objets  se retrouvent pour partie au sein du musée des Confluences , une autre partie de sa collection est visible à Paris, au musée des arts asiatiques.

votrecci_n4_musee_marine

Il convient de rappeler que d’autres chambres de commerce gèrent des musées, comme la chambre de commerce de Marseille (la CCIMP) et son Musée de le Marine et de l’Economie  qui en rappelle ici  l’histoire :

« La CCIMP est considérée comme la chambre de commerce la plus ancienne au monde. En 1599, les échevins de Marseille décident de former un Bureau du Commerce chargé de veiller aux intérêts du négoce maritime […]. Le musée est né du fait, qu’à la fin du 19ème siècle, le public et la presse locale se sont émus de la disparition progressive de la marine à voile. De nombreux témoignages (gravures, médailles, maquettes…) sont alors rassemblés et exposés en 1913 dans une salle du Palais de la Bourse. En 1934, cet espace d’exposition s’agrandit et devient le Musée d’Histoire de la Chambre de Commerce. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections sont dispersées et, bien qu’ayant subi quelques pertes, elles sont exposées à la Libération […] . Dans les années 1980, déplacé dans l’aile Est, le musée est repensé et devient le Musée de le Marine et de l’Economie« .

Ce musée a présenté plusieurs expositions temporaires : « Ces événements sont l’occasion de présenter des archives, des documents imprimés ou des objets issus des réserves, de mettre en place des partenariats et de faire connaître Marseille et la CCIMP, via son patrimoine, à travers le monde ou simplement dans sa région. Des villes comme New York, Los Angeles, Alexandrie, Gênes ou Stockholm ont accueilli ces expositions ».

 

Jamais un coup de dés..trésor national

Mallarme1

« Marcel Broodthaers considère  Mallarmé comme « le fondateur de l’art contemporain ». Il voit dans le poème-partition Un coup de dés jamais n’abolira le hasard, le traité de l’art déhiérarchisé propre à notre temps ». Plusieurs expositions ont fait référence  à ce poème et à son auteur :

– Hommage à Mallarmé en 2005 au musée des Beaux arts de Nantes ( « Mallarmé l’action restreinte »).

–  en 2013 lorsque les 50 centres d’art  ont salué la décentralisation culturelle.

L’unique  manuscrit qui subsiste de ce texte vient d’être consacré trésor national

« Un manuscrit autographe de Stéphane Mallarmé, Jamais [sic] un coup de dés n’abolira le hasard, encre noire avec indications typographiques au crayon bleu et pagination au crayon rouge sur papier quadrillé, 24 pages en 12 f. in-4°, 1897,

La commission régulièrement convoquée et constituée, réunie le 21 octobre 2015,

Après en avoir délibéré ;

Considérant que le bien pour lequel le certificat d’exportation est demandé est un rare manuscrit d’un poème emblématique écrit par le chef de file de la poésie symboliste, Stéphane Mallarmé (1842-1898) ; que la première publication de ce poème, qui représente une forme d’aboutissement des recherches de Mallarmé pour concevoir un texte total, intervenue en 1897 dans la revue internationale Cosmopolis, a été considérée comme insatisfaisante par le poète en raison de difficultés techniques ayant empêché l’unité de lecture voulue ; que ce manuscrit, fixant le texte et sa disposition avec un luxe de détails, constitue la forme définitive élaborée ensuite la même année par Mallarmé dans la perspective d’une édition commandée par Ambroise Vollard et devant être illustrée de gravures d’Odilon Redon ; que cette maquette de la mise en page précise devant être imprimée par Firmin-Didot a été calligraphiée à l’encre et semée d’indications typographiques au crayon à l’intention de l’imprimeur par le poète lui-même ; que cette œuvre exigeante est restée en suspens, compte tenu de l’impossibilité de sa validation par l’auteur puisque le travail de préparation de l’impression a été interrompu par la mort brutale de Mallarmé ; qu’il s’agit de l’unique manuscrit subsistant, celui livré pour Cosmopolis ayant disparu, de ce texte qui ne sera finalement publié qu’en 1914 par le docteur Bonniot aux éditions de la Nouvelle Revue française ; que ce poème, incontournable dans l’histoire littéraire française, représente un essai précurseur d’approche de l’écriture au-delà de ses limites traditionnelles, par une liberté dans la syntaxe et dans l’ordonnancement des mots sur la page ; que ce manuscrit d’un texte fondamental par l’ouverture qu’il a créée vers la modernité et ayant connu une immense postérité, constitue un témoin capital du processus créatif propre à Mallarmé et l’expression la plus fidèle de la vision qu’il avait pour son poème ;

Qu’en conséquence, cette œuvre présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considérée comme un trésor national,

Emet un avis favorable au refus du certificat d’exportation demandé ».

Avis n° 2015-16 de la commission consultative des trésors nationaux  paru au Journal officiel de ce jour.

 

Numéro d’hommages à Nicole Racine, Publication des Cahiers Jean-Richard Bloch, n° 21.

Sur le Carnet de l’IHTP : Publication des Cahiers Jean-Richard Bloch, 21.

CahJRB21_NR-214x300bloch

Numéro d’hommages à Nicole Racine, cette édition des Cahiers est le résultat de deux journées d’études auxquelles l’IHTP s’était associé. Nicole Racine a participé pendant de longues années au Groupe de recherche de l’Histoire des intellectuels à l’IHTP avec Michel Trebistch.

Nicole Racine s’était (entre autres) intéressée aux écrits et prises de position de Fernand Léger lors de la « querelle du réalisme, 1935-1936 » : «  Fernand Léger, « Le nouveau réalisme continue », second débat, La Querelle du réalisme, op. cit., p. 74-75.

« Léger s’interroge de façon prémonitoire dans ce texte sur la concurrence apportée dans le domaine des représentations par le cinéma, la radio, la publicité, « avec ces énormes mécaniques modernes qui vous donnent de l’art vulgarisé à puissance 1000 « .

 In Nicole Racine, « La Querelle du Réalisme » (1935-1936) , Sociétés & Représentations, 2003/1 n. 15, p. 113-131.  Voir également son texte dans  » Aux frontières des attitudes entre le politique et le religieux. Textes en hommage à Guy Michelat« .