Archives mensuelles : juillet 2015

Disparition de Bernard Baschet

Mort de Bernard Baschet, l’homme qui « gonflait » les guitares, Le Monde.fr | 23.07.2015 : « Mort de Bernard, un an après son frère François, Bernard Baschet est mort le 17 juillet 2015 à l’âge de 97 ans, laissant dans son atelier leur travail éternellement en chantier. « Notre boulot, c’était de fabriquer des timbres musicaux », expliquait-il au visiteur en donnant à entendre les sons issus de leurs derniers instruments, nénuphars métalliques majestueux, entonnoirs dégingandés, tôles joliment froissées, qui peuplaient la petite maison de Saint-Michel-sur-Orge (Essonne), où il habitait ». En 1952, François Baschet invente avec son frère Bernard, des sculptures sonores. Ce sont des instruments de musique entièrement acoustiques sculptés dans des matériaux originaux (métal, cristal, verre, carton rigide). La galeriste Iris Clert dans ses mémoires, rappelle qu’ils ont connu un certain succès dans les années soixante:

"J’avais récemment connu les frères Baschet, inventeurs d’appareils musicaux extraordinaires composés de tubes de plexiglas : Les orgues de Cristal. En passant leurs doigts mouillés sur les tubes, un couple de musiciens, Jacques et Yvonne Lasry, interprétaient du Bach et des airs de leur composition avec une virtuosité exceptionnelle. C’était littéralement inouï. […] Les Baschet suscitaient un intérêt accru avec leurs orgues de cristal, mais sans aucun profit. Un jour François me demande : Toi qui a des idées, trouve-nous une solution. Comment vendre nos oeuvres ? - C’est impossible de les vendre puisque seuls les Lasry savent s’en servir. Vous devriez faire des objets musicaux individuels, comme des sculptures. Vous avez assez de génie pour inventer cela aussi. C’est ce qu’ils firent par la suite, avec succès. Aux USA, ils furent même invités, avec les Lasry, pour donner des concerts à la Maison Blanche. "  Iris Clert, Iris Time (L’artventure), Paris,Éditions Denoël,1978. 

En 1961, la radio télévision française leur consacre un reportage dont  l’INA garde trace. François BASCHET, interviewé par Jacques MOUSSEAU, présente les instruments qu’il a conçus et explicite sa démarche. En 1962, les deux frères participent à l’exposition collective « Antagonismes II, l’Objet », organisée au musée des Arts décoratifs, à Paris. Les frères Baschet ont ensuite bénéficié d’une exposition personnelle dans le même musée des Arts décoratifs, à Paris, du 8 avril 1964 au 4 mai 1964. En 27 jours, elle accueille 2 086 visiteurs.  L’expérience dont ils gardaient un excellent souvenir, est signalée dans l’ouvrage de François Baschet paru en 2007 : il décrit dans quelles conditions il a pu exposer son travail au musée grâce à François Mathey :

« En avril 1964, le musée des Arts décoratifs nous invite à présenter nos sculptures structures dans six salles, pendant trois semaines et demi. D’habitude, le public voit dans les musées, la consigne « ne pas toucher », nous avons mis la consigne : « prière de toucher et de jouer ». Le succès est considérable. Deux vestales assistent le directeur François Mathey, Yvonne Brunhammer et Monique Ricour. » François Baschet,Mémoires sonores, Paris : L’Harmattan, 2007. 

Les orgues de cristal exposées au musée des Arts décoratifs en 1964, ont été fabriquées chez Lalique. Leur carrière prend son envol à partir de 1965 : les expositions se multiplient : à Bruxelles, au Palais des Beaux-Arts, au Moderna Museet, à Stockholm, puis à New York, au MoMA. En 1968, ils présentent au Musée d’art moderne de la Ville de Paris leurs structures gonflables.  En 1970, ils exposent à la Art Gallerie de l’Université de Californie, à Santa Barbara. Ils sont également connus pour avoir conçu des robes en aluminium plié à la main qui habillent les actrices du film sorti en 1966,  de William Klein, Who are you Polly Magoo ? polly Le MoMA expose toujours leurs oeuvres insolites, notamment le « cristal Baschet », un lointain cousin de l’harmonica de verre. Le travail des frères Baschet constitue une base de la pédagogie de l’éveil musical. Voir également l’entretien filmé de Bernard Baschet pour Télérama , ou le documentaire de 2011, Coppice & the Baschet Aluminum Piano au Museum of Contemporary Art in Chicago.